Archives de juillet, 2008

Concert le 1er août au resto soleil a lille

Publié: 31 juillet 2008 par luttennord dans Rendez vous

Publicités

Bruxelles : Sans Papiers en lutte ! régularisez

Publié: 30 juillet 2008 par luttennord dans Infos

du Comité des Sans Papiers du Nord (CSP59)

aux sans papiers grévistes de la faim et de la soif à Bruxelles

Mme TURTELBOOM, ne soyez pas responsable d’un drame

irréparable :

REGULARISEZ avant qu’il ne soit définitivement trop tard !

Le CSP 59 (Nord, France) a pris connaissance de la situation alarmante concernant le mouvement de nos camarades sans papiers de Bruxelles qui luttent collectivement pour enfin obtenir leur droit à la régularisation.

Vous, sans papiers de Bruxelles, avez été obligés d’entamer une grève de la faim pour espérer enfin vous faire entendre de Mme Turtelboom, Ministre de la Politique de la migration et de l’asile, et obtenir la régularisation.

Face à la surdité et l’aveuglement de Mme Turtelboom et ce malgré l’état de santé des grévistes de la faim qui ne cessait de se dégrader au fil des jours, plusieurs dizaines d’entre vous ont décidé, contraints par cette attitude, d’entamer une grève de la soif.

Il semble que Madame Turtelboom pose la surdité et l’aveuglement comme stratégie visant à vous faire taire et à vous rendre invisibles par tous les moyens, y compris le décès de personnes qui ne réclament que l’existence légale à laquelle elles ont le droit !

La situation est alarmante car il est question pour vous aujourd’hui de vie ou de mort.

Le CSP 59 vous apporte son soutien indéfectible dans votre juste lutte pour une vie digne et exige que vous soyez régularisés au plus vite.

Le CSP 59 rappelle que sont « clandestins » les étrangers qui acceptent de vivre cachés, inconnus de l’Etat et des services administratifs. Les « sans papiers », sont les étrangers qui n’acceptent pas l’inexistence légale, ils veulent vivre et travailler légalement. Citant Victor Hugo, pour les sans papiers, « le plus lourd fardeau, c’est de vivre sans exister ».

Mme Turtelboom, écoutez-les et ouvrez les yeux : vous ne pouvez plus imposer l’illégalité à tous ceux et toutes celles qui refusent d’être hors la loi. Ne soyez pas responsable d’un drame irréparable. Les sans papiers veulent vivre ET exister ! REGULARISEZ !

Régularisation des grévistes de la faim et de la soif !

Régularisation de tous les sans papiers !

Fax et mail :
Annemie Turtelboom, Ministre de l’Asile et l’Immigration
Wetstraat 18, 1000 Brussel
Tel: 00 32 2 501 04 80
Fax: 00 32 2 512 05 10
Mail: min.annemie.turtelboom@ibz.fgov.be

Patrick Dewael, Ministre de l’Intérieur
Fax : 00 32 2 504 85 00
mail patrick.dewael@ibz.fgov.be

Office des Etrangers
:
Fax : 00 32 2 274 66 90
mail : helpdesk.dvzoe@dofi.fgov.be


:: On a perdu une bataille à Marseille…
(3 juillet 2008 concert du MAP au Balthasar de Marseille)

Chaque concert est pour nous un moyen, un espace, une tribune pour crier, dénoncer, proposer, jouer, et chanter la Liberté, l’Égalité et la Justice dans un pays qui discrimine, ostracise, emprisonne et exclu les pauvres, les noirs, les Arabes, les femmes, les handicapés les rebels, les anticonformistes, les marginaux et tous ceux qui sont aux antipodes de la pensée andividualo-reaco-capitalo-sarkozienne.

Nous sommes aussi sur scène pour très modestement donner, recevoir, partager et proposer la solidarité, la générosité, l’amour, la fraternité et le rassemblement dans une société ou la peur et l’individualisme prennent le pas sur tout le reste.

Nous n’avons pas et ne cherchons, ni le pouvoir, ni la richesse.
Nos ambitions ne dépassent pas nos rêves, qui sont ceux de nous voir prendre part à l’édification d’un mondes plus juste, ou tout homme et femme auraient les mêmes droits. Le droit de se loger, d’aller et venir, de voyager, le droit de manger à sa faim mais aussi le droit de contester, d’ouvrir sa gueule, le droit de rêver, de se divertir, de danser et de chanter.

Mais ce mercredi 3 juillet à Marseille, monsieur le commissaire n’était apparemment pas sur la même longueur d’onde que nous.
En ce jour de « Med Business Days » (grande messe du patronat) dans la cité phocéenne, l’heure était plutôt à la répression et à la neutralisation de tout agitateur ou militant trop bruyant ou trop voyant, et qui serait susceptible de gêner la machine ultra-capitaliste du président Sarkozy.
Et évidemment il y avait une manif unitaire de gauche sur la canebière, et le hasard du calendrier a fait qu’un concert du MAP était organisé au balthasar dans la soirée. La vermine islamo gauchiste était donc de sortie.

