Articles Tagués ‘réfugiés’


3000 personnes à la manif de Calais

Montage par le collectif Nante Révoltée

Communiqué du collectif unitaire d’organisation de la manifestation du 23 janvier 2016 à Calais :

Ce samedi 23 janvier, 3000 migrants, réfugiés de la jungle, réfugiés et sans-papiers de Paris, de Marseille, de Lille et d’ailleurs, membres de mouvements de solidarité de Calais et sa région et d’autres villes, militantEs,venus d’Angleterre, de Belgique et d’Allemagne ont manifesté à Calais. C’est la plus grosse mobilisation sur ce sujet ayant eu lieu à Calais. Au même moment des manifestations du même type ont eu lieu à Evros à la frontière entre la Grèce et la Turquie et à Lampedusa.

Malgré quelques provocations, très peu nombreuses, de l’extrême-droite, la manifestation a eu le visage de la détermination et de la solidarité.

La confiance transmise par cette magnifique manifestation a amené des centaines de migrants à décider d’obtenir ce qu’ils revendiquent légitimement, leur liberté de circulation. Après la fin de la manifestation, débordant les forces de police ils ont manifesté jusqu’au port pour tenter d’embarquer sur un bateau. Plusieurs dizaines ont même réussi à entrer sur un ferry à quai.

Suite à cette action la police a arrêté au moins 11 personnes solidaires et 24 migrants. La manifestation a été la démonstration que la solidarité est un projet de société qui a bien plus d’avenir que les politiques menées actuellement, qui font de Calais une ville sinistrée et barbelée.

Nous exigeons donc la libération immédiate de touTEs les manifestantEs arrêtéEs quels que soient leur statut ou leur nationalité et le retrait de toutes les charges.

Le collectif unitaire d’organisation de la manifestation (ATMF, CNT-RP, CISPM, CSP 75, Droits Devant !!!, NPA)

 

Par ailleurs, suite aux arrestations ayant eu lieu ce samedi, un nouveau rassemblement est organisé aujourd’hui à 13h30 à Boulogne-sur-Mer :

Lundi 25 janvier à 13h30, un rassemblement de soutien est organisé devant le TGI de Boulogne-sur-Mer pour soutenir six habitants du bidonville et deux militants associatifs poursuivis suite à l’occupation d’un ferry dans le port de Calais après la manifestation du 23/01.

D’autre part, trois militantes italiennes présentes samedi à Calais ont été placées au CRA (centre de rétention administrative) de Lesquin avec une OQTF (obligation de quitter le territoire français).

CNT Lille

 

L’Action Antifasciste NP2C et la CNT Lille ont également publiés des communiqués suite au fusil brandit par un groupe d’extrême-droite contre les manifestants – dont personne ne parle – et au tag « Nik la France » sur la statue de De Gaulle – qui, en revanche, est condamné uninanimement par le système (de l’extrême-droite institutionnelle à la « gauche » de gouvernement) :

Tag "nik la France" sur la statue de De Gaulle

Depuis quelques jours un emballement médiatique sans précédent se produit autour d’une simple photo d’un tag. Toute la classe politique se déchaîne suite à cette manifestation de solidarité avec les migrants. Pour une simple inscription à la peinture sur une statue de l’ancien président De Gaulle.
Il nous semble donc bon de faire une mise au point puisque nombre de nos militants étaient présents à cette manifestation comme souvent dans les mobilisations calaisiennes que nous soutenons activement.
Rendons d’abord à César ce qui lui appartient : nous ne sommes malheureusement pas à l’origine du tag « nik la france » sur la statue du général. Pour autant, n’attendez pas de nous une seconde que nous condamnions celui-ci.
Tout d’abord il s’agit d’une simple inscription sur une statue, rien de plus. Par ailleurs, nous vomissons intégralement ce personnage et tout ceux de Philippot à Morano qui s’en revendiquent. De Gaulle est l’homme qui massacrait à Paris des centaines d’Algériens en 1961, et cent fois plus de nos frères et soeurs revolutionnaires qui, en Algérie, combattaient pour leur légitime libération nationale. De Gaulle est l’homme qui a largement construit la Françafrique, ce système de domination qui permet depuis 50 ans à la France de piller les pays d’Afrique et d’empêcher leur auto détermination par, notamment, la mise en place de dictateurs criminels. De Gaulle et son système entièrement dévoué à l’enrichissement de la bourgeoisie est à l’origine de millions de morts à travers le monde.
Cet homme est une honte, toutes ses statues mériteraient d’être détruites.

