Articles Tagués ‘hénin beaumont’


Bassin miné

Hénin-Beaumont s’est donnée au Front national au premier tour des élections municipales de mars 2014. La chronique d’une victoire annoncée, celle de Steeve Briois, l’infatigable bateleur qui a su prospérer sur les failles de ses adversaires.
C’est aussi un long voyage aux racines de la désespérance sociale, dans une terre de gauche blessée…

Vendredi 20 novembre à 20H00 au cinéma Le Méliès à Villeneuve d’Acq : rencontre-débat autour du film « Bassin miné » d’Edouard Mills-Affif. Invités : Edouard Mills Affiff, réalisateur et Pascal Wallart, journaliste.

Organisé par Les Amis du Monde Diplomatique.


Image

Communiqué de la campagne de solidarité antifasciste Hénin-Beaumont

Ce mardi 6 novembre 2012, Seb a été condamné à 300 euros d’amendes par
le tribunal de Béthune pour le fait de port d’arme de 6ème catégorie le
soir du second tour de l’élection législative à Hénin-Beaumont. Le
tribunal a également condamné Seb à 1 mois de prison avec sursis pour
refus de prélèvement ADN, comme l’a requis le procureur de la
République.

Le tribunal n’a pas retenu les 2 mois de prisons avec sursis requis par
le procureur pour le port d’arme de 6ème catégories. La peine de 300
euros et bien en deçà des dix ans de prison et 3.750 euros encourus.

Depuis la garde-à-vue où la police voulait retenir des faits de
participation à un regroupement violent et armé, en passant par la mise
en examen pour port d’arme en réunion, jusqu’à ce mois de sursis et
cette amende de 300€, la pression de l’Etat n’a fait que diminuer. C’est
le signe que la mobilisation et la solidarité antifasciste ont
fonctionné. C’est la preuve qu’il ne faut jamais rester isolé face à la
répression.

L’Etat voulait faire croire que les antifascistes sont des provocateurs
qui cherchent la violence et le désordre : les faits ne font que prouver
le contraire ! Ce sont les fascistes qui sont les partisans de la
violence gratuite, du désordre et de la haine infondée. Les
antifascistes se battent pour la justice, l’unité et la solidarité au
sein du peuple.

Maintenant que Seb n’est plus inquiété judiciairement – si ce n’est ce
sursis injuste qui plane au dessus de lui pendant 5 ans, nous devons
continuer à nous mobiliser et faire vivre l’antifascisme dans le bassin
minier. Le Front National ne cesse de se développer et la violence ou
provocations fascistes continuent de se multiplier dans la région. Nous
ne pourrons compter que sur nos propres forces et notre unité pour y
faire face.

La conquête d’Hénin-Beaumont et de larges parts du bassin minier est un
des objectifs prioritaires de l’extrême-droite qui voudrait faire croire
que le nationalisme est une solution à la misère du peuple. Le procès de
Seb n’était qu’une étape dans la longue bataille qui oppose et opposera
de plus en plus toutes les personnes progressistes à la montée en
puissance du fascisme et de sa terreur.

Vive la solidarité antifasciste,
Vive l’unité populaire antifasciste à Hénin-Beaumont, dans le
Nord-Pas-Calais et partout en France !

http://solidarite-antifa-henin-beaumont.kazeo.com/

Contact : solidarite@actionantifasciste.fr


Comité des Sans-Papiers 59 – CSP59 – 42, rue Bernos – 59 000 Lille Fives – 06.80.57.50.61 Métro Fives e-mail : csp59@wanadoo.fr _ http:// leblogducsp59.over-blog.com

Le CSP59 demande à Monsieur Jean Michel Bérard Préfet de Région La libération et la régularisation de Rigoberte Mbah Atangana, sportive camerounaise de haut niveau victime d’actes racistes de la part de son Club.

