Articles Tagués ‘frontières’

[calais] La frontière a encore tué

Publié: 30 décembre 2011 par luttennord dans Antifascisme, Infos
Tags:, ,

Calais a tué une personne, un jeune homme éthiopien, qui a passé quelque temps à Calais et etait connu de beaucoup de personnes ici. Il a été trouvé au bas d’un pont dans le centre de Calais dans les premières heures du jeudi 22 Décembre.

La raison de la mort d’Ismael n’est pas claire, ni ce qui s’est passé ni pourquoi.
La police a immédiatement tenté de classer l’affaire comme un suicide, sa mort étant insignifiante pour eux. Il n’y a pas eu d’autopsie et une enquête plus poussée a été refusée. Ses amis se sont vu refuser l’autorisation d’identifier le corps, ils ont tenté à deux reprises de se présenter au poste de police central, car Ismael était très important pour eux, mais ils ont été menacés de la venue la police des frontières (PAF) si ils ne quittaient pas les lieux. Seule une personne de Calais a été autorisée à identifier le corps.

Il est clair que la police ne le trouve pas assez important pour enquêter sur sa mort, mais préfère passer son temps à harceler les étrangers, avec et sans papiers.
Le jour même de la mort d’Ismael les policiers ont continué à dévaster les abris de ces gens, comme d’habitude. Alors, quel est le travail de la police ? oeuvrer pour éviter la mort, ou créer la mort ? Une question rhétorique.

A Calais le pouvoir fasciste s’occupe plus de la santé de ses fleurs et des plantes de ses parcs, que de celle des gens.

Ce n’est pas la première fois qu’une personne a été tuée par le système des frontières, et tant qu’il restera en place ce ne sera pas la dernière.

Une veillée a eu lieu avec de nombreuses personnes sur le site où Ismael est décédé dimanche soir.


Action No Border

 

JPEG - 69.2 ko

Ce vendredi 24 décembre, les no border ont eu le temps de déployer la banderole devant les 6 bourgeois de Calais. Distribution du tract :

Noël n’a pas de frontièresJésus n’avait pas de papiers !

Pourquoi installer des tentes ? Ne pouvez-vous pas nous laisser tranquilles ?

 

JPEG - 18.1 ko

Nous voulons, d’abord, rappeler aux personnes plus aisées l’existence des migrants et des pauvres de Calais. Ces tentes sont là pour mettre en contraste le Calais rêvé de Natacha Bouchart avec le Calais réel des migrants, et pas seulement des migrants, mais aussi des autres quartiers moins favorisés par la droite UMP et bourgeoise.

Tandis que la pauvreté s’ancre plus profondément partout en Europe, tandis que les coupes budgétaires s’amoncellent pour faire face à la crise financière de l’état capitaliste, et avec un taux de chômage record sur Calais, Madame la maire décore somptueusement sa ville sur finances publiques.

 

JPEG - 14.8 ko

Elle obtient même 100.000€ de l’état pour… acheter des couvertures pour le BCMO. Ce gymnase est ouvert depuis près de 3 semaines et on s’imagine que les occupants et les associations se sont depuis longtemps débrouillés pour remédier à des carences aussi basiques. C’est à se demander si les autorités ont la moindre idée de ce qu’elles font. Plus probablement, il s’agit d’une campagne de publicité de Natacha Bouchart. Au lieu de changer profondément le système, on y ajoute du mascara pour faire joli.

Vous l’aurez compris, au-delà des revendications de justice que nous portons, et au-delà de notre soutien au droit inaliénable à la liberté, nous voulons dénoncer ce Calais bourgeois, entièrement fait d’apparences trompeuses. Derrière ce cosmétisme de la mairie, des politiques destructrices créent et maintiennent la pauvreté générale. Il est temps de rappeler, qu’une mauvaise économie ne justifie pas de s’en prendre à plus faible que soi, que les migrants ne sont pour rien dans les fautes du capitalisme d’état. Là où le système échoue, le système doit être réformé, et non les étrangers persécutés !

Joyeux Noël ! Liberté pour tous ou liberté pour personne !

 

JPEG - 39 ko

Puis arrivée de la police.

L’adjoint du commissaire de police aurait reçu, selon lui, l’ordre du préfet de dégager la zone.

Aucun heurt, pas d’arrestation.


