Articles Tagués ‘antifa’


Suite à la révélation de l’assassinat de notre camarade Hervé Rybarczyk par les fascistes lillois, rassemblement vendredi 12 mai à 19h sur la Grand Place de Lille (plus d’infos à la fin de l’article).

Ci-après l’article revenant sur ces évènements, et les zones d’ombres de l’affaire publié par l’AFA NP2C.

La police couvrait-elle les assassins identitaires lillois qui ont également armé le terroriste de l’Hyper Cacher Amedy Coulibaly ?

Edit : Libération révèle que la police était au courant depuis au moins l’automne 2015 mais n’avait pas donné suite.

3 fascistes nordistes connus pour leurs nombreux méfaits viennent d’être emprisonnés [1] [2]. Ils sont accusés d’avoir assassiné Hervé Rybarczyk, guitariste du célèbre groupe de rock’n’roll « Ashtones », groupe qui se produisait fréquemment en soutien aux organisations miliantes lilloises.

Hervé a mystérieusement disparu dans la nuit du 11 au 12 novembre 2011 après un concert à La Chimère (Boulevard Montebello à Lille). A l’époque le parquet de Lille n’envisageait pas « l’hypothèse d’un crime » [3] (nous y reviendrons).
Pourtant, suite au récent procès du tortionnaire néo-nazi Jérémy Mourain [4], l’enquête sur la disparition de Hervé et des 4 autres victimes dites « du pousseur de la Deûle » fut réouverte. En effet, Mourain, alors en prison, déclare « Pourvu que le juge n’aille pas chercher trop loin dans ma période lilloise. » [5] ou encore « À ma période lilloise, j’ai tué un homme, là-bas. ». La Voix du Nord abonde : « [Cette] bagarre se serait terminée dans la Deûle » [6].

Hier, 3 membres de la mouvance identitaire lilloise ont été placés en détention à la suite de ces révélations.

Pour bien comprendre le sens de ces informations, il s’agit de les replacer dans leur contexte de l’époque.

Mourain était alors un membre important de Troisième Voie. Ce groupuscule néo-nazi fut dissout après que l’un de ses nervis, Esteban Morillo, a assassiné Clément Méric, un jeune membre de l’AFA Paris Banlieue et du syndicat SUD étudiant-es. Morillo comme Mourain étaient originaires de Picardie.

Mourain était le bras droit de Serge Ayoub en Picardie (le chef de Troisième Voie et de son service Action, les « Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires »).
A son arrivée dans le groupuscule, il fut « parrainé » par le lillois Yohan Mutte [7], un membre de Troisième Voie et des JNR déjà condamné pour avoir attaqué le bar gay « Le Vice Versa » en marge d’une « Manif pour tous » [8]. Il a également participé à de nombreuses actions violentes dans la métropole comme les attaques du bar « le Resto Soleil » [9] (au cours d’une desquelles était présent… Jérémy Mourain) ou encore celle ayant visé le local du syndicat CNT (opérations toujours mises en échec par les antifascistes présents).

Yohan Mutte est l’un des 3 interpellés d’hier… Il semble qu’au moins l’une de ces ratonnades a entrainé la mort d’un homme, celle d’Hervé.

Mais ce n’est pas tout. A l’époque, Troisième Voie travaillait en étroite collaboration avec la Maison de l’Identité Flamande (Vlaams Huis), l’ancêtre de La Citadelle, au sein du « Front Populaire Solidariste ».

La Maison de l’Identité, comme le mouvement identitaire lillois, furent fondés par le tristement célèbre Claude Hermant, un indic et barbouze formé au service Action du Front National [10]. La Vlaams Huis servait de point de rendez-vous aux néo-nazis de Troisième Voie, aux identitaires d’Opstaan (l’ancêtre de « Génération Identitaire »), aux autres groupuscules de l’extrême-droite nordiste… mais aussi aux forces de sécurité.
Le lieu pouvait compter parmi ses adhérents le chef de la police municipale de Lambersart et des policiers y fêtaient même leurs anniversaires. [11]
Les flics sympathisants n’hésitaient pas non plus à renseigner les néo-nazis sur les militants de gauche (on verra que le trafic d’armes a dû créer des liens étroits entre fascistes et flics) ; ainsi la Maison Flamande publia à plusieurs reprises des noms et adresses de militants libertaires collectés suite à des interpellations [12]. Une plainte collective fut déposée mais cette affaire fut – bien entendu – classée sans suite.
Est-ce par ce biais que les assassins d’Hervé ont ciblé leur victime ? Nous ne le saurons probablement jamais… Ce qui est certain c’est qu’Hervé avait été identifié par les fascistes comme « antifa ».

