Archives de octobre, 2011

De la dope, du fric et des putes

Publié: 30 octobre 2011 par luttennord dans Infos, Rendez vous

La Brique, journal de sales gosses et de critique sociale, organise une fête de soutien. L’entièreté des fonds récoltés ne seront pas redistribués au Carlton.

Dès 19h, nous vous accueillerons au Centre Culturel Libertaire, 4 rue de Colmar, M° Porte des Postes, à Lille, avec :

- DJ Osiris, hip-hop soul funk maison

- De la dope du fric et des putes, spectacle de Gérald Dumont (www.theatrek.fr)

- Junior Cony, dub à crête des pâquerettes

La brique 29 est dans les bacs !

Publié: 27 octobre 2011 par luttennord dans Rendez vous
Tags:,

Mais pour qui bosse la gauche ?

On l’avait quittée en pleine campagne d’auto-promo sur son bilan municipal, on la retrouve, à la radio, dans les journaux, à la télé, en lice pour le Saint-Graal élyséen. Au petit jeu de la bataille d’opinions, Martine Aubry avance ses billes. Méthode garantie en laboratoire.

Nous sommes le week end de la braderie. Alors que sur les transistors la candidate aux primaires socialistes répond aux questions révérencieuses de Stéphane Bern, trois jeunes gens déboulent au stand de la Brique. – « Bonjour, on va vous demander de ranger les boissons et de signer ce procès-verbal ». On ne comprend pas très bien. – « Vous êtes qui exactement ? » – « Des agents de police, et vous venez de contrevenir au règlement municipal en vendant de l’alcool sur votre stand. Si vous n’obtempérez pas, nous allons procéder à la destruction de la marchandise. Vous étiez au courant ? ».

On avait entendu des choses… Comme quoi la vente d’alcool serait interdite à partir de 15h le samedi. Les arrêtés anti-alcool, on commence à y être habitués. Comme du reste aux policiers en civil, à la police montée, à l’hélicoptère de la gendarmerie bourdonnant au-dessus de nos têtes au moindre prétexte. Pas de doute, le laboratoire, c’est nous.

À Marseille, tentant de damer le pion à l’infâme Guéant, Aubry déclarait cet été : « La police a besoin d’être revalorisée […] la droite a baissé les bras à Marseille comme ailleurs ». On flippe sec. Surtout quand elle propose de rétablir les 10 700 postes de flics disparus à la faveur de la RGPP (1). Mais qui se sent réellement en sécurité au contact de la police ? Autrement dit, pour qui travaille réellement Martine Aubry ? Sûrement pas ceux et celles que les flics discriminent à longueur de temps, transformant la moindre remarque en « outrage », la moindre protestation en « rébellion », encore moins ceux et celles qui subissent quotidiennement les contrôles au faciès, les provocations et l’occupation policière rue Jules Guesde ou dans les quartiers « périphériques » de la métropole. À l’heure où le site internet « Copwatching Nord île de France » (2) défraie la chronique en soulignant les accointances de certains flics avec les groupuscules d’extrême droite et leurs « bavures » quotidiennes, c’est 400 cowboys de plus qu’Aubry veut lâcher sur la ville.

Ce qu’il y a peut (-)être de plus triste, c’est qu’à gauche, quand on parle de « sécurité », il ne s’agit plus de faire en sorte que chacun d’entre nous soit à l’abri des contrats précaires, des banquiers, des huissiers ou des propriétaires affables. En somme, d’œuvrer à plus de justice sociale. Il ne s’agit pas non plus de combattre les violences racistes et sexistes qui s’expriment dans les rangs de la police et au Parti Socialiste. Comme à droite et à l’extrême droite, il s’agit de sécurité « tout court ». Comprendre : de flicaille, de patrouilles et de peines de prisons. Droite, gauche, même combat, au service de l’Ordre…

Le collectif de rédaction

1 : Révision générale des politiques publiques. 2 : https://copwatchnord-idf.org/


La mutuelle des affaméEs organise son premier repas collectif samedi 29 octobre. Rendez-vous à 10h au 56 rue Paul Lafargue pour cuisiner et à 13h sur la plaine à l’angle de la rue Paul Lafargue et de la rue de Bailleul pour déguster !

