Archives de mars, 2012


Image

Comité des Sans Papiers 59 – CSP59 – 42, Rue Bernos – 59.800 Lille – tél : 06.80.57.50.61 – E-mail : csp59@wanadoo.frhttp://leblogducsp59.over-blog.com

LES 6 SANS PAPIERS ARRETES AU LOCAL DE L’UMP DOIVENT ETRE LIBERES!

Ce vendredi 30 mars 2012, une soixantaine de Sans Papiers du CSP59 occupaient le siège de campagne de l’UMP rue Solférino à Lille pour demander au Préfet de recevoir une délégation, pour dénoncer la coquille vide de la CODRESSE et exiger le droit à la défense argumentée des dossiers des sans papiers.

Vers 16h les forces de l’ordre ont évacué le local, après avoir fait usage des bombes lacrymogènes sur les personnes en soutien à l’extérieur.
7 camarades Sans Papiers ont été embarqués par les forces de police et un camarade Sans Papiers a été hospitalisé vers les urgences de l’hôpital Salengro au CHR de Lille.
Après une AG Place de la République à Lille, les Sans Papiers déterminés ont acté de se rendre en manifestation devant le Commissariat Central de Lille (Lille SUD) pour exiger la libération immédiate de leurs 7 camarades.

Les sans papiers se sont rassemblés devant l’hôtel de police à Lille Sud de 18H à minuit scandant les slogans exigeant la libération de leurs camarades.
Un a été libéré vers 19H30. Les six autres sont maintenus en garde à vue.
Des élues (M.C. Blandin, Sénatrice, et H. Flautre, députée européenne) ont saisi le Préfet de la situation afin d’obtenir leurs libérations. La raison invoquée des arrestations serait une plainte déposée par l’UMP. Les sans papiers sont formels :
aucune dégradation ne peut être constatée dans le local occupé. Il y a donc trois hypothèses possibles sur ces arrestations :

  • la plainte de l’UMP ou/et du propriétaire, auquel cas il s’agit d’une procédure judiciaire qui ne nécessite pas la détention, mais une convocation au tribunal des personnes visées après notification de la plainte ;
  • les arrêtés font l’objet d’une garde à vue pour séjour illégal : dans ce cas l’arrestation qui s’est faite après un tri des personnes est marquée d’un vis de procédure ;
  • la préfecture et le procureur amalgament procédure judiciaire et administrative pour les maintenir en garde à vue, ce qui est de fait une soumission du pouvoir judiciaire au pouvoir politique.

Dans tous les cas il s’agit là d’une sombre instrumentalisation électoraliste par la criminalisation des sans papiers au profit du candidat-président Sarkozy. Que devient donc la neutralité de l’administration en période électorale ?

Les sans papiers arrêtés sont majoritairement des Algériens. La préfecture du Nord, qui n’hésite pas à expulser sans aucun respect des procédures légales, peut être tentée encore une fois de punir les arrêtés en demandant des laisser passer au consulat d’Algérie pour éviter le juge des libertés. L’état algérien peut il être complice de ces pratiques illicites mais fréquentes ?

Le CSP59 appelle tous les syndicats des aéroports de Lesquin, Roissy et Orly, tous les syndicats des ports de Marseille et Sète, tous les organisations démocratiques a empêcher la punition du ces courageux sans papiers qui ont osé occuper le local de campagne de l’UMP pour dénoncer la honteuse criminalisation dont les sans papiers font l’objet dans cette campagne électorale.
La seule réponse de l’UMP Sarkozy sera-t-il d’éliminer ceux qui ont le courage de montrer par leur action qu’ils n’ont rien à voir avec Merah, l’assassin de Toulouse et Montauban, sur lequel Le Pen a osé déclarer : « les Merah arrivent par bateaux entiers, par avions entiers » ?

Le CSP59 appelle le mouvement démocratique et syndical en Algérie a exiger du gouvernement algérien un acte de dignité face une éventuelle tentative d’expulsion manu militari. Il en est de même pour tout autre état en ce qui concerne les arrêtés de Lille.

Le CSP59 appelle à la mobilisation générale pour une « guérilla pacifique » jusqu’à la libération de tous les arrêtés par l’occupation de tous les bâtiments de l’état à toute heure, à tout moment et la place face à l’hôtel de police de Lille Sud tous les jours à partir de 18h jusqu’à la libération des sans papiers arrêtés.

