Archives de décembre, 2011


La dangereuse désertion des antifascistes libertaires, autonomes et anarchistes

Depuis plusieurs semaines, des centaines d’intégristes cathos paradent crânement dans les rues. Face à ces crapules, les antifascistes anarchistes autonomes ou libertaires font cruellement défaut.

Comme un camarade l’a véhément signifié aux militants citoyennistes qui s’étaient octroyés la parole en début de manif, nous ne sommes pas venus ce dimanche 11 décembre pour défendre des artistes capitalistes bobos mais pour commencer à reprendre la rue aux fachos. Nous n’en avons rien à carrer de cette marchandise de merde que représente les spectacles concernés par l’ire de ces tarés. Que ce soit dit une fois pour toutes !

Simplement nous pensons que nous ne pouvons pas laisser la lutte antifasciste aux réformateurs du front de gauche et de la LDH.

D’ailleurs lors de cette manif où à peine deux-cent personnes étaient présentes, la voix vieillie, usée et fatiguée d’une dizaine de mélénchonistes a vite été recouverte par celle de la majorité des manifestants. les slogans ânonnés, naïfs, piteux et grisonnants tels que « Liberté de création » ou « contre la censure » ont été complètement étouffés par ceux, enjoués et tonitruants, de la petite centaine d’antifascistes présente : « A Bas L’état, les flics et les curés », « Pas de Quartier pour les fachos ! Pas de fachos dans les quartiers ! », « Ni dieu, Ni maître, Ni ordre moral ». Un individu désinhibé se permettait même d’extérioriser sa haine de classe en hurlant des « A Bas la bourgeoisie, Vive L’Anarchie ! », »A Bas toutes les religions, A Bas toutes les patries, A Bas tous les états ! » à l’adresse des vieux laïcards de devant et des passants prostrés, médusés, hébétés…

Voilà, à quelques un(e)s, nous avons pu détourner et transformer cette manif, qui initialement se voulait légaliste, étatiste et citoyenniste, en une véritable marche libertaire et révolutionnaire. Une partie des institutionnels tirait la gueule, tandis que l’autre, la plus grande, s’était volatilisée, dégoûtée de s’être ainsi fait détourner et voler sa belle petite manif hebdomadaire.

Nous regrettons de n’avoir pas eu le rapport de force nécessaire en terme de présence pour continuer la manif vers saint nicolas du chardonnet et d’avoir dû nous arrêter à l’endroit prévu par les keufs et les organisateurs.

La posture, qui consiste à ne plus aller à aucun rassemblement ou manif parce que certains des organisateurs ou appelants sont des réformistes, des citoyennistes ou autres collaborateurs du pouvoir, est absolument catastrophique au niveau idéologique et militant.

Nous laissons ainsi le terrain de l’antifascisme aux inoffensives organisations réformardes. Nous laissons fascistes, intégristes et autres crevures de tout poil plastronner en occupant la rue sous l’œil rigolard du pouvoir, ravi de voir ainsi irrésistiblement infuser dans la société son idéologie impérialiste, raciste et maurrassienne.

Par ailleurs, toujours en invoquant les mêmes prétextes, nous désertons des luttes en les laissant être menées par des réformistes, des confusionnistes ou des identitaires déguisés.

Il est encore temps de nous mobiliser pour redonner un sens révolutionnaire et libertaire à l’antifascisme qui reste plus que jamais nécessaire et d’actualité. Pour empêcher la vermine de s’approprier la rue, il faut l’occuper nous-mêmes. Là, tout de suite, maintenant !

Nous devons aussi reprendre le chemin des luttes pour leur insuffler des élans libertaires, autonomes et anarchistes. Nous n’aurons que ce que nous prendrons !


Samedi 14 janvier à 21h au Centre Culturel Libertaire (4 rue de Colmar, Lille, métro Porte des Postes) :
Concert de soutien aux militants toulousains toujours en prison pour avoir commis quelques tags et balancé un seau de merde dans le cadre d’une action contre les prisons pour mineurs.
Avec :
- Bulgarian Yogourt (psycho-punk, Paris)
- Larcin (Oi !, Lille)

Prix libre. Orga Turbulences Sociales.

