Archives de juin, 2012

Ce soir : rassemblement de soutien aux Francas en grève

Publié: 26 juin 2012 par durruticolumn dans Syndicalisme
Tags:, ,

La section CNT des Francas de Lille est actuellement en grève et organise un rassemblement de soutien à l’occasion d’une rencontre avec leur direction ce soir mardi 26 juin à 18h30 devant le siège des Francas de Lille situé 24 rue Malsence à Lille.

Soyons nombreux-ses, SOLIDARITÉ !

Reconduction de la grève chez les Francas de Lille

Publié: 25 juin 2012 par durruticolumn dans Syndicalisme
Tags:, , ,

La section syndicale CNT doit rencontrer le conseil d’administration des Francas de Lille mardi 26 juin à 18h30.

En attendant, la grève est reconduite jusqu’à mardi soir.

Revendications :

  • Maintien du centre Jean Zay en septembre
  • Ouverture du centre Georges Sand en juillet
  • Amélioration des conditions de travail (transparence sur l’avenir de la structure avec les salariés et avec les parents, arrêt des pressions par rapport aux effectifs et aux risques de fermeture, amélioration de la coordination)

Comment soutenir les grévistes :

  • Signer la pétition
  • Appeler pour faire part de votre mécontentement : 03 20 56 56 09 (bureau des Francas de Lille) et 03 20 49 50 00 (standard de la mairie de Lille ; demandez le service « Jeunesse »)

A lire aussi l’appel à la grève et un article dans La Voix du Nord.


Image


Image

Pour l’unité, contre la police !

Nous co-signions hier avec les Jeunes FGTB et la JOC un appel à manifester ce mercredi 27 juin à la Place Poelaert. Nous souhaitons assortir cette appel d’une légère mise au point concernant deux phrases de cet appel.

Premièrement : nous ne souhaitons pas établir un contrôle démocratique de la police. La police est l’organe armé du régime capitaliste. La démocratie parlementaire est le visage politique du système économique capitaliste. La question que nous nous posons est la suivante ‘Si la police ne commettait pas de bavures, si le Comité P parvenait à condamner les débordements policiers : est-ce-que ça en ferait quelque chose de bien ?’. Non, la police resterait garante de la solidité du système, la violence de la police se justifie par la légitimité auto-proclamée du système qui s’en sert.

Le propre d’un mouvement révolutionnaire est de vouloir faire la révolution : de renverser la classe dominante, par tous les moyens nécessaires. Soyons sérieux un instant : la classe dominante ne se laissera pas abattre, elle se défendra (et elle se défend déjà contre tout ce qui la menace, elle et son ordre). Elle se défendra par des moyens que nous connaissons tous : la police, l’armée, le contrôle social et la répression. Dès lors que nos actes menaceront la classe dominante, elle se défendra. Nous ne devons pas faire en sorte que nos actes ne provoquent pas la répression, nous devons nous préparer à faire face à la répression.

Ensuite, l’appel ‘exige’ de la ministre Milquet et du bourgmestre Thielemans qu’ils rendent des comptes. Nous n’avons rien à faire de leurs comptes, ils ne sont pas nos élus et ne nous représentent pas. Ils ne représentent que leurs intérêts et ceux de leur classe. Nous n’avons rien à demander à un gouvernement dont nous désirons la chute.

Enfin, nous désirons l’unité de la lutte antifasciste à côté de l’antifascisme institutionnel et capitaliste qui ne visent à combattre l’extrême-droite que pour protéger leur système. Nous voulons rappeler notre enthousiasme d’appeler à une manifestation contre la répression et le fascisme et de construire l’unité antifasciste et anticapitaliste dans la rue.

Manifester contre la répression et le fascisme : c’est avant tout manifester contre le système qui les crée et les nécessite.

Antifa BXL, Radicalement antifasciste, anticapitaliste et révolutionnaire, 21 juin 2012


5 ans après, la famille attend toujours la fin de l’instruction.
Les expertises médicales ont relevé 10 hématomes sur le visage et 20 sur le reste du corps de Lamine.
À ce jour, les 8 policiers sont toujours en fonction.
Homicide involontaire ?
Lamine, seul et non armé, a été plié et écrasé par 300 KG durant 30 minites.
Qui peut survivre à cette torture ?
Nul ne peut imaginer la souffrance endurée par Lamine.
Nous n’oublierons jamais.

Le Comité des Sans-Papiers occupe l’Office de l’immigration, rue de Tenremonde à Lille (près du Quai de Wault). Besoin de soutiens !


Image

En octobre 2008, le système financier mondial a failli s’écrouler. Depuis, la crise financière s’est muée en une crise de la dette publique qui s’aggrave de semaine en semaine. Le fonctionnement de l’économie repose la croyance en la capacité des Etats à maintenir la valeur de la valeur. Que cette croyance d’effondre et le système périt. Pourquoi l’argent vaut-il quelque chose plutôt que rien ? Répondre à cette question, c’est s’interroger sur les fondements de la valeur dans le capitalisme. A l’heure où beaucoup s’indignent de la situation actuelle en croyant naïvement que l’on pourrait revenir à l’économie régulée des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, il faut rappeler que le rapport social capitaliste ne peut être combattu qu’en s’attaquant à sa racine.

Cette discussion se fait dans le cadre d’une journée de soutien à l’imprimerie d’Athènes Rottaprint qui imprime tracts, brochures, affiches et livres pour le mouvement antagoniste de Grèce. Une journée pour donner les moyens à ceux qui luttent de diffuser leurs idées et de faire connaître leurs actions en cette période de crise aiguë du capitalisme.

DISCUSSION AVEC LEON DE MATTIS, AUTEUR DE « CRISES ».
SAMEDI 16 JUIN A 15H 
Au chat crevé. Angle des rues Bellevue et Parmentier, à Lille (métro Fives)
Entrée par la rue Parmentier.