Archives de septembre, 2009


scalp-copie-1

Ultime provocation de l’extrême droite

Le SCALP Nord/Pas-de-Calais avait jusqu’ici fait le choix de ne pas communiquer dans la sombre affaire opposant la Maison Flamande à des camarades antifascistes.

Bien entendu, nous condamnons les agressions perpétrées par la vermine fasciste et dénonçons les connivences entre eux et la police qui leur ont permis de publier une liste de noms de manifestants interpellés. Mais, en tant que libertaires et anarchistes, nous ne pouvons cautionner le recours à la justice bourgeoise qui fait partie intégrante du système étatique que nous souhaitons voir disparaître.

Plutôt que le terrain judiciaire, c’est le terrain des luttes que nous avons fait le choix d’occuper ! C’est pour cette raison que nous apportons notre soutien aux victimes de la répression d’État et appelons à participer à la manifestation du 10 octobre à Lille.

Dans un communiqué paru sur leur site, la « Vlaams Huis » (maison flamande) s’essaie encore une fois à la déstabilisation : elle appelle à participer cette même manifestation. Leur mot d’ordre est« la paix dans le monde, l’arrêt des guerres et de la violence ». Comble de la provocation, ils demandent à leurs sympathisants de venir avec des drapeaux et des cocardes blanches, référence à peine voilée à la « race » qu’ils prétendent défendre ! Nous savions la maison du peuple flamand dépourvue de ligne politique, mais là, il faut dire qu’on atteint des sommets dans le ridicule.

La Vlaams huis entend encore une fois jouer le rôle de la victime face aux « violents casseurs d’extrême gauche », provoquer un trouble à l’ordre publique et ainsi faire annuler notre manifestation.

Mais cette fois-ci, personne n’est dupe ! Et rien ne nous empêchera de manifester.

Il y a un an maintenant la police avait fait le choix délibéré de laisser parader l’extrême droite aux abords de notre  manifestation cherchant volontairement le conflit. Nous avions alors fait le choixde ne pas y répondre.

Cette année le contexte est différent, l’affaire du 23 mai a révélé des affinités certaines entres la police et la maison flamande. C’est une source de tension évidente.

Nous ne saurons accepter la présence des fascistes dans la rue qui plus est si elle tolérée et protégée par la police. Toute présence fasciste sera considérée comme une agression et nous y répondrons en conséquence.

La mobilisation est lancée et nous irons jusqu’au bout.

SCALP Nord/Pas-de-Calais scalpnord@no-log.org

Silence, la police tue, encore…

Publié: 29 septembre 2009 par luttennord dans Infos

1228485208

Hakim, 31 ans, habitant d’une cité du Vieux-Lille, s’est fait embarquer par la police jeudi dernier. Il se serait fait tabasser par les flics. Un quart d’heure plus tard, il ressort de la fourgonnette dans le coma. Il meurt quelques temps plus tard. Son corps est couvert de coups. Selon la police (et du coup selon les médias), il s’agira d’auto-mutilation et d’une crise cardiaque subite.

Vendredi et samedi, caillassages de flics et cramages de bagnoles ont eu lieu dans la cité de la rue Paul Ramadier. Deux jeunes sont arrêtés et ont été jugés hier : 6 mois fermes pour le premier, un mois ferme et trois avec sursis pour le deuxième (18 ans et casier vierge).

Dimanche, la cité a été mise sous couvre-feu : invasion des flics et contrôles d’identité systématiques pour tout le monde. La colère est allée s’exprimer plus loin, à Loos, Wattignies, La Madeleine et Lille Sud, surtout des feux de bagnoles. Une marche silencieuse a eu lieu ce matin, et a fini sur une rangée de flics anti-émeutes devant le tribunal de Lille. « Hakim on t’oubliera pas ». « Vérité et Justice » pour Hakim.

On sait comment ça va finir : un non-lieu, un acquittement, un doigt d’honneur de « la Justice »*. D’ailleurs, les jeunes comme les vieux ne s’y tromperont pas. Dans ce cas là, on fait quoi ?

