Articles Tagués ‘la brique’

La brique 31, on est encore là !

Publié: 1 mars 2012 par luttennord dans Infos, Syndicalisme
Tags:, , ,

La Brique n° 31 de Mars/Avril 2012 est sortie !

Sommaire :

- Dossier : Le viol, la destruction de certaines, la menace pour toutes
- SeaFrance : Un air de Concordia
- 115 : Héberger n’est pas loger
- Bayer : Intoxication et domestication des cerveaux
- CAF : Une machine détraquée
- Cambouis et Autogestion : L’asso ATS à Roubaix

Et aussi : la méthode copwatch, l’Algérie muselée, la coopérative Baraka, des cinés tranquillous et une édifiante invention, « Le Feufesfiole » (de feu, fesses et fiole)…

Donc : on est encore là. Lecteurs, lectrices, potes, asso et mamies, on vous remercie. Cette 31ème Brique est sortie. On n’a pas attendu que les derniers euros nécessaires arrivent pour vous faire part de nos impatiences. À commencer par cette perspective en guise d’édito.

Il est des boîtes où il est de plus en plus dur de s’organiser, syndicalement ou non, pour faire plier la direction. On l’a vu pendant les retraites. On le voit à chaque « mouvement social », chaque « journée d’actions ». La faute à la précarité, à la menace du chômage, à l’endettement, à l’atomisation et à l’individualisme, au management et à l’automatisation, peut-être… Et c’est toute une classe, dans l’industrie des services par exemple, qui est obligée de se résoudre à l’inaction.

Ailleurs (ou non), des projets « top secret » ravageurs et avilissants naissent d’esprits étriqués et comptables, planqués dans les bureaux à tiroirs de l’administration, de labos de recherche, de cabinets d’urbanisme ou de boîtes qui s’échauffent à usiner le « monde de demain ».

Pour ne pas les laisser faire et garder la tête haute en attendant la prochaine grève illimitée ou la séquestration revancharde de votre chef, vous pouvez toujours : devenir des pros de l’absentéisme, piquer des timbres poste ou du matériel informatique au bureau, rallonger vos temps de pause, faire semblant de bosser ou y aller vraiment doucement, faire grève quelques heures sans raison ni revendication, dégrader du matériel, etc. C’est toujours ça de pris.

Parmi ces petites résistances individuelles qui, restons confiants, peuvent accoucher de belles batailles, il existe le « témoignage-anonyme » que vient appuyer la fameuse « fuite-opportune-de-documents-confidentiels ». Vous n’avez aucun respect pour votre hiérarchie et ce qu’elle vous fait vendre, conceptualiser ou produire ? Alors, nous non plus. Depuis qu’existe l’exploitation, la divulgation de cachotteries malfaisantes et la délation de malfaiteurs sont autant de moyens de résistance et de pression pour toutes celles et tous ceux, esseulés au bureau, qui ne peuvent pas s’exposer aux représailles patronales. Usez-en. Usons-en tous (1).

Du fait de notre amateurisme revendiqué – puisqu’on aime faire ce journal – le secret des sources journalistiques ne nous est pas garanti. Surtout depuis que la LOPPSI 2 a légalisé les possibilités technologiques d’espionnage. Mais notre bonne vieille boîte aux lettres accueillera vos doléances vengeresses avec plaisir. Nous garantissons sérieux, obstination et vigilance. Rien que ça. Un journal, ça se fait avec des sous, des rédacteurs, des lecteurs, des informateurs et de la bonne humeur. À bon entendeur… Vive les tuyaux percés !

Le Collectif de La Brique

1 : Pas facile à dire, hein ?

Sinon, pour :
- Voir le site de La Brique

- S’abonner à La Brique

- Débusquer les dealers de La Brique


Le bimestriel de critique sociale la Brique organise une rencontre autour de l’enquête de son numéro de janvier/février – « Le sport à la moulinette de la critique sociale ».

Au programme

Projection : La solitude du coureur de fond de Tony Richardson, Grande-Bretagne, 1962 (62 min)

Colin Smith est un jeune révolté, qui, à la suite d’un vol commis dans une boutique, est placé dans un centre d’éducation surveillée. Pratiquant la course de fond, il s’évade en rêveries de son morne quotidien durant ses courses solitaires. Il gagne sa notoriété dans l’établissement grâce à ses performances de coureur et prend le parti de suivre les ambitions qu’a pour lui Ruxton Towers, le directeur du centre.

