Articles Tagués ‘Front National’


Al Jazeera vient de diffuser la première partie d’un reportage tourné à La Citadelle, le bar raciste ouvert par Génération Identitaire à Lille :

Dans ce bar reportage, on apprend entre autre que :

  • Remi Falize, un membre de la Citadelle et proche de Aurélien Verhassel, a planifié en détail un potentiel attentat à la voiture bélier sur le marché de Wazemmes
  • les identitaires ont commis en direct une agression gratuite et ultra-violente contre des jeunes filles rue Solférino. La seule raison de cette agression est que les jeunes filles sont identifiées comme arabes par le groupe. L’une des jeunes filles est rouée de coups avec des gants de frappe par Remi Falize, les identitaires font aussi usage de gaz lacrymogène
  • les identitaires, et leurs proches membres de la LOSC Army sont les auteurs de très nombreuses agressions dans la métropole (qu’ils racontent eux même), sans même parler des nombreux saluts nazis et des références incessantes au 3ème Reich qu’ils profèrent
  • Aurélien Verhassel et d’autres membres de Génération Identitaire sont employés par le Rassemblement National pour écrire les discours, en tant qu’attachés parlementaires ou encore pour assurer la sécurité du parti
  • Sébastien Chenu et Philippe Eymery, deux responsables du Rassemblement National élus au conseil régional travaillent en collaboration étroite avec les identitaires : le premier est proche de Verhassel tandis que le second emploie comme assistant un cadre de la Citadelle
  • des policiers, y compris des commissaires, fréquentent assidûment le bar nazi

Verhassel et ses sbires déclarent également de manière on ne peut plus claire qu’ils sont un groupe faciste (« la forme a changé mais pas le fond »), qu’ils sont une milice au service du RN, qu’ils ont des armes, que le jour venu ils seront prêt à descendre les immigrés…

Nous avions prévenu, Al Jazeera l’a filmé : qu’attendent Martine Aubry et la préfecture pour faire fermer ce local raciste qui prépare la guerre civile ?
Ce n’est visibilement pas une priorité de la mairie ni du gouvernement, probablement trop occupés à lacher leurs flics sur les lycéens et les gilets jaunes qu’à s’occuper des milices néo-nazies dont sont proches certains policiers…


Ni patron, ni patrie.
Ni Macron, ni Le Pen.

Tous dans la rue le 26 avril et le 1 mai !

A l’annonce des résultats, peu d’étonnement, aucune réjouissance. Dans ce semblant de binarité nous renvoyons dos à dos Le Pen et Macron, deux faces d’une même pièce. La nature de leurs programmes n’est pas a discuter. Réactionnaires d’une part, ultralibéraux de l’autre, dans les deux cas la trame est la même : faire la part belle aux plus aisés en s’attaquant aux plus modestes.
Ceci étant appuyé par les logiques racistes, fer de lance du discours de Le Pen, pratiquées allègrement par le gouvernement Valls/Macron pendant ces cinq dernières années.

Notre mot d’ordre est clair. Nous ne voulons ni de Le Pen, ni de Macron. La rupture nous devons la construire autour d’un projet qui compte disputer au capital son hégémonie. Forts des mobilisations portées par les derniers mouvements sociaux, que ce soit lors de la loi travail ou contre l’impunité policière, ceux qui refusent l’abjection de la situation doivent s’unir et prendre la rue. Nous lançons un appel large aux personnes qui, des Insoumis aux abstentionnistes désirent contester l’ordre des choses. Nous avons tous des points de désaccords mais des alliances, au moins temporaires, sont envisageables. La situation s’y prête, en conséquence nous appelons tous ceux qui rejettent cette situation à reprendre la rue dès le mercredi 26 avril à République.

Prolongeons l’initiative en participant massivement à la manifestation du 1er mai

Du 27 avril au 1 mai se tiendra le festival « les mauvais jours finiront« . Saisissons ce moment pour ouvrir des espaces de discussions et définir nos angles d’attaques.

Leurs offres ne satisferont jamais nos demandes et nous n’aurons que ce que nous saurons prendre. Seule notre volonté d’échapper aux scénarios préétablis nous permettra d’ouvrir le champ des possibles et de repartir à l’assaut du ciel.

La rue doit s’imposer et gagner le troisième tour.

Pour le 26 avril, l’événement auquel nous nous joignons : Manifestation contre le fascisme et le Front National, Lille

Action Antifasciste NP2C


Bassin miné

Hénin-Beaumont s’est donnée au Front national au premier tour des élections municipales de mars 2014. La chronique d’une victoire annoncée, celle de Steeve Briois, l’infatigable bateleur qui a su prospérer sur les failles de ses adversaires.
C’est aussi un long voyage aux racines de la désespérance sociale, dans une terre de gauche blessée…

Vendredi 20 novembre à 20H00 au cinéma Le Méliès à Villeneuve d’Acq : rencontre-débat autour du film « Bassin miné » d’Edouard Mills-Affif. Invités : Edouard Mills Affiff, réalisateur et Pascal Wallart, journaliste.

