Articles Tagués ‘solidarité’


1312Pour faire face aux peines de prison ferme et aux lours amendes auxquels des camarades de l’Action Antifasciste NP2C ont été condamnés nous faisons appel à votre solidarité financière. Donnez en cliquant sur ce lien.

Ci-dessous l’appel :

Depuis plusieurs années nous essayons d’animer et de développer le mouvement antifasciste dans la région. Cette activité nous a amené à organiser diverses actions, manifestations ou rendez vous culturels.

Vous avez toujours contribué, par votre présence, à permettre à la résistance antifasciste de garder une forte implantation dans le np2c, que ce soit face à la montée du front national, de l’islamophobie des partis de droite et de gauche ou face aux groupuscules nazillons, nous nous efforçons de tenir nos positions et être, dans la mesure de nos moyens, présents au maximum dans les luttes révolutionnaires.

Lutter demande du temps et de l’argent. Nous avons toujours produit notre matériel par nos propres moyens sans accepter aucune aide de l’Etat, par les cotisations de nos militants, par les entrées des concerts ou les quêtes en manif’.

Nos combats sont évidemment dans le colimateur de l’Etat et de son appareil répressif, nous ne comptons plus les arrestations, les violences policières et les amendes infligées à nos militants.

Récemment de plus lourdes peines nous ont été infligées : prison avec sursis, grosses amendes, tig ou peine de prison ferme. Nos seules ressources ne nous permettent plus de faire face à de telles dépenses.

Afin de pouvoir payer, au moins en partie, ces frais de justice et relancer la production de matériel antifasciste nous en appelons aujourd’hui à votre solidarité financière. Il n’y a pas de petits dons, tous les coups de main sont les bienvenus et nous espérons pouvoir, avec votre aide, continuer nos combats légitimes pour l’égalité et la justice sociale.

Action Antifasciste NP2C

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-antifa-np2c

Publicités

georges_ibrahim_abdallah

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN A Georges Ibrahim ABDALLAH
Le mercredi 05 novembre 2014 à 18H
Place de Buisses Lille (Metro gare Lille Flandres)

Plus de 30 ans de prison et de résistance. Régime d’exception
Le maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah relève d’un acharnement arbitraire. Il doit être libéré.
Le tribunal d’application des peines se prononce le 5 novembre sur sa neuvième demande de libération
Les USA , parties civiles , et Israël s’opposent et s’opposeront toujours à sa libération, pour empêcher que le résistant Abdallah regagne son pays, le Liban.

Nous ne sommes pas dupes car le sort réservé à ce combattant marxiste , pro palestinien, se joue davantage à l’Elysée que dans les « Palais de Justice »

Nous appelons à un rassemblement le 5 novembre, jour de la décision des juges.


Appel à manifester En solidarité avec les exilés et contre les VIOLENCES Policières

A Calais, plus de 600 personnes migrantes sont à la rue sans aucun abri suite aux destructions de camps, aux expulsions de terrain et de squats qui se succèdent depuis plus d’un mois.

Le 28 mai, subissant l’expulsion des deux principaux camps de fortune, les personnes migrantes se sont réfugiées sur le lieu de distribution des repas. Le 02 juillet, les autorités préfectorales et municipales ont ordonné l’évacuation du lieu, opération qui s’est traduite par une véritable rafle organisée (arrestations au faciès, parfois violentes ; tri des personnes par nationalités ; placements en rétention, y compris des mineurs, etc…). Cette évacuation s’est faite sans témoin, journalistes et associations étant cantonnés loin du lieu de distribution.

Cette situation est le triste reflet de la façon dont la France traite les étrangers fuyant des pays où ils ne peuvent plus vivre. Les autorités les chassent et les rendent invisibles à force de mépris administratif et d’expulsions. Ces politiques ne font qu’aggraver la situation et intensifient la stigmatisation de ces personnes.

Un seuil a été franchi le 2 juillet à Calais. Réagissons !