Au sein de ce panier de crabes on retrouvait bien sûr Mourain et Mutte, mais aussi Aurélien Verhassel (qui participait fréquemment aux activités – dont les tournois de boxe – organisées par « la Vlaams ») et Antoine Denevi.

Verhassel est l’actuel chef de Génération Identitaire Lille et de « La Citadelle ». Il a lui aussi un casier judiciaire chargé : « violences aggravées, violation de domicile, violences avec préméditation et usage d’une arme… Et même une peine de 80 jours/amende en Allemagne pour «détention et importation de substance explosive» et «utilisation de caractéristiques d’organisations anticonstitutionnelles» » (Libération [13]). Sa proximité avec Troisième Voie, Mutte et Mourain n’est pas récente. Déjà en 2014, Verhassel avait été épinglé pour sa proximité avec les ex du groupuscule dissous. Les mêmes aujourd’hui accusés d’avoir assassiné Hervé [14].
Depuis, les choses ne se sont pas arrangées. Leur nouveau local « La Citadelle » héberge fréquemment des membres de cette bande néo-nazie. Il sert également de base arrière pour leurs ratonnades, comme celle ayant ciblé des étudiants des Jeunes Communistes en novembre dernier [15].

Abordons maintenant le cas de Denevi et découvrons pourquoi la police avait tant intérêt à étouffer l’affaire « du pousseur de la Deûle » : Denevi était le chef de Troisième Voie dans le Nord de La France. Mourain et Mutte (tous deux membres de l’organisation dans le Nord) étaient donc sous son autorité. Mais Denevi ne se contentait pas de ratonner : comme l’a révélé il y a quelques semaines Mediapart, il participait à un important trafic d’armes de guerre dont était à la tête… Claude Hermant [16]. Le réseau Hermant-Denevi (c’est à dire le groupe de personnes également accusé d’avoir assassiné Hervé) a, semble-t-il, procuré au djihadiste Amedy Coulibaly le fusil d’assaut et les pistolets Tokarev qui lui ont servi à massacrer des juifs à l’Hyper Cacher, près de la porte de Vincennes à Paris.

L’histoire ne s’arrête pas là : Hermant était en fait un indic de la police et dit avoir livré ces armes sur demande des forces de sécurité. Comme l’ont révélé Mediapart et la Voix du Nord, rien de moins que la police, la DCRI, la gendarmerie et la douane étaient impliquées dans ce trafic [17]. L’enquête de Mediapart est surréaliste, extrait :

« À Mediapart, le commissaire divisionnaire Patisson, chef du SDIG du Nord de 2008 à 2011, avant de diriger le CCPD de Tournai, confirme que Christophe Dubroeuq, alias « Monstro », a été l’un de ses informateurs sur l’extrême droite radicale lilloise, et qu’il a communiqué des informations sensibles, avant de devenir « un bon copain ». « Je m’inquiétais de ne pas avoir de nouvelles de “Tof”, dit-il. Puis j’ai appris par mes collègues qu’il avait été interpellé en République tchèque. Je lui avais dit clairement quelques jours avant : “Tu ne mets pas ton nez là-dedans.” On savait que ces armes slovaques avaient été retrouvées dans la filière Kouachi. »

Quelques années plus tôt, l’ancien chef des RG du Nord avait réussi, par le truchement de « Tof », à approcher Claude Hermant, ancien militaire, figure de l’extrême droite identitaire locale et lui-même informateur de la gendarmerie et des douanes, identifié comme l’un des acheteurs officiels d’une partie des armes slovaques retrouvées entre les mains d’Amedy Coulibaly, en janvier 2015. »