Puis discussion avec Fabien Lebrun et Ronan David, animateurs de la revue Illusio, et co-auteurs de l’ouvrage Footafric, Coupe du monde, capitalisme et néocolonialisme, éditions L’échappée, 2010.

Mercredi 15 février 2012 à 19h30, Au cinéma L’Univers, 16 Rue Georges Danton 59000 Lille, Métro Porte de Valenciennes, Entrée prix Libre.

La brique 29 est dans les bacs !

Publié: 27 octobre 2011 par luttennord dans Rendez vous
Tags:,

Mais pour qui bosse la gauche ?

On l’avait quittée en pleine campagne d’auto-promo sur son bilan municipal, on la retrouve, à la radio, dans les journaux, à la télé, en lice pour le Saint-Graal élyséen. Au petit jeu de la bataille d’opinions, Martine Aubry avance ses billes. Méthode garantie en laboratoire.

Nous sommes le week end de la braderie. Alors que sur les transistors la candidate aux primaires socialistes répond aux questions révérencieuses de Stéphane Bern, trois jeunes gens déboulent au stand de la Brique. – « Bonjour, on va vous demander de ranger les boissons et de signer ce procès-verbal ». On ne comprend pas très bien. – « Vous êtes qui exactement ? » – « Des agents de police, et vous venez de contrevenir au règlement municipal en vendant de l’alcool sur votre stand. Si vous n’obtempérez pas, nous allons procéder à la destruction de la marchandise. Vous étiez au courant ? ».

On avait entendu des choses… Comme quoi la vente d’alcool serait interdite à partir de 15h le samedi. Les arrêtés anti-alcool, on commence à y être habitués. Comme du reste aux policiers en civil, à la police montée, à l’hélicoptère de la gendarmerie bourdonnant au-dessus de nos têtes au moindre prétexte. Pas de doute, le laboratoire, c’est nous.

À Marseille, tentant de damer le pion à l’infâme Guéant, Aubry déclarait cet été : « La police a besoin d’être revalorisée […] la droite a baissé les bras à Marseille comme ailleurs ». On flippe sec. Surtout quand elle propose de rétablir les 10 700 postes de flics disparus à la faveur de la RGPP (1). Mais qui se sent réellement en sécurité au contact de la police ? Autrement dit, pour qui travaille réellement Martine Aubry ? Sûrement pas ceux et celles que les flics discriminent à longueur de temps, transformant la moindre remarque en « outrage », la moindre protestation en « rébellion », encore moins ceux et celles qui subissent quotidiennement les contrôles au faciès, les provocations et l’occupation policière rue Jules Guesde ou dans les quartiers « périphériques » de la métropole. À l’heure où le site internet « Copwatching Nord île de France » (2) défraie la chronique en soulignant les accointances de certains flics avec les groupuscules d’extrême droite et leurs « bavures » quotidiennes, c’est 400 cowboys de plus qu’Aubry veut lâcher sur la ville.

Ce qu’il y a peut (-)être de plus triste, c’est qu’à gauche, quand on parle de « sécurité », il ne s’agit plus de faire en sorte que chacun d’entre nous soit à l’abri des contrats précaires, des banquiers, des huissiers ou des propriétaires affables. En somme, d’œuvrer à plus de justice sociale. Il ne s’agit pas non plus de combattre les violences racistes et sexistes qui s’expriment dans les rangs de la police et au Parti Socialiste. Comme à droite et à l’extrême droite, il s’agit de sécurité « tout court ». Comprendre : de flicaille, de patrouilles et de peines de prisons. Droite, gauche, même combat, au service de l’Ordre…

Le collectif de rédaction

1 : Révision générale des politiques publiques. 2 : https://copwatchnord-idf.org/


Le journal La Brique vous invite à une discussion publique autour de son enquête sur les pollutions au plomb à Lille Sud. Rdv mardi 29 mars à 18h30 au café « Le Balzac », 52 rue du faubourg des Postes.