Le premier rendez vous est ce samedi 31 mars à 17h, au parrainage républicain qui se déroule à la Maison de quartier de Lille Vauban à 17h (métro Port de Lille).

NB : nous venons d’apprendre le transfert des six au centre de rétention de Lesquin à 1H30 du matin, ce fait apparaitre le préfet comme un militant de l’UMP !

RASSEMBLEMENT TOUS LES MERCREDI PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARTIR DE 18H : ce rassemblement se déplacera de République à l’hôtel de police de Lille Sud.

Lille, le 31 mars 2012


« Un parmi les autres », film documentaire produit en juin 2011 par la Fédération Nationale des Rééducateurs de l’Éducation Nationale (FNAREN), suit trois enseignants d’un RASED : Jean-Michel qui arrive d’une grande ville du Nord, Julie qui découvre le métier et Christiane qui va l’accompagner dans sa formation. Dans ce film, les séquences de rééducation avec les enfants entrent en résonance avec des témoignages de parents, d’enseignants, des éclairages de spécialistes.

Les RASED (Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficulté), aujourd’hui gravement menacés de disparition, aident les enfants qui ne parviennent pas à être élèves malgré leurs efforts ou pour qui les aides ordinaires de type soutien scolaire restent inefficaces. Au sein des RASED œuvrent psychologues scolaires et des enseignants spécialisés (rééducateurs & psychopédagogues). Leur approche très particulière emprunte d’autres voies pour permettre à ces enfants de trouver le chemin des apprentissages et de réussir à l’école.

Projection-vidéo et débat avec la participation du collectif RASED 59/62 : vendredi 6 avril à 19h à la Maison des syndicats CNT, 32 rue d’Arras à Lille (entrée gratuite)

Quelques liens :


Après les tueries de Montauban (où trois soldats d’origine maghrébine ont été tués et un soldat d’origine antillaise blessé) et de Toulouse (où un professeur et trois enfants juifs ont été assassinés à bout portant), il est urgent de dire, une fois de plus, non au racisme et à l’antisémitisme !

Rassemblement à Lille mardi 20 mars à 18h, place du Général de Gaulle (grand place).


Près de 300 personnes dont une très grande majorité d’habitants du Bruaysis sont passées vendredi à la MJVA de Houdain pour rappeler à ceux qui l’auraient oublié que le bassin minier est antifasciste. Jeunes et moins jeunes sont venus soutenir le groupe contre-culturel libertaire « Le Cri du Coron », écouter du ska et échanger autour de l’ouverture annoncée – mais jamais réalisée – d’un local tenu par les nazillons lillois à Bruay.

La discussion a battu son plein autour des nombreuses tables de presse proposant de la documentation et des livres sur le projet libertaire ainsi que sur les tentatives de développement des organisations d’extrême-droite dans notre région. Dans la salle de concert surchauffée Precious Oldies, les Groovin’ Jailers et The Offenders ont enflammés la foule au son du reggae et du ska.

De nombreux contacts ont été noués et de nouveaux projets fleurissent : Le Cri du Coron et les antifascistes du bassin minier ressortent de cette soirée encore plus nombreux, plus forts et plus organisés qu’avant, et ce n’est qu’un début !

A lire aussi, les comptes-rendus de la Fédération Anarchiste de Béthune et de Action Contre le Fascisme.

17 Mars : Journée contre la répression policière

Publié: 14 mars 2012 par luttennord dans Infos

Image

ImageImage


Mercredi à 18h : rassemblement de soutien à Gaza

Publié: 13 mars 2012 par durruticolumn dans Rendez vous
Tags:, , ,

Gaza Terre martyre

Depuis plusieurs jours, sans la moindre jus­ti­fi­cation, l’armée israé­lienne a frappé la bande de Gaza faisant des dizaine de morts et blessés. La res­pon­sa­bilité prin­cipale de toutes ces vic­times incombe d’évidence au gou­ver­nement extré­miste israélien.
Si la peine de mort n’existe pas en Israël, mais il la pra­tique régu­liè­rement losrqu’il s’agit de pales­ti­niens : ils effec­tuent des exé­cu­tions « ciblées » hors tout droit et en toute impunité.
La com­mu­nauté inter­na­tionale va, peut-être pro­tester. Ce n’est même pas certain. La France aussi va déplorer. Ce n’est même pas certain. Et que se passera t’il par la suite ? Très pro­ba­blement rien de plus comme d’habitude.