Cette anecdote permet encore une fois à l’intégralité de la classe politique de montrer son incroyable niveau de bêtise. Depuis la fermeture de Sangatte, la situation des migrants est désastreuse, ces hommes et ces femmes quittent les guerres dont NOS pays sont à l’origine : Afghanistan, Irak, Lybie, Syrie… Ils fuient les bombardements, les massacres, la misère. Dans leur volonté de s’en sortir ils affrontent la mort quotidienne dans des bateaux de fortune. Ils subissent ensuite les insultes, les violences policières, la misère et les maladies au sein même de nos « grands pays développés riches et aux valeurs universelles ».
Samedi la manifestation avait pour but de réclamer – notamment – des conditions de vie décentes pour les migrants, l’ouverture des frontières, le respect et la dignité. Des valeurs pourtant largement mises en avant par la République Française.
Au cours de la manifestation, un militant néo-nazi qui pose en photo devant des drapeaux SS a brandi un fusil sur la manifestation. Cet événement a largement été ignoré par la même caste qui s’est tant indigné d’une simple inscription inoffensive.

Tous les mois, des migrants meurent à Calais.
Tous les jours, les bombardements de la coalition tuent pèle-mêle des civils syriens et kurdes. Ces derniers sont pourtant ceux qui combattent en première ligne face à Daesh. Tout ça, dans le silence complet de la classe politique et des médias qui se sont pourtant déchaînés pour ce simple tag déjà effacé.
A tout ceux là et à tous les citoyens toujours impassibles qui font les effarouchés : vous faites preuve d’une hypocrisie sans nom.

Quand à nous, nous choisirons toujours le camp des oppressés, des victimes de la violence bourgeoise et étatique. Au côté des migrants, des rroms, des musulmans, des chômeurs, des ouvriers qui séquestrent leurs patrons, des jeunes face à la police.

Quitte à être ultra minoritaire nous tiendrons la ligne de nos positions car elles sont justes et légitimes : liberté de circulation, dissolution des forces policières, dignité et justice pour les victimes des violences de l’Etat et de la bourgeoisie.

Avant de finir nous voulions vous rappeller cette citation de l’ancien président, cette ordure : « Voulez-vous être bougnoulisés ? Voyons, Dronne ! Donneriez-vous votre fille à marier à un bougnoule ? » ‪#‎SansCommentaires‬

A bientôt dans les luttes et dans la rue. La où nous sommes quotidiennement.

Action Antifasciste NP2C

 

Dans un article publié le 24 janvier 2016 sur son site internet et le lendemain dans son édition papier, la Voix du Nord écrit que la statue de Charles de Gaulle – située place d’Armes à Calais – a été taguée « par ce qui semble être des militants de la Confédération nationale des travailleurs ». Quel que soit le mal qu’elle pense du général de Gaulle, la CNT dément cette information inexacte et décline toute responsabilité concernant ce graffiti.

Dans le même article, la Voix du Nord évoque la personne qui, samedi après-midi, a menacé les manifestants et les migrants avec un fusil. Les journalistes parlent « d’une famille de Calaisiens, pris à partie par des manifestants » et d’une vidéo dont les « images ne montrent pas qui est à l’origine de cet affrontement ».

Plusieurs témoignages sont pourtant très clairs. Exemple :

« Cette famille se trouvait dans une rue perpendiculaire à la manifestation. Elle est sortie de chez elle en insultant et en agressant à tout va les manifestants et migrants. Quand ceux-ci sont allés leur demander de ne pas réagir comme cela et de rentrer chez eux, c’est à ce moment que l’arme a été sortie ». Autre témoignage : « Lorsque le cortège arrive au coin d’une petite rue pavillonnaire, deux hommes sortent de leur jardin pour invectiver et provoquer les réfugiés. Un groupe s’approche alors de la maison. Les deux hommes continuent les insultes et les doigts d’honneur. Va alors commencer une partie de ping-pong d’insultes.

