À propos de l’appel « indigné » à occuper Pôle Emploi le 17 janvier 2012

Publié: 7 janvier 2012 par luttennord dans Infos, Rendez vous
Tags:,

À propos de l’appel « indigné » à occuper Pôle Emploi le 17 janvier 2012

Le 17 janvier 2012…

Ce n’est pas une info, mais un billet d’humeur et comme mon humeur est explosive et que je suis généreux, je vous fait profiter de mon trop plein « d’Indigné »…

Comme tout le monde, je reçois l’invitation à l’indignation : occupation des Pôles Emploi le 17 janvier 2012

Comme tout les exploités franchement véners de la liste, on me « hesselise » (du triste grabataire Stéphane Hessel dont le torchon de 30 pages finit de nous convaincre des nécessités de l’euthanasie face à la sénilité).

Comme beaucoup, j’en ai ma claque des appels à l’indignation quand nous n’en sommes plus à nous indigner… L’indignation ? — Mon cul ! Qui sont ces bonnes-sœurs zélées qui s’indignent du merdier du monde ?!? Me prendrait-on pour l’un de ces petits bourgeois qui fait de la politique en famille, le dimanche devant le rôti qu’a fait mamie ???
J’ai la rage, l’angoisse et la colère des expulsions de nos logements. J’ai la niak, le pillage dans le sang et mon caddie dans les starting-blocks pour pouvoir bouffer quelque chose qui a du goût, mais dont le coût m’est inaccessible. J’ai les lèvres écumantes et la roublardise qui se réveille face à toutes ces saloperies d’associations « solidaires » dont n’importe quel précaire n’est qu’une matière première, justifiant quelques salaires d’assistantes social (des parasites parmis tant d’autres) et à gaver de subvention.

Indignez-vous ? — Mais qu’est-ce que c’est que ce culot d’appeler les précaires à l’indignation ?!?
Le précariat ne s’indigne pas : ce n’est pas dans ses gènes !
Il se résigne ou il combat.
Demandez aux précaires de s’indigner, c’est comme demander aux Éthiopiens de faire la grève de la faim : c’est absurde et insultant.
Le collectif Exploités-Énervés est combatif (voire même plus…), et ceci n’est pas dans les promesses ou les vœux pieux, c’est vivant dans chacune des actions que nous avons menées. Des collectifs comme le nôtre, il y en a plusieurs en France, dans d’autres villes. La lutte des précaires existe déjà et elle a ses victoires réelles (demandez donc à ceux qui sont venus au collectif d’Alès pour résoudre leurs problèmes administratif : on est à 120 % de victoire depuis septembre).

Indignez-vous en occupant Pôle Emploi ? — Et allez ! En pleine période pré-électorale on nous sort le truc à la mode (« l’indignation ») pour nous envoyer encore une fois faire les petits soldats d’une gauche sans lendemains ni militants ! Que ces gens se rassurent : avec ou sans mouvement, ils seront élus aussi sûrement que la société française va leur péter à la gueule dans les mois qui suivront leur « victoire électorale ».
Le voilà le grand marketing politique de l’Indignation ! Un truc qui ne veut rien dire, qui est vide et qui n’est qu’un ultime recyclage d’un démocratisme où l’on exige des précaires d’avoir suffisament de sens civique pour servir de viande électorale et médiatique, à travers un mouvement artificiel.
Et ben moi, je dis : « Merde ! »
Je dis : « Indignés du monde entier : Prenez garde à ceux qui font les routes où vous manifestez pacifiquement ; Prenez garde aux caissières des supermarchés où vous payez votre bouffe bio ; Prenez garde aux maçons qui refont la façade de votre héritage… Prenez garde ! Car le prolétariat est encore dans la place. »

Occuper Pôle Emploi le 17 janvier 2012 ? Pourquoi pas… mais pas par indignation ! — On a les crocs et si l’on vient, ce ne sera pas comme vous voulez que nous soyons, mais tels que nous sommes réellement. Et notre réalité, notre condition, c’est une bombe à retardement. Avec l’invitation à occuper Pôle Emploi, il est probable que vous ayez ouvert la boîte de Pandore de laquelle les monstres que nous sommes pourraient surgir…