Gaza est l’objet d’un blocus illégal et ter­ri­blement inhumain condamné par la com­mu­nauté inter­na­tionale. Les flottilles internationales de la Liberté ont été piratées et ont subi massacre et emprisonnement
Tout cela n’est pas accep­table. Tout cela n’a que trop duré. Tout cela est très dangereux.
Ce ne sont plus des mots qu’il faut. Ce sont des actes en faveur du droit qui sont attendus. Les seuls actes enre­gistrés sont des actes favo­rables à Israël avec qui on ren­force la coopé­ration dans tous les sec­teurs, y compris mili­taire. Et on parle de « négo­cia­tions » et de « com­promis » avec des diri­geants qui récusent for­mel­lement le droit inter­na­tional. C’est intenable.
Pour l’heure nous voulons exprimer notre soli­darité avec la popu­lation de Gaza. Nous exi­geons avec force la levée du blocus qui trans­forme Gaza en un champ de tirs pour une armée immorale mais jamais poursuivie.
Il faut lever le blocus illégal de Gaza ! Il faut donner suite au rapport Gold­stone et juger les cri­minels de guerre israé­liens. Il faut des actes forts et des pres­sions.

C’est le seul langage que les diri­geants israé­liens com­prennent. Les condam­na­tions ver­bales ils s’en moquent tota­lement.

Gaza on ne t’oublie pas ! Gaza on est avec toi ! Gaza doit vivre libre !
Pour faire avancer la paix et la levée du blocus de Gaza nous demandons des sanctions contre Israël

Rassemblement à Lille mercredi 14 mars 18 heures Place de la République

APFS Nord-Pas de Calais, Communauté palestinienne du Nord, Ligue des Droits de l’Homme, MRAP, CSP 59, Collectif Afrique, EuroPalestine-Lille, Generation Palestine Lille, Comité « Libérez-Les » 59/62, Union Juive Française pour la Paix, Union syndicale Solidaires, Coordination Communiste, Les alternatifs, Parti Communiste Français, Comité solidarité basque Lille

Sortie du Bulletin régional de la CNT 59/62 (hiver 2012)

Publié: 5 mars 2012 par durruticolumn dans Syndicalisme

Le nouveau numéro du Bulletin Régional de la CNT 59/62 est sorti ! Commandez le au 32 rue d’Arras ou venez le chercher directement au local de la CNT lors de l’une des permanences.

Sommaire :

02- Un petit Quizz
03- Quoi de neuf à la CNT ?
04- Billet d’humeur !
05- La confédération Nigérienne du Travail
06- La faim du Monde
08- Contre la vie chère – Benoît Broutchoux
09- Conférences « Éduquer pour émanciper »
10- Regard international
11- Manifestation anti-fasciste à Lille (oct. 2011)
12- Organigramme de l’extrême droite
14- Dossier « 2006-2010 : continuité et divergences des résistances sociales » (Le mouvement contre la réforme des retraites de 2010 + De la lutte anti-CPE au mouvement contre la réforme des retraites)
20- Entretien avec José Faran
21- Lectures du chat noir
22- Contacter la CNT
23- La CNT, c’est quoi ?
24- Campagne de la CNT pour la répartition des richesses

Pour se procurer ou s’abonner au bulletin régional de la CNT 59/62 :

Achat au numéro : 1 euro (2 euros par courrier postal)

Abonnement :
- Abonnement ordinaire : 6 euros pour trois numéros.
- Abonnement de soutien : à vot’ bon coeur !
- Règlement à l’ordre de l’union régionale CNT 59/62 (mention « Bulletin régional » au dos).

Adresse : 
UL-CNT, 32 rue d’ Arras, 59000 Lille
Courriel : ul-lille@cnt-f.org

Prochain numéro :

Le numéro 31 du bulletin paraîtra pour l’été 2012. Envoyez-nous au plus tôt vos propositions d’articles et d’interviews, vos notes de lecture, vos illustrations, etc. à ur59-62@cnt-f.org

Accéder aux archives du bulletin


La direction de l’usine automobile « Sevelnord », à Lieu-Saint-Amand (Nord), est engagée depuis quelques années dans une logique de productivité à outrance afin d’augmenter la compétitivité et la rentabilité de l’entreprise. Certains parlent d’une possible fermeture d’ici 2015. Concrètement, cela se traduit par une diminution des effectifs de production associée à une accélération du défilement de la chaîne et à une augmentation de la charge de travail pour chaque salarié. La colère monte dans les ateliers et les débrayages spontanés se multiplient. Dans ce contexte, une section CNT y a été créée en 2010. S’il est certain que nous reviendrons sur l’évolution de la situation, nous vous proposons ce mois-ci une première rencontre avec le représentant de la section CNT, Franck.