* Le flic qui avait tué d’une balle dans la nuque le jeune Riyad Hamlaoui à Lille-Sud il y a quelques années, aurait repris du service à Lille.

Grêve de la faim à Calais, appel à soutien

Publié: 29 septembre 2009 par luttennord dans Infos

1296369972

appel à soutien à calais pour les migrants en grève de la faim

Ceci est un appel à soutien urgent. Merci de faire suivre à vos réseaux
et contacts.

Suite à une manifestation de militants No Border hier, à laquelle ont
pris part des migrants venant d’Iran, du Soudan et d’Afghanistan, une
grève de la faim va commencer pour protester contre la situation ici, à
Calais.

Un nombre croissant de migrants d’origines diverses se rassemblent en ce
moment pour s’organiser politiquement. Cette grève de la faim démarrera
demain et les personnes qui la font nous ont demandé du soutien.

La présence de militants à Calais a augmenté à l’annonce de la
destruction de la jungle des Pashtouns, mais est en train de retomber,
et il y a besoin de davantage de personnes pour remplacer celles et ceux
qui ont dû repartir. Les migrants sont toujours là. La destruction de
leurs abris n’y changera rien puisqu’ils n’ont nulle part où aller.

Nous avons construit de bonnes relations avec beaucoup de groupes de
migrants à Calais et c’est le bon moment pour s’engager auprès d’eux et
leur manifester notre solidarité. Aucune compétence précise n’est
demandée, même si ceux qui s’y connaissent en médecine, en droit, et en
communication avec la presse nous seront d’une grande aide.

Ceux qui ne sont pas en mesure de venir à Calais en ce moment peuvent
nous aider comme contacts presse et en rédigeant les communiqués de
presse, ou encore en faisant des dons d’argent ou de matériel.

Contactez-nous pour qu’on vous transmette la liste de nos besoins, pour
apporter votre soutien ou pour nous dire que vous venez.

calaisolidarity gmail.com Contact presse : 06 34 81 07 10
http://www.calaismigrantsolidarity.wordpre… http://twitter.com/calaisolidarity

Les vrais voyous sont en costard !

Publié: 29 septembre 2009 par luttennord dans Infos

affiche_voyous_en_costard-2-2720b


30_09_2009-0ef03


salaire

cegelec, les raisons d’une grève et d’une lutte à mort !

Pourquoi la grève à Cegelec à partir du 28 septembre ?

1) La moyenne de salaire mensuel d’un ouvrier et de 1650 euros bruts, soit 8OOO frs nets, notre grève porte donc sur l’augmentation des salaires.

2) En 2003, 2 fédérations syndicales ont signé (en plein de juillet), un accord d’annualisation des salaires dans lequel ont été insérés, la PFA (prime de fin d’année, 7O% d’un mois de salaire pour les ouvriers et 85% pour les Etam) et la prime vacance (30% d’un mois de salaire). Depuis cette signature, les salariés en sont arrivés à la perte quasiment complète de cette prime, qui aujourd’hui sert de complément à la direction pour être dans les clous des accords paritaires. Si aujourd’hui, nous demandions la suppression de cette PFA, l’ensemble des salariés ouvriers et Etam auront immédiatement une augmentation mensuelle d’un minimum de 50 euros. Certains salariés seraient sous le Smic si cette prime n’était pas prise en compte dans le calcul. Notre grève porte donc aussi sur la suppression de la PFA du calcul des salaires annualisés.

3) Historiquement, dans 8O% des agences, les salariés de chantier étaient dédommagés de leurs frais professionnels sur la base du domicile au chantier avec un calcul en 5 zones concentriques. C’est-à-dire que plus votre domicile était éloigné de votre chantier, plus vos remboursements de frais augmentaient dans la limite de 100 kms A-R quotidiens. Au-delà, les salariés pouvaient prétendre à une somme forfaitaire de grands déplacements s’ils restaient en pension ou mais pas dans toutes les agences, à un remboursement sur la base d’une grille s’ils rentraient chaque soir.