Lille Sud un quartier plombé de longue date

Depuis plus d’un siècle une partie de Lille Sud est contaminée par une pollution industrielle au plomb. Fait de l’entreprise TUDOR Inc., devenue CEAC, puis Exide Technologies, qui fabrique toutes sortes de batteries. C’est en rejetant des poussières chargées de plomb par ses cheminées que l’usine contamine l’air et les sols, et ce dès 1901. À l’époque l’exploitation du plomb est alors plus rude qu’aujourd’hui : aucune réglementation n’existe pour protéger les travailleurs, les riverain-es, encore moins l’environnement. Cette exploitation sauvage a infesté les sols du quartier.

Pire du pire, des HLM y ont été implantées et Lille-Sud est devenu ce vaste quartier populaire où les pauvres s’entassent. Pendant des décennies, les terrains se sont gorgés de plomb. Parcs, jardins privés, publics, terre-pleins sont infectés à différents niveaux. Si les rejets atmosphériques n’ont plus rien à voir avec ceux d’autrefois, ils se poursuivent de nos jours à hauteur « des normes » en vigueur. Mais peut-on décemment définir des « normes de pollution » pour des éléments aussi dangereux que le plomb ? Peut-on laisser des habitations à proximité alors que les retombées de poussières ne cesseront pas tant que l’usine tournera ? Tous les outils mis en place pour contrôler cette pollution ont pour but de la minimiser. Jamais de la stopper. Ces « normes environnementales » et ces seuils, apparaissent comme un alibi pour de l’empoisonnement légal, réglementé, encadré, dissimulé.

Si la vision d’une Lille « culturelle », commerciale et touristique s’impose, comme celle d’un Vieux-Lille richard avec ces vitrines luxueuses, on connaît moins les quartiers périphériques comme Lille Sud. Sa géographie de relégation sociale – derrière le périph’ ; son commissariat central – un des plus gros d’Europe ; son épicerie pour les pauvres – à base de produits périmés ; son Faubourg des modes – un délire politicien de plus qui tourne au fiasco… Quand il s’agit de mettre un terme à la pollution de l’air, des sols, et des eaux de Lille-Sud ? C’est plus délicat. On peut parier que si l’usine avait été située à Marcq-en-Baroeul ou à Mouvaux, dans les quartiers bourgeois près des fils et filles de « bonnes familles », elle serait déjà fermée depuis belle lurette.

Une étude « imprégnation des enfants par le plomb 2002-2005 » montre pourtant l’étendue de l’activité polluante de l’usine. Elle restera confidentielle car le comité de pilotage décide d’étouffer l’affaire pour tenir à l’écart les médias et le public. Et pour cause : 1500 enfants sont scolarisés dans le secteur de l’usine. Ils sont plus vulnérables au plomb, qui, en se fixant dans le sang génère des troubles physiques et cognitifs importants. Chez l’adulte, en fonction de l’exposition, les troubles sont réversibles ou non. C’est la loterie qu’impose l’entreprise à ses ouvriers, aux gens du quartier. Mais le plomb reste toxique, peu importe sa concentration.

Aujourd’hui, en apparence, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes industrialisé. La pollution est invisible. Le Grand Projet Urbain emmené par Lille Métropole (LMCU) construit les HLM de demain à cent mètres de l’usine. Exide assure son auto-évaluation et communique elle-même auprès des habitant-es, offrant un cadre d’objectivité et de transparence sans faille… La mairie de Lille joue un double jeu : elle demande la fermeture du site en 2008, et feint d’en défendre les emplois en 2009. Elle refuse de s’exprimer sur le dossier. Des bruits de couloir disent qu’elle veut sauver la face en terme d’emplois, mais se retrouve prise en tenaille par les retombées politiques du dossier et une possible fermeture de l’usine avant qu’elle n’ait payé pour la dépollution. Rassurez-vous pour la conscience des « socialistes » lillois, ils sont habitués à avoir le cul entre deux chaises. Inquiétez-vous pour votre santé, ils choisissent souvent la mauvaise… A Lille, ils ont préféré l’emploi et les profits de certains contre notre santé.

