Archives de mai, 2013


Banderole

Les veilleurs, groupe d’opposants au « mariage pour tous » composé de catholiques intégristes et d’extrémistes de droite, avaient prévu d’effectuer une prière publique contre la loi Taubira ce soir Place de l’Opéra (centre de Lille). Les veilleurs sont une composante du mouvement « La Manif pour Tous », dont des sympathisants avaient violemment attaqué un bar gay du vieux Lille le mois dernier après un rassemblement place de la République.

Quelle ne fut pas la surprise de la vingtaine de culs bénis d’être accueillis par plus d’une centaine de militantes et militants pour l’égalité des droits armés de tracts, banderoles, tambours et autres instruments de musique, bientôt rejoins par de nombreux badauds.

Ces obscurantistes « veilleurs » priaient agenouillés, encerclés par une bruyante farandole « Sardou pour tous » avec cierge et adaptations du « lac  du Connemara » (même le sulfureux chanteur a récemment apporté son soutien au mariage homosexuel).

Sans surprise, l’Etat et sa police, très enclin à interdire les prières de rue – désormais illégales – des musulmans, ont protégé celle de ces catholiques racistes et homophobes.

Cette petite victoire n’est qu’un début ! Il faudra encore être dans la rue pour la manifestation qui aura lieu lors de la marche de fiertés samedi à 14h place de la République afin de dire non à l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie et de réclamer une totale égalité des droits incluant l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires ; la facilitation du changement d’état civil pour les personnes trans ; la suppression de la mention du sexe sur la carte d’identité ; l’ouverture de l’adoption pour les couples homosexuels non mariés et que les gays ne soient plus exclus du don du sang.

Publicités

Manifestation contre l'homophobie

Nous assistons en ce moment à une visibilité de l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie qui se traduit par la multiplication de discours et comportements homophobes de la part de toute la société.

À Lille, l’attaque du bar « Vice & Versa » par des individus d’extrême-droite radicale est une agression homophobe décomplexée et légitimée par le mouvement réactionnaire et fascisant de « La Manif Pour Tous ». Au-delà des agressions et des propos explicitement homophobes et transphobes, chacunE s’autorise à discuter sur la vie des personnes LGBT (lesbiennes, gays, biEs, trans), à dire si c’est « naturel » ou pas, à donner son avis etc, ce qui est déjà une violence en soi. Là encore, ces discours homophobes ont été légitimés par tous ceux qui nous expliquaient que les opposants ne sont pas forcément homophobes, et par le fait de recevoir Frigide Barjot à l’Élysée, etc.

Le Parti Socialiste s’est révélé d’une hypocrisie flagrante en prenant tout son temps pour faire voter sa loi face aux homophobes, tout en faisant passer en force, dans le même temps, son projet de loi sur l’ANI (Accord National Interprofessionnel) dicté par le MEDEF et contesté par le mouvement social. Cette montée des LGBTphobies s’inscrit dans un contexte plus large de montée de l’extrême-droite et de remise en cause du droit des femmes : dans les cortèges de la « Manif Pour Tous » se sont ainsi également retrouvés les masculinistes de SOS Papa, les anti-IVG de SOS Tout Petits, etc. Au-delà de l’homophobie et de la transphobie, nous assistons donc à une mobilisation pour la défense de la famille hétéropatriarcale sous sa forme la plus réactionnaire, qui doit forcément être composée d’un papa et d’une maman, où la maman est soumise au papa, où les garçons doivent porter du bleu et les filles du rose.

Par ailleurs, si la loi sur le mariage pour tous est un pas vers l’égalité des droits, il n’en reste pas moins qu’elle est insuffisante : la question de l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux lesbiennes a été reportée aux calendes grecques, la question du changement d’état civil pour les personnes trans n’a toujours pas été évoquée, et même en ce qui concerne le mariage et l’adoption, il est problématique qu’un couple homo désirant adopter soit dans l’obligation de se marier. Pire, le premier ministre a donné des gages à l’extrême-droite en expliquant qu’il « faut donner du temps et des signes d’apaisement« , autrement dit remettre à plus tard toute autre discussion sur des sujets concernant les LGBT.

Nous exigeons :

  • l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires ;
  • la facilitation du changement d’état civil pour les personnes trans et la suppression de la mention du sexe sur la carte d’identité ;
  • l’ouverture de l’adoption pour les couples homosexuels non mariés ;
  • que les gays ne soient plus exclus du don du sang.

Nous appelons à une mobilisation massive contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie et pour la défense des droits des personnes lesbiennes, gays, bis et trans le samedi 1er juin 2013 à la marche des fiertés de Lille, 14h place de la République.

Appel fait par : Les Flamands Roses, SUD Étudiant-e-s Lille, SUD Éducation 59/62, GDALE/CGA, NPA, Union locale des syndicats CNT de Lille, Les Alternatifs.


 

Image

 » Nous sommes huit familles hébergées dans un CADA et nous allons bientôt nous retrouver à la rue. Nous avons reçu une réponse négative à notre demande d’asile (nous sommes déboutés du droit d’asile) et nous devons quitter le CADA au plus tard le 16 mai sans aucune autre solution d’hébergement. Avant, le CADA attendait que les déboutés aient une solution d’hébergement pour leur demander de partir. Mais aujourd’hui les conditions d’accueil se sont durcis depuis la circulaire Valls. 
Sous la pression le CADA nous impose de partir et va mettre en place des expulsion. Cela représente 30 personnes dont 17 enfants à la rue. Nous appelons matin et soir le 115 et il n’y a auune solution même en hébergement d’urgence. Qu’allons nous devenir?Certains sont en France depuis 2 ans, d’autres 5 ans. Nous sommes tous en procédure de régularisation. Nos enfants sont scolarisés, certains d’entre nous ont des promesses d’embauche … Nous ne pouvons pas repartir dans nos pays d’origine, et nous n’avons plus rien. Nous avons peur pour nos enfants. 
Pour protester contre cette situation nous organisons avec le soutien de RESF une manifestation.
« le collectif des déboutés. »


Ce samedi 11 mai à 14h30 le le Collectif Devoir d’Insolence de Lille organise une conférence sur la Rromophobie avec la participation de Saimir Mile, président de l’association La Voix Des Rroms à Villeneuve d’Ascq, salle des Fêtes Masqueliez (167 rue Jules Guesde).