Benoît Broutchoux : héros de la classe ouvrière

Publié: 17 juin 2014 par ironstack dans Syndicalisme
Tags:, , ,

Benoît Broutchoux

Petite biographie du mineur révolutionnaire par l’Alliance Rouge et Noire :

Mineur de charbon et révolutionnaire, journaliste et cabaretier, gouailleur, anti-flic et antimilitariste, passionné, avant-gardiste, courageux, un tantinet provocateur, Benoît Broutchoux n’hésitait pas à haranguer les flics et son ennemi intime Basly-la-Jaunisse, député-maire « socialiste » de Lens. Il fera de la prison de Béthune sa résidence secondaire…

Un CGTiste, un vrai comme on les aime. A l’époque, pas de permanent, ni de carriériste à la CGT !
Benoît aurait dirigé la CGT du Pas-de-Calais avant 1914…

Voilà bientôt 7O ans, que ce personnage emblématique du mouvement ouvrier nordiste s’en est alllé. En effet, c’est le 2 Juin 1944 à Villeneuve sur Lot que mourait à l’âge 65 ans, celui qui à marqué le mouvement syndical et libertaire du Nord et du Pas-de-Calais.
En 1902, il s’installe dans le Bassin minier du côté d’Auchel, après avoir quitté la région de Montceau-les-Mines, suite à une répression policière à l’issue d’une intervention musclée lors d’un conflit de métallurgistes au Creusot. Militant de la C.G.T, il est avant tout militant anarchiste convaincu, passionné, investi… Il devient journaliste, participe à de multiples conflits, congrès et le pacifiste qu’il est, est naturellement déserteur à la fin de la Première Guerre mondiale. Militant à l’ Union anarchiste, il a été très actif dans les différentes structures de cette mouvance durant près de dix ans, jusqu’en 1927.

Avant la Seconde Guerre mondiale, les revues anarchistes « Plus Loin  » et « Syndicats » lancent des souscriptions pour venir en aide au couple Broutchoux qui est plongé dans la misère. En Juin 1940, il se retire dans le Lot et Garonne…

 

Mise au point à l’attention de la CGT Lillers :

