Articles Tagués ‘Action Antifascsite NP2C’


Hier devait se dérouler sur la Grand Place de Lille un rassemblement dont l’objectif était :

  • de condamner les meurtres dont sont accusés des militants de l’extrême-droite lilloise (affaire dites « du pousseur de la Deûle »)
  • d’exiger la fermeture du local raciste « La Citadelle » fréquenté par ces individus
  • de rappeler les relations troubles entre la police lilloise et ces assassins présumés

Nous avons publié la semaine dernière un texte revenant en détail sur l’ensemble de ces points.
Seulement la préfecture a décidé que ce rassemblement ne devait pas se tenir : un arrêté interdisant le rassemblement a été passé au nom de l’État d’Urgence Permanent. Cocasse lorsque l’on sait que c’est la police et l’extrême-droite lilloise qui ont armé le djihadiste ayant attaqué l’Hyper Cacher.
Cette interdiction n’a pas été communiquée publiquement. Ni la presse locale (qui s’était pourtant fendu d’un article racoleur le jour même), ni le compte Twitter de la prefecture du Nord ne l’avait annoncé. L’AFA et les autres organisations ayant signé l’appel n’ont pas non plus été contactées.
Une dizaine de camions de CRS, la BAC et même la police montée attendaient aux abords de la Grand Place. Le premier groupe arrivé sur place a été directement « nassé ». L’ensemble des personnes présentes ont été contrôlées et certaines embarquées. Un camarade est à l’heure actuelle toujours retenu dans les geôles du commissariat central. La banderole « Vérité et justice pour les victimes » ainsi que des drapeaux « Action Antifasciste » ont été confisqués par les flics. De plus, un important dispositif policier avait été déployé afin de protéger le local des assassins fascistes.
La police de Lille a tu pendant des années les éléments incriminant l’extrême droite dans les assassinats de la Deûle. Ils ont utilisé des militants de ces mêmes organisations comme indicateurs. En échange, ils les ont informé sur les activités des groupes anticapitalistes et libertaires, allant jusqu’à leur communiquer des adresses de militants.
La police et la gendarmerie ont été jusqu’à couvrir leurs trafics d’armes, qui ont finies par être utilisées lors des attentats de Paris.
Désormais, ils interdisent tout rassemblement dénonçant les actes insupportables de l’extrême droite et les pratiques intolérables de la police.
Martine Aubry et la préfet (nommé par l’exécutif PS dont faisait parti Macron) n’ont jamais fait fermer les locaux et commerces racistes (La Citadelle, La Vlaams Huis, La Friterie) ouverts par l’extrême-droite dans notre ville, alors qu’il ne fait aucun doute qu’ils servent de base arrière à des groupuscules fascistes ultra-violents. C’est également le PS qui a mis en place l’État d’Urgence Permanent ou encore la loi relative au renseignement qui permettent aujourd’hui ces dérives dictatoriales.
A propos des victimes du « pousseur de la Deûle », le parquet comme la mairie ont toujours défendu la thèse – pourtant statistiquement plus qu’improbable – de la loi des séries…
En revanche, tout ce beau monde n’a pas hésité une seule seconde à faire interdire le rassemblement antifasciste ainsi qu’à emprisonner et ficher les militants qui s’y sont rendus.
Le PS et son son ersatz « En Marche » ont choisi leur camp, depuis bien longtemps…

Action Antifasciste NP2C

Publicités

3000 personnes à la manif de Calais

Montage par le collectif Nante Révoltée

Communiqué du collectif unitaire d’organisation de la manifestation du 23 janvier 2016 à Calais :

Ce samedi 23 janvier, 3000 migrants, réfugiés de la jungle, réfugiés et sans-papiers de Paris, de Marseille, de Lille et d’ailleurs, membres de mouvements de solidarité de Calais et sa région et d’autres villes, militantEs,venus d’Angleterre, de Belgique et d’Allemagne ont manifesté à Calais. C’est la plus grosse mobilisation sur ce sujet ayant eu lieu à Calais. Au même moment des manifestations du même type ont eu lieu à Evros à la frontière entre la Grèce et la Turquie et à Lampedusa.

Malgré quelques provocations, très peu nombreuses, de l’extrême-droite, la manifestation a eu le visage de la détermination et de la solidarité.

La confiance transmise par cette magnifique manifestation a amené des centaines de migrants à décider d’obtenir ce qu’ils revendiquent légitimement, leur liberté de circulation. Après la fin de la manifestation, débordant les forces de police ils ont manifesté jusqu’au port pour tenter d’embarquer sur un bateau. Plusieurs dizaines ont même réussi à entrer sur un ferry à quai.

Suite à cette action la police a arrêté au moins 11 personnes solidaires et 24 migrants. La manifestation a été la démonstration que la solidarité est un projet de société qui a bien plus d’avenir que les politiques menées actuellement, qui font de Calais une ville sinistrée et barbelée.

Nous exigeons donc la libération immédiate de touTEs les manifestantEs arrêtéEs quels que soient leur statut ou leur nationalité et le retrait de toutes les charges.