Résumons, Hervé Rybarczyk (et peut-être d’autres victimes) a probablement été assassiné par un groupe de néo-nazis également trafiquants d’armes. Ces néo-nazis trafiquants d’armes étaient aussi des indics, et ils ont armé Daesh avec l’aval des forces de police.
Bien qu’il soit invraisemblable que 5 personnes soient accidentellement mortes noyées dans la Deûle en quelques mois alors que cela n’était jamais arrivé (et n’est plus arrivé depuis) ; malgré le vent de panique qui avait alors parcouru la ville ; le parquet n’envisageait pas à l’époque « l’hypothèse d’un crime » et évoquait « la loi des séries ». Or dans le même temps, les services de sécurité couvraient le groupe dans le cadre de son trafic d’armes…

Encore aujourd’hui, des membres de ce groupe se réunissent toutes les semaines dans le bar raciste qu’ils ont ouvert à l’automne, « La Citadelle », situé 8 rue des Arts à Lille. Malgré les nombreuses manifestations et protestations de la population, ni Martine Aubry ni la police n’a jugé opportun de fermer ce lieu.
Est-ce que la révélation du meurtre d’Hervé suffira à faire fermer La Citadelle [18] (mais aussi « La Frite Rit » [19], commerce appartenant à Claude Hermant, rue Solférino à Lille) ou faudra-t-il que les fascistes pro-FN tuent encore ?

Rendez-vous vendredi 12 mai à 19h sur la Grand Place de Lille afin de rendre hommage à toutes les victimes du fascisme et de rappeler aux nervis lillois que nous leur rendrons coups pour coups.

Ce texte est ouvert à signature.

Action Antifasciste NP2C

[1] http://www.liberation.fr/direct/element/trois-jeunes-hommes-proches-de-lextreme-droite-mis-en-examen-dans-laffaire-des-noyes-de-la-deule_63107/
[2] http://www.lavoixdunord.fr/157289/article/2017-05-03/l-affaire-des-noyes-de-la-deule-relancee-arrestations-au-sein-de-l-ultra-droite
[3] http://musique.jeuxactu.com/news-ashtones-mysterieuse-disparition-du-guitariste-herve-rybarczyk-9648.htm
[4] http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/picardie/somme/amiens/proces-wwk-amiens-neuf-ans-prison-jeremy-mourain-relaxe-serge-ayoub-1225085.html
[5] http://www.lavoixdunord.fr/139941/article/2017-03-28/le-leader-du-groupe-d-ultra-droite-est-il-l-auteur-d-un-meurtre-impuni-lille
[6] http://www.lavoixdunord.fr/139572/article/2017-03-28/quand-est-dans-cette-ideologie-de-haine-peut-devenir-tres-violent
[7] https://www.streetpress.com/sujet/1485772451-le-white-wolf-klan-groupe-neonazi
[8] http://www.liberation.fr/societe/2013/09/04/lille-j-ai-entendu-fils-de-pute-encule-pede_929519
[9] https://luttennord.wordpress.com/2012/12/10/le-resto-soleil-une-nouvelle-fois-attaque-par-les-nazillons-lillois/
[10] http://lahorde.samizdat.net/2013/04/23/portraits-et-relations-des-neo-nazis-ayant-attaque-le-bar-gay-du-vieux-lille/
[11] https://lille.indymedia.org/spip.php?article17732&lang=fr
[12] http://cettesemaine.info/spip/article.php3_id_article=2505.html
[13] http://www.liberation.fr/apps/2017/04/generation-identitaire-a-decouvert/
[14] https://luttennord.wordpress.com/2014/05/25/tribann-identitaires-nazi-et-fiers/
[15] http://www.lavoixdunord.fr/75067/article/2016-11-16/des-jeunes-communistes-agresses-dans-un-bar-samedi-
[16] https://www.mediapart.fr/journal/france/070516/quatre-services-de-securite-connaissaient-les-fournisseurs-d-armes-de-coulibaly?onglet=full
[17] https://www.mediapart.fr/journal/france/120317/informee-la-police-n-rien-fait
[18] https://www.facebook.com/fermonslacitadelle/
[19] https://www.facebook.com/FermetureLaFriteRitLille/

Publicités

antifa Lille fumigène

Hier nous étions plusieurs milliers de Lillois à défiler à nouveau afin d’exiger la fermeture de l’estaminet raciste « La Citadelle » tenu par le groupuscule d’ultra-droite raciste, sexiste et homophobe « Génération Identitaire » au 8 rue des arts.

