Archives de février, 2010

Blocus du hangar Kronstadt

Publié: 7 février 2010 par luttennord dans Infos

blocus du hangar

Vers 4h du matin les CRS formaient encore des barrages au coin de toutes les rues donnant accès à la rue du hangar.

Le sous-préfet à peine parti, les forces de l’ordre, PAF et CRS ont du lever le camp. Certains militants en ont profité pour sortir un moment de la guêpière. Mais une heure après les beaux discours du sous-préfet M. Gavory , devant des journalistes à l’écoute, la compagnie 11 arrivée en renfort de la compagnie 4, bloquèrent les routes. Il nous fut interdit de franchir la ligne de CRS.

Un enfant de 12 ans a failli recevoir un coup de flashball, en passant en force avec son copain. Ce qu’il ne faut pas faire pour pouvoir dormir au chaud quand on a 12 ans !!!

Les autres lignes ennemies étaient plus détendues. Mais pas question de passer.

Les CRS nous ont dit qu’ils restaient jusqu’à 8h du matin et ensuite il y aurait la relève.

quelques images des blocages, déblocages, reblocages

zetkin

Publicités

COMMUNIQUÉ SOS SOUTIEN AUX SANS PAPIERS CALAIS URGENCE RESISTANCE !

Aujourd’hui au hangar de Cronstadt, ouverture par un concert par les No Border , et journée rencontres dans ce lieu alternatif et solidaire. Immédiatement , les médias ont repris le mot d’ordre  » pas de nouveau Sangatte à Calais. » C’est tout sauf cela ce hangar, et Nous ne sommes pas des caritatifs , ou « humanistes ».

SoS Soutien aux Sans Paiers entend que le débat de fond ne soit pas occulté par les médias, ou autres polémique autour de l’ouverture de ce hangar. Il s’agit bien des politiques européenes de l’immigration , et la disparition du droit d’asile, au profit de l’utilitarisme migratoire. Le risque de voir « l’harmonisation » de ces politiques Européennes par une immigration plus que « choisie « , et pourquoi pas comme en Italie : une carte de séjour à points !

Les traitements inhumains et dégradants, les chasses à l’homme ; les exilés l’avaient fui ils se retrouvent traqués au bout de leur route dans cette Europe qui se barricade , et ose n’accueillir que 5% des exilés : ces  » dégâts collatéraux » des conflits de l’Occident. Nous devons respecter ratifiés les accords De Genève ratifiés envers ces exilés qui fuient nos conflits et guerres.

Ce soir , la mairie va jusqu’à affirmer que ce lieu est une « provocation, » et que nous « marcherions sur les pieds et le ventre des Calaisiens » ! Elle met en poste une quinzaine de flics devant le hangar. Alors qu’une vingtaine d’exilés viennent au concert, ils forcent le passage d’une quinzaine de policiers, puis à 18h repartent pour la distribution des repas par Salam. Une centaine d’exilés reviennent, devant le hangar : mais ils décident de ne plus supporter cette humiliation d’être traités comme les chiens à qui on jette des pierres pour les faire disparaitre . Ils restent dans le hangar et forcent ce barrage pour entrer.

SoS Soutien aux Sans Papiers soutien et continuera de soutenir toute solidarité , et refuse la manipulation, et désinformation que la mairie fait de l’ouverure de ce hangar

Les discours populistes et xénophobes de la mairie, la stigmatisation de « l’autre » : l’étranger, ne nous feront en aucun cas reculer dans nos solidarités et respect de chacun , La libre ciruculation et installation des exilés.

RESISTANCE ET SOLIDARITES SONT LES BIENVENUES , rue de Cronstadt.

Skalpel de la K-bine / Mémoire de lutte le clip !

Publié: 5 février 2010 par luttennord dans Vidéos


Des Bomspotters déjouent la sécurité de Kleine Brogel

Dimanche, un groupe de Bomspotteurs opposé aux armes nucléaires est rentré sur la base aérienne de Kleine Brogel.

A leur grande surprise, ils ont pu se balader pendant plus d’une heure sur la piste de décollage. Ils ont ensuite profité d’une porte laissée ouverte pour renter dans l’enceinte intérieure où sont entreposés les hangars des F16 et les 20 bombes nucléaires. Ce n’est qu’après une heure et demi que les activistes ont été arrêtés judiciairement. Les appareils photos, caméras et téléphones portables des Bomspotteurs ont tous été confisqués.