C’est alors entamée une longue journée de traque aux manifestants, une longue journée de contrôles en tout genre, de provocations et d’intimidations dans les rues de Marseille amenant ces messieurs assermentés jusqu’à l’entrée de la salle de concerts où nous devions nous produire sur scène.

Ce jeudi, le climat marseillais était donc oppressant et stressant, mais le Balthasar était archi comble, bondé de petites gens qui avaient envie de lâcher la pression, de jumper, de rire, de chanter, de s’évader pendant 2h avec le map.

Cela faisait plus d’un an que nous n’étions pas venu dans la région, le concert était donc très attendu.
Cinq minutes avant le concert, la température est montée d’un cran. Nous étions en plein rituel de préparation dans la loge qui est á l’arrière de la scène quand 3 officiers de police se sont invités dans notre espace pour soi-disant procéder á un simple contrôle de routine.

Nous avons appris plus tard que d’autres policiers (armés) avaient investis la salle et se sont mis à contrôler le dangereux public du MAP, et ce fut très vite le début d’une longue soirée de dérive sécuritaire ultra violente avec à la clé Gazage, matraquage…

Dans la confusion la plus totale, nous avons finalement décidé d’annuler le concert. Il était impossible pour nous de monter sur scène en sachant qu’il y avait une trentaine de flics énervés devant la porte et que 3 ou 4 personnes avaient été embarquées pour être placé en garde-vue. Les sarkos flics ont bien réussi leur coup, ils ont eu ce qu’ils voulaient, ILS ONT SABOTÉ NOTRE CONCERT, ils ont été cette fois beaucoup plus fort que nous.

Comment accepter cet abus de pouvoir ? Comment accepter ces méthodes dignes d’une dictature ? Cet épisode nous révèle clairement que notre liberté est en danger. Il nous prouve une fois de plus que nous vivons dans un état policier, qui s’arroge tous les pouvoirs, y compris celui de nous empêcher de faire la fête. Les spectacles de Sardou, de Bigard ou d’Enrico Macias ont-il droit au même traitement ? Les mêmes insultes, le même mépris, les mêmes coups de matraques?

Soyons vigilants, soyons exigeants, soyons résistants, n’abandonnons pas la lutte, préservons nos espaces, continuons à nous nous battre pour nos droits et nos idées.

Ils ont peut-être gagné une bataille, mais nous sommes toujours debout, et nous serons même très bientôt de retour chez nos frères et soeurs marseillais, parce que le MAP n’est pas près d’abdiquer!!!

 » Je suis atteint d’une maladie rare et incurable, « L’ESPOIR » » disait Mahmoud DARWICH.

La lutte continue camarades

Saidou Dias

Communiqué du Comité de Vigilance Antifasciste de Lille

Publié: 22 juillet 2008 par luttennord dans Infos

COMMUNIQUE DU COMITE DE VIGILANCE ANTIFASCISTE

La Voix du Nord en date du 14 juin 2008 invite ses lecteurs à rencontrer les adhérents de la Vlaams Huis (« maison flamande »).

Or, à l’origine de ce centre culturel de « défense de l’identité flamande» se trouvent deux groupuscules d’une idéologie nationaliste et d’extrême droite : Terre Celtique et Jeunesses Identitaires.

Avec cet article rédigé par Isabelle Ellender, la Voix du Nord porte le propos de ces deux groupes et plus particulièrement celle de leur animateur, Claude Hermant (en photo dans l’article).

En 1997, alors qu’il est membre du DPS (Département de Protection et Sécurité, service d’ordre du Front National) il est formé par le FN à l’infiltration de collectifs de gauche antiracistes. En 2001, il affirme à

Libération avoir été chargé par le DPS et son chef B. Courcelle d’une mission de déstabilisation au Congo. Le FN démentira (1).

Bref, les pratiques et idées de ce prof de combat de rue sont clairement à rapprocher d’une extrême droite radicale.

Aujourd’hui, Terre Celtique et les Jeunesses Identitaires tentent de redorer leur image en prétendant s’ouvrir au dialogue, notamment avec les partis, associations et collectifs antiracistes et de gauche.

Rappelons que le 17 novembre 2007, ils apportaient leur soutien aux catholiques intégristes de SOS Tout-petits lors d’une manifestation contre le droit à l’avortement à Lille ; que le Bloc Identitaire est

une reformation du groupuscule violent d’extrême droite Unité Radicale, dissout à la suite de la tentative d’attentat contre M. Chirac par un de ses membres Maxime Brunerie; qu’en 2007, les Jeunesses Identitaires organisaient des soupes « populaires » au porc pour discriminer les juifs et les musulmans.

Ces trois exemples illustrent la réalité de leurs idées intolérantes, racistes et antisémites.

Tout d’abord nous contestons la légitimité d’idées racistes, xénophobes et suprématistes à peine cachées derrière le paravent de la préférence identitaire et de la défense culturelle, d’avoir pignon sur rue grâce de la Vlaams Huis.

Les silences quant à la réalité des idées propagées par Terre Celtique et les Jeunesses Identitaires, ainsi que la tonalité bienveillante et hagiographique de l’article sont inacceptables.