L’État, sa police et le Parti Socialiste représenté par Martine Aubry avait décidé de réserver le centre ville de Lille à l’extrême-droite : le parcours initial de la manifestation a été retoqué par les représentants du système, un parcours « alternatif » évitant complètement le centre – pourtant traditionnel lors des manifestations progressistes – a été imposé.

la-citadelle-lille
Pas étonnant lorsque l’on connaît la complaisance dont bénéficient les identitaires à Lille de la part des sociaux-démocrates; et la porosité entre la police et les milieux d’extrême-droite de la capitale des Flandres :

  • ouverture d’un bar clandestin ouvertement « réservé aux blancs » sans aucune opposition de la mairie alors qu’Aubry fait fermer administrativement des dizaines de café-concerts officiellement déclarés
  • agressions nombreuses et impunies par des fascistes se réclamant ouvertement de « La Citadelle »
  • « La Frite Rit » rue Solférino toujours ouverte alors que son patron, le fondateur du mouvement identitaire à Lille, est en prison pour avoir vendu les armes ayant servies aux djihadistes à commettre l’attentat de l’Hyper-Casher
  • les flics ont donné des noms et adresses des militants de gauche aux identitaires sans aucune conséquence disciplinaire

Mais c’était sans compter sur la détermination de l’Action Antifasciste NP2C et des autres groupes révolutionnaires présents lors de la manifestation. Le cortège s’est ébranlé avec fumigènes, banderoles et chant de slogans antifascistes en direction du centre ville ; bravant ainsi l’interdiction. Un dispositif policier démesuré fût alors déployé : des dizaines de camions de CRS et des unités (masquées et sans brassards) de la BAC ont tenté de nous obliger à suivre le tracé prévu par l’État, sans succès.
Après être passé par la rue des Postes, Wazemmes, et la rue Gambetta, nous avons à nouveau déjoué le dispositif policier afin de nous rassembler rue Puebla, devant le bar « le Maclaren’s » ou une dizaine de nervis fascistes de La Citadelle ont agressé une lycéenne et des lycéens communistes la semaine dernière. Des slogans sont entonnés par la foule et repris par les habitants depuis leurs fenêtres : « pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers ». Lorsque les nazillons lillois mobilisent 10 personnes, nous en mobilisons 1 000 et ils ne seront jamais les bienvenus dans la métropole.

bar-mclarens-lille

La manifestation s’est ensuite dirigée vers « la Citadelle » via la rue Nationale. Les CRS et la BAC se sont alors déployé en force pour protéger les fascistes et ont bloqué le cortège à l’approche de la Grand’Place. Après avoir occupé le centre ville, le cortège comptant toujours quelques centaines de personnes s’est disloqué rue Gambetta.

fermons-la-citadelle-lille

La journée n’était pourtant pas finie : il était illusoire de penser que l’État pouvait interdire l’accès à un quartier complet aux militants progressistes et le livrer de fait aux néo-nazis.
Quelques heures après la fin de la manifestation, un groupe d’une 50 aine de personnes s’est reformé pour passer la soirée dans le centre ville et le Vieux Lille. Ce groupe est allé rappeler aux nazillons présents à la Citadelle qu’à chaque agression qu’ils commettent, nous rendons coup pour coup.
Les courageux militants d’extrême-droite qui ne rechignent pas à tabasser des mineurs ont cette semaine décidé de se terrer près de 30 minutes dans leur local sur-protégé. Ils ont fini par appeler la police (qui n’était pas venue lorsque les lycéens communistes les avaient appelé la semaine dernière). Les flics sont arrivés en trombe pour défendre leurs protégés et ont tiré sans sommation une grenade de désencerclement dans la foule ; qui n’avait pourtant commis aucun acte répréhensible. Pas de blessés ni d’arrestation.

La lutte continue, de nouvelles actions contre La Citadelle se dérouleront bientôt !