La direction de Cegelec avait dans l’obligation de cotiser à l’Urssaf sur la part imposable de ces frais, mais volontairement, elle ne les a pas déclaré, d’où un contrôle Urssaf de grande ampleur. Mais la somme demandée par les Urssaf pour redresser Cegelec se base sur d’un côté les frais professionnels à hauteur de 40% du redressement, et de l’autre sur les frais généraux à hauteur de 60%, et personne n’a encore accéder au dossier complet. Et si nous l’obtenons, et nous l’aurons, nous allons démontré que Cegelec a fait un plan social déguisé sur 3 ans en allouant des primes énormes de départ volontaire ou pour licenciements déguisés, à hauteur de plusieurs dizaines de millions d’euros à plus de 3000 salariés.

Aujourd’hui Cegelec le cache car des hauts dirigeants vont comparaître prochainement devant les tribunaux. Outre le fait qu’elle a mis dans ses comptes annuels ces redressements complets, ce qui lui a permis de ne verser aux salariés qu’une participation aux bénéfices réduite de 1000%, elle a dénoncé tous les usages et les accords en place, pour dit elle se mettre en conformité avec les Urssaf. Mais ces dénonciations font perdre aux salariés des milliers d’euro par an, pour certains jusqu’à 1000 euro par mois, d’où la colère des salariés. Car Cegelec a décidé de modifier tous les calculs de déplacements, non plus à partir du domicile mais à partir d’un lieu qu’elle-même a défini (agences, centre de travaux…). C’est-à-dire qu’un salarié qui habite loin de son lieu de rattachement, et qui travaillera près de chez lui percevra plus qu’un salarié qui habitera loin de son lieu de rattachement mais qui travaillera près de ce lieu de rattachement. Ce qui veut dire que des salariés qui feront 30 kms par jour toucheront 5 fois plus que le malheureux salarié qui en fera 100. Il n’y a plus d’équité, c’est le cas par cas, l’envoi disciplinaire sur des chantiers pour faire partir le salarié complètement incapable de suivre financièrement mais une récompense pour ceux qui se taisent et acceptent tout… l’arbitraire le plus complet.

Et pourtant maintenir les accords et usages actuels, représente à peine 0,50 cts d’euro de l’heure en moyenne, c’est-à-dire 3% des bénéfices nets après impôts, c’est-à-dire 3% des sommes reversées aux actionnaires…C’est-à-dire 0,07% du chiffre d’affaires total de Cegelec dont 76% est réalisé en France par une unité du groupe qui s’appelle Cegelec France Business (CFB) qui regroupe 11500 salariés soit 40% de l’effectif total déclaré. Ces cotisations sociales sur les frais de déplacement représentent 8O% des frais généraux liés aux véhicules de fonction pour les directeurs, les DRH, les RRH, les chefs de services et les responsables financiers. Enorme, oui, mais certains PDG de filiale roule dans des AUDI Q7…de fonction !

4) Mais Cegelec a aussi dénoncé les « prévoyances conventionnelles gros risques » des Etam et Cadres, ce qui va faire augmenter les mutuelles de 20% pour tous les salariés… Pourquoi, pour gagner 500 000 euro sur leurs impôts et taxes.

5) Mais dans la même année Cegelec est exonérée de 12 000 000 d’euros sur les cotisations sur les bas salaires, a offert 55 000 000 d’euro de stocks options à 1000 cadres dont 8OO en France, a octroyé 3 500 000 de bonus à 600 cadres qui ont atteints leurs objectifs, les salaires des directeurs, DRH, RRH, ont été augmentés de 12%, un directeur d’une unité de 400 salariés peut toucher jusqu’à 143 000 euros mensuels hors prime, avec voiture de fonction, carte de carburant et d’autoroute en sus… mais ils osent réclamer aux CE leur droit à un colis ou un bon d’achat… En 2008 les actionnaires financiers et les dirigeants ont empoché 1,1 milliard sous forme de plus values qui ont été possibles entre un achat en 2006 et une revente en 2008 !