VENEZ MANIFESTER EN SOLIDARITE AVEC LES EXILES ET CONTRE TOUTES LES VIOLENCES QUI LEUR SONT FAITES !

MANIFESTATION SAMEDI 12.07.2014 14h, place d’Armes à CALAIS

Si possible, merci de collecter et de ramener de quoi dormir dehors (tentes, duvets, couvertures, bâches, etc…), des vêtements (pulls, sweats, chaussures, etc…), de la nourriture, du matériel de cuisine…

Le collectif « Solidarité avec les Exilés de Calais »

 

Plus jamais ça ?!

Nous pensions avoir été témoins du pire avec la destruction de la jungle afghane en 2009 qui a conduit à la rafle de 278 de ses habitants et leur mise en rétention un peu partout en France, cependant, ce mercredi 2 juillet 2014, une nouvelle étape a été franchie. A 6 heures du matin, plusieurs compagnies de gendarmes mobiles, de CRS, la police nationale et la police aux frontières, se sont livrées à des rafles massives, simultanées et coordonnées de la population migrante de Calais.

Sous couvert d’une opération d’expulsion des lieux de vie dont la date a été maintenue secrète, 600 migrant-e-s ont été gazé-e-s, insult-é-e-s, humilié-e-s, terrorisé-e-s, arrêté-e-s, dans le silence et l’ombre puisque tous les témoins ont été violemment écartés des lieux d’arrestation. Ils-Elles ont été escorté-e-s dans des bus qui les ont éloignés de Calais sans avoir la moindre idée de leur destination finale. 200 d’entre eux et elles sont toujours en rétention et ceux et celles qui ont eu la chance d’être libéré-e-s ne s’en sont pas sorti-e-s indemnes.

Cette démonstration de force et de violence policière répond à une volonté d’éloigner, de décourager et de terroriser les migrant-e-s pour
qu’ils-elles renoncent à s’installer dans le pays de leur choix. Cette opération n’est pas sans rappeler des épisodes historiques fascistes que nos générations s’étaient promis de ne plus jamais accepter, il nous en reviens de remobiliser une résistance.

Aujourd’hui à Calais, les migrant-e-s ont à nouveau été chassé-e-s de la ville. La majorité d’entre eux et elles sont maintenu-e-s à la
périphérie, dans des espaces où le harcèlement policier peut donner sa pleine mesure, à l’abri des regards et en toute impunité. Cette situation nous ramène 10 ans en arrière et nous ne pouvons pas accepter que les acquis de nombreuses années de lutte soient balayées ainsi.

Nous appelons tout le monde à venir à Calais pour s’opposer à cette vague de répression sans précédent.

Venez, dès le samedi 12 juillet pour une manifestation anti-rafle et en solidarité avec les migrant-e-s arrêté-e-s et harcelé-e-s, à 14 heures départ place d’Armes

et pour construire ensemble dans les jours qui suivent une réponse collective pour que cette forme d’oppression ne redevienne pas la norme !

Calais migrant solidarity


Rafle de Calais

Une partie des exilés arrêtés ce matin ont été envoyés dans des centres de rétention, Coquelles (près de Calais) environ 40, Lille – Lesquin, le Mesnil – Amelot, près de Paris. Des personnes en rétention à Rennes auraient été transférées dans des centres de rétention du sud de la France pour libérer des places, et une vingtaine d’exilés arrêtés à Calais seraient attendus à Rennes. Des places (180 à 200) sont disponibles dans les centres de rétention de Plaisir, Palaiseau, Rouen, Rennes, Mesnil Amelot, Wassel.

Des mineurs (une cinquantaine, érythréens et soudanais) ont été transférée dans un camp à Boulogne/Mer, d’autre près de Béthune.

Des exilés ont été envoyés à Boulogne et Dunkerque, probablement dans des commissariats.

Une petite cinquantaine sont encore au lieu de distribution des repas, sans qu’on sache pourquoi ils sont encore retenus là.

Trois cent vingt exilés ont été arrêtés selon la préfecture.

Le président de Salam, un membre de l’Auberge des Migrants et un membre de No Border ont été arrêtés placés en garde-à-vue.