Action Antifasciste NP2C

antifa-citadelle

[coucou c’est nous] Les racistes de la citadelle très fort pour attaquer armés des lycéens à la sortie d’un bar, par contre planqués en panique a appeler les flics quand des antifas viennent les checker en début de soirée chez eux.
Et quand les jeunes lycéens appellent la police après avoir subi une agression par une vingtaine de nazis armés, les flics ne viennent pas, quand les mêmes nazis retranchés dans leur bar raciste appellent, ils débarquent et tirent des grenades de désencerclement sans sommation. #boloss2compet #loveurs2shtars #monHonneurSappelleFragilité#trompettistes #milesDavis #poucaves #spartiatesDiscount #300lol

Nb : puisque les gens venus les visiter etaient non armés et n’avaient commis aucune infraction, a l’arrivée de la police, on peut deduire que certains quartiers de lille sont interdits aux non blancs ou aux gens de gauche


Fermons La Citadelle
Malgré prés d’un millier de personnes dans la rue le 24 septembre dernier, une pétition réunissant plus de 60.000 signatures demandant sa fermeture, la colère des riverains et de toute la population nordiste « La citadelle » a tout de même ouvert ses portes.

Ce bar ouvertement raciste (réservé aux blancs) tanière de Génération Identitaire et de l’extrême droite locale peut désormais, en toute impunité, déverser sa propagande haineuse et pratiquer la ségrégation dans le centre de Lille. Pendant que son leader Aurélien Verhassel (nazi notoire que l’on ne présente plus) multiplie les interventions dans les médias justifiant le racisme tout en faisant la promotion de ce bar sordide, organisons-nous et tenons la rue.

Face à l’inaction des pouvoirs publics, qui préfère « chasser du migrant » pour réhausser sa côte électorale banalisant ainsi les idées nauséabondes défendues par Génération Identitaire, c’est à nous d’agir. nous, militant(e)s ou non, lycéen(ne)s, étudiant(e)s, chômeur(se)s, salarié(e)s, précaires… Nous habitant(e)s du centre-ville ou d’un autre quartier, de Lille ou de la région, mobilisons-nous. Car c’est en menant des actions régulières que nous pourrons nous faire entendre.

L’Action Antifasciste NP2C appelle à une nouvelle manifestation contre « La Citadelle »
Samedi 19 Novembre à 14h Place de la République

Notre région restera antiraciste.
A bas La Citadelle !

Action Antifasciste NP2C.

A suivre également : l’évènement Facebook de la manifestation et la page « Fermons le bar raciste La Citadelle« 


Lille Antifa

Le groupuscule fasciste « Génération Identitaire » (reformation de « Unité Radicale »,  groupuscule dissous après que l’un de ses membres ai tenté d’assassiner Chirac) va ouvrir un local « réservé aux blancs » au 8 rue des Arts (quartier des gares) à Lille.

Mais la résistance s’organise face à cette nouvelle « maison flamande » qui – à coup sur – sera le théâtre de ratonnades racistes et de nouveaux affrontements :

  • Une manifestation organisée par des associations, syndicats, organisations politiques et habitants opposés à ce que des néo-nazis aient pignon sur rue est d’ores et déjà prévue ce samedi 24 à 17h place de la République, jour de l’inauguration de cette nouvelle verrue dans le centre ville (voir l’appel ci-après).
  • Une pétition déjà signée par plus de 50 000 personnes a été lancée.
  • Une page Facebook exigeant la fermeture du lieu et regroupant les initiatives à ce sujet vient d’être créée.
  • Des militants antifascistes sont aller à plusieurs reprise rue des Arts pour informer les habitants de la présence de ces nouveaux voisins encombrants. Résultat : affiches aux fenêtres des maisons, pétitions dans les bars et tags et stickers sur les murs réclamant la fermeture de « La Citadelle » ont fleuris dans cette rue jusque ici multi-culturelle et sans problèmes.
  • Des tracts (ci-après) ont été diffusés sur les marché de la ville afin d’informer la population.

Tract à propos de "La Citadelle" à Lille

L’appel à la manifestation :

Samedi 24 septembre à Lille : manifestation contre l’ouverture du local fasciste « La Citadelle »

Fidèles à leur doctrine, les « identitaires » lillois ont annoncé leur intention d’ouvrir un estaminet réservé aux blancs dans le centre ville de Lille. L’inauguration de ce bar ségrégationniste explicitement nommé « La Citadelle » doit se dérouler le 24 septembre.

