Articles Tagués ‘antifascisme’


Hier devait se dérouler sur la Grand Place de Lille un rassemblement dont l’objectif était :

  • de condamner les meurtres dont sont accusés des militants de l’extrême-droite lilloise (affaire dites « du pousseur de la Deûle »)
  • d’exiger la fermeture du local raciste « La Citadelle » fréquenté par ces individus
  • de rappeler les relations troubles entre la police lilloise et ces assassins présumés

Nous avons publié la semaine dernière un texte revenant en détail sur l’ensemble de ces points.
Seulement la préfecture a décidé que ce rassemblement ne devait pas se tenir : un arrêté interdisant le rassemblement a été passé au nom de l’État d’Urgence Permanent. Cocasse lorsque l’on sait que c’est la police et l’extrême-droite lilloise qui ont armé le djihadiste ayant attaqué l’Hyper Cacher.
Cette interdiction n’a pas été communiquée publiquement. Ni la presse locale (qui s’était pourtant fendu d’un article racoleur le jour même), ni le compte Twitter de la prefecture du Nord ne l’avait annoncé. L’AFA et les autres organisations ayant signé l’appel n’ont pas non plus été contactées.
Une dizaine de camions de CRS, la BAC et même la police montée attendaient aux abords de la Grand Place. Le premier groupe arrivé sur place a été directement « nassé ». L’ensemble des personnes présentes ont été contrôlées et certaines embarquées. Un camarade est à l’heure actuelle toujours retenu dans les geôles du commissariat central. La banderole « Vérité et justice pour les victimes » ainsi que des drapeaux « Action Antifasciste » ont été confisqués par les flics. De plus, un important dispositif policier avait été déployé afin de protéger le local des assassins fascistes.
La police de Lille a tu pendant des années les éléments incriminant l’extrême droite dans les assassinats de la Deûle. Ils ont utilisé des militants de ces mêmes organisations comme indicateurs. En échange, ils les ont informé sur les activités des groupes anticapitalistes et libertaires, allant jusqu’à leur communiquer des adresses de militants.
La police et la gendarmerie ont été jusqu’à couvrir leurs trafics d’armes, qui ont finies par être utilisées lors des attentats de Paris.
Désormais, ils interdisent tout rassemblement dénonçant les actes insupportables de l’extrême droite et les pratiques intolérables de la police.
Martine Aubry et la préfet (nommé par l’exécutif PS dont faisait parti Macron) n’ont jamais fait fermer les locaux et commerces racistes (La Citadelle, La Vlaams Huis, La Friterie) ouverts par l’extrême-droite dans notre ville, alors qu’il ne fait aucun doute qu’ils servent de base arrière à des groupuscules fascistes ultra-violents. C’est également le PS qui a mis en place l’État d’Urgence Permanent ou encore la loi relative au renseignement qui permettent aujourd’hui ces dérives dictatoriales.
A propos des victimes du « pousseur de la Deûle », le parquet comme la mairie ont toujours défendu la thèse – pourtant statistiquement plus qu’improbable – de la loi des séries…
En revanche, tout ce beau monde n’a pas hésité une seule seconde à faire interdire le rassemblement antifasciste ainsi qu’à emprisonner et ficher les militants qui s’y sont rendus.
Le PS et son son ersatz « En Marche » ont choisi leur camp, depuis bien longtemps…

Action Antifasciste NP2C


Affiche 5 juin 2015 Clément Méric

Une manifestation antifasciste aura lieu le vendredi 5 juin à Lille à l’appel de l’Action Antifasciste NP2C, de Sud, de la CNT, des JC, de l’UEC, du Parti de Gauche, d’Alternative Libertaire et des Jeunes Ecologistes.

Rendez-vous est donné sur le parvis des halles de Wazemmes à 18h00.

