Archives de avril, 2011


Samedi 30 avril à 21h (salle Florent Evrard) :

  • Fabulous Bastards (Oi!)
  • The Chaberts (Oi!)
  • Anxiety Attack (hXc)
  • Chuche Ma Gaillette (street punk)
  • des DJs (ska, Oi!, gabber, hardcore, …)

Dimanche 1er mai à 10h :

  • Manifestation au départ de la Maison des Syndicats
Publicités

Projection / Discussion avec la participation de Daniel Paris-Clavel, rédacteur du magazine de culture populaire « Chéribibi ».

Dans les années 50-60, disposer d’ un poste de télévision était un luxe inabordable. Aussi, le cinéma  était l’un des moyens de divertissement le plus populaire car relativement bon marché.  La jamaique voit alors défiler une multitude de projections cinématographiques. Des répercutions sur  la production musicale de l’époque se font rapidement sentir: les artistes commencent  alors à adopter les surnoms de leurs héros et leurs pochettes de disques ainsi que les  titres de leurs morceaux s’inspirent largement des films en question.

Projection de « El mercenario » de Sergio Corbucci (1968) “A la veille de la révolution mexicaine, dans une mine victime d’une mutinerie conduite par Paco Roman, un employé qui a fait exécuter les contremaîtres et humilié le responsable Alfonso Garcia, les propriétaires souhaitent cacher sept tonnes d’argent. Ils embauchent un mercenaire, le Polak, réputé pour ses qualités de tireur et pour avoir humilié un emploasino tenu par Curly, lequel se lance à sa poursuite… »

A l’ouverture sera projeté « This is Ska » Docu live de 1964 sortie à l’époque pour faire la promotion de l’ile. Avec Byron Lee & the dragonnaires, Prince Buster, Jimmy Cliff et bien d’autres.

Entrée libre. Cinéma L’UNIVERS – Rue Danton / Lille ( M° Porte de Valenciennes)


Mardi 19 avril prochain aura lieu au Centre culturel libertaire (4 rue de Colmar à Lille, métro porte des postes) une soirée spéciale en présence de compagnon-ne-s états-uniens.

Ils animeront une discussion sur les récentes agitations et les dernières luttes contre les flics, à Seattle, Washington, aux Etats Unis. Après plusieurs incidents de violences policières, y compris des assassinats, dans et autour de Seattle, des anarchistes de plusieurs villes de la région ont travaillé ensemble pour répandre le mécontentement et le sentiment anti-flic. Tout cela a finalement culminé dans plusieurs nuits de manifestations et d’émeutes. Les multiples succès et problèmes seront expliqués par deux compagnons de là-bas, suivi par une discussion sur les similarités entre les obstacles que rencontrent les anarchistes aussi bien ici qu’aux Etats-Unis face à l’engagement dans des projets similaires.

La soirée débutera à 19h30 et sera à Prix Libre (chacun-e donne ce qu’il veut/peut) pour payer le déplacement des camarades.

Organisation : GDALE-CGA.


Fascisme, nous disons ton nom par Wanna-Rebel Sound, mardi 5 avril 2011,

Wanna Rebel Sound est désormais sur les « tablettes » de la gendarmerie de Bailleul qui mène l’enquête . Enquête qui ne mènera à rien, enquête qui n’a pas lieu d’être car nous savons tous qui était derrière ces cagoules, ces bâtons, cette haine et qui, dans la nuit de samedi à dimanche, autour de 3h du matin, ont agressé gratuitement avec violence, rapidité et lâcheté, quatre de nos membres pendant qu’ils rangeaient nos instruments dans notre voiture après un concert (qui a contrasté avec cette triste fin par sa chaleur et son ambiance joviale) à Boeschepe (59) . Voiture qui fût la principale victime (3 carreaux ainsi que le pare-brise explosés) de cette « embuscade » : on peut la désigner ainsi, l’assaut n’ayant duré que quelques secondes, les « planqués » attendant qu’un petit groupe soit isolé à quelques dizaines de mètres de la salle pour sortir des bosquets et foncer sur nous à une bonne dizaine lorsque nous avions le dos tourné. Un bel exemple de courage en somme . Quant à nous, nous nous en sortons avec quelques ecchymoses et coupures . Rien que le temps ne puisse effacer .