 

La mutuelle des affaméEs c’est quoi ?

 

La mutuelle des affaméEs cherche à reposer le problème de l’accès à la nourriture. Nous proposons un rapport plus libre à la nourriture, afin qu’elle ne soit plus liée au travail subi, à la dépendance à l’État et à la grande distribution.

 

La tradition de récupération des fins de récoltes (glanage) et des déchets alimentaires surproduits (des tonnes de nourriture sont jetées chaque jour par les grandes surfaces, les boulangeries…), passe parfois pour de l’indignité mais a l’avantage de ne plus faire de son rapport à la nourriture avant tout un rapport d’argent et de se libérer de la nécessité pratique de gagner sa vie coûte que coûte.

 

Par ailleurs à travers l’organisation de repas et de cuisines de quartiers, nous voulons prendre, contre l’isolement, la passivité et la dépendance propre à la consommation, le temps, le choix et les moyens de bien manger, ensemble. Nous envisageons aussi d’organiser ces repas lors des mouvements sociaux et en soutien aux luttes locales.

 

Enfin nous visons à moyen et long terme l’autonomie de production : se réapproprier le temps, les techniques et les espaces nécessaires pour subvenir aux besoins collectifs et briser le rapport imaginaire que nous entretenons à la nourriture : certains produits alimentaires tuent et sont des déchets dès leurs productions (utilisation d’engrais chimiques et de pesticides dans l’agriculture intensive, présence de colorants, de conservateurs ou quantité excessive de sel dans les aliments vendus dans les grandes surfaces…).

 

La reconquête des friches et des terrains vide est le moyen de réaffirmer la nécessité des jardins collectifs contre les projets immobiliers et urbanistes qui vont dans le sens de la consommation et de la surproduction. Nous n’excluons pas d’utiliser d’autres modes d’actions comme par exemple les auto-réductions collectives.

 

Pour nous contacter : Affamees@riseup.net

 

Projection-débat squat la ville est à nous !

Publié: 22 octobre 2011 par luttennord dans Infos, Rendez vous
Tags:, ,

Après Attention danger travail et Volem rien foutre al pais, co-réalisés avec Pierre Carles et Stéphane Goxe, Christophe Coello continue à rendre compte des tentatives imaginatives de ceux qui, dans la force du groupe, trouvent les moyens de faire correspondre leur vie à leur vision du monde. Tourné à Barcelone, entre 2003 et 2011, le film retrace l’évolution d’un groupe de squatteurs engagés contre la spéculation immobilière et pour la réappropriation de sa vie face au diktat quotidien du métro boulot dodo. Créatifs, espiègles, ils partagent et inventent des réponses à des questionnements chaque jour plus cruciaux. Il y a peu de temps encore taxées de marginales, les actions de ces électrons libres servent de fil conducteur aux réflexions des mouvement "Indignés" partout en Europe.

Squat, la ville est à nous est aussi un grand film d’amour qui vous donnera envie de sauter dans les bras de votre voisin et d’embrasser votre voisine (ou l’inverse) et de changer le monde avec eux. C’est ce cinéma-là que nous encourageons à C-P Productions et Parasite Distribution, depuis « Pas vu, pas pris », « Siné Mourir plutôt Crever », « Walter retour en résistance » et bien d’autres…

Cet événement se déroule le mardi 8 novembre 2011 à 20h00

Au cinéma : Le KinoCiné

Au bout du parvis de l’université de Lille 3, à l’entrée du bâtiment A, (rue du Barreau), 59650 Villeneuve d’Ascq – 03 20 41 61 43 -


Ciné-débat "Penser Ensemble", le 5 novembre 2011, au cinéma Le Familia, à Avion

Livres et cartes de bibliothèque, badges d’accès à la cantine scolaire, carte de transport en Nord Pas-de-Calais, téléphones portables pucés, supermarchés sans caissier-es, vêtements « intelligents », bracelets électroniques pour nourrissons, passeport et cartes d’identité, identification des animaux d’élevage ….