Lettre ouverte à ceux qui prétendent parler au nom de l’Union de luttes des Syndicats CGT du Bassin minier ouest
La promotion par l’Alliance Rouge et Noire de l’œuvre de Benoît Broutchoux est l’occasion pour une poignée de militants de la CGT isolés et surtout ignorants de leur histoire, d’une diatribe à l’endroit de Benoît Broutchoux, l’une des figures du mouvement ouvrier régional d’avant la Grande Guerre. Ce courrier signé de Roger Veste, secrétaire général de l’UL CGT de Lillers, puis relayé avec le prétendu assentiment de l’Union de luttes des Syndicats CGT du Bassin minier ouest, est une attaque d’une particulière mauvaise foi où est entretenu l’amalgame entre une vision volontiers réductrice de la pensée anarchiste et le courant anarcho-syndicaliste.
Ancien dirigeant de l’UD CGT du Pas-de-Calais et du « Jeune Syndicat » des mineurs de charbon affilié à la CGT, Benoît Broutchoux y est présenté comme « anéanti par l’alcool » et assassin de contrôleur de train… Il est particulièrement choquant de voir des militants progressistes racler ainsi les fonds de poubelle et se revendiquer de sources policières dont ils se font les coupables relais.
Ces propos portent surtout atteinte à la dignité de notre camarade Benoît Broutchoux mort dans la misère après avoir subi la violence inouïe du capitalisme (licenciement, prison, etc.) ; ce que bien peu de membres de la CGT contemporaine peuvent se prévaloir, certains bénéficiant de la protection d’un État capitaliste qu’ils pourfendent par ailleurs, parfois confortablement installés dans leurs habits de permanents peu enclins à retourner au turbin.
Lier ensuite, à travers l’évocation de Max Stirner, l’anarchisme traversé par de multiples courants au strict réflexe individualiste est un raccourci stupide qui témoigne d’une bien piètre connaissance du mouvement ouvrier et notamment des origines de la CGT influencée par le courant anarcho- syndicaliste dès sa fondation à Limoges en 1895. Ce syndicalisme d’inspiration révolutionnaire incarné en son temps, dans le Pas-de-Calais, par Benoît Broutchoux est aussi en partie « le résultat direct et inévitable de l’opportunisme, du réformisme, du crétinisme parlementaire », comme le dira Lénine dans « Préface à la brochure de Voïnov (Lunatcharski) sur l’attitude du parti envers les syndicats ».
Aussi prétendre que Benoît Broutchoux était un « individualiste » relève de l’ineptie quand on mesure l’ampleur de son implication auprès de ses compagnons d’infortune au sein de la CGT dans le but de rassembler les travailleurs exploités autour d’un objectif émancipateur. La grève des mineurs de 1906 qui succède au crime de Courrières (1100 morts) ou le soutien accordé au mouvement de ménagère de l’été 1911 en sont deux des illustrations les plus caractéristiques. Durant l’entre-deux-guerres, le broutchoutisme et ses aspirations collectivistes continueront d’ailleurs d’influencer une large partie du mouvement syndical et notamment les mineurs de charbon adhérents de la CGT Unitaire.
A l’idée d’un passage au socialisme via la voie parlementaire, les anarcho-syndicalistes privilégient alors l’idée que « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes », comme l’envisageait Marx aussi. Ils manifestent donc une hostilité permanente à l’égard des partis « bourgeois » qui prétendent confisquer aux travailleurs leurs prérogatives en matière d’auto- organisation. En 1906, la charte d’Amiens adoptée lors d’un congrès national de la CGT, prétend que « le syndicalisme se suffit à lui-même ». Elle marque le triomphe de cette voie « autonome ». Comme moyens d’actions, aux antipodes de la compromission de classe au sein d’institutions dites représentatives (comme aujourd’hui les comités d’entreprise, etc.) imaginées par la bourgeoisie comme des outils d’intégration au système, les anarcho-syndicalistes préféreront et préfèrent encore l’action directe (occupation, sabotage, etc.).
Il est par ailleurs cocasse de s’appuyer, comme vous le faites, sur les dires d’Enrico Malatesta au congrès d’Amsterdam de 1907 pour vilipender Broutchoux quand on sait qu’à ce même congrès, Monatte, anarcho-syndicaliste et fondateur de la Vie ouvrière, et Broutchoux s’opposèrent à Malatesta sur la question du rapport entre anarchisme et syndicalisme. Incohérence…
Une autre « perle » est d’affirmer que Broutchoux aurait « certes beaucoup moins écrit que ses pairs » quand on connaît le nombre de ses contributions dans les journaux militants dont il fut à l’origine de l’Action syndicale au Révolté. Méconnaissance là encore…
Il est enfin tout autant cocasse d’entendre d’un dirigeant d’une UL CGT qui s’est permis (avec raison) de brûler un drapeau de la CFDT à Lille, il y a quelques mois, qu’ « il ne faut pas se tromper d’ennemis, car soient-ils opportunistes, les syndicalistes qui ne pensent pas ou n’agissent pas comme nous, ne le sont pas, et personne ne peut affirmer qu’ils sont nos ennemis de classe ». Laurent Berger – Roger Veste : même combat donc ? Nous pensions qu’une barricade n’avait que deux côtés…
Enfin, nous ne commenterons pas vos caricatures sur les « anarchistes indisciplinés », ni vos accusations d « entrisme » ou les nauséabonds parallèles que vous dressez, à la fin de votre courrier, entre anarcho-syndicalisme et extrême droite qui ne sont pas sans rappeler certains « procès » de tristes mémoires. Mais quel usage imbécile faîtes-vous donc du stalinisme ?
Nous nous réjouissons cependant du combat que vous menez contre l’extrême droite. Il est vrai qu’en appelant, comme syndicalistes, à voter François Hollande au 2nd tour de la Présidentielle de 2011, certains d’entre vous ont contribué à consolider l’ancrage de la Peste brune dans l’Hexagone. A votre corps défendant, nous n’en doutons pas…
Tant d’incohérences et d’approximations intellectuellement malhonnêtes au nom de l’ « unité » est le meilleur moyen de la faire voler en éclat dans la mesure où vos propos ont pu choquer les plus fidèles de vos partisans.
Rebreuve-Ranchicourt, le 11 juin 2014

Le Bureau de l’Alliance Rouge et Noire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s