Almamy Kanouté, militant associatif de la banlieue parisienne, va très vite intervenir pour tenter de calmer le père de famille en lui demandant de rentrer chez lui pour éviter que ça ne dégénère d’avantage. L’homme refuse, reste dehors. Sa femme le supplie de rentrer mais il préfère rester, et est visiblement prêt à en découdre. C’est à ce moment que le jeune, qui semble être son fils, rentre dans la maison et ressort quelques secondes plus tard armé d’un fusil et le dirige vers la foule puis en l’air ».

Et puis, cette famille n’est pas une famille lambda. Elle milite activement dans l’extrême-droite radicale calaisienne. Cela, la Voix du Nord ne le dit pas.

CNT Lille


Néo-nazi Calais

Plusieurs milliers de personnes ont défilées simultanément hier à Calais et en Grèce pour réclamer l’ouverture des frontières ainsi qu’un accueil décent des réfugiés qui fuient les guerres impérialistes ou Daesh.

Lors du passage de la manifestation calaisienne rue Chateaubriand, un groupe de personnes se trouvant dans une maison de la rue a commencé à insulter puis à agresser les passants. L’un des habitants à alors menacé la foule avec un fusil.

Calais : un homme au fusil

Photo par le collectif Our Eye Is Life

Une partie de la scène est disponible sur une vidéo de Russia Today (propriété du gouvernement Russe) et d’autres photos ont été publiées par le collectif de photographes Our Eye Is Life.

L’homme au fusil est un militant néo-nazi connu dans le Calaisis :

Drapeau SS

Le calaisien au fusil posant devant un drapeau SS.

C’est également un proche du groupuscule fasciste Sauvons Calais ainsi que de son chef Kevin Reche, lui même tatoué d’une croix gammée sur le corps.

Sauvons Calais

Le même Kevin Reche avec l'insigne de la 11e division SS Nordland

Le même Kevin Reche avec l’insigne de la 11e division SS Nordland (une croix gammée stylisée).

 

Il est temps de faire le ménage chez les défenseurs de la France « blanche et éternelle » de Calais.


Action Antifa Bruay

Deux rassemblements auront lieu demain, mercredi 21 octobre, en soutien aux migrants du parc des Olieux :

  • Rendez vous à 10h devant la DDCS, 175 rue Gustave Delory (métro « mairie de Lille »), pour exiger des places d’hébergement digne pour tous
  • Rendez vous à 10h (début de l’audience) au TGI de Lille, avenue du peuple belge, pour soutenir un jeune convoqué devant le Juge des Libertés et Détention

Le mercredi 14 octobre 2015, une centaine de personnes se sont rassemblées au parc des Olieux à l’appel du collectif. Des tentes ont été installées sur le terrain où une trentaine de mineurs étrangers vivent jour et nuit depuis 4 mois, sans autres solutions en attendant une avancée de leur situation et que le département prenne enfin ses responsabilités.

Le soir même, 12 agents de la brigade anti-criminalité (BAC) sont venus contrôler les personnes présentes sur place en soutien et le lendemain, la police municipale est venue prendre des photos du campement.

Ce même jour, un jeune convoqué à la Police aux Frontières (PAF) afin de récupérer ses papiers a été placé au centre de rétention de Lesquin. Il est convoqué au tribunal de grande instance de Lille (TGI), devant le juge des libertés et de la détention (JLD) ce mercredi 21 octobre à 10h.

Le jeudi 15 octobre 2015, six jeunes étaient convoqués à la PAF afin de récupérer leurs papiers d’identité, confisqués suite à un contrôle ayant eu lieu la semaine passée. Ils en sont ressortis avec de nouvelles convocations pour les jours prochains, cette fois-ci pas tous en même temps.

