Articles Tagués ‘Jérémy Mourain’


Suite à la révélation de l’implication de l’extrême droite lilloise dans les meurtres de la Deûle (l’assassinat de Hervé Rybarczyk et de 4 autres victimes poussées dans le canal), nous avions publié un article détaillé sur les relations troubles liant les militants fascistes accusés des meurtres, la police, la douane et les services de renseignement lillois ainsi que les trafficants d’armes qui fournissent les djihabistes. Ces collusions posent des questions extrêmement grâves : l’État ou ses représentants auraient-ils enterrés ces meurtres pour protéger ces nervis fascistes et leurs trafics en tout genres (armes, drogues…) ?

Cet article avait alors été lu par plus de 40 000 personnes et partagé près de 10 000 fois sur les résaux sociaux. Silence assourdissant des autorités mises en causes ainsi que des responsables PS aux commandes…

Aujourd’hui, Mediapart plublie une enquête extrêmement détaillée sur ce même sujet. Mediapart s’est procuré les conversations Facebook des suspects et a receuilli des témoignagnes plus qu’inquétants de militants identitaires et de policiers au fait du dossier. Cette enquête nous éclair sur les raisons de l’interdiction systématique des rassemblements et manifestations concernant l’affaire des pousseurs de la Deûle. L’enquête montre que d’autres meurtres pourraient également avoir été commis par ces nazillons.

Morceaux choisis :

Pourtant, deux ans s’écoulent avant que le juge saisi de l’affaire, Jean-Michel Gentil, ne fasse procéder, fin avril, à l’audition du principal suspect et de ses complices.

Un délai incompréhensible, vu la gravité des faits, insupportable aux yeux des proches.

« Il y a un raté, c’est clair, estime l’avocat de la famille d’un noyé. La pseudo-enquête de la PJ de Lille était inacceptable. Elle l’est plus encore aujourd’hui. Jusqu’à présent, il y avait un argument fallacieux pour refuser la piste criminelle, qui consistait à dire : il n’y a pas de trace. Malheureusement, trace ou pas trace, on se fait tuer quand même. Il n’est pas exclu que ce groupe ait sévi quelque temps. »

 […]

Entre les mains des juges, le décryptage des messages d’Antoine Denevi, alias « Antoine Flakos », sur Facebook dévoile ses nombreux échanges avec Yohan Mutte, inscrit sous le nom « Yohan Yo Wolf », entre 2011 et 2012. Il est question d’affrontements avec « les rouges », de combats avec des hooligans, des affichettes de Troisième voie, mais aussi de drogue et d’armes. Un message prouve que les deux hommes ont rendez-vous le soir de la disparition du musicien des Ashtones, le 11 novembre 2011, à Lille.

Le 28 novembre 2011, un messager envoyé par Claude Hermant, fondateur de la Maison flamande, que l’on sait en contact étroit avec la police, avertit Mutte qu’il doit « se calmer avant les élections ». « Il va vouloir te faire peur », résume Mutte à Denevi. Le message, dont on ne sait pas s’il est lié à l’affaire de la Deûle, passe très mal chez les JNR.

« Me battre dans les rues, j’arrêterai pas pour Claude ou les flics », réagit Mutte sur Facebook, qui ajoute curieusement : « Bah, 5 ou 10 ans de prison à notre âge ça va encore. »

« Mes couilles, répond Denevi, il faut couper les ponts avec ceux qui copinent avec les flics. Moi je suis pas skin, mais je suis avec vous, et on est underground, alors on s’en cale, on fera ce qu’on veut, où on veut, quand on veut… »

« Des kilos de poudre j’en ai passé, et des AK47 [fusil d’assaut kalachnikov – ndlr]  j’en ai vendu…, poursuit-il. Mais c’est pas pour ça que j’ai copiné avec les flics. Cette semaine je ramène un AK, et on s’amuse tous dans une forêt ou quoi ? » lance-t-il encore.

Vu la gravité des faits, et les questions que cela pose sur l’implication des autorités et dirigeants locaux comme nationaux, nous publions ici l’intégralité de l’enquête du texte de Mediapart (sans les photos). Si vous en avez les moyens, soutenez l’énorme travail de fond fourni par le journal en vous y abonnant.