Jeudi 17 février 2011, 10H, alors qu’elle sort de chez son kinésithérapeute, rue d’Arras à Lille Rigoberte Mbah est interpelée par la police. Selon les informations en notre possession, elle est en ce moment au commissariat central de la police à Lille. Le drame que vit cette jeune femme, mère de deux enfants, témoigne du caractère éminemment raciste et esclavagiste; du traitement qu’elle subit de la part de certains dirigeants du FOOTBALL CLUB D’HENIN BEAUMONT depuis 2008 qu’elle a intégré ce CLUB.

Mlle Mbah a été recrutée au Cameroun alors qu’elle évoluait en équipe nationale camerounaise. En 2008, elle intègre le Football Club féminin d’Hénin Beaumont dans lequel elle évolue sous la licence n° 2543930756 2010-2011. Tous les dirigeants du Club et le Maire d’Hénin Beaumont, lui-même, reconnaissent que sa présence a permis d’élever le niveau de l’équipe et à ses jeunes coéquipières d’être sélectionnées dans l’équipe nationale féminine de football. Malgré ses performances et ses qualités footballistiques jamais démenties, les dirigeants de ce Club n’ont jamais entamé des démarches crédibles pour la régularisation de sa situation administrative. Bien au contraire, tout porte à croire qu’ils l’ont sciemment asservie à la manière d’une bête.

C’est ce qui explique que ces dirigeants, qu’on ne saurait qualifier autrement que de négriers, l’obligent à poursuivre les entraînements alors qu’elle souffre d’une entorse depuis plusieurs semaines, qu’elle est de surcroît en arrêt maladie, et qu’ils ne se préoccupent pas le moins du monde de prendre en charge le soin de leur joueuse. Le 07 juin 2010 Mlle Mbah a introduit une demande de régularisation à la Préfecture du Nord au titre de « compétences et talents », doublée d’une requête pour une admission exceptionnelle à laquelle était joint un contrat de travail en bonne et due forme. A ce jour, elle n’a pas reçu la moindre réponse des services préfectoraux.

Le CSP59 rappelle à Monsieur le Préfet qu’Hénin Beaumont est cette ville dont veut se servir Marine Le Pen pour tenter d’intégrer le système afin de se donner une allure de respectabilité alors que tout le monde connaît la tradition fondamentalement fasciste de son parti « le Front National ».

La libération et régularisation de Mlle Mbah Rigoberte sont non seulement légalement justes mais aussi un signe que les Institutions de la Républiques ne se laisseront pas gangrener par la menace fasciste du FN.

Pour toutes ces raisons et pour d’autres à faire valoir, le CSP59, et tous leurs Soutiens demande à Monsieur le Préfet la libération et la régularisation de Mlle MBAH ATANGANA RIGOBERTE.

Tous les mercredis 18 heures 30 : Rassemblements Place de République, Parvis des Droits de l’Homme.

Fn à Hénin Beaumont où le remake de 2002…

Publié: 2 juillet 2009 par luttennord dans Infos
Tags:,

3

Voici un texte écrit en 2002, je le dédicace à tous les « camarades » qui se rangent derrière le front républicain…

Ni honte ni F-Haine !

Sur le danger néo-nazi

Depuis le début des années 1980, grâce à la stratégie de Mitterrand qui institua la proportionnelle pour jeter un FN-peau de banane sous les pieds de la droite, le néo-nazi Le Pen a pu multiplier par quinze les scores confidentiels de l’extrême droite. Il obtient ainsi 11% aux européennes de 1984, et 14,5% lors de la présidentielle de 1988. Si le FN abandonne aujourd’hui ses habits d’épouvantail pour endosser le costume d’arbitre électoral, son ascension, beau résultat « socialiste », ne date donc pas d’hier.