Ça fait longtemps que tu travailles à Sevelnord ?

Je suis dans le groupe depuis 1993. À 44 ans, après quelques expériences syndicales, j’ai décidé d’affirmer au grand jour mes convictions révolutionnaires et anti-institutionnelles. Une seule évidence s’offrait à moi : la CNT !

Quelle est l’histoire de Sevelnord ? On y produit quoi, pour qui ?

C’est une société au capital partagé (50/50) entre PSA Peugeot-Citroën et Fiat. Située près de Valenciennes, Sevelnord compte 2 400 salariés en CDI et environ 250 précaires (intérim, stagiaires, CDD, etc.). On y fabrique en majorité des véhicules utilitaires et des monospaces pour ces deux groupes.

Et la section CNT ?

Elle est implantée sur le site depuis le 6 septembre 2010.

Monter une section CNT dans une telle usine, cela ne doit pas être facile… C’est rare dans ce genre de structure. Combien êtes-vous et comment êtes-vous perçus ? Comment les valeurs et les idéaux de la CNT sont-ils accueillis ?

Implanter une section CNT dans un tel groupe, c’est un parcours du combattant, malgré les nouvelles facilités de la loi sur la rénovation sociale d’août 2008. Il faut se battre contre la direction pour imposer ses droits et faire respecter les règles législatives. Mais il faut se battre aussi contre tous les syndicats déjà présents, peu décidés à nous laisser une place dans le paysage syndical !

Notre section est composée de quelques militants et bon nombre de sympathisants qui nous soutiennent et nous encouragent. Nos valeurs cénétistes sont perçues de façon bipolaire : d’un côté, ceux qui sont farouchement contre notre idéologie syndicale ; de l’autre, les sympathisants, en attente d’un nouveau souffle radicalement différent, qu’il soit révolutionnaire ou anarchiste.

En juin dernier, un tract de la section CNT de Sevelnord disait que la direction se moquait des travailleurs… À quelle(s) attaque(s) cela répondait-il ?

Depuis trois ans maintenant, la direction a engagé un processus de réduction de l’effectif et de destruction d’emplois afin d’augmenter la productivité, donc la rentabilité et les profits pour les actionnaires. À coup de plans de restructuration, de départs plus contraints que volontaires, de mutations forcées, de licenciements individuels, tout ça avec la complicité de la direction du travail, l’usine se vide lentement mais sûrement (nous étions encore 4 300 salariés en 2006) ! Cette situation est justifiée par la crise économique, selon la direction. Alors que dans le même temps, le groupe investit des milliards d’euros au Brésil, en Russie, en Inde, en Chine – la « Bric » comme l’appellent les médias. Et pour tous les gros investisseurs avides d’argent, la Bric, c’est le fric assuré !

Comment la situation a évolué au cours des derniers mois ?

La situation aujourd’hui est conforme à la volonté de la direction, c’est-à-dire des effectifs toujours moindres et, pour les salariés, des charges de travail toujours plus lourdes, complexes et diversifiées à outrance. Une menace de fermeture du site vient s’ajouter à cette pression constante. Le but de la direction étant de stresser et angoisser au maximum les salariés pour les rendre esclaves ou démissionnaires.

En décembre, vous dénonciez à nouveau les agissements de la direction mais également l’attitude des « syndicats collaborateurs ». Quels rapports avez-vous avec les autres syndicats ?

À Sevelnord, il y a sept autres syndicats (CFDT, CFTC, SUD, CFE/CGC, FO, SPI, CGT), soit une centaine de mandatés dans toutes les instances, délégués du personnel (DE), comité d’entreprise (CE), délégués syndicaux (DS), comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), commissions, etc. Ils sont quasiment tous corrompus par l’argent et les gros avantages sociaux distillés avec intelligence par la direction (budget du CE : 800 000 euros). Dans ces conditions, quels rapports peut avoir notre section CNT avec ces syndicats ?