Noyé dans la Deûle: le meurtre «involontaire» des néonazis d’Ayoub
5 juin 2017, par Karle Laske

Le 11 novembre 2011, le musicien Hervé Rybarczyk est mort noyé à Lille, poussé dans le canal de la Deûle par des néonazis lillois, membres des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), l’ancien « service d’ordre » de Serge Ayoub, aujourd’hui dissous. Les suspects, en partie identifiés depuis deux ans, ont été mis en examen, fin avril, pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

À Lille, la rumeur désignait un « pousseur ». Un « sérial pousseur » même, qui précipitait les badauds, la nuit tombée, dans le canal de la Deûle. Et voilà qu’ils sont trois. Ils ont jeté le guitariste Hervé Rybarczyk dans l’eau, la nuit du 11 novembre 2011. Ces « pousseurs » étaient des militants d’extrême droite, membres des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), l’ancien « service d’ordre » de Serge Ayoub – dissous après la mort de Clément Méric, en juin 2013. Ils ont réglé son compte à Rybarczyk, comme les skinheads qui ont balancé Brahim Bouaram dans la Seine, en marge d’un rassemblement du Front national, le 1er mai 1995.

Âgé de 42 ans, le musicien punk qui a croisé la route des néonazis revenait d’un concert de son groupe, les Ashtones, dans une salle aujourd’hui fermée, La Chimère, boulevard de Montebello. Il avait prévu de rejoindre son amie, non loin de là. « Il avait disparu d’abord, se souvient Jean-Jacques, bassiste des Ashtones. Pendant quelque temps, on a cherché où il avait pu passer. Ses proches s’inquiétaient, puis on a retrouvé son cadavre dans la Deûle. » Loin de La Chimère, sur la commune de Loos. Sans que l’on comprenne encore pourquoi ni comment il s’était promené si loin.
À l’époque, son corps est le cinquième qu’on repêche en 13 mois dans ce canal qui fait le tour de la citadelle Vauban, à Lille. Ces noyés deviennent « les disparus de la Deûle ». Des hommes qui ne se connaissaient pas, mais réunis par un destin commun. Tous jeunes. Ils ont quitté leurs amis en fin de soirée, dans le vieux Lille, n’ont pas donné signe de vie pendant plusieurs jours, avant d’être repêchés dans la Deûle… dans un même périmètre géographique pour quatre d’entre eux. Le 11 octobre 2010, il y a eu John Ani, 33 ans ; le 5 février 2011, Thomas Ducroo, 26 ans ; le 20 février 2011, Jean-Mériadec Le Tarnec, 22 ans, et le 22 septembre 2011, Lloyd Andrieu, 19 ans. L’enquête est confiée à la PJ de Lille. Lors de l’annonce du classement sans suite de trois premières affaires, en juillet 2014, le procureur Frédéric Fèvre assure que « tout laisse à penser qu’il s’agit de décès accidentels sur fond d’alcool et de stupéfiants ».

Les proches n’y croient pas. L’éventualité d’un ou plusieurs crimes homophobes est souvent évoquée. « On avait supposé qu’il y avait des équipes qui faisaient du “casse pédés” parce que ça jouxtait le jardin Vauban, connu pour être un lieu de rendez-vous nocturne, se souvient un policier lillois. Mais c’était un mélange de rumeur et de parano. » Aucun des cinq ne fréquentait l’endroit, pas même John Ani, seul gay revendiqué des disparus. « Concernant Hervé, les gens parlaient d’un suicide. C’était bizarre parce qu’il était excessif, mais pas suicidaire », poursuit Jean-Jacques.
En mars 2015, moins d’un an après le classement de l’enquête, deux skinheads placés en garde à vue dans l’affaire des violences d’un groupuscule basé dans la Somme, le White Wolf Klan (WWK), désignent sur procès-verbal le chef de leur groupe, Jérémy Mourain, comme l’un des « pousseurs » d’Hervé Rybarczyk. Au moment des faits, Mourain vient d’entrer aux JNR, un service d’ordre aux allures de milice, qui parade lors des manifestations du mouvement Troisième voie, refondé en 2009 par l’ancien skinhead Serge Ayoub, après 20 ans de mise en sommeil. Des clichés montrent Mourain formant la garde d’honneur de Serge Ayoub, lors d’une manifestation rue de Rivoli, devant la statue de Jeanne d’Arc, à Paris, le 13 mai 2012. À côté de lui, un autre « pousseur » de la Deûle, Yohan Mutte, JNR également…
Mourain lui-même a parlé des faits à ses amis du « Klan ». Il avait eu une « forte histoire » à Lille, avec Mutte. Ils avaient vu arriver le musicien avec une guitare. Rybarczyk avait un certain style vestimentaire, un look de punk, des badges aussi. Ils l’avait frappé et l’avaient balancé dans le canal. Voilà ce que se rappelaient les skins de la Somme. « Sur une écoute, Mourain avait dit aussi : “Il faudrait pas que la police regarde de trop près ma période lilloise” », explique un ancien du « Klan ».