Que des collégiens, qui n’étaient pas nés à l’époque, prennent conscience de l’implantation électorale du FN et s’en alarment, c’est compréhensible et encourageant. Que des militants associatifs et syndicaux expérimentés, voire d’anciens révolutionnaires, feignent de découvrir la chose, et l’exagèrent à plaisir pour vendre leur soupe démocratique et nationale ; qu’ils se lamentent, comme tel « réseau » spécialisé dans la dénonciation des violences policières, sur une « France couverte de honte aux yeux de l’histoire [sic] et du monde » qui « flirterait » avec l’élection d’un Le Pen, voilà qui donne envie de vomir son p’tit dèj !

La France ? Quès aco ? La « France éternelle » dont se gargarise Le Pen ? S’agit-il plutôt de « l’ensemble des Français » ? Mais Le Pen a obtenu 16,95% des suffrages exprimés. Rapporté au nombre des électeurs inscrits, ce score tombe à 11,8%. Le chiffre des inscrits doit être majoré de 7 à 10% de non-inscrits. Ce sont donc au maximum entre 10,5 et 11% de la population adulte qui ont voté Le Pen. Ce chiffre brut ne prend pas en compte les jeunes qui ne sont pas en âge légal de voter. Ne parlons pas des crétins qui ont déposé un bulletin Le Pen dans l’urne sans approuver ses positions…

On peut certes dire que « 11%, c’est 11 de trop ! », mais c’est le genre de platitude qui n’aide pas à penser. Au-delà de l’impact symbolique indéniable de la présence d’un Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, et de l’encouragement qu’il représente pour les nazillons et autres racistes, il n’y a pas de péril nazi immédiat en France. Affirmer le contraire est un mensonge démagogique et contre-productif. Recourir pour le faire à des catégories idéologiques comme la « France », « être Français » (…et en avoir honte) participe finalement de la « lepénisation » des esprits que l’on dénonce chez les autres.

À propos de la honte

Ce ne sont en eux-mêmes ni l’abstention ni les votes d’extrême gauche qui ont créé la visibilité renouvelée de Le Pen, mais bien l’effondrement de la gauche gestionnaire.

Or, heureux événement, cette déroute est logique. Trop sûr de lui, Jospin a avoué d’emblée ce que tout le monde pouvait voir : son programme de modernisation capitaliste (concocté par Fabius et Strauss-Kahn) ne méritait même plus un déguisement « socialiste ». À force de répéter qu’il n’y a plus de classe ouvrière, ces ordures avaient fini par oublier l’existence de plus de six millions d’ouvriers et d’ouvrières. Lesquel[le]s, en grand nombre, se sont abstenu[e]s, ont voté LO ou Le Pen…

Ni la peur ni la honte ne sont des armes de résistance. Ce sont au contraire les moyens favoris des maîtres. C’est par la honte que les tortionnaires, les pères incestueux, les violeurs, imposent silence à leurs victimes et les persuadent qu’elles sont responsables des violences qu’elles subissent.

VIVENT LA COLÈRE ET L’ESPOIR !

Nous n’avons pas à sauver la république avec le flic Chevènement, la patrie en danger avec Juppé-la-hache et Chirac-matraque, pas plus qu’à fraterniser avec les supporteurs des 35 heures d’exploitation salariée.

Ceux qui se passionnent pour le Monopoly électoral n’avaient qu’à voter Chirac au premier tour. Il était déjà la meilleure digue (même pleine de trous) contre l’extrême droite. Comparé à Jospin, qui a privatisé davantage que la droite, c’est un serviteur maladroit et archaïque du capitalisme !

Trêve d’illusions, parlons de guerre sociale ! Passés ou non par les bureaux de vote, défendons dans la rue et par les luttes le projet d’un autre futur, sans « races » ni frontières, sans « président » ni patrie, une société égalitaire et libertaire où l’on ne verra d’épouvantails que plantés dans les champs.

Maintenons les politiciens dans l’insécurité ! À bas la France !

« Buvons à l’indépendance du monde ! »

Claude Guillon

Paris, le 26 avril 2002