Voici le texte d’appel à la manifestation diffusé par l’AFA N2PC :

Cela fait désormais deux ans que notre camarade Clément Méric a été assassiné par les fascistes de Troisième Voie. Evidemment, notre tristesse est toujours aussi intense, et elle fut doublée d’un sentiment d’injustice lorsque le meurtrier fut libéré un an après les faits, bénéficiant ainsi d’une incroyable complaisance de la part des autorités. Cela fait écho à l’acquittement des deux flics qui ont tué Zyed et Bouna. La justice, faisant fi de la légitimité préfère se cacher derrière le masque de sa légalité bourgeoise dont les laquais, flics et fascistes, sont les principaux bénéficiaires.
Mais ne nous y trompons pas, la mort de notre camarade a dynamisé l’ensemble de la contestation radicale antifasciste et anticapitaliste ces deux dernières années. Loin des beaux discours et de la révolution de salon, ces mouvements ont agi partout en France et parfois à l’étranger pour faire progresser nos idéaux. Au delà de nos idées et de nos symboles, c’est bien dans la pratique que nous avons concrétisé notre union en agissant très régulièrement avec des camarades habitant aux quatre coins de l’hexagone et de l’Europe. De Bruxelles à Calais, de Paris à Marseille, de Saint-Etienne à Nantes nous avons réussi à impulser un nouveau souffle dans notre combat.
Lors des grandes manifestations spontanées qui eurent lieu après la mort de Clément Méric, nous scandions qu’il ne fallait surtout pas déserter la rue. Le meilleur hommage que nous pouvions lui rendre était de prolonger son combat. Et cela ne se résumait pas uniquement à fustiger les discours et agissements des groupuscules néo-nazis, des identitaires, qui ne représentent qu’eux mêmes. Notre combat c’est de dénoncer les agissements des flics qui ratonnent à Calais main dans la main avec les nazis de la région. C’est réagir face aux pratiques racistes du maire d’Haubourdin à l’égard des populations Rroms. C’est aussi dénoncer les manœuvres du gouvernement Hollande qui profite de la stupeur qui a suivi les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher pour faire passer la loi sur le renseignement.

Ainsi, l’autoritarisme et les discours sécuritaires vendus depuis des années par toutes les tendances de la droite sont appliqués par un gouvernement « socialiste ». Le constat peut être amer pour certains, pour nous la situation était claire dès le départ, les « socialistes » représentent à nos yeux le pire cancer que la gauche ait connu au cours de son histoire. Sur la base de ce constat, nous devons prendre conscience, une fois pour toute, qu’il n’y a rien à attendre de ces porcs auxquels les élections leurs avaient permis de récupérer, pendant quelques semaines, la couleur rose qui les caractérise.

Nous ne devons plus gober leur soupe indigeste servie à tous les scrutins. Mitterrand n’avait pas le monopole du cœur, la famille Lepen n’a pas celle du fascisme. Par conséquent n’oublions pas que la loi scélérate sur le renseignement a été rédigée par des socialistes et votée de concert avec toute la droite de l’hémicycle le 5 Mai dernier. Cette mesure va de pair avec toutes les mesures antisociales qui matraquent depuis quelques années les plus pauvres au profit des quelques parasites sociaux qui se disputent l’intégralité du gâteau. A ce sujet, souvenez vous aussi que ce sont les « socialistes » qui ont aussi voté la loi Macron, le pacte de responsabilité, qui traquent des Rroms, les migrants de Calais et qui libèrent Morillo. Ici même à Lille, c’est la maire « socialiste » qui ferme le bar progressiste le Resto Soleil afin de protéger la barbouze identitaire Claude Hermant, informateur de la police et soupçonné d’avoir fourni des armes au terroriste antisémite Coulibaly.

Nous savions depuis longtemps que le Parti Socialiste était du côté du système, des capitalistes, des dominants et des racistes, ceux qui ont voté pour François Hollande n’auront plus l’excuse de ne pas savoir.

