Novelli, Madelin, Devedjan où le recyclage des fachos d’occident au sein de l’UMP

Publié: 24 mars 2009 par luttennord dans Infos, Vidéos

Novelli attaque France 3 pour avoir évoqué son passé politique
Par David Servenay | Rue89 | 22/03/2009 | 12H46

Le ministre des PME poursuit France 3 Centre, qui a consacré un long reportage à sa jeunesse de militant d’extrême-droite.

Cinquante ans est-il l’âge des regrets ? En tout cas, comme le révèle le blog LibéOrléans, Hervé Novelli a lâché son avocat contre France3 Centre, attaquant la chaîne en diffamation suite à un reportage où était évoqué la jeunesse militante du secrétaire d’Etat chargé du Commerce. Il a même obtenu de la chaîne qu’elle retire le JT du 18 mars de son site Internet. Une charge étonnante, car le militantisme passé de Novelli est bien connu…

On n’est jamais si bien poignardé que par les siens… En l’occurence, par Serge Lepeltier, maire UMP de Bourges, et candidat à l’investiture de son parti pour les régionales de 2010 dans le Centre. Face à lui : Hervé Novelli, qui a refusé de tenir un débat devant chaque fédération départementale pour savoir qui serait investi. Dans les premières images d’un long sujet (8 minutes) diffusé mercredi 18 mars sur France 3 Centre, Serge Lepeltier ouvre les hostilités :

« S’il refuse les débats, dans les départements, est-ce qu’il refuse justement ce positionnement ? Est-ce qu’il a peur que l’on parle de cet ultra-libéralisme ? Est-ce qu’il a peur que l’on parle de son histoire politique ? Je pose simplement la question.

– Quand vous parlez de son histoire politique, vous faites référence à quoi ?

– A son histoire politique, à chacun de regarder ce qu’elle est. »

L’attaque est (un peu) hypocrite, mais elle est limpide pour le premier assistant parlementaire venu. Né le 6 mars 1949, d’après sa bio officielle, Hervé Novelli a versé dans l’activisme politique dès l’adolescence. En balayant tout le spectre de ce que l’extrême-droite compte alors de mouvements : Fédération des étudiants nationalistes, Ordre nouveau, Parti des forces nouvelles… et surtout Occident, creuset de radicaux, où il milite de 1964 à 1968. Le mouvement sera dissout en novembre 68, après des heurts avec les groupuscules gauchistes.

De ce passé, Hervé Novelli ne regrettait rien en 2005, à l’image de ses anciens camarades, Alain Madelin, Patrick Devedjian ou Claude Goasguen. Il disait alors au Monde :

« J’étais plus jeune que les autres, mais j’étais spontanément du côté de l’ordre. A l’époque, il n’y avait rien entre l’extrême droite et l’extrême gauche. Je n’ai pas un regret, Occident, c’était un engagement anticommuniste dans lequel je me reconnais toujours.

« C’est une époque révolue, il en reste une sorte d’amitié liée à l’adolescence. Ne tombons pas dans le piège de la béatification de l’extrême gauche et de la diabolisation de l’extrême droite. »

Chargé de mission des « métallos » de l’UIMM

Moins connu est le parcours professionnel du secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme et des Services. Comme le rappelle dans le reportage de France 3 Centre Guillaume Delacroix, journaliste aux Echos et auteur d’une riche histoire de l’UIMM, Novelli a frayé très tôt avec les caciques de la métallurgie.

Encore étudiant à Dauphine, il se voit confier la gestion de la bibliothèque de l’Institut supérieur du travail (IST), fondé par Guy Lemonnier en 1969. Guy Lemonnier, alias Claude Harmel, a été pendant la guerre membre du Rassemblement national populaire de Marcel Déat, un parti collaborationniste. Par anti-communisme farouche, il devient ensuite l’un des meilleurs spécialistes du monde syndical, notamment de la CGT. Journaliste, Claude Harmel met son savoir au service des officines de l’UIMM.

Dans l’après-68, il est un des premiers à engager une vaste offensive visant à promouvoir les idées libérales contre le raz-de-marée gauchiste de l’époque. C’est comme cela qu’il a aussi l’idée de récupérer les brebis égarées de l’extrême-droite… Alain Madelin, Hervé Novelli, Gérard Longuet ou encore Anne Méaux, ancienne d’Occident qui devient en 1976 attachée de presse de Giscard à l’Elysée.