En juillet 2015, peu après la transmission à Lille des révélations des membres du WWK, l’enquête est donc rouverte sur l’ensemble des dossiers de la Deûle et confiée à la gendarmerie. Pourtant, deux ans s’écoulent avant que le juge saisi de l’affaire, Jean-Michel Gentil, ne fasse procéder, fin avril, à l’audition du principal suspect et de ses complices. Un délai incompréhensible, vu la gravité des faits, insupportable aux yeux des proches. « Il y a un raté, c’est clair, estime l’avocat de la famille d’un noyé. La pseudo-enquête de la PJ de Lille était inacceptable. Elle l’est plus encore aujourd’hui. Jusqu’à présent, il y avait un argument fallacieux pour refuser la piste criminelle, qui consistait à dire : il n’y a pas de trace. Malheureusement, trace ou pas trace, on se fait tuer quand même. Il n’est pas exclu que ce groupe ait sévi quelque temps. »

Le 13 mai 2012, rue de Rivoli à Paris, devant Serge Ayoub, les deux JNR impliqués, à droite sur la photo, Yohan Mutte et Jérémy Mourain. © Lionel Préau
Le 13 mai 2012, rue de Rivoli à Paris, devant Serge Ayoub, les deux JNR impliqués, à droite sur la photo, Yohan Mutte et Jérémy Mourain. © Lionel Préau
Les trois « pousseurs » sont mis en examen fin avril pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « en réunion », « avec préméditation ou guet-apens » et « avec arme ». À ce stade de l’enquête, les mis en cause admettent avoir jeté le musicien à l’eau, sans toutefois vouloir le tuer. Et la preuve contraire n’est pas apportée. Les hommes du groupe ayant pris la précaution d’ôter la puce de leur portable lors de l’agression, la préméditation semble en tout cas établie.

« On s’est toujours dit que ça n’était pas un accident, ni un suicide, a commenté la fille du musicien, 25 ans aujourd’hui, dans La Voix du Nord. Ce n’était pas son profil. On pensait qu’il avait été victime d’un dingue ou d’un tueur de la Deûle, surtout avec les quatre autres affaires de l’époque. […] On entend souvent parler de skinheads qui n’aiment pas les punks. Et mon père avait un look de punk. Je n’avais jamais pensé que cela puisse aller jusqu’à un meurtre. »

L’affaire replace sous les projecteurs l’ancien leader de Troisième voie, Serge Ayoub. L’homicide « involontaire » d’Hervé Rybarczyk a été commis par deux de ses hommes. Et c’est la quatrième fois, au moins, que son entourage ou ses militants se trouvent impliqués dans une affaire criminelle. En octobre 2000, deux anciens JNR, Régis Kerhuel et Joël Giraud, ses bras droits à l’époque, écopent de 20 ans de prison pour avoir empoisonné un jeune Mauricien de 23 ans, James Dindoyal. Ils l’ont balancé par-dessus une digue près du Havre, après lui avoir fait avaler un mélange de bière et de soude. En juin 2013, c’est Esteban Morillo, membre de Troisième voie, qui frappe mortellement Clément Méric, à Paris. L’événement provoque la dissolution du mouvement d’Ayoub et de son service d’ordre.

En 2015 enfin, Serge Ayoub est entraîné lui-même par Jérémy Mourain dans l’affaire du WWK pour « complicité de tentative de meurtre » d’un nationaliste autonome, des faits survenus en décembre 2012, à Estrée-Mons, dans la Somme. La victime, Clément Guisembert, est invitée par Mourain avec d’autres militants à une soirée qui vire au cauchemar dans un garage. Le lieu est fermé par des complices, il est bastonné avec ses amis, touché par plusieurs coups de couteaux, puis balancé dans une fosse à vidange. Mourain le laisse partir.

