Archives de mai, 2014

« Tribann, identitaires. Nazi et fiers »

Publié: 25 mai 2014 par luttennord dans Infos
Tags:, , , , , ,

Image

Tribann se présente comme une boutique « militante » et « alternative », pour militants nationalistes et identitaires. Et à première vue, on pourrait n’y voir qu’un simple business grossièrement politique et folklorique, discrètement installée au 104 rue du Port, à Lille.

La vérité est toute autre. Car au-delà de la vente de marques prisées de l’extrême droite, nous assistons récemment à un important rapprochement entre 2 figures de l’extrême droite locale : Luc Pécharman (tenancier de tribann et chef local du groupusculaire parti Nouvelle droite populaire) et Tomasz Szkatulski, skinhead nazi connu sous le pseudonyme de « Gamin« .

Image

Il y’a quelques temps, Luc Pécharman, annonçait en effet la vente de la marque « Pride France » (« Fabriqué par les blancs, pour les blancs »), au sein de la boutique Tribann, cette marque est la propriété de Tomasz – gamin – Szkatulski, néo-nazi abruti et violent incarcéré à de multiples reprises pour des faits d’armes peu glorieux : agression d’un sdf handicapé en 2008  ou exhibition d’insignes nazis en 2010 …

Image

Bien qu’il ne soit pas très fûté, ce dernier est convaincu de ses idées d’arrière garde : tatoué d’une croix gammée et du portrait de Rudolf Hess (leader du parti nazi et ami d’hitler), il arbore aussi fièrement le slogan « white power » dans le cou (« pouvoir au blanc »).

 

ImageImage

 

Tomasz est également membre de l’organisation clandestine néo-nazie Blood & Honour Hexagone.

Image

Mais avant d’être une marque, « Pride France » était essentiellement une boutique en ligne vendant divers produits faisant l’apologie du 3ème reich, de la « supposée supériorité » blanche et de la haine raciste. La boutique a subi plusieurs coups d’arrêts avec la suppression de son site web ou de sa page facebook par ses hébergeurs mais n’a jamais réellement cessé son activité, vendant essentiellement sur les réseaux sociaux afin de remplir les poches de son gestionnaire. Le site faisait aussi également la promotion du Blood & Honour Hexagone.

Désormais sur la page d’accueil du site de Tribann figure aujourd’hui le logo « White Clothing 88 » ( L’adresse www.white-clothing88.com renvoie directement sur le site Tribann ), qui signifie simplement « habillement pour les blancs – et 88, pour Heil Hitler (8e lettre del’alphabet -> ‘HH’). C’est encore une fois Tomasz Szkatulski – gamin -qui se cache derrière ce nouveau sigle.

 

Image

Image

 

Cette boutique vend également des couteaux, des gants plombés (avec une mention « good night left side » qu’on peut traduire par « bonne nuit gauchistes » ), des treillis militaires. ainsi que de la littérature sur Léon Degrelle, chef SS belge qui aimait se présenter comme « le fils qu’hitler n’a jamais eu ».

Image

Image

Tomasz Szkatulski transfère vers la boutique tribann actuellement son ancien carnet d’adresse de marque néo-nazis, notamment la marque « black brain », qui produit par exemple ces t shirts à la gloire de la 33e division SS Charlemagne. Il présente lui même le produit sur le site, en ayant pris soin de flouter ses tatouages…

ImageImage

Mais aussi d’autres marques nazies est-européennes au premier rang desquelles : white rex ou beloyar.

Image

Discrètement, Tribann fait aussi publicité sur son site pour « Nordic Diffusion 38 », une autre boutique affiliée pour sa part à la « Hammerskin Nation », une autre organisation néo-nazie internationale. On peut s’y procurer, par exemple, des badges à l’effigie d’Adolf Hitler ou des CDs de chants nazis. Histoire d’avoir la panoplie complète !

ImageImage

 

Il faut constater clairement les faits : Tribann est un magasin qui a toujours été un repère et un point d’ancrage de l’extrême droite radicale lilloise, jonglant entre ses bonheads de clients et une vitrine quasi-apolitique pour le quidam, désormais elle s’allie bien plus franchement avec des marques étiquetées comme néo-nazies et des militants identifiés comme tel. Ne cachant plus ses amitiés avec la frange la plus arriérée du fascisme contemporain.