Ce concert nous l’avons donné pour soutenir les migrants, venus d’Erythrée, du camp de Steenvoorde et l’association « Terre d’Errance » derrière eux depuis des années (on les remercie au passage pour leur formidable accueil, leurs sourires et leur combat). Il n’y a aucun mystère pour nous dans cette histoire . L’attaque était préparée, « punitive »…Tout cela respire le « Front », le « Bloc », le moisi, appelons cela comme on veut . L’enquête est bouclée pour nous, le coupable trouvé, et la cible acquise car mettre des noms sur cette incroyable bêtise ne nous intéresse pas et leur condamnation est, de toute évidence, effective : ils sont condamnés à vivre dans la haine, l’ignorance et la peur de l’autre et ce, à perpétuité …

Bien lourd tribut qui attend tout ceux qui ne sont que dans la réaction et non dans la réflexion, dont les commentaires idiots et haineux pullulent sur internet aux moindres faits divers, qui applaudissent des pseudo-journalistes (tels que Eric Z. ou Robert M.) qui, s’ils ne sont pas derrière les coups de bâtons, insinuent, pointent du doigt, stigmatisent et entérinent leurs idées malodorantes dans l’esprit des gens sur des chaines publiques à des heures de grande écoute .Tout ceux enfin dont le bulletin sera « bleu marine » lors des prochaines échéances électorales .

Ces mots ont beau être écrits dans l’immédiateté, ils ne sont pas empreints de colère mais plutôt d’espoir . Espoir qu’ils dévoilent à certains le vrai visage de la flamme bleu-blanc-rouge : une violence gratuite, haineuse et glaçante . Cet incident n’a fait que renforcer nos convictions, en aucun cas notre haine . il n’a fait que donner plus de sens au concert que nous avons donné samedi soir ou encore celui que nous avions donné en août dernier pour l’asso Max de Potes (festival Max de Zik contre la violence), plus de sens à l’action de « Terre d’Errance » ou encore celle des « No Border » qui, en plus de lutter contre la répression étatique et policière, doivent lutter contre ce racisme ambiant et ces actions violentes . Tout ça parce qu’ils osent être humain et tendre la main à des personnes qui ont fait le choix impossible de quitter leur pays pour fuir la guerre et la mort .

Nous ne cherchons pas la vengeance car nous la prendrons sur scène où nous ne cesserons de scander la paix, le respect et l’harmonie entre les peuples, les couleurs et les genres et où nos amis, nos frères, nos sœurs, des personnes de tout horizon, reprendrons nos refrains d’unité avec nous .

Nous en appelons plutôt à un rassemblement autour d’un grand concert sur Boulogne sur Mer qui prônera la tolérance et cette unité contre l’ambiance nauséabonde, délétère et pernicieuse qui règne en France en ce moment . La date, le lieu restent à trouver mais la volonté est là.

Nous ne sommes en tout cas pas dupes face à toi, notre ennemi, « Front » de malheur qui avance masqué, cagoulé comme nos agresseurs, te faisant l’ami de l’ouvrier et du chômeur . Nous savons ton vrai visage, nous te voyons, nous te sentons, et Fascisme nous disons ton nom.

 


 

———————————————————————————————–

Vendredi 8 Avril avait lieu à l’IEP une conférence sur le nucléaire en présence de la directrice marketing d’AREVA, venue promouvoir les bienfaits de cette énergie mortifère. Attention, tout le monde n’était pas convié, il fallait montrer patte « très » blanche . Pour s’opposer à cette conférence, une cinquantaine de personnes était présente, attendu par un dispositif policier démesuré : 5 cars de flics anti-émeutes, 3 flics de la BAC et le trio de choc de la BIVP (Brigade d’Information de la Voie Publique) aussi appelés chewing gum, blondinet et écharpe violette.