« Bah, 5 ou 10 ans de prison à notre âge, ça va encore »

Les agresseurs expliquent aux enquêteurs que les nationalistes autonomes (NA) se sont mal comportés le 13 mai 2012, rue de Rivoli, quittant les lieux lorsque Ayoub a pris la parole. Ce dernier avait aussi été traité de « sale juif » par les NA, et Ayoub avait dit à Mourain « tu me boucles ça » ou « règle-moi ça ». En garde à vue, le dirigeant skinhead se souvient d’avoir dit à Mourain « qu’il fallait dégager » les NA, mais il nie avoir commandité l’agression et même avoir été au courant. Au contraire, il aurait « ordonné » à Mourain « que cela ne se reproduise pas », « car cela nuit à nos rapports avec les autres mouvements ».

Lors de la perquisition de son domicile, les policiers découvrent des écussons des JNR et une casquette White Power Ku Klux Klan. À son procès d’Amiens, Serge Ayoub, après avoir rappelé aux juges que sa mère avait exercé de hautes fonctions dans la magistrature, résume : « En fin de compte, je suis accusé d’avoir voulu faire tuer des gens que je ne connais absolument pas, pour des raisons qui n’existent pas, par des personnes que je connais peu, dans un lieu où je n’étais pas ! » Il est relaxé, le 30 mars. Jérémy Mourain est condamné à neuf ans de prison et peu après mis en examen pour les faits de la Deûle.

« On en a marre, se plaint Me Nicolas Brazy, l’avocat d’Ayoub joint par Mediapart. Mon client traîne ça comme un boulet : un non-lieu a été requis, une relaxe a été prononcée et voilà qu’on vient l’embêter pour d’autres faits. Serge Ayoub n’est pas concerné par l’affaire de la Deûle. Et par ailleurs, Mourain n’a pas agi en qualité de JNR. »

 

Jérémy Mourain était pourtant bien JNR au moment de la mort d’Hervé Rybarczyk. Tout comme Yohan Mutte. Ce dernier est aussi très proche d’un ancien hooligan de Lens, Antoine Denevi, responsable Nord-Pas-de-Calais de Troisième voie, interpellé en Espagne en mai 2016, et qui vient de faire un an de détention préventive dans l’affaire des armes slovaques obtenues par Amedy Coulibaly, le terroriste de l’Hyper Cacher. Une affaire trouble qui révèle les liens d’une figure identitaire lilloise, Claude Hermant, avec les services de police et de gendarmerie (lire ici et là nos enquêtes).

Entre les mains des juges, le décryptage des messages d’Antoine Denevi, alias « Antoine Flakos », sur Facebook dévoile ses nombreux échanges avec Yohan Mutte, inscrit sous le nom « Yohan Yo Wolf », entre 2011 et 2012. Il est question d’affrontements avec « les rouges », de combats avec des hooligans, des affichettes de Troisième voie, mais aussi de drogue et d’armes. Un message prouve que les deux hommes ont rendez-vous le soir de la disparition du musicien des Ashtones, le 11 novembre 2011, à Lille.

Le 28 novembre 2011, un messager envoyé par Claude Hermant, fondateur de la Maison flamande, que l’on sait en contact étroit avec la police, avertit Mutte qu’il doit « se calmer avant les élections ». « Il va vouloir te faire peur », résume Mutte à Denevi. Le message, dont on ne sait pas s’il est lié à l’affaire de la Deûle, passe très mal chez les JNR.

« Me battre dans les rues, j’arrêterai pas pour Claude ou les flics », réagit Mutte sur Facebook, qui ajoute curieusement : « Bah, 5 ou 10 ans de prison à notre âge ça va encore. »

« Mes couilles, répond Denevi, il faut couper les ponts avec ceux qui copinent avec les flics. Moi je suis pas skin, mais je suis avec vous, et on est underground, alors on s’en cale, on fera ce qu’on veut, où on veut, quand on veut… »