 

Plus d’infos sur cette histoire : 

Le 14 novembre dernier à Toulouse, une dizaine de personnes ont été interpellées au cours de la rafle menée par une centaine de gendarmes mobiles dans sept lieux d’habitation, et quatre d’entre elles sont depuis incarcérées à la maison d’arrêt de Muret.

Ils et elles sont, avec une autre jeune femme, poursuivis pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction ou de dégradations de biens » ;
« violence commise en réunion sans incapacité » ;
« dégradation ou détérioration du bien d’autrui commise en réunion ». Des chefs d’inculpation très lourds, au regard des faits qui leur sont imputés, et pour lesquels ils et elles nient toute participation – l’action réalisée à la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) de Labège, le 5 juillet dernier, par une dizaine de personnes qui ont déversé des excréments sur des bureaux et des ordinateurs, et laissé sur les lieux des tracts dénonçant à juste titre l’accentuation de la répression à l’encontre des mineur-e-s. Depuis, quatre des personnes inculpées demeurent ainsi détenues sans que l’on sache pour combien de temps encore, et alors que le soutien matériel (argent, livres, vêtements, courrier) qui leur avait aussitôt été apporté est resté bloqué en tout ou partie pendant des semaines, de façon à les couper du monde extérieur et à faire pression sur elles pour les faire craquer. Par ailleurs, des prélèvements de leur ADN ont été effectués contre leur gré pendant leur garde à vue – le refus qu’elles y ont toutes opposé leur vaudra un procès le 9 mai prochain –, et le tribunal prétexte attendre le résultat de ces prélèvements pour les maintenir en détention en se gardant d’avancer la moindre date concernant leur libération.

La situation des « inculpé-e-s de Labège » rejoint en fait celle de nombreuses autres personnes placées en détention « provisoire » dans diverses geôles françaises pendant des mois et des mois (dernièrement à Paris et à Nantes). Les innombrables lois sécuritaires votées depuis une dizaine d’années – et appliquées en particulier à l’encontre d’une certaine jeunesse criminalisée sous les étiquettes « ultra-gauche » ou « mouvance anarcho-autonome » – permettent en effet à l’Etat français de s’asseoir désormais en toute légalité sur la « présomption d’innocence » censée être à la base de sa justice, créant un véritable délit d’opinion dans un silence presque parfait. La solidarité montrée aux personnes qui se trouvent jetées dans le collimateur policier et judiciaire fait de plus facilement l’objet d’une répression violente.

D’imposantes forces de gendarmerie mobile ont par exemple encerclé la manifestation organisée à Toulouse le 17 décembre en soutien aux « inculpé-e-s de Labège » en voulant disperser brutalement ses quelque 200 participant-e-s après les avoir soumis-e-s à un contrôle d’identité. Que cette manifestation ait malgré tout et heureusement pu se tenir un peu plus tard prouve combien il est important de ne plus laisser faire.

Libération et arrêt des poursuites pour les « inculpé-e-s de Labège » et d’ailleurs !

Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux – antirep86 [arob] free.fr
Collectif liberté pour les inculpé.e.s du 15 novembre Toulouse : nonalepm [arob] riseup.net
CODELIB (Comité de défense des libertés fondamentales contre les dérives sécuritaires) St-Nazaire : codelibsaintnazaire [arob] gmail.com
Collectif Contre Les Abus Policiers, Bordeaux http://clap33.over-blog.com/
Caisse de solidarité Montpellier
Les amis de l’égalité, Blois,
Soif d’utopie – Tours -
Emancipation, tendance intersyndicale, http://www.emancipation.fr


APPEL AU SOUTIEN LE MARDI 3 JANVIER à 9h30 DE LA FAMILLE DE YACINE
au Tribunal Administratif 143 Rue Jacquemars Giélée 59800 Lille Mardi 3 janvier 2012, à 9h30,

Nous vous appelons à venir soutenir la famille de Yacine au Tribunal Administratif, séance au cours de laquelle sera examinée la demande de recours contre l’Obligation de Quitter le Territoire Français.

