Archives de janvier, 2009

Communiqué Syndicat CNT LILLE

Publié: 31 janvier 2009 par luttennord dans Infos

medium_2006-03-07-c1medium_img_64612medium_img_92793medium_img_9307

Jeudi 29 janvier 2009, la ,vaste journée de grève nationale et interprofessionnelle a exprimé son opposition à toutes les formes de précarité, à toutes les atteintes aux droits des travailleurs, des chômeurs, des précaires.

En pleine manifestation, à Lille, les forces de police arrêtèrent, sans raison, quatre manifestants. La Brigade Anti Criminalité n’hésitent pas à frapper violemment les individus et à asperger de gaz lacrymogène les personnes alors présentes. Par la suite, en fin d’après midi, les mêmes forces de police ont réitérés leurs agressions. Plusieurs dizaines de manifestants furent interpelés et placés en garde à vue. Subissant un violent acharnement policier (interrogatoires, tests ADN), certains individus passèrent la nuit à l’hôpital. La plupart des interpelés, ne subiront aucun rappel à la loi, malgré leur privation de liberté de plus d’une vingtaine d’heures !

Face à cette violente répression du mouvement social d’ampleur qui s’est organisé ce jeudi 29 janvier, face à cette volonté affichée du pouvoir négocier à la matraque, l’Union Locale de la Confédération Nationale du Travail de Lille affirme son soutien aux manifestants interpelés. Face à la répression quotidienne des luttes, l’UL CNT Lille rappelle sa solidarité syndicale avec toutes et tous les manifestants, proteste contre les agressions policières et exige qu’aucune charge ne soit retenue contre les interpelés.

Salutations syndicales, Le secrétariat aux relation extérieures de l’Union Locale CNT Lille


AFFICHE SCALP


>lille< dérapage >grêve du 29 janvier 2009 )))

durant la manifestation, la BAC (brigade Anti Criminalité) suit des individus. elle filme et photographie. des manifestants balancent des fruits et des légumes pourris sur des vitrines marchandes : banques, assurances… à la fin de la marche, la BAC forme très vite un cercle.

elle frappe assez fort les vilains terroristes maraîchers. Elle asperge tout le monde d’une bombe lacrymogène énorme. Elle ne fait pas attention aux enfants. L’autre moitié de la foule arrive. Après, les crs chatouillent les criminels humanitaires. les autres manifestants veulent leur libération. rien n’arrange la situation. la police provoque. d’autres gens se font massacrer la gueule. les médias relatent juste des bagarres. ils n’apportent pas d’informations plus réalistes.

bravo les journaux !

si vous avez des suites à ce drame ?! merci de le préciser.

Pour les suites : les chiffres sont flous et on parle de 20, 30 et même 40 arrestations…pour jets de projectiles contre les forces de l’ordre, des établissements bancaires ou encore des bâtiments de l’état !

Après une nuit de garde a vue nos camarades devraient sortir dans la journée.

à 14h00 tous ce jolie monde semble être libre…et sans aucune charge mais avec des hématomes sur le visage

Vive les tomates rouge_tomate


expulsion

expulsion el hadi

Hadj Mohand El hadi, étudiant inscrit en licence math à l’université de Lille 1, atteint d’une hépatite B, est sur le point d’être expulsé.

La PAF va l’expulser à 8h ce matin au depart d orly sur un vol de la compagnie aiglazur

Le conseil d’administration de Lille 1 a voté une motion pour intervention du président de l’université auprès du préfet pour annuler cette expulsion.

Son état de santé nécessite une hospitalisation urgente.

Arrivé en France en 2005 avec un visas étudiant, il a eu deux titres de séjour étudiants. Faute de domiciliation il n’ a pas pu le renouveler cette année.

Il a toujours eu un comportement exemplaire.

Expulser Elhadi, c’est mettre sa vie en danger, et cela compromettra ses études et son avenir.