Réponse brutale des militaires

Les militaires étaient peu réceptifs aux messages pacifiques. Les activistes ont été arrêtés judiciairement et appris beaucoup de choses sur les techniques d’arrestations des militaires. Un activistes nous raconte après sa libération : « Les militaires nous ont bandés les yeux pendant des heures, ils nous ont forcés à nous mettre à genoux dans la neige, les bras tendus à 90° et nous ont menacé si nous avions l’intention de revenir sur la base dans les mois à venir. Nous avions tout vu sur la base, mais ils ne voulaient pas que l’on puisse voir quels militaires nous intimidaient ». La plus grosse inquiétude de l’armée a été que les Bomspotteurs avaient réussi à localiser, photographier et filmer les bunkers dans lesquels sont entreposés les armes nucléaires. Malgré plusieurs fouilles complètes, un des Bompotteurs a tout de même réussi à dissimuler une des cartes mémoires sur laquelle se trouve les informations les plus importantes que les activistes ont pu relevés.

Les activistes sont des entraîneurs aux techniques d’actions non-violentes. Ils donnent des formations aux nouveaux Bomspotteurs. Cette action a été pour eux un lieu d’entraînement aux actions non-violentes de désobéissance civile. Après avoir essayé leurs techniques pour passer les barbelés de l’enceinte de la base, ils ont réussi à rejoindre les 11 bunkers où sont entreposées les 20 bombes nucléaires américaines. Ils ont ensuite été arrêtés par des militaires lourdement armés. Les Bomspotteurs ont alors tenté d’expliquer aux soldats présents leurs perspectives pour une résolution pacifique des conflits.

Une vidéo des résultats de l’inspection a été publiée ce lundi soir sur internet :

http://www.youtube.com/watch?v=KfgW…

Les Bomspotteurs restent déterminés Cette action n’est qu’une des nombreuses actions prévue dans l’agenda pour 2010. Cette année est en effet cruciale pour le désarmement nucléaire.

2010 est marqué par trois moments déterminant pour l’avenir des armes nucléaires. Aussi bien les Etats-Unis que l’OTAN redéfinissent leur stratégie nucléaire. A partir du 3 mai 2010 aura lieu à New York le conférence de l’ONU sur l’examen de révision du Traité de non-prolifération (TNP). Traité contrecarrant la prolifération nucléaire et dans lequel les Etats armés nucléairement s’engagent à désarmer.

La conjoncture politique n’a jamais été aussi propice à un plaidoyer sur le désarmement nucléaire. D’un engagement belge de soutient à une initiative de désarmement, à la concrétisation de faire un succès la conférence de non-prolifération, il n’y a pourtant qu’un pas à faire !

C’est la raison pour laquelle Vredesactie appelle à perturber sans arrêt le bon fonctionnement de la base nucléaire via des actions non-violentes.

C’est la cinquième actions sur la base en moins de trois mois et de nombreux groupes de Bomspotteurs de tous le pays iront les mois à venir inspecter la base en vue de dénoncer la présence illégale des bombes nucléaires.

Le 3 avril 2010, une action non-violente de désobéissance civile regroupant des milliers de Bomspotteurs bloquera la base de Kleine Brogel. Ce jour, des actions sont également prévues sur toutes les bases européennes sur lesquelles se trouvent des armes nucléaires.

Un nouveau hangar de lutte à Calais !

Publié: 5 février 2010 par luttennord dans Infos

un nouveau hangar de lutte à calais

Les Noborders sont installés à Calais depuis le camp noborder de juin 2009 http://calaisnoborder.eu.org/. Ils avaient loué un petit local pour assurer le travail politique et le logement des militants venant de France, Allemagne, Italie, Grande Bretagne, Belgique…….

Ce mois ils ont loué un énorme et magnifique hangar. Les Noborders veulent faire de cet endroit un lieu d’hébergement, de débats, un lieu de lutte, de résistance, de solidarité, de création…

Partout en Europe les migrants se font arrêter, réprimer, enfermer et expulser au nom de notre économie, notre sécurité.

Calais est un lieu symbolique de cette répression contre les migrations et les migrants.

Depuis la fermeture du Sangatte, il y a 10 ans, les migrants continuent à venir à Calais. Ils sont pourchassés par la police et la PAF jour et nuit, leurs campements de fortune sont systématiquement détruits et leurs couvertures et tentes confisquées ou détruites.

Calais est une petite ville . La répression s’y passe ouvertement. Vous ne pouvez vous promener dans la ville sans croiser des groupes de réfugiés pourchassés par des CRS.

http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/news/opendoc.htm?tbl=NEWS&id=4b6990d12

Suite à l’annonce de l’ouverture de cet hangar, les réactions des médias et de la police ont été immédiates : première page mensongère dans les journaux locaux, contrôle des activistes et présence continuelle de la police devant le-dit hangar.

http://www.france-info.com/france-regions-2010-02-04-un-nouveau-sangatte-dans-un-hangar-calaisien-400694-9-13.html

Nous avons besoin d’énergies nouvelles pour construire cet endroit, pour en faire un lieu agréable et pour revendiquer.

Depuis juin de nombreux activistes de différents pays d’Europe sont venus et viennent encore. C’est devenu un lieu de luttes et de solidarités étonnantes.

