« La maraude » à vitesse marathon ! Récit d’une visite du secrétaire d’état au logement

Publié: 1 août 2011 par luttennord dans Infos
Tags:, , ,

Ex-salariés au SAMU SOCIAL, voici un petit récit du voyage de Monsieur Benoist APPARU dans un camion de l’urgence sociale !

En costard cravate avec sa caravane de grosses cylindrées, Monsieur le Secrétaire d’Etat au Logement débarque un soir d’août 2009 au SAMU SOCIAL à Ivry sur Seine.
Durant le briefing, avant le départ des camions dans les rues de Paris, le
politiquement correct prend place : « je tiens à saluer votre engagement ». Ce dernier se termine par un petit tour auprès des maraudeurs pour un serrage de mains. Pourquoi donc ? Nous ne saurons l’expliquer, sa venue se noie, malheureusement, parmi tant d’autres valses.

« Etre sur le terrain » auprès des personnes SDF afin de se rendre compte de la dure réalité des sans abris ! et comprendre la problématique du logement et de l’hébergement sur la Capitale !
Bref, en à peine 3 petites heures de maraude, Monsieur APPARU dans le camion
pendu à son téléphone portable s’inquiète de son déplacement dans le Sud-Ouest prévu le lendemain !
Il est à noter que lorsqu’une personne à responsabilités vient pour observer une nuit au sein des Equipes Mobiles d’Aide, les professionnels se plient à un programme pré-établi à l’avance (avec parfois des mises en scène…) afin que cette dernière ne soit pas venue pour rien. Commence alors pour les professionnels une nuit où de grosses problématiques se concentrent sur un temps très réduit, où les personnes sans-abri deviennent « outil » en vue d’une sauvegarde budgétaire (il n’est pas rare de trouver de façon plus aisée des orientations aux personnes qui se trouvent être, parfois, non appropriées à la problématique).
Quand toute cette mascarade prend fin, le travail mené par les maraudeurs peut dès lors reprendre son cours normal, non sans un sentiment d’instrumentalisation.
L’intérêt porté aux acteurs du médical et du social présents dans le véhicule est
quasi inexistant. Monsieur Benoist APPARU ne se souciera pas non plus d’un conflit se déroulant à l’arrière du camion entre deux hommes très remontés l’un contre l’autre.
Dans un autre camion, une toute autre scène se déroule. Un membre de la Direction Générale est scotché à son Smartphone. Il précise à son interlocuteur qu’une armée de policiers en civil sont postés aux alentours des centres d’hébergements pour la sécurité du secrétaire d’Etat au logement. Pour ce qui est des interventions dans la rue, une voiture suivra le camion dans lequel il se trouve.
Monsieur Benoist APPARU a disparu à minuit dans une automobile rutilante avec chauffeur, of course ; rentrant dans ses pénates ! La seule chose observée pas notre « hôte » durant cette nuit sera la multiplication des intervenants concernant la question SDF (Samu Social de Paris, Croix Rouge, Médecin du
Monde etc.). S’en suivra alors un appel à une meilleure coordination entre les différentes associations. Plus tard, Monsieur APPARU déléguera au Samu Social de Paris l’entière gestion du dispositif SIAO « urgence » (Service d’Intégration d’Accueil et d’Orientation).
Vous imaginez le coût de sa visite éclaire ? Largement de quoi financer quelques
nuits à l’abri pour plusieurs personnes sans domicile fixe !
Le travail social et médical d’une personne en situation de grande exclusion est un long travail d’écoute, et demande énormément de temps et surtout du sens d’une part et d’autre part, un travail avec les différents acteurs du terrain qui confirmeront cette analyse.
Difficile d’être en accord avec Monsieur APPARU lorsque celui-ci prétend connaître le travail des maraudeurs. Dans le contexte actuel, les professionnels du terrain oeuvrent au quotidien avec humanité et humilité : laisser dormir un être humain sur le trottoir car plus de places d’hébergement ? et entendre de la part d’un sortant de prison « je souhaite y retourner car je serais à l’abri ».

Consternant, révoltant, insupportable et injuste.
Les associations et les experts de l’action sociale n’ont pas manqué d’alerter à
maintes reprises les hautes instances qui restent très frileuses d’une part et d’autre part, réagissent toujours au coup par coup !
Des rustines « toujours des rustines et des bouts de ficelle ! » pour reprendre les propos tenus par Xavier Emmanuelli.
Cependant l’urgence sociale a encore un sens aujourd’hui, quelques heures de plus parmi nous, dans les limbes de la nuit et vous, l’homme politique, auriez saisi toute sa dimension.
Elle n’est juste pas une réponse exhaustive, elle n’a jamais eu prétention de l’être et votre rôle, en corrélation avec votre chère expérience, est de maintenir ce dernier « filet social » (maillon social) ainsi que tous les dispositifs parallèles.
Le chantier est ardu, sachez vous entourer d’experts sur cette question afin
d’impulser une réelle cohésion sociale.
Une pensée également à tous les salariés grévistes du SAMU SOCIAL l’an passé qui ont usé de leurs voix, aujourd’hui probablement désappointés de la décision annoncée par son fondateur, resté mutique à cette époque.
Nous souhaitons faire part, enfin, de notre inquiétude quant à la réponse apportée aux différentes problématiques ainsi qu’aux conditions de prise en charge et de la tâche qui attend tous les jours les professionnels de ce secteur.

Passez un bon été Monsieur le Secrétaire d’Etat au Logement, procurez-vous
d’urgence l’ouvrage de Patrick Declercq « Les Naufragés ». A méditer.
Socialement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s