Le gouvernement assume ouvertement ses positions : son ennemi ce n’est ni la finance, ni les fascistes, ce sont les travailleurs, les étrangers et les forces révolutionnaires.
Le système de production capitaliste, déterminant l’ensemble des rapports sociaux, pousse les patrons et leurs valets à se prémunir de toute révolte dans une période où ils désirent engranger de plus en plus de profits au détriment d’une très large majorité de laissés-pour-compte. Il faut bien se rendre à l’évidence, cette loi sur le renseignement ne vise pas les quelques djihadistes et leurs épisodiques coups d’éclats. Elle cible avant tout ceux qui désirent bouleverser l’ordre des choses en foutant en l’air, une bonne fois pour toute, le système actuel. Hier le droit romain était là pour préserver le système de production esclavagiste, aujourd’hui le droit est là pour préserver le système qui l’a enfanté : le capitalisme. Légaliser les écoutes massives, permettre aux flics de poser des balises GPS sur le véhicule de personnes « suspectes », etc. autant de mesures qui représentent un bond en avant vers une société totalement cadenassée. Le but ultime étant de préserver les intérêts du capital.
Cette année, l’hommage que nous rendrons à notre camarade se fera en dénonçant cette loi sur le renseignement qui fera de nous tous des terroristes à leurs yeux. En réalité les terroristes sont ceux qui ont voté cette loi. Toute cette racaille qui, du Medef aux bancs de l’assemblée, ne désire qu’une chose : asseoir son pouvoir en généralisant le contrôle de la population. Ce texte de loi est un maillon supplémentaire leur permettant de nous surveiller, de nous écouter, de nous ficher en toute liberté sans qu’il n’y ait aucun office de contrôle pour pallier les dérives liberticides. Cela concerne tout le monde et doit nous pousser à sortir dans la rue, à dénoncer ce projet avec vigueur. Malgré la léthargie de nombreuses organisations politiques de gauche anesthésiées par l’allégeance prêtée au gouvernement, nous devons impulser des rassemblements sur la base de notre opposition à ce projet de société. Nous devons redonner du sens aux luttes anticapitalistes et antifascistes récupérées et tuées dans l’oeuf depuis maintenant trop longtemps par les opportunistes de tout poil. Dans ce rapport de force qui nous oppose au terrorisme d’Etat, nous devons démontrer que rien n’est encore joué, que l’histoire n’est pas finie.

Action Antifasciste NP2C


La police a assassiné le fils du mineur !

Pour se souvenir et rendre hommage !

Pour exiger vérité et justice !

Pour obliger la juge à organiser une reconstitution !

Manifestons le 14 mars 2015 à 14h30 au départ de la rue Lassigny à Montigny-en-Gohelle* (Fosse 7)
Covoiturage depuis Lille : 13h15 devant l’Insoumise

DEUX ANS ET TOUJOURS PAS DE CHANGEMENT !

Le 28 mars 2013, à Montigny-en-Gohelle (62), Lahoucine Ait Omghar est tué dans sa rue de 5 balles par la police. C’est le troisième jeune de ce quartier abattu par des policiers. Comme d’habitude, les flics se cachent derrière la légitime défense et les médias salissent la mémoire des victimes, alors qu’une fois encore, un jeune issu d’un quartier populaire est assassiné. Comme toujours, les familles restent seules face au silence de la justice et de l’État.

Le jeudi 19 mars aura lieu une décision importante concernant le dossier de Lahoucine. En effet la juge d’instruction a refusé une reconstitution et veut clôturer le dossier, alors que dans presque tous les cas quand il y a homicide, il y a reconstitution.

Pourquoi ce refus ? Y a-t-il quelque chose à cacher ?

Pour soutenir la famille et pour montrer que nous exigeons la vérité sur la mort de Lahoucine, soyons nombreux et nombreuses !

Et n’oublions pas les autres tombés aussi sous les coups et les balles de la police :

Riad Hamlaoui (2000, Lille)

Hakim Djelassi (2009, Lille)

Ali Ziri (2009, Argentueil)

Wissam Al Yamni (2012, Clermont Ferrand)

Amine Bentounsi (2012, Noisy-le-Sec)

Rémi Fraisse (2014, Sivens)

Bertrand Nzohabonayo (2014, Joué-les-Tours)