Le mouvement identitaire de la métropole fût créé par le tristement célèbre Claude Hermant sur les cendres de divers groupuscules fascistes et néo-nazis de la région. Le père fondateur du mouvement croupit en prison depuis le début de l’année 2016. Le leader identitaire avait trouvé une solution efficace afin de financer sa famille politique ainsi que son commerce (La Frite Rit, rue Solférino à Lille) : vendre des armes de guerres aux malfrats et aux terroristes. C’est ainsi que 4 pistolets automatiques Tokarev et 2 fusils d’assaut Kalachnikov remilitarisés et vendus par Hermant ont servis à Amedy Coulibaly (Daesh) pour massacrer des juifs lors de l’attentat de l’Hyper Cacher à Paris.

La Citadelle Lille

Il est à noter que les autorités n’ont toujours pas jugées nécessaire de fermer l’établissement malgré l’instauration de « l’état d’urgence ». Pas étonnant quand l’on sait que Claude Hermant été couvert par rien de moins que des fonctionnaires de de la douane, de la gendarmerie et de la DCRI, que le chef de la police municipale de Lambersart fêtait son anniversaire à la Maison Flamande et que la police a donné une liste de noms et d’adresses de militants libertaires aux identitaires, en toute illégalité.

Mais Claude Hermant n’est pas le seul proche de « La Citadelle » à fricoter avec les djihadistes : un autre identitaire, Antoine Denevi est également emprisonné dans le cadre de cette affaire de trafic d’armes. Ce militant de l’extrême-droite nordiste est un proche parmi les proches de Aurélien Verhassel (sulfureux porte parole de « Génération Identitaire » et de leur local « La Citadelle »). En plus de partager les mêmes idées suprématistes et militer ensembles au sein de l’ultra-droite, Antoine Denevi et Aurélien Verhassel partagent une passion commune : le hooliganisme. Les 2 hommes font en effet parti d’une même bande de hooligans (proches de la « LOSC Army » et de la « Youth Lens ») qui sévissent autour des stades et des bars de la région. Denevi a été arrêté au début de l’été à Malaga et a été extradé vers la France. D’autres identitaires qui étaient employés dans la friterie de Claude Hermant ont été arrêtés lors du démantèlement de ce réseau de trafic d’arme.

Lille Antifa, La Citadelle

Comment expliquer que des militants prônant le « white power » et ayant une haine viscérale des non-blancs et des musulmans puissent en venir à fournir des armes aux djihadistes afin de commettre des attentats sur le sol français ?
La réponse est tout autant financière qu’idéologique. De manière tout à fait pragmatique, l’argent accumulé par les fascistes lillois grâce aux ventes d’armes sert à financer leurs groupuscules extrémistes ainsi qu’à améliorer leurs propres trains de vie. Il serait d’ailleurs judicieux que l’État se penche sur la provenance des fonds permettant aux identitaires d’ouvrir commerces (La Frite Rit, bars, restaurants) ainsi que locaux politiques (La Maison Flamande, La Citadelle) dans une ville aux loyers aussi élevés que la capitale des Flandres.

De plus, lorsque des attentats sont commis sur le sol européen les djihadistes et l’extrême droite se renforcent mutuellement : les djihadistes tentent de profiter de l’extrême précarité économique ainsi que du racisme systémique (promu par les identitaires et repris jusque dans les rangs du Parti Socialiste) subi par les jeunes issus des anciennes colonies françaises afin de recruter et de promouvoir leur fanatisme mortifère. Plus les musulmans (ou assimilés) sont stigmatisés, plus leurs conditions de vies deviennent insupportables, et plus Daesh espère recruter des jeunes en recherche d’idéal et en rébellion contre cette société qui les a abandonnés. Leur calcul est simple : plus les musulmans seront discriminés, plus le repli communautaire sera important, et plus les organisations sectaires tel que Daesh, qui prônent une idéologie ultra-réactionnaire, seront attirantes.
La stratégie de l’extrême-droite est très similaire : chaque attentat est suivi d’une déferlante islamophobe stigmatisant encore plus les musulmans n’ayant pourtant rien à voir avec les fanatiques takfiristes. Plus les djihadistes massacrent en Europe, plus le ressentiment islamophobe augmente et plus l’extrême-droite (dont c’est le fond de commerce) se rapproche des portes du pouvoir.
La « gauche » de gouvernement, complice, vient piocher dans le catalogue de nouvelles mesures discriminantes élaborées par l’extrême-droite afin de masquer leurs trahisons économiques et sociales (loi travail, loi Macron…) ainsi que leurs échecs en matière de sécurité (incompétence des services secrets, soutien à la Turquie qui joue double-jeu avec Daesh, lois sécuritaires qui ne restreignent que les libertés du peuple sans impacter les terroristes…).
L’omniprésence du discours sur la « laïcité », l’interdiction de la viande Halal dans certaines cantines, le harcèlement policier des femmes voilées, les arrêtés anti-burkinis, le refus d’accueillir réfugiés et migrants sur le territoire national ou encore le renoncement sur le droit de vote des étrangers rendent de plus en plus crédible et légitimes les mouvements d’extrême-droite dont le corpus idéologique est – dans les faits – déjà appliqué.