Depuis plus d’une semaine, l’école Viala, 6 rue Colmar à Lille se mobilise pour protéger Yacine qui y est scolarisé, Lyès, scolarisé en internat d’excellence au Lycée Baggio, et ses parents, confrontés à une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Nous avons reçu un soutien massif de la communauté éducative, des parents, des associations, des représentants syndicaux et des élus lors de notre mobilisation du mardi 13 décembre 2011.

Voir sur le site de Réseau Education Sans Frontières la pétition :http://www.educationsansfrontieres….

et l’article paru dans Nord Eclair du mercredi 14 décembre ( :http://www.nordeclair.fr/Locales/Li…)

Le comité de soutien à la famille de Yacine, s’engage à œuvrer pour le bienfait des enfants et de la famille, pour ce qui lui semble être juste, à savoir la continuité d’une scolarité amorcée depuis 2009 dans notre école de la République. Il est de notre devoir d’agir pour tirer ces enfants d’une situation qui nuit gravement à leur épanouissement.

Merci à vous tous pour votre engagement et votre soutien

Le comité de soutien

RESF contact : Jacques 06 27 62 27 88 ou/et resf5962@wanadoo.fr

[calais] La frontière a encore tué

Publié: 30 décembre 2011 par luttennord dans Antifascisme, Infos
Tags:, ,

Calais a tué une personne, un jeune homme éthiopien, qui a passé quelque temps à Calais et etait connu de beaucoup de personnes ici. Il a été trouvé au bas d’un pont dans le centre de Calais dans les premières heures du jeudi 22 Décembre.

La raison de la mort d’Ismael n’est pas claire, ni ce qui s’est passé ni pourquoi.
La police a immédiatement tenté de classer l’affaire comme un suicide, sa mort étant insignifiante pour eux. Il n’y a pas eu d’autopsie et une enquête plus poussée a été refusée. Ses amis se sont vu refuser l’autorisation d’identifier le corps, ils ont tenté à deux reprises de se présenter au poste de police central, car Ismael était très important pour eux, mais ils ont été menacés de la venue la police des frontières (PAF) si ils ne quittaient pas les lieux. Seule une personne de Calais a été autorisée à identifier le corps.

Il est clair que la police ne le trouve pas assez important pour enquêter sur sa mort, mais préfère passer son temps à harceler les étrangers, avec et sans papiers.
Le jour même de la mort d’Ismael les policiers ont continué à dévaster les abris de ces gens, comme d’habitude. Alors, quel est le travail de la police ? oeuvrer pour éviter la mort, ou créer la mort ? Une question rhétorique.

A Calais le pouvoir fasciste s’occupe plus de la santé de ses fleurs et des plantes de ses parcs, que de celle des gens.

Ce n’est pas la première fois qu’une personne a été tuée par le système des frontières, et tant qu’il restera en place ce ne sera pas la dernière.

Une veillée a eu lieu avec de nombreuses personnes sur le site où Ismael est décédé dimanche soir.


Journée de mobilisation antifasciste

Samedi 14 janvier 2012, Lille-Fives

Dans un contexte de crise, l’extrême droite progresse en Europe.

En France, le gouvernement actuel, plus encore que les précédents, fait le jeu de ces mouvements en banalisant leur discours raciste et autoritaire jusqu’au sommet de l’Etat et en brisant nos solidarités : destruction des acquis sociaux ; répression du mouvement social, des sans-papiers, des chômeurs, des précaires ; mise en lien de l’immigration et de la délinquance ; flicage de la société …

Sous l’impulsion de Marine Le Pen, le Front National tente de récupérer l’électorat populaire tout en se donnant un visage respectable (républicain, laïc, social…) loin des excès du passé.

Le F-Haine n’est PAS un parti comme les autres !

Le racisme n’est PAS une opinion !

Le FN garde des liens étroits avec l’extrême droite radicale violente, et malgré ses tentatives de récupération des symboles du mouvement ouvrier, il reste un parti antisocial au service du grand patronat. Fondé sur des valeurs racistes, d’apartheid social et d’ordre moral réactionnaire, le FN reste un danger.