Les puces RFID ( Radio Frequency Identification) envahissent nos vies, dans un silence médiatique assourdissant, et, il faut bien le regretter, sans le moindre débat autour de leur mise en place et de la société que cette technologie préfigure. Les questions ne manquent pourtant pas, et notamment : « Les RFID peuvent-elles devenir un réseau de surveillance des citoyens, et de contrôle social ? »

C’est tout le sens du ciné-débat « Penser-Ensemble », auquel nous vous convions le 5 novembre 2011.

Déroulement :

  • Projection du documentaire « RFID : la police totale », réalisé par le collectif « Pièces et main d’oeuvre ». Durée : 0h30 (c’est donc préférable de ne pas arriver en retard).
  • Débat avec la participation :
    • Du collectif Hors-sol, collectif militant contre les RFID et le meilleur des mondes.
    • De Antoine Jean, porte-parole régional de la Confédération paysanne, syndicat paysan, en lutte contre le puçage électronique du bétail.

Informations pratiques

- Samedi 5 novembre 2011
- de 10h30 à 12h30
- au cinéma Familia – rue Édouard Depret – Avion
- (entrée gratuite)

Pour mieux préparer le débat du 5 novembre

- Quelques articles et téléchargement, ainsi que des sites internet à consulter



A l’initiative de Maurice DISTINGUIN, Conseiller Municipal PCF d’opposition, les groupes L’Avenir Ensemble Autrement et Agir pour Auchel ont proposé une motion appelant les élus du Conseil Municipal auchellois à soutenir le Comité de Vigilance contre la Maison de l’Artois.

Ce Comité a été créé sous l’impulsion de Maurice Distinguin et Jean-Luc Lambert, conseillers municipaux d’opposition auchellois.

Nous nous félicitons que ce soir, l’ensemble des élus du Conseil aient voté, à l’unanimité, en faveur de cette motion reproduite ci dessous. Il s’agit d’une première victoire républicaine face à la montée d’idées nauséabondes et haineuses dans notre secteur.

Site internet de la Maison de la Paix, des Libertés, des Droits Humains et du Vivre Ensemble, Comité de Vigilance de l’Artois.

MOTION ADOPTEE AU CONSEIL MUNICIPAL

Les événements qui se sont déroulés le 26 juillet à Auchel, le 23 septembre à Moulle, puis le 8 Octobre 2011 à Lille ont révélé la dangerosité pour les valeurs de la République du groupuscule identitaire qui se cache derrière l’association « Maison de l’Artois ».

Cette association est en réseau avec des mouvements européens d’extrême droite : les identitaires, les Skin Heads (note de Lutte en nord : les skinheads sont majoritairement antiracistes et opposés à l’extrême droite, seul une partie de ce mouvement culturel – à l’opposé de ses valeurs initiales de métissage – est située à l’extrême droite), le groupe troisième voie, le vlaams huis de Lambersart, le réseau des nationalistes européens proches d’Anders Behring Breivik, qui disait vouloir défendre son pays contre l’islam et le marxisme, auteur de l’attentat à la voiture piégée dans le quartier du Gouvernement et la fusillade des jeunes du parti travailliste faisant 70 morts cet été à Oslo .

Rappelons également que Mi-juillet un rassemblement des composantes européennes de ce mouvement s’est tenu au local de la Maison de l’Artois pour fêter l’événement inaugural, occasion de remercier ceux qui financent cet équipement et les activités douteuses de ce réseau.