Le vendredi 16 octobre 2015, un rassemblement était appelé à Villeneuve d’Ascq, métro Triolo, à destination de la cellule des mineurs étrangers isolés (MIE) du département du nord. Une cinquantaine de personnes étaient présentes et une délégation a été reçue. La directrice territoriale, celle du pôle enfance-famille ainsi que celle de la cellule MIE se sont engagées à une prise en charge de 20 jeunes d’ici ce début de semaine.

Le samedi 17 octobre 2015, un atelier de coiffure en soutien aux jeunes du parc a eu lieu ainsi que la boum mensuelle et joyeuse, où l’on s’est déhanché.e.s comme des oufs.

Le dimanche 18 octobre 2015, la réunion d’organisation hebdomadaire a eu lieu durant laquelle nous avons abordé différents sujets comme : la préparation des repas, le journal, des cours de français, accompagnements juridiques et de santé…

Par ailleurs, un rassemblement pour exiger des places d’hébergement est prévu pour ce mercredi 21 octobre 2015, à 10h devant la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS), 175 rue Gustave Delory, au métro « mairie de lille ».

Ce dimanche s’est fini en beauté par une soirée de soutien, ayant permis de récolter des fonds qui serviront pour les différents besoins liés à la situation.

Durant tous ces derniers jours, de nombreuses personnes sont passées sur le parc manifestant leur soutien en apportant du café, de la nourriture, ou simplement de la considération. Continuons à affirmer notre soutien en passant régulièrement sur le terrain.


Simple, concret et d’une grande portée politique : le succès des collectes en faveur des réfugié.e.s montre qu’un élan de générosité populaire est possible, loin des discours politiciens xénophobes. Les camarades d’AL du Nord – Pas-de-Calais racontent l’action s’est montée.

Deuxième semaine de septembre, il y a de quoi avoir le cafard : le désespoir de dizaines de milliers de réfugié.e.s stoppé.e.s par l’armée hongroise, la mort par noyade du petit Aylan Kurdi, et par là dessus les discours débectants de Michel Onfray, Marine Le Pen et consorts.

Alternative libertaire, qui s’est mobilisée cet été pour soutenir les camps de migrant.e.s à Paris, martèle que « la seule solution, c’est la liberté de circulation ».

On aimerait faire quelque chose de plus, mais quoi ? Une énième manif où l’on ne retrouvera que les quelques centaines de personnes conscientisées ?

Le week-end du 12-13 septembre, on a le déclic : une bonne vieille action de solidarité concrète, de terrain, simple et efficace. Un appel à la générosité populaire, une collecte de dons pour aider les réfugié.e.s qui vont bientôt arriver dans le Douaisis. L’occasion d’une démonstration publique qu’il y a une alternative à la xénophobie et au repli.

Pendant quatre jours, pendu au téléphone

Première organisation sollicitée, celle où on milite au quotidien : l’union locale CGT du Douaisis [1]. Ni une ni deux, tous les camarades consultés approuvent l’idée avec empressement. Débute un vaste tour de coups de fil. Pendant quatre jours, on est pendu au téléphone avec les différentes organisations pour mettre sur pieds la logistique et faire circuler l’appel le plus largement possible.

Au bout du compte, on peut s’appuyer sur la CGT, FSU, CNT pour les syndicats ; AL, PCF, EELV, PG, Action antifasciste pour les orgas politiques ; Immigration et Droits des migrants, Europalestine, MRAP, Secours populaire pour les assos ; ainsi que sur le Comité des sans-papiers du Nord-Pas-de-Calais.

De tous côtés, des retours positifs, des encouragements : on fonce. Ultime bonne surprise : lorsqu’on va chercher le camion de 30 m3 que nous avons réservé, le loueur nous annonce que puisque c’est pour aider les réfugié.e.s, ce sera gratuit, cadeau de la maison !