L’histoire d’Exide n’est pas une exception. Si nous choisissons d’en parler, c’est que nous sommes des habitant-es de Lille Sud. Nous sommes conscient-es que ce n’est qu’un dossier parmi d’autres. Et plus de mille sites industriels ont été listé sur le territoire lillois.. Cette enquête n’est donc pas un scoop, ni un scandale : c’est juste le quotidien que nous impose l’industrie partout dans nos régions. Et bien sûr à la fin, ce sont encore les pauvres trinquent.

 


La soirée du vendredi 14 janvier organisée au Centre Culturel Libertaire (CCL) en soutien au journal La Brique a rassemblé beaucoup de monde. Des habitués, des militants, mais aussi et surtout de nombreuses personnes étrangères à ce milieu, uniquement présentes pour le concert Hip Hop. A la fin de la soirée, la police a littéralement pris d’assaut les lieux et interpellé brutalement les 53 personnes qui s’y trouvaient encore. Pour plusieurs raisons, nous ne reviendrons que sur les agissements des policiers, depuis le moment où ils nous enfermaient dans le CCL comme des rats jusqu’à notre libération du commissariat. Voici ce que nous avons vu de nos propres yeux et entendu de nos propres oreilles, tant de la part de nos compagnons de cellule que des « fonctionnaires de l’Etat », véritable police idéologique et punitive.

Entre 3 et 4 heures du matin, la police intervient aux portes du CCL. Avant qu’elles ne soient fermées et barricadées par nos soins, un policier réussit à décharger une grosse dose de lacrymogène poivrée à l’intérieur. Les yeux rougissent, larmoient, les poumons s’irritent, l’air s’opacifie, mais il est encore possible de tenir. Certaines personnes ouvrent la seule salle fermée jusqu’à présent pour s’y réfugier et respirer. Mais cela ne dure pas, car les policiers brisent sa vitre donnant sur la rue et gazent massivement, dans le but d’étouffer ses occupants. La situation est intenable, et l’on se décide à sortir.

L’ouverture des portes permet aux agents de gazer davantage ce véritable piège qu’est devenu le CCL. Certaines personnes le sont au visage, comme celle qui tente d’expliquer à la police qu’« on va sortir ». Une fois dehors, nous sommes reçus à coups de matraques, bousculés, molestés, jetés au sol. Et, progressivement, nous nous retrouvons à terre, soit sur les trottoirs, soit sur la chaussée. Un mot de trop, un geste – comme lever la tête pour observer la scène –, et les policiers insultent – les hommes en particulier sont traités de « pédale », « tarlouze » – ou frappent – coups de pieds dans les bras, les côtes. Certains sont matraqués à la tête. Un homme a l’œil gonflé de sang. Est-ce un hasard s’il est basané ? Au moins deux personnes sont complètement aveuglées par le gaz. Une autre, asthmatique, s’asphyxie. Un type se retrouve à terre, la tête écrasée par le genou d’un jeune policier très excité, celui-là même qui le menotte brutalement en criant, mot pour mot, à ses collègues : « J’l’ai eu, c’est bon, j’me suis vengé ! »

 

JPEG - 247.8 ko

Plusieurs camions arrivent. Cela a manifestement tout l’air d’une rafle, avec son lot de personnes impuissantes, apeurées, paniquées et dans une complète incompréhension. Nous sommes menottés dans le dos à l’aide de « serre flex » et conduits par groupes au commissariat. Dans un des camions, un policier déclare à des « raflés » qu’ils sont interpellés parce que, ce soir, ils n’étaient « pas sortis au bon endroit ». D’autres apprennent de la police qu’ils ne sont que de « sales gauchistes ».

Arrivée au commico

Au commissariat, les hommes sont parqués dans une seule cellule, les femmes dans une salle, toujours entravé-es. Nous sommes bientôt 53, et étouffons entre ces murs. Certains ont leurs liens trop serrés, dans le dos, et expriment leur douleur aux policiers. Ces derniers rigolent et insultent à nouveau. Comme dans la salle où sont enfermées les femmes, la colère monte dans la cellule des hommes. Quelques uns s’énervent, l’on crie, l’on tape dans la porte, ce qui vaut, pour l’un d’entre eux, d’être sorti de la cellule et tabassé au sol. Il ne se débat pas, tenu qu’il est par le « serre flex », et encaisse les coups.