 

Un nouveau journal : La voix des sans papiers

Publié: 2 novembre 2010 par luttennord dans Infos
Tags:, ,

UN NOUVEAU JOURNAL : La voix des sans-papiers,

bulletin du mouvement et des collectifs de lutte autonomes

N° 1 • Mercredi 27 Octobre 2010

Le pdf de la Voix des sans-papiers est téléchargeable gratuitement sur son site :http://www.mondialisme.org/spip.php…

Edito :

L’ÉMANCIPATION DES SANS-PAPIERS SERA L’ŒUVRE DES SANS-PAPIERS EUX-MÊMES

Pourquoi un nouveau journal ? pourquoi ce titre : La Voix des sans-papiers ?

Ce bulletin s’inscrit dans une lignée précise. C’est la suite, naturelle, pour ainsi dire, des treize numéros du Journal de la Bourse du travail occupée et du numéro unique le Journal de Baudelique occupé.

Il s’agissait là de publications liées à des situations de lutte parisiennes, spécifiques. Spécifiques mais d’une puissance intrinsèque (vivante) plus générale, comme c’est le propre de tout mouvement de lutte réel, voué à s’étendre pour vivre. Cette fois-ci le projet est d’emblée plus large. Et c’est l’expérience acquise par des acteurs de ces luttes qui le demande.

Une demande qui, pour être souvent confuse, n’en est pas moins forte et pressante, car elle vient de l’interrogation sur l’expérience faite et de la recherche d’une pratique plus vaste et efficace. Car, ce faisant, ils ont l’intuition forte de l’exigence du dépassement, de la nécessité, vitale pour le mouvement, du changement de ses formes vers des formes supérieures de lutte commune et d’autonomie collective.

Dans l’édito du numéro 1 du Journal de la Bourse du travail occupée (28 juin 2008), on pouvait lire entre autres : « […] donner la parole aux sans-papiers […] donner à leur expression la forme écrite pour qu’elle se propage et dure », puisque « la publicité et l’information sont essentielles à l’organisation, à la conscience, à l’extension, à la mobilisation, à l’unité du mouvement » en tant que « mouvement autonome d’ensemble ». Le projet élargi d’aujourd’hui, sous cet angle essentiel, n’a pas changé.

Dès la rédaction du premier numéro cité, quelques rubriques se sont imposées avec force : « la Voix des délégués », « la Voix des femmes »… et elles se sont par la suite enrichies de nouvelles « Voix » au fur et à mesure des numéros suivants, au gré des hauts et des bas de la lutte. Quoi de plus naturel que d’en étendre la lignée jusqu’à cette globale et englobante « Voix des sans-papiers » ?

Le premier édito mentionné, se faisant le porte-voix des collectifs de sans-papiers de la Bourse du travail, portait le titre-programme : « Pour l’unité de tous les collectifs de sans-papiers ».

Plus encore que les deux années passées, les deux années à venir, avec la « question de l’immigration » artificiellement placée au centre de la campagne présidentielle déjà déchaînée, avec des dispositions idéologiques telle la « loi Besson », machines électorales de guerre contre les immigrés sans-papiers, inscriront d’autant plus les questions de l’unité d’action et du dépassement des formes à l’ordre du jour du mouvement et de l’autonomie des luttes.

Tout soutien actif est le bienvenu chez les sans-papiers, mais non pas celui qui veut là-dessus les payer de mots, comme cela a été le cas à la réunion publique de samedi 25 septembre à la Bourse du travail de Paris, prétentieusement, abusivement baptisée du nom d’« états généraux des sans-papiers ».

Quant à se payer du mot d’unité lancé à tout va, de nombreux sans-papiers en lutte qui n’y ont pas eu droit de parole ne l’entendent pas de cette oreille. C’est leur voix et c’est noté : « Le mouvement d’émancipation des sans-papiers sera l’œuvre des sans-papiers eux-mêmes. »

voix.sans.papiers@gmail.com http://www.mondialisme.org

Le pdf de la Voix des sans-papiers est téléchargeable gratuitement sur son site :

http://www.mondialisme.org/spip.php…

et aussi sur les trois sites suivants : http://www.facebook.com/Coordination75

http://sanspapiers.info (le Quotidien des sans-papiers) http://www.carre-rouge.org

Sur les deux derniers sites est téléchargeable aussi le pdf du numéro unique le journal de Baudelique occupé, et sur le dernier le pdf du numéro 13 du journal de la Bourse du travail occupée consacré à l’expulsion des sans-papiers et au matraquage/gazage de femmes et enfants par le SO de la CGT de Paris en juin 2008.