Cette association prétend organiser des activités pédagogiques  accessibles à tous: jardinage bio, activités sportives et culturelles, espace de convivialité en ouvrant un bar, bientôt la création de logements… L’actualité nous montre que cela est un leurre car ce sont des activités d’endoctrinement aux valeurs contraires à la République qui se cachent derrière cet écran. Elle s’emploie également à des méthodes de manipulation et de terreur pour mener à bien son idéologie fasciste et xénophobe. Leur activisme entraîne une entrave à l’expression démocratique des formations citoyennes.

Un plan de conquête idéologique et territorial est clairement affiché sur leur site internet. Les communes formant le territoire de l’ouest du bassin minier sont concernées.

Les dirigeants de la Maison de l’Artois sont notamment :

Claude Hermant vice-président, un ancien mercenaire envoyé au Congo par Bernard Courcelle chef du service de sécurité du DPS (Département de Protection et de Sécurité) du Front National, dont certaines pratiques ont été révélées comme illégales voici quelques années. Libération titrait : Les gros bras du FN putschistes au Congo - L’ex-chef du DPS aurait agi pour le président Sassou N’guesso.

Tony Vanhemelsdaele responsable sécurité de l’association récemment condamné par le tribunal de Béthune pour ses propos Nazis au stade Bollaert.

Quelles références pour notre jeunesse Auchelloise !

A la lumière des faits et du contexte local, national et international,

Le conseil municipal d’Auchel,

Considérant que l’association la Maison de l’Artois s’apparente à une association « écran » puisqu’elle cache derrière un pseudo programme pédagogique un activisme dangereux pour le respect des valeurs républicaines,

Soucieux du respect de la constitution de la République Française et du fonctionnement démocratique dont nous sommes responsables,

Conscient que les groupuscules identitaires aux idéologies dangereuses, comme la Maison de l’Artois, ciblent le territoire du bassin minier particulièrement touché par le chômage et la précarité, et que notre commune, comme beaucoup d’autres, n’est pas à l’abri d’attaques contre la tranquillité publique et des règles républicaines en vigueur,

Attaché à veiller sur sa jeunesse en la protégeant de l’endoctrinement malsain des idéologies fascistes et xénophobes,

Soutient le comité de vigilance républicaine qui s’est créé autour de citoyens démocrates,

Demande à Monsieur le Préfet :

  • de prendre ses responsabilités en sa qualité de garant de la constitution Française sur le territoire départemental en mettant tout en œuvre pour engager la fermeture de la Maison de l’Artois,
  • de prononcer la dissolution de l’association « La Maison de l’Artois » en raison de l’objet non avéré que poursuivent ses membres,

En appelle aux élus républicains du territoire national et au-delà pour prendre toutes les dispositions de vigilance à l’égard des velléités des groupuscules d’extrême droite qui se couvrent par une association pour organiser un activisme dangereux pour les valeurs de l’humanité.

ADOPTÉ À L’UNANIMITÉ


L’UL-CNT de Lille organise une projection-débat sur l’affaire de Tarnac vendredi 21 octobre à 19h à la Maison des syndicats CNT, 32 rue d’Arras à Lille (entrée gratuite).

L’affaire de Tarnac :

Le 11 novembre 2008, 150 policiers, dont beaucoup appartenaient aux brigades antiterroristes, envahissaient un village de Corrèze pour arrêter neuf personnes, soupçonnées d’avoir provoqué des dégradations de lignes de chemins de fer SNCF. Suite à une garde à vue de 96 heures, cinq d’entre elles étaient placées en détention provisoire ; Julien Coupat, considéré par le procureur comme le « chef d’une structure à vocation terroriste », risquant 20 ans de réclusion criminelle ; les quatre autres personnes soupçonnées « d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » risquant quant à elles jusqu’à dix ans de réclusion criminelle…

Que pouvait justifier un tel déchaînement policier et judiciaire alors que le procureur de Paris lui même indiquait ne pas disposer de suffisamment d’éléments pour les incriminer dans les dégradations ? Et, plus largement, qu’a signifié dans cette affaire le flou volontairement entretenu autour du terme de « terrorisme » ?


