Adrien Becar, militant identitaire et prédateur sexuel

Publié: 1 juillet 2022 par luttennord dans Infos

Hier, la journaliste Salomé Saqué de Blast et la podcasteuse féministe Léa Chamboncel ont révélé avoir été cyber-harcelées par Adrien Bécar, un identitaire lillois membre de « La Citadelle ».


Ce n’est malheureusement pas la première fois que ce prédateur d’extrême-droite s’en prend à des femmes. Nous révélons – preuves à l’appui – la véritable traque que Bécar a mené le 15 janvier 2022 contre une femme isolée qui rentrait de son travail de nuit, probablement alors qu’il sortait d’une soirée à La Citadelle.

Cette fois-là, ça c’est mal fini pour lui, mais combien d’autres femmes ce détraqué a-t-il harcelé ou agressé impunément ?

Témoignage :

Adrien est venu interpeller une jeune femme qui sortait du travail aux alentours de 3H30 du matin, à l’arrêt des bus de nuit devant Euralille. (c’était un vendredi, et il y avait une soirée organisée à la citadelle, le bar identitaire, ce soir là, il en revenait sûrement vu la proximité géographique)

La jeune femme qu’il tentait de draguer lourdement et avec insistance a dû s’y reprendre à plusieurs fois pour pouvoir l’esquiver.

Une fois qu’elle est montée dans le bus de nuit et assise, elle se rend compte que le militant d’extrême droite (qu’elle ne connaît pas) est lui aussi monté dans le bus. (le bus part vers Moulins, et Adrien Bécar habite à St Maurice, de l’autre côté de la ville, nul doute donc qu’il était monté pour la suivre).

Son comportement de prédateur ne s’est évidemment pas arrêté là, il vient s’asseoir en face de la jeune femme et tente des eye contact, de frotter ses jambes contre les siennes.

Il fait nuit, on est au mois de janvier, et elle est seule. Malheureusement ce comportement d’harceleur ne s’est pas arrêté là.

La jeune femme est déjà en train d’essayer d’appeler du secours en envoyant des messages à son compagnon pour qu’il vienne la chercher à l’arrivée du bus mais il dort et ne répond pas.

Arrivée à l’arrêt de bus du parc lebas, elle cherche à descendre en vitesse en espérant qu’il n’ait pas le temps de la suivre.

Arrivée dans la rue elle croit un instant qu’il ne l’a pas suivi et se voit rassurée, elle appelle son compagnon et commence à parcourir les 15min à pied qui la sépare de son logement.

C’est alors qu’elle est au téléphone qu’elle aperçoit qu’Adrien Bécar est lui aussi descendu du bus, il est à une trentaine de mètres et se dirige droit vers elle, elle panique et crie, il se met à courir dans sa direction.

Le boulevard victor hugo est totalement vide à cette heure ci elle court en criant avec ce prédateur sexuel aux trousses.

Son compagnon paniqué part également en courant pour la rejoindre. L’appel au téléphone dure environ 2min30 pendant lesquelles il lui court aprés, essaye de lui faire peur, la menace.

Aprés une tentative infructueuse d’arrêter une voiture elle parvient à la hauteur d’un couple qui accepte de rester avec elle alors que Adrien Bécar continue de la suivre malgré tout à moins d’une dizaine de mètres.

Lorsque le compagnon arrive s’ensuit une bagarre, au cours de celle ci Adrien est reconnu comme étant un des leader du groupe identitaire lillois. Malgré ses entrainement de boxe Adrien ne fait pas long feu et termine très rapidement endormi au milieu du boulevard.

Il est alors traîné sur le côté de la route et placé en position latérale de sécurité.

Son téléphone et sa carte de bus sont alors ramassés (photo en PJ).

Adrien Bécar est un habitué des intimidations et  tentatives d’agressions sur des militants révolutionnaires à Lille, il est un habitué des menaces et des insultes sur les réseaux sociaux, il est vraisemblablement aussi un habitué des agressions de jeunes femmes dans la rue.

Par chance ce soir là, l’histoire s’est “bien” terminée pour sa victime poursuivie ainsi en pleine nuit. Cependant combien d’autres femmes ont pu être victime de son harcèlement de rue ? de son comportement de prédateur sexuel ? jusqu’où Adrien est il déjà allé ?

Au vu de sa façon d’agir il semble évident qu’il n’était pas à son coup d’essai.

Les identitaires passent leur temps à vouloir nous expliquer que le problème du sexisme se concentre uniquement dans du harcèlement de rue qui serait seulement le fait des jeunes des quartiers populaires. Alors que milite en leur sein des agresseurs dans la plus grande impunité.


Rappelons que le groupuscule « La Citadelle » auquel il appartient tient un bar « réservé aux blancs » situé au 8 rue des Arts à Lille. Ce groupuscule fait régulièrement parler de lui pour les agressions racistes, homophobes ou visant des militants de gauche que ses membres commettent.

La Citadelle et ses membres ont toujours bénéficié d’une immense tolérance de la part des autorités. Malgré les nombreuses manifestations et mobilisations réclamant la fermeture de ce bar et les articles (y compris dans la presse internationale anglophone) révélant les violences perpétrées par le groupuscule fasciste, le Préfet de la région Hauts-de-France et du Nord et Martine Aubry – pourtant si prompts à fermer tous les bars et lieux de culture qui font un peu de bruit ou accueillent un peu de monde – laissent La Citadelle et les prédateurs comme Becar qui leurs servent de membres continuer de sévir.


Lille Antifa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s