Nous, convaincus de la justesse de cette mobilisation, demandons à toutes et à tous de soutenir El hadi.


affiche_tarnac_okokokok-990f1

Le capitalisme est malade ? qu’il crêve !

Publié: 28 janvier 2009 par luttennord dans Infos

capitalisme_creve

le capitalisme est malade ?

qu’il crève ! (gdale)

Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, Je ne vois pas en quoi c’est une crise. Depuis que je suis petit, c’est comme ça. – Coluche Attention, c’est la crise ! Une fois encore, nous allons devoir payer les “dérives” du système. Mais cette fois la pilule est plus dure à faire avaler aux salariéEs exploitéEs et aux 3,5 millions de chômeurSES. L’Etat, qui a distribué des centaines de milliards d’euros aux banques, patronNEs et actionnaires (argent qui n’était pas disponible pour la sécu, les chômeurSEs, les malades, les pauvres…) va continuer la guerre de classe qu’il mène depuis toujours : encore plus de logiques libérales, de fichage, de flicage.

Restructuration du personnel, usines fermées, travaileurSEs au chômage technique ou licenciéEs… Pinault (7e fortune de France), qui engrange chaque année plus d’un milliard de bénefs, licencie 672 employéEs de La Redoute et ferme 81 boutiques en France. On prévoit 1400 suppressions de postes chez Arcelor- Mittal (sidérurgie), 150 à 200.000 dans l’industrie automobile européenne, 2600 à la SNCF, 30.000 non renouvellements de postes dans la fonction publique… Dans le même temps, l’Etat avance 1 milliard d’euros supplémentaires pour renforcer son arsenal policier. Voilà qui promet. Pour le patronat, c’est le moment de larguer du lest et de profiter de la couverture médiatique pour faire passer les plans sociaux qui traînaient dans les vieux cartons.

Une guerre idéologique…

Ce qui est pratique avec les “lois immuables du marché”, c’est qu’elles permettent de dissimuler la dimension politique des choses. Où sont les responsables ? Nulle part. Les cycles du marché sont à mettre sur le compte de la fatalité, paraît-il. Mais les magouilles des capitalistes débordent vraiment de trop. Alors en guise de contre-partie pour ceux qui pointeront bientôt au Service du Travail Obligatoire (avec l’arrivée du RSA et la fusion ANPE-ASSEDIC notamment), une vague promesse de “moralisation” du système (sic). Et pour le reste ? On continue comme avant : casse de l’école et des hôpitaux, et toujours plus de prisons en construction. Pour les âmes charitables qui croyaient encore au mythe de l’Etat social, voilà qui est gênant. Dans ces moments d’offensive capitaliste, l’Etat joue la pacification et le maintien d’un ordre social toujours plus inégalitaire.

Notre travail n’est pas à prendre !
Ces mêmes politiques de régression sont à l’oeuvre partout en Europe. A l’heure où nos centrales syndicales n’osent pas prononcer le mot de “grève générale” et où leur échéancier de mobilisation ressemble de plus en plus à une stratégie de contrôle de la révolte, ailleurs on s’organise hors des compromis de gestionnaires. En Italie et en Grèce, malgré le black out médiatique, étudiantEs et travailleurSEs battent le pavé conjointement et tentent l’auto-organisation à la base. N’en déplaise aux Chérèque, Thibault et autres, l’enjeu n’est alors pas d’”accompagner” la crise en négociant la prime de précarité à durée indéterminée. Ce qui nous est asséné comme une fatalité doit pouvoir être surmonté dans la lutte, en dehors des sentiers battus d’avance, en dénonçant l’exploitation salariale et l’autoritarisme d’Etat. Notre travail n’est plus à plus vendre, nos revendications ne sont plus négociables ! Nous voulons tout et tout de suite !