Ils permettent aux partis et gouvernements de droite d’en récupérer les idées, à peine euphémisées : chasse aux immigrés sans papiers, création d’un Ministère de l’Identité nationale, de l’Intégration et du Co-développement, stigmatisation des « jeunes de banlieue » par un plan « anti-glandouille », répression policière au faciès, politiques du chiffre et démagogies increvables…

Nous prenons acte qu’une telle Presse Quotidienne Régionale participe à la banalisation de ces idées. En offrant une quasi-tribune libre aux groupesTerre Celtique et Jeunesses Identitaires, la Voix du Nord participe à la fascisation des esprits et à la banalisation du racisme d’Etat.
Contact :

vigilanceantifa.lille@no-log.org

(1) Voir l’article de La Brique, n°8 juin-juillet-août 2008, page 16
article de la voix du nord :

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lomme_Lambersart/actualite/Lomme_Lambersart/2008/06/14/article_maison-du-peuple-flamand-a-lambersart-n.shtml


									

Communiqué : Action contre le centre de rétention de lesquin

Publié: 3 juillet 2008 par luttennord dans Infos

Le 25 juin 2008, à l’aube, notre groupe s’est retrouvé pour accrocher sur les grilles du centre de rétention de Lesquin une banderole de 5 mètres de long contenant le message suivant :

« Hier, les rafles, aujourd’hui, les interpellations.

Hier, la concentration, aujourd’hui, l’enfermement.

Hier, la déportation, aujourd’hui, l’expulsion.

De Drancy à Lesquin, l’Histoire bégaye. »

Au fil des années, la chasse organisée aux personnes n’ayant pas de titres de séjour s’est instituée en norme, dans l’irrespect le plus grave de leurs droits fondamentaux. L’Union Européenne, loin d’imposer par le haut le respect de la personne humaine, institutionnalise l’enfermement des personnes sans papiers. Ce glissement malsain vers une politique de chasse à l’homme sans papiers nous révolte. Si nous ne souhaitons pas faire d’amalgame, la ressemblance sur certains points de ces politiques avec celles de Vichy ne peut plus être ignorée. Comment ne pas être révolté lorsque M. Sarkozy souhaite imposer à nos enfants la mémoire d’un enfant juif mort pendant -la Shoah, alors qu’à côté de nous des enfants croupissent dans des ’centres de rétention administratives » qui ne sont rien d’autres que des prisons pour étrangers ?

Nous osons le parallèle avec la seconde Guerre Mondiale pour mettre le doigt sur une politique qui stigmatise des population présentées comme des boucs émissaires responsables de l’incurie économique, qu’on enferme de manière industrielle (il existe aujourd’hui 177 centres sur le territoire européen), tout en occulant les vraies causes des problèmes sociaux délaissés par les populistes au pouvoir. Nous observons des modes de contrôle, de mise à l’écart et de destruction psychologique organisés qui privent le migrant de son appartenance à la société humaine par le harcèlement, l’enfermement et l’expulsion. Par ailleurs, la déportation vers un pays dangereux peut signer, dans certains cas, l’arrêt de mort du demandeur d’asile. Rappelons nous par exemple de ce sri lankais, Elanchelvan Rajendram, qui a été assassiné 18 mois après son renvoi dans son pays – alors que son corps témoignait de la torture qu’il y avait subie, et que ses 2 frères y avaient été assassinés par les milices du gouvernement sri lankais. Les politiques en cours témoignent du mépris pour la vie de personnes qui viennent dans nos pays chercher un droit à la vie que nos politiques étrangères ne garantissent pas dans leurs pays d’origine.

En prenant le parallèle Drancy / Lesquin, nous avons voulu marquer le fait que l’État français, hier comme aujourd’hui, n’a trouvé comme solution que la mise à l’écart et l’enfermement des personnes jugées indésirables. Nous dénonçons la récupération par le gouvernement actuel des idées d’extrême droite, hostiles à l’immigration, à l’étranger et à l’ouverture des frontières : nous voyons la France comme un pays à la croisée de nombreuses cultures qui en font sa richesse. Nous dénonçons les pratiques liberticides utilisées contre les étrangers :

- les rafles, le harcèlement, la traque des étrangers sans papiers ;
- l’enfermement jusqu’à 18 mois au centre de rétention ; la déportation vers des pays dangereux d’étrangers devant bénificier du statut de réfugiés selon la Convention de Genève ;
- la possibilité d’interdire pendant 5 ans l’accès au territoire européen à des sans papiers expulsés ;
- l’existence d’un système informatique de fichage biométrique des étrangers sans papiers (EURODAC) ;
- le recours à l’ADN, à des visas aéroportuaires, à des services privés de police en dehors de l’espace EU, la création de centres de rétention au Maroc, en Libye ou en Ukraine.

Nous demandons l’arrêt de ces méthodes liberticides et inhumaines qui nourrissent l’intolérance, l’injustice et la haine.

Nous appelons nos concitoyens à une vigilance accrue et à une résistance active pour lutter contre la violence exercée sur nos frères étrangers.

Nous réclamons la fermeture des centres de rétention et la régularisation de tous les sans papiers.