Cela n’empêche pas, ni la boutique et son partenaire « gamin » d’entretenir des amitiés de longue date avec un groupe tout autant ignoble mais bien moins sulfureux : les désormais célèbres K-ways jaunes de Génération Identitaire Flandres.

Sous couvert de lutte contre l’islamisation et contre la délinquance, le groupuscule génération identitaire cache en effet difficilement les amitiés avec les pires raclures de l’extrême droite néo-nazie : Entre petites frappes fascistes, nostalgiques du 3ème reich et autres racistes accros à la gonflette médicamenteuse.

Leur chef de file lillois est Aurélien Verhassel, un petit bourgeois élu suppléant au CROUS de Lille qui a profité notamment de l’effondrement de la Vlaams Huis (Maison Flammande – Claude Hermant) et de sa nébuleuse pour faire progresser un groupuscule identitaire : Insula, et en faire aujourd’hui la principale organisation de l’extrême droite radicale lilloise sous le nouveau nom de « génération identitaire ».

Image

Son travail militant n’y est pas pas pour grand chose. L’extrême droite dans la région s’est recomposée suite aux échecs de tous les projets menés par la maison flammande et son front populaire solidariste (l’alliance avec Troisième Voie de Serge Ayoub). Leurs assos fantômes,succursales régionales et magasins se sont tous successivement cassés la gueule.

Génération Identitaire est aujourd’hui le seul mouvement qui a survécu de cette époque. En gros : ils ont essentiellement profité du marasme politique pour sortir la tête de la merde…

Revenons à notre héros de la France blanche, Aurélien Verhassel se présente publiquement comme un militant politique propre sur lui et toujours prêt à soutenir les plus démunis.

En privé il en est tout autre. Ces quelques captures d’écran nous offrent un aperçu d’avec qui il passe ses week end.

Ainsi Aurélien Verhassel compte justement parmi ses proches amis le nazi Tomasz Szkatulski avec qui il compte participer à la Spartan Race, une espèce de parcours du combattant : Image

Les amitiés avec les nazis, ça dérange pas trop aurélien. Pas vraiment étonnant quand on voit qui annonce sa participation aux soirées de cohésion identitaire (SCI) organisée par ses soins

Image

 

Qui est cet individu qui annonce sa participation ? Ce fameux : « Ријсел Фигхт », n’est autre que monsieur Yohan Mutte, un skinhead nazi lui aussi connu pour ses frasques et ses démêlés avec la justice (les antifascistes lillois le connaissent aussi pour quelques rencontres où ses talents d’ancien athlète lui ont permis d’abandonner son pote bubsy sur le pavé, où de s’enfuir à plusieurs autres reprises).

Vous pouvez retrouver une courte présentation sur un ancien article de luttenord, où vous pourrez aussi voir des captures de l’ancien site pride france de gamin, et gamin himself 

Si vous voulez d’autres infos, n’hésitez pas à le googeliser, il s’est fait connaître essentiellement pour l’attaque homophobe du bar gay le vice-versa à lille l’année dernière en marge d’une manifestation de la manif pour tous.

Yohan a précédemment été membre de Troisième Voie et des JNR de Serge Ayoub, groupuscules nationaux-socialistes ultra violents et dissous l’été dernier après le meurtre de notre camarade Clément Méric. Esteban Morillo, l’assassin présumé de notre camarade était lui même membre de Troisième Voie.

Yohan s’amuse aujourd’hui a tagger des croix celtiques dans Lille avec sa petite bande de bras cassés, ils se font appelés les « garçons blancs de lille » (White rijsel boys). Leurs tags sont rapidement repassés par les antifascistes lillois, notamment ceux de l’Action Antifasciste NP2C, mais vous aurez peut être eu l’occasion d’en croiser une ou deux.

Image

Tag réalisé à proximité de la boutique Tribann la veille du défilé syndical du premier mai. Les fautes sont d'origine".

Tag réalisé à proximité de la boutique Tribann la veille du
défilé syndical du premier mai. Les fautes sont d’origine ».