Le collectif unitaire d’organisation de la manifestation (ATMF, CNT-RP, CISPM, CSP 75, Droits Devant !!!, NPA)

 

Par ailleurs, suite aux arrestations ayant eu lieu ce samedi, un nouveau rassemblement est organisé aujourd’hui à 13h30 à Boulogne-sur-Mer :

Lundi 25 janvier à 13h30, un rassemblement de soutien est organisé devant le TGI de Boulogne-sur-Mer pour soutenir six habitants du bidonville et deux militants associatifs poursuivis suite à l’occupation d’un ferry dans le port de Calais après la manifestation du 23/01.

D’autre part, trois militantes italiennes présentes samedi à Calais ont été placées au CRA (centre de rétention administrative) de Lesquin avec une OQTF (obligation de quitter le territoire français).

CNT Lille

 

L’Action Antifasciste NP2C et la CNT Lille ont également publiés des communiqués suite au fusil brandit par un groupe d’extrême-droite contre les manifestants – dont personne ne parle – et au tag « Nik la France » sur la statue de De Gaulle – qui, en revanche, est condamné uninanimement par le système (de l’extrême-droite institutionnelle à la « gauche » de gouvernement) :

Tag "nik la France" sur la statue de De Gaulle

Depuis quelques jours un emballement médiatique sans précédent se produit autour d’une simple photo d’un tag. Toute la classe politique se déchaîne suite à cette manifestation de solidarité avec les migrants. Pour une simple inscription à la peinture sur une statue de l’ancien président De Gaulle.
Il nous semble donc bon de faire une mise au point puisque nombre de nos militants étaient présents à cette manifestation comme souvent dans les mobilisations calaisiennes que nous soutenons activement.
Rendons d’abord à César ce qui lui appartient : nous ne sommes malheureusement pas à l’origine du tag « nik la france » sur la statue du général. Pour autant, n’attendez pas de nous une seconde que nous condamnions celui-ci.
Tout d’abord il s’agit d’une simple inscription sur une statue, rien de plus. Par ailleurs, nous vomissons intégralement ce personnage et tout ceux de Philippot à Morano qui s’en revendiquent. De Gaulle est l’homme qui massacrait à Paris des centaines d’Algériens en 1961, et cent fois plus de nos frères et soeurs revolutionnaires qui, en Algérie, combattaient pour leur légitime libération nationale. De Gaulle est l’homme qui a largement construit la Françafrique, ce système de domination qui permet depuis 50 ans à la France de piller les pays d’Afrique et d’empêcher leur auto détermination par, notamment, la mise en place de dictateurs criminels. De Gaulle et son système entièrement dévoué à l’enrichissement de la bourgeoisie est à l’origine de millions de morts à travers le monde.
Cet homme est une honte, toutes ses statues mériteraient d’être détruites.

Cette anecdote permet encore une fois à l’intégralité de la classe politique de montrer son incroyable niveau de bêtise. Depuis la fermeture de Sangatte, la situation des migrants est désastreuse, ces hommes et ces femmes quittent les guerres dont NOS pays sont à l’origine : Afghanistan, Irak, Lybie, Syrie… Ils fuient les bombardements, les massacres, la misère. Dans leur volonté de s’en sortir ils affrontent la mort quotidienne dans des bateaux de fortune. Ils subissent ensuite les insultes, les violences policières, la misère et les maladies au sein même de nos « grands pays développés riches et aux valeurs universelles ».
Samedi la manifestation avait pour but de réclamer – notamment – des conditions de vie décentes pour les migrants, l’ouverture des frontières, le respect et la dignité. Des valeurs pourtant largement mises en avant par la République Française.
Au cours de la manifestation, un militant néo-nazi qui pose en photo devant des drapeaux SS a brandi un fusil sur la manifestation. Cet événement a largement été ignoré par la même caste qui s’est tant indigné d’une simple inscription inoffensive.

Tous les mois, des migrants meurent à Calais.
Tous les jours, les bombardements de la coalition tuent pèle-mêle des civils syriens et kurdes. Ces derniers sont pourtant ceux qui combattent en première ligne face à Daesh. Tout ça, dans le silence complet de la classe politique et des médias qui se sont pourtant déchaînés pour ce simple tag déjà effacé.
A tout ceux là et à tous les citoyens toujours impassibles qui font les effarouchés : vous faites preuve d’une hypocrisie sans nom.

Quand à nous, nous choisirons toujours le camp des oppressés, des victimes de la violence bourgeoise et étatique. Au côté des migrants, des rroms, des musulmans, des chômeurs, des ouvriers qui séquestrent leurs patrons, des jeunes face à la police.

Quitte à être ultra minoritaire nous tiendrons la ligne de nos positions car elles sont justes et légitimes : liberté de circulation, dissolution des forces policières, dignité et justice pour les victimes des violences de l’Etat et de la bourgeoisie.

Avant de finir nous voulions vous rappeller cette citation de l’ancien président, cette ordure : « Voulez-vous être bougnoulisés ? Voyons, Dronne ! Donneriez-vous votre fille à marier à un bougnoule ? » ‪#‎SansCommentaires‬

A bientôt dans les luttes et dans la rue. La où nous sommes quotidiennement.