ON N’OUBLIE PAS LE CRIME D’ETAT DU 17 OCTOBRE 1961

CONTRE LES ALGERIENS

Le 17 octobre 1961 plus de 30.000 travailleurs immigré(e)s Algériens manifestaient pacifiquement pour dire non à la guerre coloniale française en Algérie. L’Etat français avait décidé un couvre feu visant exclusivement les Algériens et interdisant toute manifestation contre cette guerre qui a causé 1 million 500 milles morts Algériens.

Ces manifestants pacifiques, hommes, femmes, enfants, familles marchaient dans les rues de Paris sans se douter de la barbarie qui allaient s’abattre sur eux. La répression sauvage et macabre abattu par la Préfecture dirigée par le Préfet Papon, ce vichyste collabo des occupants nazis, montrait que l’origine, la couleur de la peau, le faciès, la religion, le statut « d’étranger » conduit certains gouvernants au meurtre raciste. Ce pogrom raciste d’Etat reste une des tâches les plus sombres de l’histoire de France. « La seine était rouge du sang » des manifestants Algériens disent certains écrits, mais jusqu’ici l’Etat français refuse de dire exactement combien « d’immigré(e)s » ont été assassinés: étaient-ils plus 200 tués et plus de 11700 arrestations ?

Silence radio des autorités d’Etat devant les exigences de vérité, de devoir de mémoire et de justice. Si hier les travailleurs immigré(e)s étaient discriminés pour les intérêts coloniaux des patrons français, aujourd’hui des jeunes meurent entre les mains de policiers, des cimetières musulmans sont profanés, aujourd’hui c’est la chasse à l’étranger travailleur sans papiers pour le maintenir dans les griffes de l’esclavage moderne du travail clandestin organisé par les patrons fraudeurs du fisc, aujourd’hui c’est l’instrumentalisation électoraliste raciste du thème de l’immigration, des sans papiers désignés comme bouc-émissaires de « l’insécurité, de la toxicomanie, de la délinquance », aujourd’hui c’est la politique des quotas et chiffres d’expulsion, c’est l’origine, la culture africaine, asiatique et sud-américaine, la religion musulmane, la couleur de la peau, le faciès des immigrants qui sont identifiés comme des « menaces pour l’identité nationale française » dans un processus de « communautarisation et d’ethnicisation» à peine voilée de la société en crise dont le symbole honteux a été la création du « ministère de l’identité nationale ».

Hortefeux a tout simplement fait un lapsus révélateur : « quand il y a un, pas de problème, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Besson a lancé la campagne électorale des régionales en raflant les réfugiés afghans et Irakiens de Calais chassés de chez eux par la guerre, Guéant poursuit la surenchère anti-immigrée dans la course effrénée aux électeurs du parti fasciste le FN. Les mouvements sociaux, les structures auto-organisées de l’immigration sont marginalisées, exclues et persécutées parce qu’il n’est pas concevable pour le pouvoir d’Etat raciste que l’immigration soit reconnue dans ses droits citoyens, dans son droit de constituer un contre pouvoir reconnu dans une démocratie qui se respecte.

La répression contre et l’exclusion du CSP59 illustre parfaitement depuis le 15 juin 2007 ce constat objectif.

Signataires : CSP59, Collectif Afrique, Algériens du Nord pour la Démocratie,

Manifestation tous les mercredis à 18h, Place de la République à Lille

Projection/débat rfid la police totale

Publié: 15 octobre 2011 par luttennord dans Infos, Rendez vous
Tags:,

Projection du film "RFID, La police totale" suivi d’une discussion sur les raisons et les moyens de refuser de se laisser fliquer.