 

Image

Sa participation – avec celles d’autres nombreux néo-nazis – aux soirées identitaires organisées par Aurélien Verhassel ne nous étonne bien sûr pas, ainsi que leur présence commune régulière à des évènements locaux comme dans la boutique Tribann par exemple mais aussi à Nieppe récemment lors de l’organisation par Luc Pécharman d’une « journée de synthèse nationale ».

Mais ces derniers, en premier lieu duquel Aurélien, cherchent globalement à taire ce militantisme commun, l’image polissée des identitaires a tout à perdre à s’afficher publiquement avec des militants clairement néo-nazis et condamnés à de multiples reprises pour des agressions racistes et homophobes.

Toutes ces raclures racistes ne sont qu’une seule et même nébuleuse qui participent aujourd’hui à la réaction raciste, islamophobe, homophobe et sexiste qui sévit dans le pays. C’est notre devoir de militants révolutionnaires de les connaître pour mieux les combattre.

Nous nous réunirons bientôt pour commémorer dans la lutte les un an de la mort de Clément, celà doit permettre à toutes les forces antifascistes de se réunir et de montrer que résister veut dire lutter !


EZLN

Ce mardi 19h au cinéma l’Univers (rue Danton à Lille Moulins) : cycle cinéma zapatiste n°2

20 ans de l’Armée zapatiste de libération nationale , et ils sont toujours là !
Zapatista

Big Noise Films| docu | Etats Unis | 1998| 55 min
Inédit en Lille métropole
1 er janvier 1994. Le jour de l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), quelques minutes après minuit dans le sud du Mexique, plusieurs milliers de soldats mayas déclarant la guerre contre l’Etat mexicain et contre la puissance globale des entreprises. Ils s’appellent l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN). Avec des Interviews avec: le sous-commandant Marcos, Noam Chomsky, commandant Tacho, David et Zebedeo, la milicienne insurgée Ana Maria, Javier Elorriaga, et Zach de la Rocha.
Avec des interviews de : le sous-commandant Marcos, Noam Chomsky, le commandant Tacho, David et Zebedeo, la milicienne insurgée Ana Maria, Javier Elorriaga, et Zach de la Rocha

 

La marche de la dignité indigène

Sylvie Kahane | La Cathode | France | 2001| 52 min
Au printemps 2001, une marche sur Mexico est organisée par le mouvement zapatiste dont l’objectif est la prise en compte des droits et de la culture indigène par le gouvernement mexicain. À l’appel du sous-commandant Marcos, des sympathisants de tous pays forment un convoi d’une cinquantaine de véhicules et partent pour trois semaines de voyage à travers le Mexique. Parmi eux, la trompettiste d’une fanfare parisienne, le Front Musical d’Intervention, a pris sa caméra.

 

Proposé par Réseau Latino-américain de Lille : Comité Lille Tierra y Libertad


Bruay est et restera une terre antifasciste. Une quarantaine de militants syndiqués de la CGT, de la CNT, de SUD et de la FSU du bassin minier l’ont à nouveau rappelé ce 23 mai en organisant une opération contre le Front National :

Opération anti-FN à Bruay-la-Buissière


La police assassine

Lahoucine Omghar tué par des policiers à Montigny-en-Gohelle le 28 mars 2013. Un an après les policiers mis en cause continuent d’exercer sans être inquiète par la justice. Pour rappeler la mort d’un homme, pour rappeler cette impunité dont bénéficient ces policiers, pour dire stop à la complicité de la justice dans ces affaires de meurtres, violences commises par des policiers, que ces policiers soient jugés comme n’importe quel citoyen.

Plus d’infos sur le site Urgence notre police assassine


Mutuelle des Fraudeurs de Lille

Transpole déclare la guerre aux pauvres !
Communiqué de la mutuelle des fraudeurs

Perquisition, garde-à-vue et saisie des ordinateurs
C’est en partant au travail qu’un membre de la mutuelle des fraudeurs est arrêté. Il est emmené à son domicile pour une perquisition. L’appartement est retourné, ordinateurs, argent liquide, archives sont saisis. Cette personne est rapidement placée en garde à vue, un deuxième membre sera mis en garde à vue aussi dans l’après-midi. Les fonctionnaires qui interviennent précisent que la police répond à une plainte de Transpole à l’encontre du blog de la mutuelle.