Pour plus d’infos:

http://labrique.net/numeros/numero-35-avril-mai-2013/article/la-p

https://linsoumiselille.wordpress.com/2013/06/15/rencontrediscuss


Bassin miné

Hénin-Beaumont s’est donnée au Front national au premier tour des élections municipales de mars 2014. La chronique d’une victoire annoncée, celle de Steeve Briois, l’infatigable bateleur qui a su prospérer sur les failles de ses adversaires.
C’est aussi un long voyage aux racines de la désespérance sociale, dans une terre de gauche blessée…

Vendredi 20 novembre à 20H00 au cinéma Le Méliès à Villeneuve d’Acq : rencontre-débat autour du film « Bassin miné » d’Edouard Mills-Affif. Invités : Edouard Mills Affiff, réalisateur et Pascal Wallart, journaliste.

Organisé par Les Amis du Monde Diplomatique.


Mise à jour 9/9/14 : ajout d’une photo du SO et du paragraphe sur la présence de hooligans nazis du RC Lens. Ajout de la photo de Vice. Merci aux lecteurs qui nous font parvenir ces informations.

 

Kevin Reche, le leader de Sauvons Calais, déclarait hier à La Voix du Nord : « Nous ne sommes ni racistes, ni des nazis ! »

Et pourtant, les photos prises par les nombreux journalistes présents au rassemblement d’hier prouvent le contraire.

Des membres du SO du Blood & Honour Hexagone

Le Blood & Honour est une organisation se réclamant ouvertement du nazisme. « Sang et Honneur » était une devise des Jeunesses Hitlérienne. Ce groupuscule ultra-violent, surtout actif dans le sud de la France, est spécialisé dans l’organisation d’agressions et de ratonnades.

D’après Wikipédia : « Blood & Honour est parfois symbolisé par le code 28, tiré de la deuxième et de la huitième lettres de l’alphabet, « B » et « H ». »

Devinez le genre de blousons que portait hier le Service d’Ordre de Sauvons Calais ?

Sauvons Calais Blood and Honour

« Support 28 Hexagone », la branche française de l’organisation. Photo par Peter Allen.

Securité Blood and Honour

La même personne avec un brassart sécurité. Photo publiée par… Sauvons Calais.

Le même personnage, portant des gants de frappe, intervenant avec le SO de Sauvons Calais. Photo Nord Littoral.

Toujours le même personnage, portant des gants de frappe, intervenant au sein du SO de Sauvons Calais.
Photo Nord Littoral.

Des t-shirts de la divison SS Charlemagne

Sauvons Calais Divison SS Charlemagne

Un participant masqué de la manifestation Sauvons Calais portant un t-shirt sur lequel est inscrit « Charlemagne » avec le blason de cette divison SS. Photo The Telegraph.

La 33ème division de grenadiers SS Charlemagne était une divison SS composée d’environ 7 000 volontaires français. Elle a participé à la bataille de Berlin et fût vaincue par l’Armée Rouge.

Le blason de la SS Charlemagne, reproduit sur le t-shirt de ce sympathique manifestant.

Le blason de la SS Charlemagne, visible sur le t-shirt de ce sympathique manifestant.

Des saluts nazi pendant le discours de Kevin Reche

Photo Vice.

Photo Vice.

Salut nazi Kevin Reche

Photo The Telegraph.

salut-nazi

Photo Peter Allen.

Des hooligans nazis

Kategorie C

Capture vidéo RuptlyTV.

En Angleterre et dans certains autres pays, la police classifie les supporters de football par catégories. A représente les supporters « réguliers », B les ultras ayant parfois recours à la violence et C les hooligans les plus radicaux nécessitant une surveillance particulière.

Orthographié ici avec un K, le t-shirt fait aussi et surtout référence au groupe de RAC allemand Kategorie C, s’affichant ouvertement comme hooligan et néo-nazi.

Ces membres de la Youth Lens se font régulièrement remarquer lors des matchs du RC Lens et en marge des manifestations de Sauvons Calais pour leurs comportements racistes et les agressions qu’ils perpetuent. Ils ont également organisé une ratonnade ciblant le bar « La Crypte » à Calais durant l’été.