Enfin, et pour ne pas recommencer le mouvement des chômeurs de 1997-98 et la braderie par laquelle la CGT lui fit fermer sa gueule (=les 35 heures), il me semble impératif de partir sur le bon pied (si l’on part…) en ne demandant pas du boulot, mais du fric.
Le bourgeois s’indigne à ces mots… mais c’est que le bourgeois ignore la réalité du précariat.
La plupart des allocataires et chômeurs font plein de petits tafs (souvent non-déclarés) pour joindre les trois à quatre bouts de leurs budgets. Le boulot, on connaît et c’est nul. Le boulot, on connait et ça ne rapporte même pas le strict nécessaire. Le boulot que l’on voudrait nous faire demander n’existe plus et n’existera plus, car les structures économiques qui généraient le travail à l’époque de « papa », elles sont cuites, finies et définitivement mortes.
Arrêtez donc, chers Indignés, de vouloir faire plaisir à « Papa » et à son modèle économique qui n’existe plus : prenez-vous en main ou faites une thérapie, car vous êtes victimes d’un complexe d’Œdipe versant de plus en plus dans la pathologie aigüe (= déni des réalités).

Désolé si j’ai heurté certaines sensibilités, mais j’en avais gros sur la patate…
Désolé-bis, parce que j’ai de la suite dans les idées et dans LES TRIPES.

Joseph Kacem – 5 janvier 2012.

Advertisements
commentaires
  1. On s’en fout des indignés, revenons en à l’objet de l’appel que ces labellisés médiatiques n’ont fait que reprendre à leur compte

    C’est l’histoire d’un plein emploi qui ne reviendra pas et de l’action de son fantôme sur les vies aujourd’hui.
    C’est l’histoire d’étranges institutions pour lesquelles ce plein emploi qui n’existe pas vaut à la fois boussole et centre de gravité ; l’histoire d’un Pôle emploi qui désigne les chômeurs comme des « candidats ». Candidats à quoi ? À l’emploi bien sûr. Et tout ce qui excède ce rôle assigné sera susceptible de sanction, de mépris, d’éviction, de correction, de procès.
    C’est l’histoire de la participation obligée à un jeu délétère dont personne ne connait les règles et celle d’un Pôle emploi qui, pour mener ce jeu, inculquer les comportement concurrentiels que chacun devrait reproduire pour décrocher la timballe tant espérée, endosse les rôles nécessaires au déploiement d’un théâtre si quotidien que les tragédies qui s’y jouent passent d’ordinaire inaperçues ; l’histoire d’un juge des comportements des chômeurs qui est aussi l’un des bourreaux de leurs déviances, d’un arbitre des « droits » de ses sujets qui organise dans le même temps l’existence de ses candidats, de l’un des animateurs d’une disponibilité à l’exploitation que l’on voudrait sans bornes et incarnée en chacun…

    la suite de ce texte
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5925

    Des critiques détaillées sur le fonctionnement du Pôle, recueillis pour témoigner lors d’un procès pour « outrage à Pôle emploi »
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5903

  2. DIdi dit :

    Ta grande culture et ton grand esprit n’ont de limite que ta haine…

    Déclare une guerre civile et c’est encore une porte ouverte à dictature d’une nouvelle forme encore inconnue car ce que tu exprime est ici ta volonté de domination, un esprit petit bourgeois finalement où le précaire veut prendre la place de celui qui rejette le travail sur les autres et veut en goûter les fruits… Du fric gratuit, de la bouffe gratuite, du ménage grâce à un coup de baguette magique ?! mais le cuisinier et la femme d’entretien existe belle et bien, ce ne sont pas des fantômes ni des activités qui n’ont aucun sens mais des personnes qui ont besoin de respect et une organisation a repenser …
    Seulement détruire n’est pas construire : sans organisation commune il n’y a rien. La question est QUI organise et au nom de quoi, de quelles valeurs, et non au nom de qui … Ce qui nous manque surement aujourd’hui c’est une organisation politique qui respecte les valeurs démocratiques pour de bon, qui ne se cache pas derrière des discours creux comme des coquilles de noix laissées au nauvrage.
    « indignons-nous » c’est « arrêter de nous prendre pour des truffes, on voit bien ce qui se passe »

    Il ne faut pas confondre : fin du capitalisme et fin de la république Démocratique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s