Une des solutions historiques du mouvement ouvrier, c’est l’expropriation patronale et le redémarrage de la production par les travailleurSEs eux-même et pour eux mêmes. Une telle solution a par exemple été mise en oeuvre par des milliers de travailleurSEs en Argentine lors de la crise de 2001. Les patronNEs s’étant enfuis avec la caisse, les ouvrierEs n’ont pas attendu un hypothétique (et illusoire) secours de l’Etat. Ils/elles ont redémarré l’activité, sous forme coopérative, en reprenant collectivement l’outil de travail et en répartissant équitablement les salaires.

Reconduisons la grève générale ! Par l’expropriation et la fédération des luttes, débordons l’Etat et les patronNEs, partageons les richesses à la base et détruisons le profit capitaliste !

GDALE – Groupe D’Anarchistes de Lille et Environs

1groupeanarlille no-log.org

page web du GDALE

PDF - 75.7 ko

cinelibre-270109-de29a

Reims : Nouvelle attaque d’un concert antifa

Publié: 27 janvier 2009 par luttennord dans Infos

antifa_mainframe_clip_image002-70447

Communiqué de Reims City Rockers et du Collectif de Lutte Antifasciste

Samedi 24 janvier 2009, vers 23h, un concert clairement étiqueté antiraciste a été attaqué par une quinzaine de personnes cagoulées. Cette attaque fut brève mais d’une rare violence ; les agresseurs étaient armés de battes de baseball, de poings américains, de fumigènes, lacrymo et cocktail molotov…

Profitant d’une pause musicale, des personnes étaient sorties discuter juste devant le bar et ont subit leur furie. Parmi les victimes les plus durement touchées (outre les blessures psychologiques et plus légères), une jeune étudiante a reçu deux coups de batte de base-ball portés au visage et un à la jambe pendant que deux personnes la ceinturaient. Après l’intervention des pompiers qui ont emmené les blessés les plus sérieux aux urgences, tout le public est resté sur place abasourdi par la violence et la lâcheté de cette attaque. Ces derniers mois, s’ajoute au lourd passif rémois une progression inquiétante de l’extrême droite et du néo-nazisme, dans notre ville et plus largement au niveau national. C’est pourquoi la mobilisation de chacun est plus que jamais nécessaire et d’actualité.

" Leur avancées sont faites de nos reculs, Leur recul sera fait de nos avancées communes "

Contacts : Reims City Rockers (organisateur du concert) : reimscityrockers51@free.fr CLA (Collectif de Lutte Antifasciste) : CLA@rlfreims.lautre.net


fly_xpocalais1


20071004expulsionsinside

lundi 26 – rassemblement pour el hadi menacé d’expulsion.

Maison des étudiants Lille 1, le 25/01/2009.

Non à l’expulsion d’un étudiant gravement malade !

Rassemblement ce lundi 26 février, 18 h, Place de la république-Lille

Hadj Mohand El hadi, étudiant inscrit en licence math à l’université de Lille 1, atteint d’une hépatite B, est sur le point d’être expulsé.

La PAF a tenté de l’expulser aujourd’hui à 15h30 à l’aéroport de Lesquin malgré son état de santé très critique.

Le conseil d’administration de Lille 1 a voté une motion pour intervention du président de l’université auprès du préfet pour annuler cette expulsion.

Actuellement retenu au centre de rétention de Lesquin, son état de santé nécessite une hospitalisation urgente.

Arrivé en France en 2005 avec un visas étudiant, il a eu deux titres de séjour étudiants. Faute de domiciliation il n’ a pas pu le renouveler cette année.

Il a toujours eu un comportement exemplaire. D’ailleurs il a pris connaissance de sa maladie lors d’un don de sang.

Expulser Elhadi, c’est mettre sa vie en danger, et cela compromettra ses études et son avenir.

Nous étudiants, convaincus de la justesse de cette mobilisation, demandons à toutes et à tous de soutenir El hadi.

Rassemblement Lundi 26 janvier 2009 à 18h place de la république (métro république beaux arts)

Soyons nombreux !