Mercredi 19 Octobre à 18h, Maison des Etudiants, Université Lille 1, Métro Cité Scientifique, Entrée libre.

— -

Les puces RFID (pour Radio Frequency IDentification) sont des petits composants électroniques constitués d’une mémoire numérique ainsi que d’une antenne. Lorsqu’elles sont à proximité d’un champ magnétique émis par un « lecteur », celui-ci peut lire, voire modifier l’information qui y est stockée. On trouve de telles puces dans la plupart des articles des supermarchés, les cartes d’étudiants des universités de Lille 1 et 3, dans les cartes d’abonnements de V’lille, ou encore dans les badges d’accès à certains lieux de travail ou à certaines habitations.

N’importe quel lecteur peut a priori savoir quels jours vous avez manger au restaurant universitaire, où vous avez acheté votre jean, ou votre dernier trajet en V’lille. Des informations sans grande importance en elles-même. Mais la communauté urbaine de Lille, prévoit de soutenir le chemin pris par la région en mettaant aussi en place une carte RFID, la carte pass-pass, qui serait obligatoire pour l’utilisation de tous les transports de la métropole : métro, bus, tram, v’lille, aindi que les TER à terme.Mieux, son projet final est la création d’une « Carte de vie quotidienne » qui, en plus des transports, servirait à accéder aux crèches, aux bibliothèques, aux différents équipements et bâtiments de l’université ainsi qu’aux divers services municipaux.

Avec une telle carte, un lecteur de carte RFID pourra alors tout savoir de votre journée : les dates et lieux de tous vos transports, à quelle heure vous avez mangé, les livres que vous avez emprunté à la bibliothèque … et le tout sans que vous n’y prêtiez attention ! Pourquoi devrait-on se faire pucer comme des des marchandises ? Le collectif StopRFID organise plusieurs projections qui seront autant d’occasions de discuter, et pourquoi pas d’agir ensemble pour refuser de se laisser fliquer.

Le COLLECTIF STOP/RFID


Samedi 22 au Centre Culturel Libertaire de Lille (4 rue de Colmar) :

Dès 20h, prix libre.

Le concert sera précédé d’un débat sur le féminisme, toujours au Centre Culturel Libertaire, à 14h.


Les fascistes n’ont pas été les bienvenus à Lille !

Communiqué de presse de l’union régionale des syndicats CNT du Nord Pas-de-Calais :

L’union régionale 59/62 de la Confédération Nationale du Travail (CNT) se réjouit de la mobilisation victorieuse du samedi 8 octobre contre la venue des groupuscules fascistes réunis à l’appel de la Maison Flamande de Lambersart. Une mobilisation qui avait été conçue comme étant essentiellement régionale, contrairement à la manifestation d’extrême droite qui s’annonçait « d’envergure nationale ».

Malgré les crispations identitaires provoquées par les politiques racistes menées par les gouvernements successifs et la guerre sociale du patronat et de l’État contre les travailleurs-es, nous avons su montrer que la combativité et la solidarité de la classe laborieuse sont toujours vivantes.

Plus de 2 000 personnes (dont 150 extérieures à la région et venues en soutien) ont rappelé qu’elles seront toujours là pour barrer la route à l’extrême droite. Lille est une ville de luttes, populaire et métissée et les lillois refusent la vision archaïque d’un pays et d’une Europe traditionaliste réservés aux blancs et à la « culture » catholique que leur propose les fascistes.

L’unité entre syndicats, partis et associations défendant la solidarité internationale des travailleurs-es est notre réponse au prétendu discours social de l’extrême droite. La CNT n’est pas dupe de ce discours dont se parent désormais les fascistes. Notre organisation, impliquée de longue date dans les luttes, sait d’expérience que les rares fois où l’extrême droite se montre, ce n’est pas pour défendre les travailleurs-es, mais pour tenter de les empêcher de manifester, pour aider les milices patronales à casser leurs mouvements de grèves, pour les tabasser si ils ne sont pas blancs et hétérosexuels ou encore si ils militent dans des organisations progressistes.