Les pdf des 12 premiers numéros du journal de la Bourse du travail occupée sur le sitehttp://bourse.occupee.free.fr

Pour nous écrire : voix.sans.papiers@gmail.com

Lisez, téléchargez gratuitement, imprimez, diffusez La Voix des sans-papiers

 


COMMUNIQUE DE PRESSE CAMP NOBORDER à Bruxelles du 25 septembre au 3 octobre 2010

Du 25 septembre au 3 octobre des migrants, des sans papiers et des activistes de différentes nationalités organiseront à Bruxelles un camp NoBorder international. Le camp NoBorder se tiendra principalement sur le site de Tour et Taxi (lieu de vie), mais diverses activités décentralisées se dérouleront aux quatre coins de Bruxelles.

Le camp est avant tout un espace de rencontre et de réflexion, mais aussi d’actions couvrant l’ensemble du champ de la contestation ; mais avec des objectifs communs : obtenir la fin du système des frontières, qui nous divisent tous et toutes, défendre la liberté de circulation et d’installation et s’opposer aux systèmes capitalistes et autoritaires qui entrainent exil forcé, guerre et misère. Les gens qui émigrent ont une raison de le faire.

La différence faite entre réfugié politique et réfugié économique est une distinction qui n’a aucun sens. Si par exemple un pêcheur sénégalais émigre car il ne peut plus subvenir aux besoins de sa famille, il est également réfugié politique puisqu’une décision politique est à la base de l’abandon des côtes sénégalaises à des entreprises chinoises, décision politique émanant d’une vision capitaliste des ressources.

Le même principe reste valable pour les réfugiés de guerre comme pour les réfugiés climatiques. La politique migratoire européenne tente de faire la différence entre de « « bons » et de « mauvais » réfugiés, limitant de fait les raisons pour lesquelles des personnes pourraient migrer « légitimement » Le réseau no border est né en 1999 pour revendiquer la liberté de circulation et d’installation pour tous.

Depuis lors, de nombreux camps ont été organisés à proximité de frontières de l’Union Européenne: Pologne, Ukraine, Slovaquie, Allemagne, Sicile, Espagne, Calais ou encore Lesbos en 2009 (www.noborder.org/). Cette année le No Border s’installe plus loin des frontières de l’Europe forteresse, à Bruxelles. La Belgique assume la présidence de l’Union Européenne du 1er juillet au 31 décembre 2010.

Comme capitale de l’Union européenne, Bruxelles est le symbole de la mise en œuvre des politiques (anti) migratoires auxquelles le mouvement No Border s’oppose. Depuis le début des années quatre-vingt l’Europe se replie sur elle-même, dressant des murs à ses frontières, déployant une politique coûteuse, inefficace et meurtrière dans sa poursuite du mythe de l’Europe forteresse.

Ainsi l’Europe s’est dotée en 2003 d’une Agence Européenne aux frontières extérieures, dénommée FRONTEX. Il s’agit d’une administration mais aussi de véritables garde- frontières armés, dotés d’hélicoptères et de navires, et l’agence ne se limite pas à contrôler les frontières européennes mais externalise ces dernières en Asie et en Afrique.

En effet, l’Europe rémunère divers états, afin que ces derniers interceptent, enferment et déportent « préventivement » les migrants passant par leur territoire en tentant de rejoindre l’Europe. Sous-traiter ses basses besognes à des états peu regardant aux droits humains semble pour Frontex une priorité ces dernières années. Les politiques migratoires actuelles enferment, expulsent des milliers de gens à cause du régime des frontières. Des milliers de gens meurent aux frontières chaque année.

Voilà pourquoi nous revendiquons l’abolition des frontières et la liberté de circulation comme d’installation. Le camp No Border se terminera le samedi 2 octobre par une grande manifestation à Bruxelles, dès 13 heures.

Des visites du camp seront organisées pour les médias à des horaires encore à définir, et une tente de réception sera installée à l’entrée du camp. Mail: noborderpress@vluchteling.be http://www.noborderbxl.eu.org/ Tel: Fr: 0032(0)485612053 – Nl et English: 0032(0)0485 612 051 Plus d’ infos sur :http://bxl.indymedia.org/