RUSF59, Coordination des Etudiants Algériens de Lille

Reflexes : Géopolitique pour les nuls 2, session de rattrapage

Publié: 26 janvier 2009 par luttennord dans Infos

345811

http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article369

La géopolitique pour les nuls II – Session de rattrapage
Publié le 25 janvier 2009
par REFLExes

Ce 24 janvier 2009 a eu lieu à Paris une manifestation de soutien au peuple Palestinien, manifestation à laquelle le mouvement d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation, avait appelé à participer. C’était le résultat de 15 jours d’agitation marquée. En effet, malgré une importante propagande sur le net et un effet « buzz » certain, Marc Georges [1] et Egalité et Réconciliation avaient du rapidement se rendre à l’évidence qu’il allait être intenable pour eux de venir seul à cet évènement. Après un rapide tour de la mouvance nationaliste française pendant la semaine du 18 au 24 janvier, le peu d’enthousiasme que soulevait l’initiative était flagrant. En effet, les seuls à répondre « présent » à cet appel étaient le RED [2], la Droite Socialiste (devenu Parti Solidaire Français) ainsi que l’association Les Nôtres, structure ectoplasmique de Christian Bouchet [3]. E&R décida donc de revoir à la baisse ses ambitions. Ainsi à la place du fameux cortège « patriote » prévu au départ, avec banderoles et drapeaux, E&R se replia rapidement sur l’idée, plus sage, de négocier leur présence avec un groupe ami, en l’occurrence le Parti Anti-Sioniste [4], et d’en intégrer le cortège.

Étant sans doute conscients de l’opposition que cela allait susciter, les militants nationalistes n’ont pas été déçus par la réaction des différents groupes antifascistes parisiens présents ce jour là, et la réaction, plus spontanées, de certains manifestants (pour la plupart issus de cette jeunesse soi-disant dépolitisée, ou apolitique, régulièrement dénoncée, quelle leçon !) outrés par leur présence [5]. Dans un premier temps, ce fut le P.A.S., mené par le Cheick Jamel Tahiri (lui aussi du Centre Zahra et proche des allumés de Netureï Karta, notamment en Belgique), et ses militants ou sympathisants – dont l’infatigable porteuse de valises des antisémites Ginette Skandrani – qui furent expulsés de leur lieu de rassemblement. Découvrant la présence et l’envie d’en découdre des antifascistes présents, les militants d’E&R et ce qui restait du P.A.S. décidèrent alors de s’éloigner pour se regrouper. Rapidement gonflé d’une dizaine de membres du RED, le groupe, ayant bien vite abandonné ses protecteurs, subit alors une deuxième charge des antifascistes parisiens. Finalement le petit groupe d’extrême droite se retrouva encerclé par la police, rapidement isolé et mis à l’écart pour leur propre sécurité.
On put alors apercevoir quelques célébrités de la mouvance nationalistes tel Christian Bouchet, ou encore quelques militants du Renouveau Français déjà croisés en 2008 dont Charles-Alban Schepens (venu sans doute en touriste depuis son bar-à-vins voisin et qui est resté, très courageusement, loin de ses petits camarades) et le désormais fameux Jean L.. Au rayon folklorique, on trouvait également Thomas Werlet (Droite Socialiste / Parti Solidaire Français), venu pour une fois sans ses babies boneheads, et complètement grimé (il s’était pour l’occasion rasé la moustache et portait un béret !!). Infatigable, il tentait désespérément de s’attirer la sympathie de manifestants en distribuant la brochure d’Hervé Ryssen-Lalin sur Israël et la traite des blanches, brochure déjà évoqué par REFLEXes [6]]. Sans succès visiblement. Pathétique aussi fût leur tentative d’attirer l’attention sur leur triste sort en lançant des slogans contre Israël en direction des manifestants retardataires qui sortaient du RER. Imaginez la scène : quelques Européens portant haut leurs drapeaux bleu-blanc-rouge et complètement isolés et encadrés par les gendarmes mobiles. Difficile d’attirer le manifestant originaire d’outre-Méditerranée dans ses conditions.