L’extrême-droite sort donc renforcée par les attentats commis par les djihadistes, et réciproquement, ces derniers ont eux tout intérêt à ce que les thèses racistes de l’extrême-droite s’appliquent en Europe. En quelque sorte deal gagnant-gagnant bien que contre-nature.

Lille Antifa, La Citadelle

La Citadelle doit être inaugurée le 24 septembre à Lille. Elle sera le repère de racistes décomplexés, allant jusqu’à publier des vidéos d’eux effectuant des saluts nazis. Aurélien Verhassel et sa petite équipe de néo-nazis et de hooligans sont des habitués des agressions gratuites contre ceux qu’ils assimilent à des non-blancs ou à des militants progressistes. A n’en pas douter, si nous ne faisons rien, les rues du centre ville vont se transformer en terrain de chasse pour néo-nazis comme c’était le cas il y a peu encore dans le vieux Lyon avant que les militants antifascistes locaux ne reprennent les choses en main.
Mais Lille n’est pas Lyon, et ni l’argent des djihadistes, ni la complicité de la police, ni les méthodes violentes de l’extrême-droite ne nous empêcheront de bouter à nouveau les identitaires hors de notre ville car nous sommes mieux organisés, plus déterminés et numériquement supérieurs.

En 1888, c’est dans l’estaminet lillois « A la liberté » que fût entonnée pour la première fois l’Internationale. Cet hymne à la classe ouvrière et à la solidarité entre les peuples fût composé par un ouvrier de l’usine Fives-Cail, le célèbre Pierre Degeyter.
128 ans plus tard, le peuple de Lille va lui rendre le plus beau des hommages en empêchant l’ouverture d’un autre estaminet, qui lui prône un racisme totalement décomplexé, la haine entre les peuples et la défense des intérêts de la bourgeoisie : « La Citadelle ».

Rendez-vous samedi 24 septembre à 17h place de la République afin de manifester contre l’ouverture du local fasciste « La Citadelle ».

Premiers signataires : Action Antifasciste NP2C, Syndicats étudiants et lycéens de la CGT, CNT, FUIQP, Alternative Libertaire, collectif Archimède (étudiants en lutte de Lille 1)…

Bar

 


acta-non-verba

Les étudiants de Lille 1 mobilisés contre la loi travail occupent depuis plusieurs semaines l’amphitéâtre Archimède de l’université (bâtiment M1).

Ce mardi, ils y organisent la projection du documentaire « Acta Non Verba ». Réalisé peu après la mort de Clément Méric, ce documentaire présente des luttes sociales et initiatives politiques menées au travers de l’Europe par le mouvement antifasciste, communiste et libertaire représenté en France par les groupes autonomes de l’Action Antifasciste.

La projection sera suivie d’une discussion. Une table de presse de l’Action Antifasciste NP2C sera présente.

Venez nombreux mardi à 20h !


Antifa Calais

A Calais, un militant d’extrême-droite a été placé en détention provisoire après avoir agressé très violemment un enfant, reconnu comme le fils d’un militant réputé proche des associations de solidarité avec les migrants. L’enfant a du être hospitalisé et subir une intervention chirugicale.

Cette ignoble aggression ne restera pas sans réponse.