Action Antifasciste NP2C

 

Dans un article publié le 24 janvier 2016 sur son site internet et le lendemain dans son édition papier, la Voix du Nord écrit que la statue de Charles de Gaulle – située place d’Armes à Calais – a été taguée « par ce qui semble être des militants de la Confédération nationale des travailleurs ». Quel que soit le mal qu’elle pense du général de Gaulle, la CNT dément cette information inexacte et décline toute responsabilité concernant ce graffiti.

Dans le même article, la Voix du Nord évoque la personne qui, samedi après-midi, a menacé les manifestants et les migrants avec un fusil. Les journalistes parlent « d’une famille de Calaisiens, pris à partie par des manifestants » et d’une vidéo dont les « images ne montrent pas qui est à l’origine de cet affrontement ».

Plusieurs témoignages sont pourtant très clairs. Exemple :

« Cette famille se trouvait dans une rue perpendiculaire à la manifestation. Elle est sortie de chez elle en insultant et en agressant à tout va les manifestants et migrants. Quand ceux-ci sont allés leur demander de ne pas réagir comme cela et de rentrer chez eux, c’est à ce moment que l’arme a été sortie ». Autre témoignage : « Lorsque le cortège arrive au coin d’une petite rue pavillonnaire, deux hommes sortent de leur jardin pour invectiver et provoquer les réfugiés. Un groupe s’approche alors de la maison. Les deux hommes continuent les insultes et les doigts d’honneur. Va alors commencer une partie de ping-pong d’insultes.

Almamy Kanouté, militant associatif de la banlieue parisienne, va très vite intervenir pour tenter de calmer le père de famille en lui demandant de rentrer chez lui pour éviter que ça ne dégénère d’avantage. L’homme refuse, reste dehors. Sa femme le supplie de rentrer mais il préfère rester, et est visiblement prêt à en découdre. C’est à ce moment que le jeune, qui semble être son fils, rentre dans la maison et ressort quelques secondes plus tard armé d’un fusil et le dirige vers la foule puis en l’air ».

Et puis, cette famille n’est pas une famille lambda. Elle milite activement dans l’extrême-droite radicale calaisienne. Cela, la Voix du Nord ne le dit pas.

CNT Lille


Libérons Georges Ibrahim Abdallah

Manifestation Samedi 24 Octobre à 14h00, place de la République Lille !

Il y a un peu plus d’un an l’armée israélienne bombardait Gaza occasionnant des milliers de morts et des pertes matérielles colossales. Ces violences terroristes, dont le caractère inhumain n’est plus à démontrer, sont les fruits d’une politique coloniale en cours depuis 1948. Depuis quelques semaines, les visées impérialistes d’Israel ont réveillé les instincts de résistance du peuple palestinien. De nombreuses manifestations ont lieu dans les territoires palestiniens opposant des pierres aux chars sionistes comme 1987 et en 2000, dates des deux premières intifadas. C’est sans tergiverser que nous devons condamner avec vigueur les assassins qui sont à la tête de l’Etat d’Israel.

Condamner cette politique terroriste c’est condamner ceux qui la rendent possible ici en France. Pour cela nous devons soutenir la résistance palestinienne en descendant dans la rue massivement, en boycottant les produits israéliens et en exigeant la libération de tous les prisonniers de la cause palestinienne.

Concrètement, la France a ses prisonniers politiques, ses prisonniers de la cause palestinienne. L’exemple le plus charismatique est celui de Georges Ibrahim Abdallah, embastillé depuis 1984. Il commence sa trente deuxième années de prison ce 24 octobre 2015. La France le maintient en détention pour des faits qui n’ont jamais été prouvés mais aussi parce qu’il maintient ses engagements anti-impérialistes et son soutien à la résistance palestinienne. Aujourd’hui le gouvernement socialiste, largement influencé par Netanyahou et Obama, refuse de le libérer. S’inscrire dans le combat de nos frères palestiniens, c’est exiger ici et maintenant la libération de Georges Ibrahim Abdallah. S’inscrire dans le combat de nos frères palestiniens, c’est exiger que les USA et Israel n’aient plus la mainmise sur la justice française. Descendons dans la rue pour combattre l’impérialisme israélien sous toutes ses formes et pour soutenir la résistance palestinienne.

Nous exigeons dès à présent la libération de Georges Ibrahim Abdallah, et affirmons notre soutien à la résistance du peuple palestinien pour sa libération.

Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah!
Liberté pour la Palestine!

Premiers signataires :
Comité solidarité Georges Abdallah Lille, Collectif de soutien à la résistance palestinienne (CSRP59), Comité « Libérez les » de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59/62), UJFP, Action Antifasciste NP2C, Comité solidarité basque Lille, AFPS Nord Pas de Calais, Collectif « Bassin minier » pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, PCF Grenay, Génération Palestine, CSP59, Génération Palestine, Jeunes Communistes 59/62, Front Uni de L’Immigration et des Quartiers Populaires (FUIQP).