 

JPEG - 39.6 ko

Extrait de la vidéo : chewing gum et écharpe violette

 

JPEG - 64.4 ko

Flics de la bac

Le rassemblement très calme s’est soudainement agité en assistant au contrôle d’identité au faciès d’un passant par la CDI59 (Compagnie Départementale d’Intervention), postée là pour surveiller les manifestants. Ces derniers se sont interposés et l’un d’eux a filmé la scène à environ 50 mètres de distance. Mais visiblement, la présence de la caméra a mis en rage un des flics. Le camarade s’est alors vu interpellé et littéralement passé à tabac par un membre de cette compagnie puis par trois autres de ses collègues. Au passage, d’autres camarades sur place ont aussi essuyés des coups et autres insultes. Sans doute un moyen bien républicain de maîtriser les témoins gênants. Le but était d’effacer les preuves, de censurer une fois de plus leur méprisable chasse aux pauvres et aux sans papiers, ainsi que leur insolente impunité.

 

JPEG - 42.8 ko

Extrait vidéo ; contrôle au faciès

 

JPEG - 42.4 ko

Extrait vidéo : policier de la CDI qui a interpellé le camarade

 

JPEG - 30.5 ko

Extrait vidéo : CDI équipé d’un LBD (lanceur de balles de défense)

Maintenant, nous allons nous adresser a toi, policier qui a interpellé notre camarade. Les vidéos et les images de ton travail te posent un problème de conscience ? Peur que d’autres personnes découvrent la face cachée du maintien de l’ordre public ? Pourquoi étais-tu si pressé d’effacer la vidéo ? D’insulter et réprimer un militant qui s’oppose au contrôle au faciès ?

 

JPEG - 27.8 ko

En 2008 tu as été pris en photo mais tu n’étais pas encore trop gradé, un anonyme parmi d’autres, un simple flic dont le grade était accroché sur un scratch made in China. Tu trônais fièrement avec tes collègues aux barrages lors des manifs. Tu n’étais que gardien de la paix.

 

JPEG - 106 ko

En 2009, tu as évolué et tu as eu une promotion. Tu es devenu Sous brigadier. Bravo !

Puis est venu 2011 ou tu as encore reçu une promotion. Tu a été nommé brigadier. Encore BRAVO, quel prouesse ! Il semblerait qu’au sein de la CDI, on évolue au rythme des tabassages et des contrôles…

LES FOUS DE L’ATOME VEULENT NOTRE MORT, LA POLICE LES PROTEGE !

*citation d’un BIVP (nommé écharpe violette)

———————————————————————————————–

Le 8 avril, il y avait bien la directrice marketing d’AREVA à l’IEP. Une cinquantaine de personnes, une banderole, des tracts et l’interdiction de rentrer dans les locaux. Ils étaient bien gardés par les flics, sous la coupe toute coopérative du directeur de cette fabrique à élites bureaucratiques, Pierre Mathiot, apprenti notable d’une ville de province.

C’était complètement pitoyable.

On a eu droit aux quatre fouille-crottes de la BIVP qui se prennent pour des super-flics à encadrer un rassemblement de cinquante personnes (M. Chewing Gum et ses nouvelles pompes en croco ridicules, le petit blondinet nerveux qui a l’air aussi intelligent qu’un bulot, le brun aux cheveux longs qu’on dirait un chanteur de pop pour gamin-es, et un photographe). Peut-être qu’ils s’imaginent avoir une vie trépidante pleine de rebondissements quand ils vont « sur le terrain ». Alors que concrètement, à Lille, c’est quoi l’opposition politico-terroriste propre à faire peur à qui que ce soit ? Ils font juste pitié.

On avait aussi trois agents de la BAC payés pour leur tour de biceps plus que pour leur fulgurance intellectuelle. Et une dizaine de CRS dressés comme des toutous pour taper à la matraque. D’ailleurs ils ne se sont pas gênés (les preuves en image dans un autre post).