L’un après l’autre, nous passons un test d’alcoolémie. Les hommes sont déplacés, toujours les mains dans le dos, dans une autre cellule, un peu plus grande. Les femmes sont les premières à être fouillées, mises à nu une par une, puis déplacées dans les geôles de garde à vue. De là où les hommes sont parqués à présent, on peut observer les derniers interpellés arrivant au commissariat. Parmi eux, une jeune femme perd connaissance, juste devant la cellule. Elle s’écroule sans provoquer la moindre réaction des policiers. Ceux-ci la laissent au sol, inconsciente, durant au moins quinze minutes. Derrière les vitres de la cellule, les hommes protestent, en criant, tapant dans la porte. Ce qui amuse visiblement les agents, qui rigolent entre eux, droits dans leurs bottes autour de la gisante. Elle sera par la suite traînée sur le sol…

Un type est très mal en point, il ne voit plus rien. On demande un médecin mais les policiers se marrent et attendent un long moment pour le faire examiner. Certains souhaitent que leurs liens dans le dos soient desserrés : ils en sortent un pour… les lui resserrer. L’énervement se fait de plus en plus sentir. Aucune notification, aucune information n’est donnée. Certes, certaines personnes ont trop d’alcool dans le sang, mais celles dont le taux est nul devront quand même patienter plusieurs heures – environ de 4h30 à 8h30 pour les premières – avant de savoir ce qu’elles font ici et connaître leurs droits. Un flic au crâne rasé perd son sang froid, ouvre la cellule des hommes et en frappe un durement au ventre. Il referme la porte. Quelques minutes après, il réitère dans la salle des femmes en infligeant plusieurs coups dans le tas, à l’aveugle. Ses collègues lui demandent manifestement d’aller voir ailleurs, car il vient de commettre, devant tout le monde, une bavure en bonne et due forme. Un autre policier explique aux hommes qu’ils ont « de la chance de pas être en Tunisie », car « là-bas, on aurait eu des armes ». Et à ceux qui lui demandent si c’est ce qu’il veut, utiliser son arme, il répond très sereinement « oui ». Pour justifier leurs agissements, les agents n’ont qu’un mot à la bouche : une « trentaine » de personnes parmi nous ont tabassé un des leurs qui est actuellement dans le coma… Nous apprendrons plus tard la vérité : ce n’est qu’un grossier mensonge.

Pour les hommes, les mains dans le dos, l’attente dans cette cellule trop petite est très longue. C’est un peu avant 8 heures que le premier d’entre eux est fouillé, libéré du « serre flex », présenté au médecin puis placé en geôle de garde à vue. Les derniers y seront déplacés en milieu de matinée. Pendant une fouille, des policiers menacent et traitent plusieurs fois un interpellé dénudé de « connard ». Lors d’une autre, ils arrachent sans ménagement l’écarteur d’oreille d’un homme, qui arrive dans sa cellule avec un lobe ensanglanté. On lui donne quelques feuilles de papier toilette. Seize femmes sont placées dans une cellule immonde qui ne peut, humainement, même pas en contenir dix. Dans une autre, plus grande, où quinze hommes sont enfermés, le sol, à plusieurs endroits, est recouvert d’urine, l’air empuanti. Heureusement que le médecin du commissariat conseille à plusieurs d’entre nous d’arrêter de fumer, car c’est mauvais pour la santé…

Dans l’attente d’une libération

Nous sommes dans les sous-sols de la forteresse policière lilloise construite il y a trois ans aux portes de Lille Sud. Durant les révoltes de 2005, c’est dans ce quartier que les voitures avaient brûlé. La mesure de cette opération explique peut-être pour la première fois de façon concrète la démesure de l’architecture du bâtiment. Car dans l’ancien commissariat, il aurait été difficile de placer autant de monde en garde à vue simultanément… S’agissait-il d’« anticiper » les éventuelles révoltes des quartiers pauvres de Lille ?