Appel à Solidarité pour Calais !

Plus de 900 personnes sont à Calais en attendant le passage en Angleterre. Une majorité d’hommes, mais aussi des femmes, qui fuient souvent des pays en guerre, et qui souhaitent rejoindre l’Angleterre. Afghans, syriens, erythréens, égyptiens, soudanais, albanais, etc.
Trois squats sont expulsables depuis le 30 mai, dont un espace mixte habitation/centre social (où ont lieu des cours de français, anglais, arabe, des réparations de vélos, et où vivent plus d’une cinquantaine de personnes) et deux squats abritant de nombreux demandeurs d’asile (qui devraient donc être hébergés par l’état).
La mairie a également évacué le 28 mai deux campements où vivaient plus de 500 migrants de toutes nationalités, dans des conditions de vie déplorable, venues se réfugier sous les tentes à la suite des expulsions incessantes de squats.
A la suite de ces expulsions, les migrants ont trouvés refuge a l’aire de distribution alimentaire rue de Moscou, en face d’un des camps expulsé. Quelques uns ont réussit à reconstruire des abris, mais la majorité d’entre eux dort à même le goudron, souvent sans même une couverture. D’autres ont trouvés refuge dans des buissons, des jungles improvisées. Suite à la plainte de la mairie, le tribunal a décidé l’expulsion de ce lieu sans délai.

Ainsi, dans quelques jours, ces centaines de personnes vont être chassées à nouveau, sans aucun endroit où aller.
Les migrant.e.s de Calais, en plus d’être à la rue, manquent de choses essentielles comme la nourriture, des couvertures, des vêtements chauds… Ils ne reçoivent qu’un seul repas par jour, les jours où il y a assez de nourriture pour tout le monde.

Les associations manquent cruellement de matériel, les tentes et vêtements disparaissent au fur et à mesure des expulsions. De nouvelles personnes arrivent chaque jour, sans rien.

Tout ce qui peut être utile :

  • De quoi dormir dehors : Tentes, duvets, couvertures, matelas de sol, bâches, palettes, etc.
  • De quoi s’habiller : Pulls, sweats, chaussures, t­shirt, chaussettes, joggings, coupe vents, etc.
  • De quoi manger : Tout ce qui se mange (sans porc pour la majorité), pates, riz, thé, sucre, etc.
  • De quoi se laver : Brosses à dents, dentifrice, savon, rasoirs, etc.
  • De quoi vivre dans les jungles/squats (s’il en reste) : Réchauds, poêles, casseroles, vaisselle, bougies, etc.
  • De quoi se déplacer : Vélos, roues de vélos, bouts de vélos, outils.
  • De quoi se changer les idées : Livres en toutes les langues, dictionnaires, maillots de football, ballons, crampons, des téléphones, des chargeurs de téléphones, appareils photos, etc.
  • Et surtout, plein de gens, plein d’énergie !

Nous pouvons récupérer vos dons dans le Nord – Pas­ de­ Calais, mais également à Paris, Dijon, Notre Dame des Landes, Rennes, etc.

Plus d’informations sur Calais Migrant Solidarity
et Passeurs d’hospitalités.
Contact sur Calais et ailleurs : 06 45 46 59 86
Dépôt possible au cinéma l’Alhambra (en précisant association « le réveil des voyageurs »)

Contact sur Lille : 07 53 26 34 30
Dépôt possible à l’Insoumise, au CCL.
calaisolidarity@gmail.com
Merci !


Image

Communiqué de la campagne de solidarité antifasciste Hénin-Beaumont

Ce mardi 6 novembre 2012, Seb a été condamné à 300 euros d’amendes par
le tribunal de Béthune pour le fait de port d’arme de 6ème catégorie le
soir du second tour de l’élection législative à Hénin-Beaumont. Le
tribunal a également condamné Seb à 1 mois de prison avec sursis pour
refus de prélèvement ADN, comme l’a requis le procureur de la
République.