Cette large victoire garde cependant un goût amère : nous dénonçons fermement la décision du préfet de faire défiler ces hordes racistes scandant entre autre « On est chez nous », « Bleu, blanc, rouge, la France aux français » ou « 1ère, 2ème, 3ème génération, nous sommes tous des mangeurs de cochon » en plein quartier populaire de Fives et à quelques mètres du local du Comité des Sans-Papiers 59. Cet acte intolérable marque le mépris des autorités envers les quartiers métissés et témoigne sans grande surprise du peu de respect qui est accordé à leurs habitants (fermer le centre ville à toute manifestation a semblé bien plus simple à faire).

Nous dénonçons également les provocations policières survenues à la fin de notre manifestation Place de la République qui furent heureusement sans conséquences, grâce à la perspicacité des militant-e-s présent-e-s.

Même si la plupart des nervis fascistes sont repartis, ceux d’Opstaan et de la Maison Flamande restent. Nous savons pertinemment que leur présence continuera de représenter une menace pour les droits des sans-papiers, des ouvrier-e-s, des femmes, des homos-lesbiennes-bi-trans et pour l’ensemble des militants révolutionnaires opposés au système capitaliste.

La CNT ne laissera pas ces idées nauséabondes gagner du terrain. La CNT continuera de se battre pour les droits de tou-te-s les travailleurs-es, quels que soient leur origine, leur genre ou leur orientation sexuelle.

Pour nous, la lutte continue et nous serons à nouveau présents dans la rue ce mardi 11 octobre à Lille et à Auchel (où un local fasciste jumelé à la Maison Flamande vient d’ouvrir) dans le cadre du mouvement de grève intersyndicale et interprofessionnelle pour exiger la répartition égalitaire des richesses et du temps de travail !

Lille, le 10 octobre 2011
Union régionale des syndicats CNT du Nord Pas-de-Calais
Mail : ur59-62@cnt-f.org
Site : http://www.cnt-f.org/59-62

Lien pour télécharger ce communiqué de presse au format pdf

Autres liens :

Appel unitaire à la manifestation antifasciste du samedi 8 octobre à Lille

Rendez-vous du 11 octobre à Lille et Auchel

Quand les fascistes essayent de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas ! (article sur l’utilisation par l’extrême droite des thématiques, codes et slogans propres à la gauche et au mouvement ouvrier)


Une manifestation antifasciste d’ampleur, la seule solution pour barrer la route à l’extrême droite le 8 octobre !

Profitant d’un contexte social tendu et d’une crise du capitalisme sans précédent, l’extrême droite entend poursuivre son implantation tout azimut.
Partout en France et en Europe, elle distille son racisme et sa xénophobie sous la forme de l’anti-islam et de l’ultra nationalisme ainsi que de l’homophobie et du sexisme.

Le 08 octobre 2011 à Lille, c’est un ensemble de groupuscules fascisants provenant de toute la France qui appelle à se rassembler et à manifester.
Toute la frange la plus dure de l’extrême droite française sera présente, allant des nationalistes autonomes aux identitaires en passant par les néo-nazis.

Face à cette provocation de l’extrême droite, nous nous organisons en conséquence !

Pour ne pas laisser étaler leur politique de haine, de racisme et de stigmatisation de l’immigration, opposons leur la solidarité des travailleurs-euses face aux idées de l’extrême droite.

Ensemble soyons uni-es, déterminé-e-s et solidaires dans l’action contre le fascisme qui est le bras armé du capitalisme.

Rendez-vous le samedi 8 octobre 2011, devant le marché couvert de Wazemmes à 15h

Une soupe sera proposée par le CSP 59 à l’arrivée du cortège place de la République.