Tout est vitré, les lumières sont blafardes, les murs de béton, froids et épais, les moindres bruits se propagent en échos qui, à la longue, deviennent insupportables. Il ne se passe d’ailleurs pas dix minutes sans qu’un prisonnier cogne les vitres, ou crie, qu’une porte soit ouverte puis fermée par trois verrous. Il fait chaud mais la fatigue refroidit le corps. Ici, on perd vite la notion de l’espace et du temps. Beaucoup craignent une prolongation de vingt-quatre heures, le cauchemar s’éternise.

Entre le milieu de matinée et 20 heures, c’est une longue attente où il faut crier, frapper dans les fenêtres et les portes des cellules pour ne serait-ce qu’avoir accès aux toilettes. En guise de repas, vers 10h30, un des policiers dépose une brique de jus de pomme et deux biscuits secs. Quand on leur demandera plus tard à manger, ce qui est un droit des plus élémentaires, ceux-ci hausseront les épaules et diront que les réserves de repas sont vides.

Les femmes, toujours à seize dans leur cellule exiguë, doivent subir les regards pervers et rigolards des policiers. On ne leur donne pas de biscuits avant plusieurs heures. Et quand elles demandent, à maintes reprises, de pouvoir accéder aux toilettes, on les ignore. Elles réclament alors du papier toilette, et un jeune agent tout juste pubère répond, en cherchant du regard la complicité de son collègue : « Vous avez un petit problème, c’est ça ? C’est pas de chance. » Il continue de rigoler, tourne le dos. Vers 14 heures, les femmes se mettent à crier : elles ont chaud, suffoquent, l’une d’entre elles fait un malaise. Il faudra attendre cinq bonnes minutes avant qu’un des geôliers présents daigne jeter un œil, puis encore cinq longues minutes avant qu’une partie d’entre elles ne soit placée dans une autre cellule.

Au moment de la notification de garde à vue, une policière demande à un interpellé s’il veut voir un médecin. L’homme hésite, ce qui la pousse à argumenter : « Dans tous les cas, si vous voulez sortir vite d’ici, il vaut mieux ne pas faire traîner ces histoires… » Message passé. Les notifications tardent à venir pour certains interpellés, les dernières d’entre elles arriveront aux alentours de 16 heures, avec pour heure officielle du début de la garde à vue 4h30… D’ailleurs certaines personnes refusent de les signer, choquées d’apprendre à leur lecture qu’elles sont gardées à vue pour « violence collective à agents des forces de police ». Environ la moitié des 53 interpellés demandent à consulter une avocate commise d’office. Rares sont ceux qui la verront avant leur interrogatoire.

Viennent les auditions, très lentement. Au cours de l’une d’elles, un officier de la police judiciaire (OPJ) demande à un interpellé s’il connaît un certain « cochon ». Réponse négative, qui déçoit l’OPJ : pour le reste de l’interrogatoire, faisant preuve d’un humour très fin, il ne cessera de l’appeler « Monsieur Cochon ». Durant cette même audition, un autre policier entre dans la salle, regarde l’homme interrogé, et lui dit en posant son front juste au-dessus de lui : « Vous aussi, vous ne savez rien et vous n’avez rien vu ! Il n’empêche qu’on a un collègue sur le carreau et qu’on sera sans pitié ». Mais quand il le raccompagne dans sa cellule, l’OPJ, d’humeur plus bavarde, dit au gardé à vue que le collègue en question est sorti de l’hôpital, qu’en fait il n’a pas grand chose et que cette histoire fait beaucoup de bruit pour rien…

Vers 16 heures, les premiers signes de libération possible apparaissent : les policiers s’agitent pour aller au plus pressé. Des renforts viennent de tous les services de la métropole lilloise, on y rencontre par exemple des officiers de la brigade des mineurs. Les auditions s’enchaînent de plus en plus vite. Durant l’une d’elles, un OPJ souffle à un interpellé qu’il en veut au procureur d’avoir ordonné le placement en garde à vue de tout le monde, il ne comprend pas tout ce raffut, il est d’astreinte, il « faut faire vite ». Dans sa déposition, l’interpellé lui signifie que l’assaut du CCL s’est opéré dans un climat de violence gratuite. Il relit la première version, mais aucune mention de la violence. Il exige alors la correction et l’OPJ réimprime le papier. Globalement, les auditions sont bâclées, certaines ne sont pas signées ce qui dérange nécessairement les officiers. Cela ressemble tellement à une mascarade qu’ils omettront même d’auditionner un type qui, après avoir consulté l’avocate commise d’office, était pourtant prêt à être écouté. Mascarade ? Pas vraiment, si l’on en croit les dires d’un officier qui se confie à une personne en audition : le commissaire aurait voulu marquer le coup, parce que le CCL constitue un milieu d’extrême gauche.