Tout ça pour quoi ? Pour laisser parler une connasse d’AREVA devant dix péquenauds de fils et filles à papa qui de toute façon ne comprennent rien à ce qui est en train de se passer.

Alors que pendant ce temps-là, à Fukushima, on a arrêté de jouer avec son caca. Les japonais sont en train de crever à cause de ce putain de combustible MOX vendu par AREVA et de cette putain de technologie nucléaire juste bonne à nous empoisonner, fabriquer des bombes, faire tourner des escalators, des écrans plats, des iPhone et toute une panoplie de gadgets à la con.

Tout ceci n’a absolument aucun sens

 


Discussion au CCL autour de la mobilisation contre les G8/G20

No G8/G20 ! « Deauville nous ne boirons pas de ton eau !! »

 

PDF - 84 ko

Depuis plusieurs mois, nous somme nombreuSEs à nous mobiliser pour organiser une nouvelle résistance contre les sommets des G8 (à Deauville, en mai) et G20 (à Cannes, en novembre). Nous pensons qu’il est toujours nécessaire de contester radicalement ce que représentent le G8 et le G20, mais nous sommes tombéEs d’accord lors de nos réunions préparatoires internationales pour le faire autrement. Les 26 et 27 mai 2011, nous lançons un appel aux actions décentralisées contre le G8. Nous n’irons pas à Deauville. La résistance doit être partout.

 

PDF - 124.7 ko

A partir du 9 juillet 2011 nous organisons un village autogéré durant lequel nous ferons le bilan de ces actions, nous réfléchirons à nos pratiques politiques et nous nous organiserons contre le G20 en novembre à Cannes.

 

PDF - 129.3 ko

Pour en savoir plus : https://nog2011.noblogs.org/

 

La directrice d’Areva à Science Po Lille

Publié: 3 avril 2011 par luttennord dans Infos, Rendez vous

Areva bientôt à lille

Chère madame la directrice Marketing d’Areva,

Alors comme ça t’as prévu de venir discuter de la gestion des risques nucléaires ! C’est vrai qu’un numéro de claquettes, alors que la centrale de Fukushima est en train de cramer, ça aurait été déplacé. Et puis de toutes façons, on commence à manquer d’humour. Mais bon, ça aurait au moins eu le mérite, chère madame la directrice Marketing d’Areva, d’être moins hypocrite de ta part.

Alors, qu’est-ce que tu vas bien pouvoir nous sortir comme salades ? Apparemment, depuis le 28 mars, Fukushima c’est trois accidents du niveau de Tchernobyl en termes d’émissions radioactives. Apparemment, trois réacteurs sont en fusion et n’ont plus d’enceintes de confinement. Apparemment, l’Union Européenne vient de multiplier par trois les limites de radioactivité autorisées dans nos aliments. Apparemment, les habitants de Tokyo sont à cours d’eau potable. Apparemment 160 000 personnes ont déjà été évacuées, alors qu’il faudrait en évacuer au moins le double. Apparemment, la centrale de Fukushima contamine l’eau et les sols du monde entier pour des éternités.

Et toi, chère madame la directrice Marketing d’Areva, tu viens ouvrir ta gueule sur la gestion des risques nucléaires ? Si t’aimes ça, gérer du nucléaire, pourquoi t’irais pas plutôt en bouffer directement au Japon ? Pourquoi t’es pas déjà sur la liste des liquidateurs volontaires ? Pourquoi tu laisses des gamins enrôlés par l’armée pour faire le sale boulot ? Pourquoi tu démissionnerais pas tout de suite ? Est-ce que tu peux encore embrasser tes enfants sereinement quand tu les déposes à l’école le matin ?

En tout cas, chère madame la directrice Marketing d’Areva, si t’oses mettre les pieds à Sciences Po le 8 avril à 18h, on te promet un comité d’accueil du plus bel effet.