Qu’en est-il de la répression dont vous faites état ?

Les objectifs en la matière de la direction n’étant toujours pas atteints, cette répression continue et s’intensifie : suppressions de postes, mutations forcées, licenciements individuels, mauvaise volonté à trouver un poste aux nombreux salariés soumis à restriction médicale…

Quelles actions envisagez-vous ?

Nous intervenons juridiquement (prud’hommes, tribunal administratif, inspection du travail) pour faire condamner les responsables DRH sans foi ni loi, nous tractons avec des contenus sans concessions pour la direction, nous militons au quotidien et défendons les salariés qui nous sollicitent, dans la mesure de nos possibilités car nous sommes encore une petite section.

Certaines de vos interventions ont déjà été payantes ?

Bien sûr. Nous avons assuré la défense de certains salariés afin qu’ils bénéficient de leurs droits, nous nous sommes imposés comme la référence syndicale en matière de vérité, de justice sociale et d’actions militantes.

Quel type de solidarité peut être apporté ?

Une mobilisation continue pour aider au tractage, et la possibilité d’interpeller les médias quand cela est opportun.

Article paru dans « Le Combat Syndicaliste » de mars 2012
Propos recueillis par Mari Otxandi (syndicat CNT culture Aquitaine)

A propos de la section CNT de Sevelnord, voir également cette vidéo réalisée l’année dernière

Source : CNT 59/62


Image

11eme Foire internationale du livre @lternatif et libertaire le 10 mars 2012, 10 – 19h
Gand, De Centrale
Entrée gratuite

La journée par excellence pour dénicher des publications critiques et à contre courant pratiquement impossibles à trouver dans le circuit commercial. 

A partir de 10h, des dizaines de librairies, de distributeurs et d’éditeurs de Belgique et d’autres pays seront présents avec des livres, magazines, musique, t-shirts, etc. 

Outre une vaste présence de lecture libertaire / anarchiste, vous trouverez également un vaste choix de publications de diverses ONG et groupes activistes. Entre autres des publications relatives à l’antimondialisme, l’action directe, l’antimilitarisme, l’anarchisme, l’activisme environnemental radical,…

A partir de 13h : conférences – vidéos – spectacles.

Sur notre site, vous trouvez encore les stands de 2010. Plus de nouvelles plus tard!

Soirée à partir de 21h: entrée : 5€

 

Evidemment, les frigos étaient pleins… la réserve aussi.
Caroline, David, Aurore et Fatima vont donc préparer une soupe demain matin.
Nous vendrons aussi les boissons et la tartiflette préparée à l’avance.
Le but est d’écouler les stocks, et de commencer à récolter des fonds pour la suite.

Pas de prix fixes, ce sera à votre bon coeur et à celui de tous vos amis auxquels vous pouvez transférer ce message.

Rendez-vous donc devant Baraka ce jeudi entre midi et 14h

et merci à tous pour vos messages, vos marques de soutien ou votre présence.

Ce 29 février à trois heures du matin, un incendie parti de l’extérieur du bâtiment a ravagé Baraka. Les deux hypothèses quand je suis arrivé sur place à 4 heures étaient défaillance du compteur électrique et acte de malveillance, feu de poubelle. Le bâtiment est très endommagé. La première semaine avait été très encourageante. Caroline, la cuisinière, et Christian, un sociétaire, m’ont rejoint sur place vers 5 heures. On est sidérés. Je n’arrive pas à réaliser. Matthieu, l’architecte, arrive. J’ai appelé l’assurance pour mettre en place un gardiennage qui commence immédiatement me dit-on.

Le Baraka c’est une restaurant coopératif (SCIC) situé au 20 rue Sebastopol à Roubaix.

La brique 31, on est encore là !

Publié: 1 mars 2012 par luttennord dans Infos, Syndicalisme
Tags:, , ,

La Brique n° 31 de Mars/Avril 2012 est sortie !

Sommaire :

- Dossier : Le viol, la destruction de certaines, la menace pour toutes
- SeaFrance : Un air de Concordia
- 115 : Héberger n’est pas loger
- Bayer : Intoxication et domestication des cerveaux
- CAF : Une machine détraquée
- Cambouis et Autogestion : L’asso ATS à Roubaix

Et aussi : la méthode copwatch, l’Algérie muselée, la coopérative Baraka, des cinés tranquillous et une édifiante invention, "Le Feufesfiole" (de feu, fesses et fiole)…

Donc : on est encore là. Lecteurs, lectrices, potes, asso et mamies, on vous remercie. Cette 31ème Brique est sortie. On n’a pas attendu que les derniers euros nécessaires arrivent pour vous faire part de nos impatiences. À commencer par cette perspective en guise d’édito.