Le mercredi 16 septembre, nous stationnons donc dans la cour de l’hôtel de ville. Les militantes et les militants arrivent. Puis, sans qu’on ait à attendre longtemps, des habitantes et des habitants du coin, chargés de sacs : des dizaines de sacs avec des vêtements, des couvertures, des casseroles, des jouets, de la nourriture…

Photos : La Voix du Nord

Photos : La Voix du Nord

Photos : La Voix du Nord

On est rapidement débordés. Débordés par l’émotion aussi. Comme souvent, les plus généreux ne sont pas forcément les plus riches. La larme à l’œil, un bénévole du Secours populaire nous confie que parmi les donateurs, il reconnaît quelqu’un qui est lui-même bénéficiaire de la solidarité de son association. Tout cela fait chaud au cœur. Entraide, poignées de main, rigolade : syndicalistes, communistes, libertaires, antifascistes, associatifs divers coopèrent sans problème, portés par l’événement.

50 m3 en deux jours !

En une heure, les 30 m3 du camion sont remplis. Une petite allocution au mégaphone, au nom de l’UL CGT, et on peut aller stocker le fruit de la collecte. Mais l’élan s’est poursuivi : le lendemain, on en était déjà à 50 m3 ! La presse a couvert l’événement et en a fait un compte rendu honnête.

C’est important, de médiatiser largement une telle action. Parce qu’on ne la fait pas dans la discrétion, pour se donner bonne conscience entre nous, mais pour démontrer que les classes populaires ne sont pas aussi xénophobes que le voudraient les Finkielkraut, Zemmour, Onfray et compagnie, et qu’on peut aller à contre-courant de la fascisation rampante de ce pays.

Eddy (AL Douai) – publié initialement sur le site d’Alternative Libertaire


Bruay-la-Buissière

Action Antifa Bruay

Un collectif monté de toute pièce par le Front National et soutenu par les identitaires a appelé dans la journée d’hier à un rassemblement contre les réfugiés suite à l’annonce par la ville de l’hébergement potentiel de certains d’entre eux.

C’était sans compter sur la réactivité des militants de l’Action Antifasciste NP2C. A 18h, ils étaient plus d’une 20aine devant la mairie de Bruay afin de barrer la route aux écervelés racistes qui voulaient cracher leur haine des étrangers.

Les frontistes n’ont pas eu d’autre solution que de s’enfuir. Il semble qu’ils aient malencontreusement égaré leur banderole xénophobe au passage.

Bruay Refugees Welcome

A lire également à ce sujet, un article de l’avenir de l’Artois.

Lille

Action Antifa Lille

Au même moment à Lille, l’Action Antifasciste NP2C – toujours elle – organisait une collecte à destination des migrants du parc des Olieux. Les militants de l’AFA en ont profité pour rendre hommage à Alexander Barmin, antifasciste Russe assassiné par des néo-nazis la semaine dernière à Moscou.

Une trentaine de personnes étaient présentes.

Collecte Lille

Comme la semaine précèdente, les passants fûrent très réceptifs et la collecte excellente ! Une voiture remplie de vivres est partie à destination des réfugiés de Moulins.

A Lille comme à Bruay la population du Nord-Pas-de-Calais rappelle à ceux qui en doutent qu’elle est solidaire les réfugiés, qu’ils fuient la guerre comme la misère. Le FN – aidé par la politique antisociale et ultra-libérale du Parti Socialiste – monte peut-être dans les urnes, mais il est loin de tenir la rue.


Refugees Welcome

Nouvelle collecte pour les réfugiés de Lille précédé d’un hommage à Alexander Barmin mardi 18h30 métro Gambetta !

A Lille comme ailleurs l’hypocrisie du pouvoir socialiste atteint son paroxysme : côté pile une campagne médiatique bien orchestrée par la mairie sur la thématique du soutien aux réfugiés (collectes à l’hôtel de ville, site internet, affiches..) ; côté face des rafles systématiques et une répression inouïe à l’encontre des quelques dizaines de réfugiés – y compris mineurs – qui dorment dans les rues de la ville (expulsions, placements en CRA, confiscation systématique des tentes et matelas, contrôles et interpellations musclés – avec des flics qui fredonnent La Marseillaise en effectuant leur sale boulot).

Heureusement, les habitant-es du quartier de Moulins préfèrent les actes aux discours de façade et la solidarité continue : hébergement des personnes les plus vulnérables, repas, aide juridique.
Afin de faire de permettre à cette solidarité de s’exprimer, le collectif de soutien à besoin de soutien :

  • personnes pouvant consacrer du temps
  • nourriture
  • vêtements chauds
  • argent

Comme la semaine dernière, l’Action Antifasciste NP2C organisera une collecte à destination des réfugiés ce mardi à 18h30 au métro Gambetta (Lille Wazemmes).