« Des kilos de poudre j’en ai passé, et des AK47 [fusil d’assaut kalachnikov – ndlr] j’en ai vendu…, poursuit-il. Mais c’est pas pour ça que j’ai copiné avec les flics. Cette semaine je ramène un AK, et on s’amuse tous dans une forêt ou quoi ? » lance-t-il encore.
Dans un échange du mois de décembre, Mutte évoque sa convocation par… Serge Ayoub. « Serge est au taquet sur moi
, annonce Yohan Mutte. Je vais me prendre un de ces fumant. » — « Bah shoote-le », rétorque Denevi. — « J’te le dis perso mais tu le dis à personne
, poursuit Mutte. Il parle que je rende mes couleurs… » — « Fallait te prévenir avant, que les JNR c’était un club de retraités », s’amuse Denevi. — « Convoc’ demain », conclut Mutte, qui s’apprête à recevoir sa « sanction ». Le sujet n’est pas précisé.
La sanction, si sanction il y a eu, n’a pas été très sévère. Puisqu’on l’a vu, Mourain et Mutte se sont retrouvés, cinq mois plus tard, au premier rang des cérémonies du 13 mai 2012…

La nouvelle du meurtre d’Hervé Rybarczyk par les skinheads tourne jusque dans les milieux antifas lillois. « On a su que c’était eux très vite, commente un antifa. Ils s’en vantaient… Pour nous, c’était impossible à prouver, mais on était au courant. Et si nous on l’était, les keufs le savaient aussi… »

« Mourain traînait avec Mutte, raconte un identitaire lillois. Leur truc c’était de casser la gueule à des étudiants à dix contre un. Ils s’amusaient à aller sur des événements – comme le festival de rock Béthune Rétro – ou dans certains quartiers pour chercher des “extrême gauche”, pour chasser. Ils sortaient pour défoncer les mecs. » Cette bande est repérable et connue. Il y a Mourain, dit « le Picard », Mutte, « le Grand », Denevi, alias « Mgb » ou « Main gros bis », mais aussi Thomasz S., dit « Gamin », parti depuis en Savoie animer l’antenne française du groupe néonazi « Blood and Honour ». Les skins conduisent souvent ces attaques, après s’être dopés à la cocaïne ou autre. « T’as vu que j’ai quand même des produits qui rendent plus fou que t’es déjà ah ah », se vante Denevi auprès de Mutte, au lendemain d’un affrontement.

Mourain était « capable de demander à un tiers sous la menace d’une arme de se jeter dans le canal »

Les 20 juin 2011 et le 30 novembre 2012, la bande attaque le Resto soleil, une pizzéria fréquentée par des antifas. Le 17 avril 2013, Mutte et Denevi s’en prennent aux employés d’un bar gay du Vieux Lille, le Vice & versa, après la dispersion de la Manif pour tous.

Denevi s’échappe. Mutte est interpellé avec deux autres identitaires lillois. Alors que le procureur demande six mois plus tard une peine « d’avertissement » face à ces « violences à caractère homophobe » – douze mois de prison dont six ferme –, Mutte, qui écope de six mois avec sursis, est relaxé par le tribunal du chef d’injures à caractère homophobe.

À Ham, dans la Somme, Mourain crée le White Wolf Klan en juillet 2013, à la suite de la dissolution de Troisième voie. Six mois après le guet-apens du garage. « Le Klan a été créé quelques jours après la dissolution, précise à Mediapart un ancien membre de la bande. Mourain voulait son indépendance, il voulait être seul à diriger. » Le WWK est un groupe calqué sur une organisation de motards, un pseudo-club de motos couvrant l’activité réelle du Klan, alors qu’aucun membre n’est titulaire du permis moto, ni même propriétaire d’une moto… Selon la définition d’un ancien membre, White était « un rappel de la race aryenne », Wolf, celui du « chien-loup qui gardait les camps de concentration » (sic) et le « k » de Klan « pour le rapport à la langue allemande »…

Le « Klan » devait être capable de vivre en autarcie, par le vol ou le racket. Très hiérarchisé et présidé par Mourain, le « Klan » se composait d’un vice-président, d’un sergent d’armes, chargé des conflits, d’un trésorier, des « street fighters » et des voleurs. À l’entrée officielle, des blousons noirs de style bombers sont distribués, portant les couleurs du « Klan », une tête de loup et le grade. Les futurs membres, baptisés « prospects », subissaient des violences et des brimades tout au long de leur intégration. Gifles, coups de battes de base-ball, coups de pied. Mourain était « capable de demander à un tiers sous la menace d’une arme de se jeter dans le canal », a expliqué Boris G., l’un des prévenus.