Il est des boîtes où il est de plus en plus dur de s’organiser, syndicalement ou non, pour faire plier la direction. On l’a vu pendant les retraites. On le voit à chaque « mouvement social », chaque « journée d’actions ». La faute à la précarité, à la menace du chômage, à l’endettement, à l’atomisation et à l’individualisme, au management et à l’automatisation, peut-être… Et c’est toute une classe, dans l’industrie des services par exemple, qui est obligée de se résoudre à l’inaction.

Ailleurs (ou non), des projets « top secret » ravageurs et avilissants naissent d’esprits étriqués et comptables, planqués dans les bureaux à tiroirs de l’administration, de labos de recherche, de cabinets d’urbanisme ou de boîtes qui s’échauffent à usiner le « monde de demain ».

Pour ne pas les laisser faire et garder la tête haute en attendant la prochaine grève illimitée ou la séquestration revancharde de votre chef, vous pouvez toujours : devenir des pros de l’absentéisme, piquer des timbres poste ou du matériel informatique au bureau, rallonger vos temps de pause, faire semblant de bosser ou y aller vraiment doucement, faire grève quelques heures sans raison ni revendication, dégrader du matériel, etc. C’est toujours ça de pris.

Parmi ces petites résistances individuelles qui, restons confiants, peuvent accoucher de belles batailles, il existe le « témoignage-anonyme » que vient appuyer la fameuse « fuite-opportune-de-documents-confidentiels ». Vous n’avez aucun respect pour votre hiérarchie et ce qu’elle vous fait vendre, conceptualiser ou produire ? Alors, nous non plus. Depuis qu’existe l’exploitation, la divulgation de cachotteries malfaisantes et la délation de malfaiteurs sont autant de moyens de résistance et de pression pour toutes celles et tous ceux, esseulés au bureau, qui ne peuvent pas s’exposer aux représailles patronales. Usez-en. Usons-en tous (1).

Du fait de notre amateurisme revendiqué – puisqu’on aime faire ce journal – le secret des sources journalistiques ne nous est pas garanti. Surtout depuis que la LOPPSI 2 a légalisé les possibilités technologiques d’espionnage. Mais notre bonne vieille boîte aux lettres accueillera vos doléances vengeresses avec plaisir. Nous garantissons sérieux, obstination et vigilance. Rien que ça. Un journal, ça se fait avec des sous, des rédacteurs, des lecteurs, des informateurs et de la bonne humeur. À bon entendeur… Vive les tuyaux percés !

Le Collectif de La Brique

1 : Pas facile à dire, hein ?

Sinon, pour :
- Voir le site de La Brique

- S’abonner à La Brique

- Débusquer les dealers de La Brique


Bonjour à tous,

La préfecture du Pas de Calais a envoyé la facture de la démolition du camp à la commune de Norrent-Fontes. Cette facture s’élève à 21 270,86 euros.

Cette facture est une honte !

Nous soutenons le conseil municipal et le maire et nous vous informerons de ce qui sera mis en place. Les migrants, eux, quitteront bientôt la salle municipale et nous ne jouerons pas au plus hypocrite: nous n’attendrons pas que ces personnes s’éparpillent dans les champs voisins sans rien pour se protéger de la pluie avant de leur venir en aide.

Avec l’aide et le soutien de Médecins du Monde, bénévoles et migrants construiront des abris. Mais nous avons besoin de vous pour cela. Les bénévoles de Terre d’Errance sont déjà très pris par les douches, les tris de nourriture et de linge… et il est important de montrer que vous êtes là, avec nous.

Alors si vous pouvez vous libérer quelques jours durant le mois de mars, si vous êtes prêts à scier, clouer et viser pour défendre les droits de l’homme, vous êtes les bienvenus (pas nécessaire d’être un as du bricolage: il y aura des chefs de chantier) !

Dans ce cas, merci de nous envoyer un message avec vos noms, numéro de téléphone et la période à laquelle vous pourriez nous aider.

D’avance merci, Association Terre d’errance