Le tribunal n’a pas retenu les 2 mois de prisons avec sursis requis par
le procureur pour le port d’arme de 6ème catégories. La peine de 300
euros et bien en deçà des dix ans de prison et 3.750 euros encourus.

Depuis la garde-à-vue où la police voulait retenir des faits de
participation à un regroupement violent et armé, en passant par la mise
en examen pour port d’arme en réunion, jusqu’à ce mois de sursis et
cette amende de 300€, la pression de l’Etat n’a fait que diminuer. C’est
le signe que la mobilisation et la solidarité antifasciste ont
fonctionné. C’est la preuve qu’il ne faut jamais rester isolé face à la
répression.

L’Etat voulait faire croire que les antifascistes sont des provocateurs
qui cherchent la violence et le désordre : les faits ne font que prouver
le contraire ! Ce sont les fascistes qui sont les partisans de la
violence gratuite, du désordre et de la haine infondée. Les
antifascistes se battent pour la justice, l’unité et la solidarité au
sein du peuple.

Maintenant que Seb n’est plus inquiété judiciairement – si ce n’est ce
sursis injuste qui plane au dessus de lui pendant 5 ans, nous devons
continuer à nous mobiliser et faire vivre l’antifascisme dans le bassin
minier. Le Front National ne cesse de se développer et la violence ou
provocations fascistes continuent de se multiplier dans la région. Nous
ne pourrons compter que sur nos propres forces et notre unité pour y
faire face.

La conquête d’Hénin-Beaumont et de larges parts du bassin minier est un
des objectifs prioritaires de l’extrême-droite qui voudrait faire croire
que le nationalisme est une solution à la misère du peuple. Le procès de
Seb n’était qu’une étape dans la longue bataille qui oppose et opposera
de plus en plus toutes les personnes progressistes à la montée en
puissance du fascisme et de sa terreur.

Vive la solidarité antifasciste,
Vive l’unité populaire antifasciste à Hénin-Beaumont, dans le
Nord-Pas-Calais et partout en France !

http://solidarite-antifa-henin-beaumont.kazeo.com/

Contact : solidarite@actionantifasciste.fr


Communiqué de presse et témoignage :

 

Pour apporter votre aide aux familles Rroms expulsées en métropole lilloise vendredi passé de nombreuses solutions sont envisageables :

  • apporter à la MRES de la nourriture, des vêtements, des couvertures (23 rue Gosselet, Lille)
  • héberger une famille ou lui proposer un point d’eau
  • discuter et soutenir les familles, leur apporter du temps
  • relayer l’information par mail, réseaux sociaux et bouche à oreille, pour mobiliser un maximum de personnes

Au besoin, contactez le 06.84.62.14.04.

Via Chassalom.


Bonjour à tous,

La préfecture du Pas de Calais a envoyé la facture de la démolition du camp à la commune de Norrent-Fontes. Cette facture s’élève à 21 270,86 euros.

Cette facture est une honte !

Nous soutenons le conseil municipal et le maire et nous vous informerons de ce qui sera mis en place. Les migrants, eux, quitteront bientôt la salle municipale et nous ne jouerons pas au plus hypocrite: nous n’attendrons pas que ces personnes s’éparpillent dans les champs voisins sans rien pour se protéger de la pluie avant de leur venir en aide.

Avec l’aide et le soutien de Médecins du Monde, bénévoles et migrants construiront des abris. Mais nous avons besoin de vous pour cela. Les bénévoles de Terre d’Errance sont déjà très pris par les douches, les tris de nourriture et de linge… et il est important de montrer que vous êtes là, avec nous.

Alors si vous pouvez vous libérer quelques jours durant le mois de mars, si vous êtes prêts à scier, clouer et viser pour défendre les droits de l’homme, vous êtes les bienvenus (pas nécessaire d’être un as du bricolage: il y aura des chefs de chantier) !

Dans ce cas, merci de nous envoyer un message avec vos noms, numéro de téléphone et la période à laquelle vous pourriez nous aider.

D’avance merci, Association Terre d’errance