La mutuelle des fraudeurs, c’est quoi ?
La mutuelle des fraudeurs est un collectif qui revendique la gratuité des transports sur la métropole lilloise. Elle a pour objectif de créer une entraide entre ses membres, au-travers d’une cotisation permettant d’aider celles et ceux qui ne peuvent faire face au paiement d’une amende. La mutuelle apporte son soutien politique ou financier en cas d’endettement auprès de Transpole.
Comment s’organise-t-elle ?
Les responsabilités au sein de la mutuelle, communication, secrétariat, trésorerie, sont tournantes. La mutuelle n’a pas de salarié, ne fait aucun profit, n’a pas de chef, l’argent sert uniquement à la solidarité entre fraudeurs et à payer des tracts, des affiches portant son message politique.

Et pourquoi ne pas payer ?
La mutuelle s’inspire du mouvement « Ne plus payer » grec où la population s’organise pour répondre à la pauvreté imposée (remise en route des compteurs électriques, péages gratuits…). Elle est née dans un contexte de « crise économique » et répond localement à la politique tarifaire de Transpole dont l’augmentation des prix semble ne pas avoir de limites alors que la précarité et la pauvreté ne cessent d’augmenter.

Payer pour être fichée ?
Au-delà de prôner la gratuité, la mutuelle s’oppose également au fichage des voyageurs (avec la carte pass-pass par exemple), et à la mise en place de caméras de vidéosurveillance toujours plus nombreuses (il y en a déjà 3700) dans les transports en commun. Le 16 avril dernier, Transpole annonce sa volonté d’installer des caméras intelligentes qui permettront de reconnaître les visages de tous les usagers.

La mutuelle c’est qui ?
La mutuelle lilloise va bientôt fêter ses cinq ans. Elle regroupe environ une centaine de membres : des chômeurs, des étudiants, des salarié-es, des précaires.

Contact : mutfraudeurslille@riseup.net

AVEC TRANSPOLE, RESTE PAUVRE ET FERME TA GUEULE ! MANIFESTATION jeudi 15 mai 2014 à 18h
(départ de L’Insoumise, 10 rue d’Arras)

La gratuité, c’est possible
Le financement de Transpole provient à 80 % de fonds publics (de la communauté urbaine, des conseils général et régional, et de la taxe patronale), les 20 % restants correspondent aux tickets et abonnements. Et lorsque les tickets augmentent, rendant de plus en plus difficile la mobilité des usagers précaires, les bénéfices des actionnaires s’accroissent eux aussi. Il est important de rappeler que Transpole c’est Kéolis, une filiale le la SNCF possédée aussi à 40% par AXA. Kéolis a réalisé 189 280 000 euros de bénéfice net en France en 2011 et depuis 2007 son chiffre d’affaires augmente en moyenne de 12,7%.

La gratuité des transports est adoptée par un nombre croissant de villes françaises. Parmi elles : Aubagne, Auriac, Colomiers, Compiègne, Castres ou encore Dunkerque en projet… Plus de billetteries, ni de contrôleurs, les chauffeurs de bus peuvent se consacrer à leur tâche ce qui permet une amélioration de l’ambiance dans les transports. La gratuité permet une augmentation de la fréquentation alors que le budget de fonctionnement reste inchangé.


La CNT en grève

La politique d’austérité salariale menée par le gouvernement à l’égard des travailleurs de la fonction publique d’État, de la fonction publique territoriale et de la fonction publique hospitalière aboutit à une baisse incessante de leurs revenus. Le gel du point d’indice dans la fonction publique (tout comme la stagnation du SMIC dans le secteur privé, le gel des retraites et des prestations sociales ainsi que le report de la revalorisation du RSA) est particulièrement inacceptable !

D’autre part, la réduction des effectifs annoncée par le gouvernement va restreindre l’accès des usagers aux services publics et endommager la qualité de ces services.