Mais tout ça n’est pas vraiment nouveau…

Le même Kevin Reche avec l'insigne de la 11e division SS Nordland

Kevin Reche arborrait lui aussi un blason SS en tatouage. Son ami préfère la rune d’Odal et la croix celtique.

Pour conclure

Citons à nouveau Kevin Reche : « Rassemblement du 7 septembre : un bel exemple ! « 


Solidarité Calais
Depuis 1 an, un petit groupe de jeunes militants néo-nazis calaisiens s’est organisé et cherche à faire parler d’eux. Leur nom : « Sauvons Calais ». Leur coup le plus médiatique : la publication par la presse locale des photos des tatouages à la gloire du IIIème Reich portés par leur leader Kevin Reche (insigne SS, croix celtique et autres joyeusetés).
L’activité principale de « Sauvons Calais » est la désinformation concernant les migrants (accusés de tous les maux de la ville) et le matraquage permanent des mensonges politiques du Front National (plusieurs membre du « collectif » y sont d’ailleurs directement affiliés).
Mais depuis l’affaire du squat de Coulogne, un pas a été franchi. « Sauvons Calais » s’en prend désormais physiquement aux migrants et aux militants qui les soutiennent quotidiennement : agressions de migrants et de camarades no-borders, attaque d’espaces de solidarité, menaces sur des militants associatifs…

L’action des pantins de Sauvons Calais s’articule et soutien la politique anti-migrants menée par la mairie UMP et les rafles racistes orchestrées par le gouvernement « socialiste ».
Comme toujours, le système se déchaine contre les plus pauvres et les plus précaires. A Calais, les migrants servent de bouc-émissaires. Pourtant les responsables du chomage et de la misère qui touchent la ville sont connus : les financiers, les spéculateurs, les banquiers, les patrons et les grands propriétaires sévissent en toute impunité. Ils s’enrichissent toujours plus. Le FN, le PS et l’UMP servent directement leurs intérêts.
Ce sont les mêmes qui sont les responsables des guerres et de l’extrême précarité que fuient les migrants.
Mais ratonner de pauvres gens qui vivent dans la rue est plus simple et mieux vu que de s’en prendre aux racines du mal, à ceux qui détiennent les richesses et qui contrôlent l’État et sa police.

Le 7 septembre, « Sauvons Calais » appelle à une manifestation contre l’immigration. Manifestation à laquelle est conviée une partie du gratin pourri de l’extrême droite radicale française, des personnages réputées pour leurs sorties racistes, homophobes, antisémites… Parmi les heureux élus : Benedetti (tremblote oeuvre française), Roudier (sénile identitaire) et Joly (poupon nazi picard).

Dimanche 7 septembre, l’Action Antifasciste NP2C appelle à se rassembler massivement pour barrer la route aux néo-nazis, s’opposer aux politiques racistes menées par le PS, l’UMP et le FN et exprimer notre solidarité avec les migrants.

13 h place d’arme !

A la semaine prochaine, tenue décontracté, mains vides, poches pleines.


Contre les fascistes de Sauvons Calais

Depuis une semaine, le collectif Sauvons Calais appelle à des rassemblements quotidiens pour protester contre l’ouverture d’un squat à Coulogne (commune limitrophe de Calais) par des sans abris aidés par le
collectif No Border. Ces attroupements fielleux de décervelés nostalgiques du troisième Reich se sont
traduits par des jets de pierres et de cocktails Molotov, des menaces envers les personnes hébergées et leurs soutiens, et des tentatives d’entrer en force dans le logement occupé. Tout cela sous les yeux d’une police complaisante.

Face à la montée des violences commises par les nervis d’extrême droite à Calais, en France et dans le reste de l’Europe, il est indispensable de faire obstacle à la diffusion des idées et des actes xénophobes. En solidarité avec les migrant-e-s et les militant-e-s qui les accompagnent, nous nous joignons au rassemblement, samedi 1er mars à partir de 14h30 place d’Armes à Calais.

LA RUE NE LEUR APPARTIENT PAS !
Solidarité Antifasciste.

Premiers signataires : Action Antifasciste NP2C, CNT