Premiers signataires : Alternative Libertaire, Les Alternatifs, CNT, Comité « Libérez-les ! », CSP 59, Comité Solidarité Basque, Coordination Communiste, Fédération Anarchiste Béthune, Les Flamands Roses, Gauche Unitaire, Initiative Communiste Ouvrière, Jeunesses Communistes Lille, Ligue des Droits de l’Homme, MRAP 59/62, NPA, Parti de Gauche, SUD éducation 59/62, SUD Étudiant-e Lille, Turbulences Sociales, UEC Lille, …


Bonjour, Recevez cet appel par lequel le CSP59 invite celles et ceux qui le peuvent à ramener au stand que nous allons installer à Place de la république/Parvis des droits de l’homme une soupe de la diversité. merci de votre contribution.

Objet : SAMEDI 8 OCTOBRE MANIFESTONS POUR LA FRATERNITE DE LA FRANCE LAÏQUE MULTICOLORE, MULTICULTURELLE, MULTIRELIGIEUSE

Comité des Sans-Papiers 59 – CSP59 – 42, rue Bernos – 59 000 Lille Fives – 06.80.57.50.61 Métro Fives e-mail : csp59@wanadoo.fr _ http:// leblogducsp59.over-blog.com

SAMEDI 8 OCTOBRE A 15H PLACE DU MARCHE A WAZEMMES MANIFESTONS POUR LA FRATERNITE DE LA FRANCE LAÏQUE MULTICOLORE, MULTICULTURELLE, MULTIRELIGIEUSE

 

Le racisme contre l’islam, seconde religion de France, s’exprime à travers les provocations fascistes de « marche ou rassemblement du cochon et du non halal ». A Lille les fascistes qui identifient la France au cochon appellent à une « fête du cochon » le 8 octobre prochain. Partie prenante du mouvement démocratique anti-raciste et antifasciste, le CSP59 s’associe à l’appel à une manifestation antifasciste d’ampleur pour réaffirmer avec force que la France laïque est devenue multicolore, multiculturelle, multireligieuse, etc. Aux sans papiers qui ont été jusqu’ici les principaux bouc-émissaires des désastres sociaux des politiques libérales et du système économique en faillite s’ajoutent maintenant l’immigration légale, les « Français Arabes, Berbères ou Noirs » et les musulmans. Pour tromper les travailleurs et le peuple sur les responsables de la crise, de la dette et des déficits sont désignés d’autres travailleurs de la France de la diversité. La nébuleuse hystérique violente qui essaime dans le sillage du parti fasciste le FN fait du « cochon » l’emblème de son national-racisme anti-Islam, anti-immigré, anti-français non européen.

Rappelons ici le symbole brandi par la marche de l’égalité dans les années 80 : « pour la mobylette France, il faut du mélange pour qu’elle avance ». Rappelons que toute l’histoire de France est marquée par l’opposition ouverte ou implicite, selon les rapports de forces du moment, entre la France colonialiste et la France anti-colonialiste, la France raciste chauvine et la France anti-raciste, la France patronale et la France ouvrière, la France de la trahison nationale et la France de la France de la résistance. De tous ces combats sociaux et démocratiques qui ont fait les progrès réalisés dans ce pays, les immigré(e)s, les Français(e)s non européens y ont pris toute leur place. Bien entendu ces « fétards du cochon » dans leur ingratitude anti-patriotique absolue l’ignorent tout simplement. Par son peuplement depuis surtout 1945, la France laïque est devenue multicolore, multiculturelle, multireligieuse et cela est le cauchemar des racistes, des chauvins, des ethnicistes, des fascistes qui veulent faire rebrousser chemin à la roue de l’histoire qui progresse. Soyons nombreux pour dire NON à l’ethnicisation de la France, à la guerre des religions, à la division raciste des travailleurs et pour dire il est temps de régulariser les sans papiers !

A L’ARRIVEE DE LA MARCHE LE CSP59 OFFRIRA LA SOUPE DE LA FRANCE MULTICOLORE