Charters : Comment combattre l’avatar Besson ?

Publié: 17 décembre 2009 par luttennord dans Infos
Tags:,

charters : comment combattre l’avatar besson ?

A nous d’investir plusieurs espaces de lutte. Chaque acte, qu’il soit purement humanitaire ou non, deviendra désormais un acte politique contre l’Etat Sarkozy et ses alliés.

Avant d’en arriver à la dénonciation de faits graves, il faut absolument analyser et combattre comme eux, bout par bout, les démarches d’un Etat aux mains d’une puissance étrangère aux droits humains.

Maison Besson : une fabrique de faux papiers

Appel gagnant à la cour de Douai : -1 afghan

L’ambassade d’Afghanistan avait refusé délivrer les visas de retour.

Qu’à cela ne tienne, Besson en digne avatar d’une République dont il ne respecte pas les lois, a passé outre. Le voilà qu’il fabrique lui-même des laissez-passer « européens » !

Après le TGI de Boulogne-sur-Mer, le 12 décembre, la Cour d’Appel de Douai, saisi pour le cas d’un seul afghan, a annulé la prolongation de 5 jours supplémentaires d’emprisonnement, présentée comme nécessaires à l’obtemption d’un laissez-passer que l’ambassade avait déjà refusé.

Raffinements juridiques

Entre détournements de la loi par le préfet Bousquet…

9 afghans au CRA de Coquelles subissent actuellement deux arrêtés différents du préfet du Pas-de-Calais, De Bousquet.

Un arrêté en vue de les faire réadmettre par la Grèce où ils ont leurs empreintes.

Un deuxième arrêté de reconduite dans le pays d’origine, en l’occurence l’Afghanistan. Les afghans ont été présentés à leur ambassade !

Ce qui est complètement illégal !

On ne peut pas agir sur des personnes que l’on considère comme des réfugiés susceptibles d’être ramenés dans le premier pays d’entrée et dans le même temps, considérer ces derniers comme des personnes qui n’ont aucune raison de craindre un retour dans leur pays.

…et suppression de la convention de Genève par Besson

Accords d’Evian France/Royaume Uni, juillet 2008 :

« Il s’agit d’ »envoyer un signal fort aux passeurs que la frontière ne peut plus être franchie ». Les deux parties sont convenues que ces retours forcés « seront mis en oeuvre lorsque les individus concernés ne demandent pas l’asile ou ne sont pas éligibles à l’asile sur le territoire respectif de la France et du Royaume-Uni où ils se trouvent, et lorsqu’ils refusent une offre de retour volontaire ». Aussi, ces retours seront conduits « en tenant compte de la situation dans les pays concernés ».

Donc, quelqu’un qui a ses empreintes de demandeurs d’asile dans un autre pays européen et qui se trouvent sur notre territoire calaisien, peut subir une expulsion forcée dans son pays d’origine, malgré la preuve qu’il a de ses craintes.

Du contrôle au faciès à l’expulsion de masse

Retard dangereux à l’allumage

Du contrôles au faciès sans motif à la garde à vue sans avocat, puis la mise en rétention, le passage devant le juge, la cour d’appel, le tribunal administratif et parfois la demande d’asile sous la forme prioritaire, les afghans sont saoûlés de démarches qui leur échappent et qui les conduisent à confondre la CEDH avec un tribunal français.

Certaines personnes leur récitent qu’ils doivent demander l’asile en France en liant cette démarche à celle de la requête auprès de la Cour Européenne. Grave erreur.

Résultat : 9 afghans ont refusé demander l’asile, puis ont changé d’avis, puis à la faveur de la lenteur étrange à établir une requête qui devait être faite le lundi, le doute est revenu pour 8 d’entre eux. A nouveau, ils ont refusé établir une requête qui leur a été présenté vraiment trop tard, ce mardi après-midi, juste avant que les policiers confisquent le droit de répondre au téléphone à quelqu’un qui voulait les convaincre.

Selon la CIMADE, les afghans de Coquelles ont été emmenés menottés. A l’aéroport de Roissy, un avion de la compagnie britannique BMI, aurait été vu jusqu’à 23h, entouré de cars de police. 1 afghan du CRA de Lyon faisait partie du convoi.

Pour les militants présents à Roissy, les afghans ont été expulsés.

Prochaine arrivée de France Terre D’Asile

Le 1er janvier, France Terre D’Asile devrait remplacer la CIMADE à Coquelles.

France Terre D’Asile partageait ses locaux avec le HCR, en plein centre-ville.

zetkin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s