Afin de mieux comprendre ces mouvements fascistes pour mieux les faire reculer, et faire avancer nos valeurs de solidarité, d’égalité des droits et de justice sociale, le collectif antifasciste de Lille organise une journée de mobilisation à Fives le samedi 14 janvier à partir de 14 h.

Journée de mobilisation antifasciste

Samedi 14 janvier 2012, Lille-Fives

  • 14 h Rassemblement antifasciste, prises de paroles.

Place Degeyter, métro Fives

Afin de nous réapproprier le symbole ouvrier de Degeyter (compositeur de l’Internationale) sali par la manifestation fasciste du 8 octobre.

Salle Alain Colas, 53 rue marbrerie, Métro Marbrerie

  • 15 h 30 : Conférence-débat

Extrêmes droites en France et en Europe :

nouvelles formes du danger ; quelles ripostes ?

Avec

André Déchot, auteur de « La galaxie Dieudonné »

Manuel Abramowicz, coordinateur du site ResistanceS.be Auteur du « Guide des résistances à l’extrême droite ».

  • 18 h : théâtre forum contre le racisme

« Change ton nom ! »

par le Théâtre de l’Opprimé, T’OP !

  • 20 h : soirée festive.

Musique, petite restauration, tables de presse

SOYONS UNI-ES ET SOLIDAIRES

DANS L’ACTION CONTRE LE FASCISME !

Le collectif antifasciste de Lille est un ensemble d’organisations (partis, syndicats, associations, collectifs) et d’individus se rassemblant pour lutter contre les idées nauséabondes propagées par l’extrême droite.

collectifantifascistelilleAgmail.com

Calais et les chiens de la Police aux Frontières

Publié: 23 décembre 2011 par luttennord dans Antifascisme, Infos, Rendez vous
Tags:, ,

A Calais, les arrestations de militantEs reprennent de plus belles en cette fin d’année. Le 20 décembre dernier, suite a un contrôle policier dans un squat Calaisien, trois militants se retrouvent en GAV. Deux sont libérés quelques heures plus tard. Le dernier, après le renouvellement de sa GAV est envoyé directement au tribunal dans le cadre d’une comparution immédiate. L’accusation porte alors sur une soit disant violence volontaire aggravée contre un agent de la police aux frontières. Cette comparution immédiate s’est soldée par 1 an de sursis, un mois d’interdiction de présence sur le territoire de la région Nord Pas de Calais et des dommages et intérêt a hauteur d’environ 300€ pour la personne inculpée.

Outre le fait que ces arrestations et accusations sont depuis quelques mois monnaie courante dans cette zone de non droit, les dernières inculpations font ressortir un changement de stratégie dans les méthodes de répression.

Après les échecs judiciaires de la PAF Coquelles en Juillet dernier ainsi que les (multiples) enquêtes liées à leurs exactions quotidiennes envers les communautés de migrants, la comparution immédiate devient l’outil idéale. Cet instruments répressif de l’État a une logique expéditive qui annihile toutes possibilités de défense face à une justice aux bottes du pouvoir et du patronat. De plus, elle permet d’éviter à la PAF d’être confrontée à de nouvelles remises en question de sa toute puissance. Toute tentative de rébellion est ainsi mise à bas. Le tout assurant un camouflage parfait des abus quotidiens de ces forces de l’ordre.

Pour autant, si la répression à l’encontre des militantEs du réseau No Border est bien présente, elle n’est que la partie visible de ce qui se déroule à Calais, comme dans d’’autres villes de France et d’Europe. Le harcèlement des populations permet de créer un ennemi factice et médiatique. Avec ou sans papiers, avec ou sans travail, sa stigmatisation se perpétuera tant que perdurera le système capitalisme et les frontières qu’il fabrique.


Que brûlent l’état, l’europe forteresse, ses relents racistes et ses frontières, et que vivent la liberté d’être et de circuler !

[CCL] 21h Concert THIAZ ITCH + TEP + AMBITEKNOMUSIK

Publié: 23 décembre 2011 par luttennord dans Concert