À Amiens, lors de l’audience du mois de mars, les faits de la Deûle n’ont pas été évoqués, pas plus qu’à l’instruction, puisqu’ils avaient été transmis à Lille. En revanche, plusieurs membres du « Klan » ont raconté qu’ils avaient été jetés dans le canal de la Somme, du côté de Ham, près du domicile de Mourain.

S’il a tourné le dos à Mourain, procès oblige, Serge Ayoub est resté lié à Yohan Mutte. Il y a peu, l’ancien chef de Troisième voie a intégré son ancien JNR au sein de son nouveau « club de moto », le Black Seven, anciennement dénommé Praetorians MC, qui réunit à Berzy-le-Sec, dans l’Aisne, d’anciens membres de son service d’ordre – le site antifa La Horde les a identifiés ici. « Ayoub a quitté Paris, mais il lui faut une garde rapprochée, explique un policier. Il a compris que ce qui compte, c’est d’avoir 15 gros bras près de lui, s’il veut rester actif. »

L’ancien chef de Troisième voie reste présent sur la scène politique de la droite radicale. En octobre dernier, il a pris la parole à la 10e journée de Synthèse nationale, une revue animée par Roland Hélie, un ancien du Parti des forces nouvelles (PFN) – son intervention est en ligne ici. Une journée placée sous le thème de l’offensive nationale et identitaire, et qui a vu défiler à sa tribune Carl Lang, du Parti de la France, et les représentants de Civitas, de la Ligue du Sud, et Jean-Marie Le Pen, lui-même.
Les membres du club de moto Black Seven, autour de Serge Ayoub. © DR
Les membres du club de moto Black Seven, autour de Serge Ayoub. © DR
Le dossier lillois renferme encore quelques zones d’ombre. Auteur d’un livre sur les noyés de la Deûle qui paraît en juin 2015, Gilles Durand, journaliste à la rédaction lilloise de 20 Minutes, constate que la piste de l’extrême droite est inconnue des enquêteurs. Mais il s’aperçoit surtout que la mort d’Hervé Rybarczyk n’a jamais été incluse dans le dossier. « Personne ne savait où était passé ce dossier, explique-t-il à Mediapart. La PJ ne l’avait pas. Le commissariat renvoyait sur la sûreté urbaine… Et l’on me disait : “Pourquoi vous intéresser à ça puisque c’est un suicide ?” Or, ses proches m’avaient dit : “C’est impossible qu’il se soit suicidé.” » On explique aussi au journaliste que la mort du guitariste n’a pas de lien avec les quatre noyés précédents. « Mais quel était le lien entre les quatre autres ? » demandait-il. Peu après la sortie de son livre – Noyés de la Deûle, la contre-enquête, aux éditions Les Lumières de Lille –, un informateur anonyme vient dire à Gilles Durand que « Rybarczyk n’est pas tombé tout seul » et lui donne quatre noms, qu’aucune source officielle ne confirme.

La version officielle, martelée par le procureur Frédéric Fèvre, restait l’abus d’alcool et la chute accidentelle. Alors adjoint au maire de Lille chargé de la sécurité, Roger Vicot, actuel maire de Lomme, abonde dans le même sens : « La rumeur se contente de dire “c’est très étrange”, et ne relève pas le vrai point commun : tous étaient complètement ivres. » Récemment questionnée par La Voix du Nord, Martine Aubry a fait savoir qu’elle n’avait pas été « vraiment convaincue par la thèse judiciaire d’une série de chutes accidentelles ». La maire de Lille aurait « toujours eu des doutes sur cette affaire », a indiqué son cabinet. Elle n’en avait rien dit publiquement à l’époque.

Une autre noyade intrigue désormais, celle de Lloyd Andrieu. « Il n’a pas d’eau dans les poumons, c’est une noyade blanche, résume le journaliste de 20 Minutes. Il est mort avant de tomber à l’eau, ou pendant qu’il tombait. Par ailleurs, son portable avait disparu et il a été remis en marche six mois plus tard. » Des inconnus aurait ramassé ce téléphone dans la rue. Deux indices sérieux qui plaident en faveur d’une agression ou d’un événement ayant touché le jeune étudiant de 19 ans avant sa noyade.

Karl Lakse, Mediapart : https://www.mediapart.fr/journal/france/050617/noye-dans-la-deule-le-meurtre-involontaire-des-neonazis-d-ayoub

Publicités