Les premières empreintes sont prises vers 18h30. Un gardé à vue constate qu’un agent s’amuse tout en rire gras avec son collègue, à battre le record de fichage en une journée : ils en sont à 33 et approchent apparemment du chiffre record, ce qui a l’air de les exciter. Une personne demande pourquoi elle est fichée… « parce que c’est la loi », qu’elle est interpellée et que même sans être inculpée ou déférée, elle sera fichée. Le policier ajoute, sourire aux lèvres, que ce fichage sera effectif « pendant vingt-cinq ans ». Il aura au moins retenu ça de ses cours à l’école de police… Mais ils n’auront pas l’occasion de battre le record, les derniers interpellés ne seront pas fichés. Faute de temps ? Service terminé ?

Quand nous sortons vers 20 heures, l’air libre a un goût particulièrement bon. Quelques soutiens sont devant le commissariat. On se restaure un peu, prend des nouvelles. Il reste encore du monde dans le central – trois personnes. Un compagnon de cellule a été reconnu par le flic soi-disant blessé comme celui qui l’aurait « alpagué par le col ». Il risque cher, mais il aura pour lui le témoignage et le soutien de cinquante personnes qui ont vu en face la réalité de la violence policière. Inique, gratuite et sans discernement. Si ce n’est pour harceler ses ennemis, et leurs amis.

Jack et B2B (Lille 43000)

NB : nous ne rapportons évidemment pas tout ce qu’ont pu vivre les 53 interpellés, car nous ignorons encore beaucoup de choses. Signalons que les exactions dont nous témoignons ici ne concernent pas tous les policiers rencontrés pendant ce cauchemar. Il nous semble toutefois qu’une majorité d’entre eux a agi de la sorte. Pour les autres, nous parlerons de passivité, l’effroyable passivité qui a déjà fait tant de mal par le passé.


 


Votre canard préféré organise une fête de soutien le 14 janvier au Centre Culturel Libertaire, rue de Colmar. Au programme : ciné-slam, djs, tables de presse. N’hésitez pas une seconde, on a besoin de tous nos soutiens ! Et vous pourrez peut-être découvrir ce lieu si pittoresque et intimiste qu’est le CCL, ou au moins passer une bonne soirée pour une juste cause : celle de la presse libre et indépendante  ! En tout cas, on vous y accueillera chaleureusement, toujours content-es de mettre des visages sur vos sous.

La brique N°25

Publié: 31 décembre 2010 par luttennord dans Infos
Tags:, ,

Sommaire :

- Enquête sur la pollution au plomb à Lille-Sud
- Dossier sur le nucléaire
- L’art de continuer une grève
- Les tribulations d’un fait-diversier de choc
- L’armée s’attaque aux écoles
- Comparutions immédiates
- L’usine à gaz DALO
- Watkins en lutte contre les médias de masse
- Justice et politique
- Lille 1848-1851

Edito :

En cette fin d’année 2010, La Brique a plongé dans les caniveaux et dépotoirs de la grande industrie. Celle de l’énergie, indispensable pour se chauffer, vivre la nuit, se connecter à des réseaux sociaux, s’oublier des heures au téléphone et user de tous ces gadgets qui parviennent péniblement à nous faire oublier que nous n’en avons pas besoin. Celle de l’électricité devant justifier le pillage de pays qui n’ont même pas l’éclairage et qui déverse des flots d’immondices toxiques pour satisfaire des « besoins » imposés en millions de « mégawatts ». (la suite)

Voir en ligne :

- Défense globale. L’armée s’attaque aux écoles

- L’art de continuer une grève

- Anagram, vingt ans d’habitat partagé (n°22)

Pour s’abonner à La Brique

… ou pour la pécho chez un dealer.

http://labrique.net/