Mais nous avons besoin de monde !!

Venez un jour, un weekend, une semaine

Et amenez de la moquette, des bâches, des grandes tentes, des couvertures…..

LIBERTE DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION

PAS DE FRONTIERES

tel : 0033(0)6997467

adresse : noborder-groupelocal-calais hotmail.fr

Hangar Kronstadt, rue de Cronstadt,14 – Calais

http://lille.indymedia.org/article19073.html

http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/#update

Concert au CCl ce Vendredi 05 Février

Publié: 4 février 2010 par luttennord dans Infos


Le contexte

Du 23 au 29 juin 2009 s’est tenu à Calais un camp no border qui a réuni plusieurs centaines de personnes dans l’objectif de dénoncer les politiques de gestion des flux migratoires, qui entraînent à travers toute l’Europe toujours plus d’atteinte aux droits et à la dignité humaine, de violences et de morts. De la Grèce à l’Angleterre, mais aussi en dehors des frontières européennes, par le biais d’une externalisation toujours plus évidente du contrôle et de la répression à l’égard des personnes migrantes, l’Europe commet un crime que des millions de personnes réprouvent et que nous sommes des milliers à combattre au quotidien.

A Calais nous sommes témoins depuis trop longtemps du harcèlement des migrants en transit par les autorités et de la violence qu’elle engendre de la part des flics. Nous avons vu récemment combien les solutions proposées par l’Etat s’apparentent à un nettoyage dont les méthodes rappellent parfois de tristes souvenirs : rafles, séparation des familles, enfermement, déportation… Ce sont des hommes, des femmes et des enfants que l’on traine dans la boue, que l’on brise et que l’on renvoie dans des pays qu’ils fuyaient pour des raisons légitimes.

C’est au regard de toutes ces infamies que nous étions réunis à Calais fin juin pour protester et alerter la population du drame qui se joue sous ses yeux. Les faits

Le 25 juin 2009 à Calais, alors que le camp no border faisait l’objet d’un impressionnant et lamentable blocus policier, accompagné dans les médias d’une psychose sans précédent, assimilant les militants no border à de dangereux criminels, une partie d’entre nous a souhaité contourner l’embargo fait à la liberté d’expression pour tenter de manifester au centre-ville, au contact de la population locale, avec pour seul objectif de défiler avec banderoles et tracts.

Rendez-vous avait été donné sur une place a proximité du centre à 16h00. Chacun savait qu’il fallait faire vite pour échapper aux forces de police, c’est pourquoi la manif est partie dans un délais de cinq minutes après le rendez-vous, pour rejoindre les grands axes du centre-ville. Il a fallu moins de temps qu’il n’en faut pour le dire pour que, coincés entre deux rangées de policiers, à 16h15 une partie des manifestants soit interpellée.

Les deux porteurs de la banderole de tête ont alors été plaqués au sol, maîtrisés et menottés, tandis qu’ils continuaient de scander « Liberté de circuler, liberté de manifester » / « Liberté d’expression, liberté de circulation ». Leur volonté de ne pas se taire, et alors qu’ils n’ont fait preuve d’aucune résistance physique, leur vaut une inculpation pour « résistance violente à agent dépositaire de l’autorité » (rébellion). L’un des deux, ayant fait l’objet de violences (pression des mains sur le visage, étranglement, utilisation de lunettes coincées entre les dents pour le faire taire) en a fait mention dans sa déposition, ce qui lui vaut une plainte de la part de l’agent de la BAC qui l’a interpellé.

Le procès

Nous dénonçons dans ce procès un moyen pour l’Etat de condamner l’initiative du camp no border et de réprimer encore une fois la contestation quelle qu’elle soit. Nous y voyons l’expression de la toute puissance de l’Etat policier et de l’impunité de ses flics. Nous voulons que ce procès, basé sur le mensonge des agents de police, soit celui de l’institution policière et des autorités. Nous contestons le blocus policier et la répression accrue à l’égard des militants présents lors de ce camp no border. Nous contestons la violence policière de l’Etat et la répression qui l’accompagne, ainsi que la dérive totalitaire de la démocratie actuelle, aussi bien dans ses politiques d’immigration que dans ses politiques (a)sociales. Ne les laissons plus gagner !

Les deux camarades sont passés en procès le 14 OCTOBRE 2009 pour se voir annoncer un report d’audience. Les policiers n’étaient ni présents, ni représentés. La substitut de procureur avait demandé un complément d’information, notamment l’ajout d’une carte de Calais représentant les zones d’intervention et de contrôle des forces de police.

Les deux camarades sont reconvoqués ce mercredi 03 FEVRIER 2010 au tribunal de Boulogne-sur-Mer.

Ils invitent donc toutes et tous à venir les soutenir le jour de l’audience.

Pour que cesse le chaos policier !

Pour une véritable justice sociale et contre les violences d’Etat !