Organisé par Les Amis du Monde Diplomatique.


Manifestation pour Clément Méric à Lille

Le 5 juin 2013, Clément Méric, jeune militant antifasciste, était assassiné par des militants d’extrême droite.

Quelques mois plus tard, c’était au tour de Pavlos un antifasciste grec d’être tué par des militants du parti néo-nazi Aube Dorée.

Ces deux exemples ne sont malheureusement pas isolés. Leurs combats étaient les notres, celui de milliers de personnes luttant au quotidien contre les idées réactionnaires, contre le racisme et la xénophobie. Clément et Pavlos se battaient contre les discriminations, ils défilaient contre l’homophobie, le sexisme ou les violences policières.

Les récents scores électoraux de l’extrême droite et la banalisation de leurs idées par la classe politique nous rappelle une fois de plus que ce combat doit se poursuivre. Nous nous devons de continuer la lutte pour honorer la mémoire de nos camarades et que c’est bien là le meilleur hommage. Tous et toutes ensemble uni-es contre l’extrême droite ne les laissons pas nous diviser.

Rendez vous le jeudi 05 juin à 18h00 devant les Halles du Marché de Wazemmes.


Bruay est et restera une terre antifasciste. Une quarantaine de militants syndiqués de la CGT, de la CNT, de SUD et de la FSU du bassin minier l’ont à nouveau rappelé ce 23 mai en organisant une opération contre le Front National :

Opération anti-FN à Bruay-la-Buissière


Le camarade vient d’être libéré. Rassemblement annulé.

Manifestation antifasciste

Hier soir, une centaine de militants antifascistes se sont réunis et ont manifesté pour protester contre la présence de Marine Le Pen à Lille, venue soutenir Eric Dillies, candidat aux municipales. Afin de montrer aux xénophobes frontistes que l’espace public ne leur appartient pas, le cortège antifasciste a tenté d’approcher au plus près la Maison de l’Education Permanente où se déroulait la réunion publique.

Les Gendarmes Mobiles se sont interposés et ont repoussé les militants à l’aide de gaz lacrymogènes et des tirs de flashball. Peu après la dispersion du cortège, place du marché de Wazemmes, un camarade a été frappé et interpellé par les policiers de la BAC à l’intérieur d’un commerce de proximité, sans aucune raison apparente.

L’Action Antifasciste NP2C condamne avec fermeté les violences policières injustifiées qu’a subi notre camarade et exige sa libération.

Rencard devant le comico à 19h30.

On tient au jus sur cette page si ya des nouvelles d’ici là (et après)

#1312


A Nevers, une candidate Front National s’est fait épingler posant devant un drapeau frappé d’une croix gammée et revêtant un t-shirt à la gloire de la division SS Charlemagne. Ce n’est malheureusement pas la seule militante du parti fasciste à être nostalgique du 3ème Reich.

Nous révélions fin février que Kevin Reche, le leader du groupuscule « Sauvons Calais » responsable de violences xénophobes à Coulogne, était un néo-nazi patenté, tatouté de l’insigne de la division SS Nordland et d’une croix celtique (symbole prisé par l’extrême-droite radicale et les néo-nazis). Cette information a été reprise par l’ensemble de la presse régionale. Nous révélions également que Kevin Reche et d’autres militants néo-nazi (dont l’un tatoué du symbole des Jeunesses Hitlériennes) militaient pour le Front National de Calais.

Aujourd’hui, le groupe « Non au FN » nous apprend que Marine Le Pen elle même a eu des relations avec Kevin Reche, la preuve en images :

Marine Le Pen et Kevin Reche

Marine Le Pen et Kevin Reche. Photo « Non au FN« .

Le même Kevin Reche avec l'insigne de la 11e division SS Nordland

Le même Kevin Reche, torse nu, tatoué de l’insigne de la 11e division SS Nordland.

Kevin Reche distribuant le tract de campagne du Front National pour les municipales 2014

Kevin Reche distribuant le tract de campagne du Front National pour les municipales 2014 à Calais.

Kevin Reche posant devant une affiche Front National

Kevin Reche posant devant une affiche Front National.

Encore une preuve que le FN n’est pas un parti comme les autres et que ses liens avec les groupuscules fascistes et racistes radicaux sont toujours d’actualité. Espérons pour le FN que les candidats inscrits à leur insu sur ses listes n’aient pas ce genre de travers !