Articles Tagués ‘Parti de la France’


Marine Le Pen et Kevin Reche

Marine Le Pen et Kevin Reche

Ce dimanche 25 Janvier à Calais, le groupuscule d’extrême droite local « Sauvons Calais » appelle à une marche contre l’immigration.

Ce collectif, en un an d’existence, s’est fait notamment connaître par sa violence verbale et physique lors d’agressions et de menaces répétées envers les migrants et les militants solidaires, lors d’attaque de lieux de vie, et par son matraquage permanent de mensonges diffamatoires à l’encontre des réfugiés du Calaisis, les accusant de tout les maux à des fin de récupérations politiques.

Le 7 Septembre dernier, ils avaient déjà organisé un rassemblement avec la bienveillance de l’état devant la mairie. Ils y avaient montré leurs vrais visages : multipliant saluts nazis, propos racistes et actes de violences. C’est d’ailleurs ce jour là qu’ils ont officialisé leur union avec le parti de la France de Carl Lang et son représentant Picard Thomas Joly.

Cette fois ci, en plus de nos fascistes français on y annonce la présence du Vlaams belang (fafs flamands) et de l’English Defense League (fafs anglais)… Un petit pot pourri de l’extrême droite européenne.

Une fois de plus cette manifestation est autorisée par la préfecture et les réprésentants de l’état, les mêmes qui défilaient hier dans les rues de Paris pour la paix et la fraternité entre les peuples (sic)…

Quelques jours seulement après l’attaque meurtrière des locaux de Charlie Hebdo par des islamistes radicaux nul doute que l’extrême droite donnera à cette marche un caractère encore plus raciste et xénophobe qu’a l’accoutumée.

Une nouvelle fois l’Action Antifasciste NP2C appelle à se rassembler en nombre le 25 Janvier pour empêcher la vermine de parader dans les rues de Calais, pour faire entendre nos valeurs d’unité entre les peuples et exprimer notre soutien et notre fraternité avec les migrants.

Uni-e-s et solidaires soyons toutes et tous présent dès 12h00 Place d’armes à Calais

Action Antifasciste NP2C


Action Antifasciste Calais

Photo publiée par l’Action Antifasciste NP2C

Aujourd’hui devait se déroulait la grande manifestation contre l’immigration organisée à Calais par une partie de l’extrême-droite radicale (Parti de la France, Sauvons Calais et le Réseau Identités). Les venues de Yvan Bennediti (dirigeant de L’Œuvre Française, ligue fasciste interdite depuis juillet 2013 suite à la mort de Clément Méric) et de Thomas Joly (néo-nazi picard ayant pris la tête du Parti de la France) avaient été annoncées en grande pompe.

Les fascistes avaient d’ailleurs commencé le week-end en fanfare en attaquant vendredi une lycéenne de 15 ans à la sortie de son école.

Seulement voilà, les calaisiens sont moins bêtes que ce que Kevin Reche et ses accolytes croyaient. Seuls 150 personnes ont fait le déplacement. Parmi eux, un grand nombre de militants d’ultra-droite étrangers au Calaisis certains portant même des t-shirts division SS ou effectuant des saluts nazis.

Sauvons Calais Division SS

Manifestant raciste portant un t-shirt Divison SS Charlemagne (photo The Telegraph)

Pour s’opposer au racisme et à l’obscurantisme véhiculés par Sauvons Calais, ainsi qu’à la politique de la terreur menée par le gouvernement et la mairie, deux évènements étaient organisés :

  • un tournoi de foot de solidarité avec les migrants auquel plus de 150 calaisiens participèrent (organisé par le Collectif contre le Racisme et l’Extrême Droite)
  • une contre-manifestation à l’appel de l’Action Antifasciste NP2C qui regroupa une centaine de personnes

Malgré la complaisance de la prefecture et des médias envers le rassemblement xénophobe organisé par Sauvons Calais, 200 personnes occupaient les rues de la ville pour réclamer l’ouverture des frontières et clamer leur fraternité avec les migrants ; les xénophobes n’étaient que 150.

Le « service d’ordre » de la manifestation raciste était composé de néo-nazis du bassin minier et de la métropole lilloise. Ils sont les auteurs de fréquentes agressions racistes ou ciblant des militants progressistes. Ces mauvais garçons ont eu la mauvaise surprise de tomber sur un groupe d’antifascistes dans le centre de Calais. Ils ont montré qu’ils étaient plus fort à la course pied qu’à assurer leur propre sécurité. Certains ont même trouvé refuge dans les WC d’un bar…