A l’initiative de plusieurs organisations syndicales, une journée nationale d’action et de mobilisation est organisée jeudi 15 mai 2014 dans la fonction publique pour exiger :

  • une revalorisation immédiate du point d’indice,
  • la refonte de la grille indiciaire permettant la revalorisation de tous les métiers,
  • des mesures de rattrapage,
  • des emplois publics de qualité correspondant aux besoins de la population.

Les syndicats CNT du Nord Pas-de-Calais appellent à la grève ce jour-là.

Voici leurs revendications spécifiques :

 

  • Revalorisation du salaire minimum : dans le public comme dans le privé, pas de salaire net inférieur à 2 000 euros !
  • Réduction des inégalités : Les propositions d’augmentation uniforme (en pourcentage, du point d’indice ou du type « X euros pour tous ! ») ont le mérite d’être claires, mais elles avantagent les salariés les mieux payés. C’est pourquoi, afin de réduire les inégalités entre travailleurs, la CNT 59/62 lutte pour des augmentations différenciées inversement proportionnelles aux salaires (selon une échelle décroissante de 300 euros pour les salaires les moins élevés à rien pour les salaires au-dessus de 2 fois le SMIC revalorisé).
  • Pas d’augmentation des salaires sans relèvement en parallèle des minima sociaux, des contrats précaires, des contrats d’apprentissage, des indemnités chômage et des retraites.

La CNT ne saurait se satisfaire de ces revendications à court terme.
Son objectif est l’abolition de toutes les hiérarchies salariales et la construction d’une société fondée sur la répartition égalitaire des richesses et l’autogestion.


Cantine vegan féministe à Lille

L’auto défense Féministe n’est pas un crime !

Cantine Végan de Soutien en solidarité avec les Féministes parisiennes qui subissent la répression pour leur action au TGI de Paris le 8 avril dernier.

Le mardi 13 mai, 20h, au CCL,
4 rue de Colmar à lille, métro Porte des Postes.

« Fin 2013 à Paris, une habituée de « La Mutinerie » (bar à clientèle féministe, lesbienne et trans) a été agressée, vers 2h du matin au moment de la fermeture. Elle donnait un coup de main au personnel et comptait passer le balai devant le bar, lorsqu’ un homme lui a adressé des propos à caractère sexiste et sexuel (…) Elle s’est défendue verbalement en lui intimant de cesser, ce qui n’a pas empêché l’homme de s’en prendre à elle physiquement. Elle s’est alors défendue par des coups. Vraisemblablement alcoolisé au moment des faits, c’est seulement deux jours plus tard que l’agresseur est allé porter plainte. La victime, qui a du se défendre, s’est vue prescrire plusieurs jours d’ITT (incapacité temporaire de travail) pour être finalement convoquée au commissariat de police.
(…)
mardi 8 avril, son audience avait lieu avec pour chef d’accusation : violences volontaires ayant entrainé une ITT de plus de huit jours. En plus des frais de justice, le verdict la condamne à une peine de 5 mois de prison avec sursis et à verser des dommages et intérêts qui pourraient atteindre 10.000 euros.
(…)
Au rendu du verdict, 18 féministes présentEs en soutien à l’accusée ont manifesté pacifiquement leur désaccord en déroulant une banderole et en criant un slogan dans la chambre du Tribunal de Grande Instance. Elles ont été évacuéEs avec force et violence de la salle, puis ont été reconduitEs vers la sortie. Alors qu’elles étaient en train de partir, elles ont été encercléEs devant le Palais de Justice par des forces de l’ordre et ont été retenuEs pendant deux heures sans que leurs droits ne leur aient été notifiés ni les motifs de leur rétention. Le dispositif mis en place était totalement disproportionné : une trentaine d’officiers les retenaient, des cars de police ont été affrétés sur les lieux.

EmmenéEs au commissariat puis relâchéEs après vérification de leurs identités, il leur a été signifié que certainEs d’entre elles seraient prochainement convoquéEs pour répondre aux accusations d’outrage à agent et de dégradation de matériel (des bancs de la chambre correctionnelle auraient été descellés lors de leur évacuation par les gendarmes). CertainEs d’entre elles seront entenduEs à nouveau par la police et risquent des poursuites judiciaires. »

Plus d’infos sur le site du Collectif du 8 avril.