Communiqué de l’Action Antifasciste Calais :

La lâcheté à son paroxysme
(Pour les besoins de l’enquête et choix personnels des victimes nous n’entrerons pas dans les détails…)
C’est avec effarement et indignation que nous avons appris hier l’agression d’une extrême violence qu’a subit un gamin mineur par un homme de presque le double de son âge.
L’intervention de témoins a probablement évité le pire, néanmoins l’enfant en état de choc fut transporté d’urgence à l’hôpital pour y subir une intervention chirurgicale, nous ne pouvons qu’espérer qu’il se rétablira au plus vite et ce, sans séquelles.
Nous sommes bien évidement de tout cœur derrière cette famille profondément touchée par ce drame.
Pourquoi nous intéresser à ce qui pourrait passer pour un simple fait divers vous direz-vous? Tout simplement parce que cette agression cache en fait tout autre chose, une ignominie certes mais également un appel à la vigilance…
En effet, ce pauvre gosse est la victime d’une haine aveugle et d’une lâcheté qui dépasse l’entendement tout simplement parce qu’il n’est autre que l’innocent fils d’un de nos camarade engagé dans la lutte contre le fascisme et les discriminations.
Style mafieux, visiblement un message (indigne) de défiance envoyé au gêneur !
Le misérable vermisseau auteur de cet acte, interpellé est pour l’heure en détention provisoire en attente de son procès, puisse le juge comprendre la profondeur de la situation et lui infliger une correction conséquente.
Revenons-en à la vigilance mentionnée plus haut et citons un bon camarade qui l’exprime d’une manière on ne peut plus explicite… « Dans la lutte contre le fascisme tu as plus à perdre qu’à gagner! ».
La clandestinité est notre force, voir par exemple sur les réseaux sociaux certains profils exposer publiquement leur engagement est totalement inconscient et prône à représailles.
Certes il y a de quoi être fier de se battre pour des causes honorables, contre les discriminations en tout genres, protéger les minorités, dénoncer les abus de pouvoir et ainsi de suite mais il y a un revers à toute médaille, l’opposition est de manière générale courte d’arguments valides et s’exprime la plupart du temps par la violence.
En résumé, le moins « ils » en savent sur vous le mieux c’est, vous pourrez d’autant plus librement continuer le combat et riposter contre la haine qui gangrène notre société, puisque réseaux sociaux il y a, utilisez les à bon escient.
Salutations antifasciste et pleine compassion pour notre camarade et sa famille.


1312Pour faire face aux peines de prison ferme et aux lours amendes auxquels des camarades de l’Action Antifasciste NP2C ont été condamnés nous faisons appel à votre solidarité financière. Donnez en cliquant sur ce lien.

Ci-dessous l’appel :

Depuis plusieurs années nous essayons d’animer et de développer le mouvement antifasciste dans la région. Cette activité nous a amené à organiser diverses actions, manifestations ou rendez vous culturels.

Vous avez toujours contribué, par votre présence, à permettre à la résistance antifasciste de garder une forte implantation dans le np2c, que ce soit face à la montée du front national, de l’islamophobie des partis de droite et de gauche ou face aux groupuscules nazillons, nous nous efforçons de tenir nos positions et être, dans la mesure de nos moyens, présents au maximum dans les luttes révolutionnaires.

Lutter demande du temps et de l’argent. Nous avons toujours produit notre matériel par nos propres moyens sans accepter aucune aide de l’Etat, par les cotisations de nos militants, par les entrées des concerts ou les quêtes en manif’.

Nos combats sont évidemment dans le colimateur de l’Etat et de son appareil répressif, nous ne comptons plus les arrestations, les violences policières et les amendes infligées à nos militants.

Récemment de plus lourdes peines nous ont été infligées : prison avec sursis, grosses amendes, tig ou peine de prison ferme. Nos seules ressources ne nous permettent plus de faire face à de telles dépenses.

Afin de pouvoir payer, au moins en partie, ces frais de justice et relancer la production de matériel antifasciste nous en appelons aujourd’hui à votre solidarité financière. Il n’y a pas de petits dons, tous les coups de main sont les bienvenus et nous espérons pouvoir, avec votre aide, continuer nos combats légitimes pour l’égalité et la justice sociale.

Action Antifasciste NP2C

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-antifa-np2c