Besson : le retour du minable

Publié: 13 septembre 2010 par luttennord dans Infos

Une rumeur débutée fin août : Besson viendrait fêter la destruction de la jungle des afghans et la victoire sur les réfugiés politiques.

Brute et abrutie de nouveau réunis

Il semblerait que d’avoir détruit avant l’hiver des abris de pauvres, ne suffise pas.

Besson, le minable comme l’appelle Mélanchon, va revenir nous polluer. La maire Bouchart a déjà prévu d’être contente de la destruction de la jungle en 2009, « pour la ville et les migrants ».

Mais pas dit que le minable et sa bouche en coin, n’infeste notre ville le mercredi 22 septembre, date anniversaire.

Car une autre fête historique peut être détournée par la représentante des abrutis racistes : celle du dimanche 26 septembre, commémoration de la Libération de Calais.

En 2009, la maire de Calais avait voulu transformer la cérémonie de cette libération des pétainistes, collaborateurs et nazis, par celle de l’expulsion collective des afghans.[http://lille.indymedia.org/article1…]

No Border, en ligne de mire

Depuis plusieurs jours, un nouveau bâtiment servait de squat aux no border. Situé sur la route menant au parking du repas des réfugiés, la police eut tôt fait de repérer les allées et venues des activistes.

Mercredi matin, ramassage de 12 no border au squat des africains.

Histoire d’en avoir moins sur le dos à midi.

Mercredi midi arrestation de 5 no border

Cette fois, ce fut notre propre squat qui fut attaqué, par les CRS 8, la PAF, le commissariat de Calais, ses RG et ses employés de l’OPH, des « coordinateurs de terrain ». Ces derniers avaient des difficultés à se laisser prendre en photo.

La porte qui était intacte auparavant a été défoncée au bélier et au pied de biche par les policiers.

Nous avons retrouvé les mêmes personnages qu’au moment du hangar Kronstad. Calais est petit et la maire si proche.

Les policiers ont choisi 5 activistes parmi la vingtaine présente.

Emmenés à la PAF de Coquelles, ils ont été placés en garde à vue. Or, selon un policier du commissariat de Calais, la PAF n’avait pas le droit de les y emmener, les faits reprochés s’étant déroulés sur le territoire de Calais.

La PAF commettrait donc des actes illégaux ?!!!

Un activiste français a appelé la presse calaisienne et Calais TV pour couvrir l’évènement.

On apprend ainsi dans Nord Littoral, contrairement aux affirmations des 2 employés de l’OPH : il ne s’agissait pas d’un bâtiment sous couvert d’un arrêté d’insalubrité, donc, toute la procédure était illégale du début à la fin.

La mairie de Calais commettrait des actes illégaux ?!!!! Non, ce n’est pas possible !!!

« La pourriture engendre toujours la pourriture. »

Pour finir, les No border étaient plus nombreux que les réfugiés, à la PAF. Ils y ont chanté des slogans. Les 12 du matin et les 5 du midi, ont tous été libérés.

Les commentaires sont fermés.