6) Donc ceux qui à ce jour, ne comprendraient pas les raisons de cette légitime lutte, nous leurs proposerons de rentrer dans les ordres et de se fouetter et tendant l’autre joue, car nous ne pouvons rien pour eux…


Solidarité avec les victimes de l’état à LILLE et ailleurs

Voici quelques chroniques de la guerre en cours :

Le 23 Mai 2009 à Lille 26 personnes sont arrêtées suite à une manifestation contre la répression d’Etat. Leurs noms et coordonnées sont fournies aux fascistes de « la maison de l’identité flamande » située à Lambersart, ceux-ci les diffusent sur leur site internet dans une vidéo. Des policiers auraient-ils fournis les coordonnées des manifestants à « la maison de l’identité flamande » ? En plus des trois procès en cours et des six mois de prison avec sursis déjà écopés par l’un des manifestants ; des néo-nazis au crâne rasé ont agressé à deux reprises, dont une fois à l’arme blanche, des camarades dont les données personnelles furent ainsi divulguées.

Du 23 au 29 Juin à Calais plus de 2000 personnes se réunissaient au sein du camp No Border pour dénoncer la politique des Etats français et britannique, les traitements inhumains qu’ils font subiraux migrants sans-papiers via leur police, leur camps « de rétention »et leur justice de classe. Elles ont réclamé avec force la liberté de circulation pour tous et toutes et la suppression de toutes les frontières afin que chacun puisse vivre là où il le souhaite. Alors que toutes les actions entamées sont pacifiques, la police arrête une cinquantaine de personnes dont 2 qui passeront en procès le 14 octobre à Boulogne-sur-Mer pour « outrage » et « rébellion ».

Le 8 Juillet à Montreuil, Joachim Gatti perd un œil suite à un tir de flash ball lors de l’expulsion d’un squat. S’en suit une manifestation qui tourne à l’émeute lorsque la police attaque à nouveau sans raison le cortège et les habitants du quartier. Cette fois, face au peuple uni et déterminé, elle battra en retraite !

Le 1er Septembre à Compiègne, six ouvriers de l’usine Continental de Clairoix, fermée par les « patrons-voyous » sont condamnés à des peines allant de 3 à 5 mois de prison avec sursis ainsi qu’à des dommages et intérêts qui dépasseront les 60 000 € sous prétexte d’avoir saccagé une préfecture. L’Etat a voulu faire payer aux syndicalistes une lutte dure, sans compromis, contrôlée par la base, parsemée d’actions et qui, au grand damne des directions syndicales, a permis de faire reculer le patronat et d’obtenir une prime de licenciement s’élevant à 50 000€ par travailleur. « Les Thibault et compagnie, c’est juste bon qu’à frayer avec le gouvernement, à calmer les bases. Ils servent juste qu’à ça, tous ces parasites. » -Xavier Mathieu, délégué CGT et condamné par le tribunal.

Le 17 Septembre à Marseille, Erwan Redon comparaitra en CAPD disciplinaire à l’Inspection Académique. Il risque des sanctions pouvant aller du blâme à la révocation. Sa « faute professionnelle » ? Comme plusieurs centaines d’autres professeurs des écoles, instituteurs et institutrices, il refuse d’appliquer les mesures Darcos : nouveaux programmes, aide personnalisée, évaluations et fichage des élèves.

Tous les jours la police patrouille, provoque, fouille, violente et rafle ceux qui pourraient légitimement se révolter, les victimes du capital, ceux qui n’ont pas ou plus d’emploi, ceux qui sont exploités à l’usine ou au bureau,ceux qui ont la couleur de peau un peu trop foncée, ceux qui n’entrent pas dans le moule.

Mais quelle est cette guerre en cours ? C’est la guerre des classes ! Le capitalisme est malade et nos maîtres le savent. Ils attaquent le peuple pour conserver et accroître leurs privilèges, pour nous faire tous baisser la tête et filer droit.

Il est temps que la peur change de camp ! Il est temps de passer de la haine entre les « races » à la solidarité de classe, à la guerre des exploités contre les exploiteurs. Il est temps de se lever et de se mettre en marche. Yves Peirat, antifasciste marseillais

APPEL A MANIFESTATION DU SAMEDI 10 OCTOBRE 2009 A 14H30 PORTE DES POSTES-LILLE

Premiers signataires : Comité du 23, RUSF Lille, Chiche ! Lille