Le premier travail d’Hervé Novelli est donc un poste de chargé de mission à la Chambre syndicale de la sidérurgie française. Il y reste dix ans, de 1977 à 1986, en étant conseiller du président de cette instance de lobbying patronal. Pour quoi faire ? En dehors du classique travail d’influence de ce genre d’organisation, l’enquête de France 3 Centre pose la question du financement politique.

L’UIMM et le financement des politiques

C’est un secret de Polichinelle, mais visiblement, il embarrasse aujourd’hui Hervé Novelli. Sans doute parce que la « marque UIMM » est désormais entâchée d’une peu flatteuse réputation. Pourtant, c’est un fait : l’UIMM a toujours financé les politiques favorables à ses idées. Yves Bertrand, l’ancien patron des RG, le rappelle dans sa biographie à propos de la présidentielle de 1974, où la métallurgie soutient ouvertement Giscard, le candidat des Républicains indépendants :

« La logistique, le service d’ordre, ce sont les ‘petits gars’ d’Ordre nouveau (…) qui les ont assurés, grâce aux enveloppes en liquide de l’Union des industries métallurgiques et minières, la fameuse UIMM, dont la gauche ne s’est jamais privée de rappeler qu’elle descendait de l’ancien Comité des forges, le bastion des 200 familles. »

Evidemment, les « enveloppes » ne laissent pas de traces. Contrairement aux nombreux journaux éphémères de l’époque qui, fleurissant à chaque élection, viennent appuyer les campagnes de la droite contre les candidats de gauche. En 1974, France Matin, tiré à 2 millions d’exemplaires, annonce la mise en place du « rationnement » si François Mitterrand est élu.

Qui finance ? L’UIMM. Qui est le directeur de publication ? Claude Harmel, que Madelin et Novelli décrivent comme leur « père spirituel » lors des 40 ans de l’Association pour la liberté économique et le progrès social (ALEPS).

L’entrisme politique de la « génération Occident »

Prochaine étape ? L’entrisme de cette « génération Occident » en politique. En 1986, Novelli devient chef de cabinet du jeune ministre de l’Industrie, des PTT et du Tourisme, un certain Alain Madelin. Sous l’étiquette désormais très convenable de l’UDF… il est élu député de l’Indre-et-Loire en 1993. Et là encore, sa bio officielle est limpide :

« Son mandat parlementaire sera particulièrement remarqué pour son action auprès des entreprises. Il fondera ainsi le groupe “Audace pour l’emploi”, réunissant une cinquantaine de députés issus de la branche entrepreneuriale. »

On ne saurait mieux dire. Dans l’enquête menée par la brigade financière sur les versements en liquide de l’UIMM, l’ancien responsable des relations extérieures, Jacques Gagliardi, est formel :

L’argent allait « en direction de toutes organisations qui pouvaient faire l’opinion : bureaux d’études, journalistes, sociologues. (…) Cela consistait en de la distribution d’argent en espèces à des hommes politiques de tout bord, hormis le parti communiste ».

Les policiers ont dressé un constat accablant : juste avant les échéances électorales (présidentielle et législatives) de 2002 et 2007, les retraits d’espèces se multiplient sur les comptes de l’UIMM. Comme par enchantement.

Diffamation, estime aujourd’hui le secrétaire d’Etat aux PME. Etre ultra-libéral à l’heure de la crise n’est pas le meilleur positionnement politique. Compte tenu de son statut, sa plainte va être relayée par la ministre de la Justice, Rachida Dati. Le procès sera certainement instructif.

Advertisements
commentaires
  1. berdepas dit :

    C’est bien !!! Il serait intéressant, dans le même esprit de retracer le parcours de quelques pointures de Gauche, anciens Trotskystes ou afidés de l’extrême gauche ????

  2. jiye75 dit :

    berdepas, quelle mauvaise foi que de comparer extrême gauche et extrême droite!!!
    Quand l’un prône l’unification des peuples, le vivre ensemble, l’autre prône la haine des differences (arabes homos juifs ou autres…).
    Ton argument ne tient pas une seconde, je te soupçonne donc d’être au moins aussi faf que ceux que tu tentes maladroitement de défendre.

  3. bobforrester dit :

    bjr

    La pourriture d ‘extrême droite plus ou moins nazie plus ou moins kolabo , celle qui a soutenu le génocide juif , tzigane , homo , handicapé , russe , etc traités de sous hommes , cette extrême droite est dans la merde avec cette histoire: Novelli mais aussi Madelin, Devedjan, Longuet, Goasgen , etc qui aimeraient bien qu on oublie leur passé qui explique leur engagement présent. L’ironie de l histoire c est qu’ils sont victimes de dénonciation de leurs propres « amis » politiques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s