Il est également possible de donner le mardi soir et le week-end au local de la CNT Lille (32 rue d’Arras à Lille Moulins).

Le rassemblement sera précédé d’un hommage à Alexander Barmin, un jeune militant révolutionnaire russe assassiné par des néo-nazis ce mercredi 16 septembre à Moscou.

Venez nombreux ! #‎refugeesWelcome‬ ‪#‎RIPAlexanderBarmin

Action Antifasciste NP2C


No one is illegal

Ce jeudi 17 septembre 2015, en fin de matinée, une vingtaine de jeunes étrangers ainsi que des habitants du quartier, s’apprêtaient à déjeuner au parc des Olieux comme tous les jours depuis trois mois.
Plusieurs véhicules de la Police Aux Frontières, de la police nationale et municipale ont encerclé le parc et les ont embarqués. A la question posée par une habitante du quartier sur la raison de leur venue, les policiers ont répondu qu’il s’agissait d’un contrôle de papiers en vue d’un hébergement et qu’il n’était pas possible de laisser vivre ces jeunes dans de telles conditions d’insalubrité. Ils ont ajouté que les services de la ville n’allaient pas tarder à tout venir nettoyer. Des habitant-es ont quand même pu récupérer leurs affaires.
Après un long après-midi de vérification à la police au frontière, les
jeunes ont été relâchés. La police a néanmoins conservé les originaux de leurs papiers et leur a donné une convocation pour la fin du mois, le temps pour eux de vérifier l’authenticité de leurs documents.
Cette action des forces de l’ordre n’est pas nouvelle. Dès le début de ce campement, elles sont venues leur confisquer matelas, tentes et réchauds.
C’est quotidiennement qu’elles contrôlent l’identité de ces jeunes (photo de leurs papiers, recensement des noms, comptage en pleine nuit à la lampe torche) et les embarquent régulièrement.
Ces personnes sont arrivées dans le jardin des Olieux à la mi juin, suite à la fermeture d’une église du quartier de Moulins dans laquelle elles étaient hébergées depuis deux ans. Cette situation n’est donc pas nouvelle.

Lorsqu’ils arrivent sur le territoire français, ils doivent être reconnus mineurs par le département pour bénéficier de la protection de l’aide sociale à l’enfance, c’est à dire être mis à l’abri et pris en charge globalement. Cependant la procédure de reconnaissance de minorité prend plusieurs mois durant lesquels ils sont à la merci de la police.
Aujourd’hui, les jeunes du parc des Olieux sont dans ce cas de figure : ils ne sont statués ni mineurs, ni majeurs (d’où le terme mijeurs). De ce fait, ils ne bénéficient d’aucune aide ni de l’état, ni du département, ni de la mairie. Ils sont alors livrés à eux-mêmes, sans lieu où dormir, manger, se laver, s’instruire et vivre comme des jeunes de leur âge.
Le harcèlement de la police a pour finalité d’épuiser ces jeunes et de les décourager dans leurs démarches. Il montre la réalité de l’accueil des étrangers par les autorités. Les discours humanistes, largement médiatisés de ces dernières semaines, cachent mal une gestion maltraitante des étrangers qui ne rentrent pas dans les cases de l’administration. Les distinctions administratives entre demandeurs d’asile et réfugiés économiques, ou majeurs et mineurs stigmatisent et rendent vulnérables ceux qui viennent en France chercher une autre vie.
Au parc des Olieux ce sont des jeunes qui sont ainsi systématiquement criminalisés et harcelés par la police, comme partout ailleurs à l’intérieur et aux frontières de l’Europe : Calais, Lampedusa, Lesbos…

Soutenons ces personnes en continuant à venir passer du temps avec eux au parc.

Fin des harcèlements policiers réguliers, des papiers pour tous ou pas de papiers du tout !

Des habitant-es solidaires avec les jeunes du parc des Olieux.