En conclusion, nous reprendrons l’expression de Marc Georges qui était d’ailleurs totalement invisible samedi [7] : « Notre présence sera suivi de prêt !! ». Elle le fût, et il y a fort à parier qu’elle le sera à chaque tentative de récupération !!

Nous laissons maintenant tout ce petit monde s’expliquer avec leur famille politique originelle. Certaines déclarations, ici et là, provoqueront, n’en doutons pas, pas mal de débats fort intéressants dans le petit milieu nationaliste, et continueront à alimenter les rancoeurs et tensions déjà très vives. Pour l’instant, nous attribuerons la palme d’or à cette remarque, lue sur un forum : « … le cortège du Front uni contre le sionisme était représentatif de la France contemporaine : arabes, femmes voilées, noirs, métis et européens… »

[1] Coordinateur d’E&R et membre du comité central du FN, nommé directement par Le Pen, tout comme A. Soral d’ailleurs et non élus par les adhérents. Ce qui montre l’intérêt que pouvait porter Le Pen à E&R.

[2] Leur communiqué « La France aux français, la Palestine aux Palestiniens » en a fait rire plus d’un ici. C’était sans doute le but avec des formules comme « En soutien aux jeunes patriotes de Gaza terriblement menacés par des vagues successives d’immigration massive et nomade depuis 60 ans » ou « En soutien aux jeunes patriotes de Gaza qui exigent l’expulsion par charters entiers des immigrés clandestins sur leur sol national de toujours et le regroupement familial intégral des colons étrangers ». Cela n’a évidemment pas eu l’impact espéré auprès des organisateurs qui soutiennent la lutte du peuple palestinien mais qui pour la plupart sont aussi concernés par les questions de migration et leurs politiques répressives.

[3] Vieux militant NR bien connu de nos lecteurs qui fut suppléant d’Oriane Borja, candidate FN aux cantonales de 2008 (à Rézé en Loire Atlantique, obtient 3.19%) et membre elle aussi d’E&R.

[4] Tout récemment créé ce mois-ci, le Parti Anti-Sioniste (PAS) est une émanation politique du Centre ZAHRA. En effet son président Yahia Gouasmi est aussi le directeur du Centre Zahra. Apparu en tant que tel pour la 1re fois lors de la manifestation du Parti des Musulmans de France le 17 janvier dernier contre la loi sur le voile place de la République à Paris, ils n’ont pas hésité, pour leur seconde sortie à accueillir et s’afficher avec la fine fleur de l’extrême droite française antisémites. En voila au moins un (parti) auquel on ne pourra reprocher un glissement ou une dérive vers l’antisémitisme.

[5] Là encore, quelle erreur dans l’analyse : il est évident que les drapeaux bleu-blanc-rouge portés haut par une trentaine de militants fafsne peuvent avoir ni le même impact ni surtout la même signification que ceux portés par de jeunes issus de l’immigration, signe pour eux d’intégration.

[6] http://reflexes.samizdat.net/spip.php ?article334

[7] Il faut dire que des rumeurs perfides sur son compte laisseraient entendre que le courage n’est pas sa première qualité. Mais cela ne nous regarde pas blah blah, blah blah…


antifa

Des fascistes infiltrés éjectés du cortège pour gaza de paris Des fasciste infiltrés éjectés du cortège pour Gaza de paris

Malgré tout les communiqués et la mise au point très claire des organisateurs (voir celui de France Palestine a ce sujet), disant très clairement que l’extrême droite et toute la bande des Alain Soral-Dieudonne-Kemi Seba qui prétendait sur leurs sites Internet s’inviter et appelaient leur membres a venir participer aux manifestations pour Gaza Malgré tout ces communiqués qui dénonçaient les idéologies racistes et préceptes d’exclusions et de racisme de cette extrême droite, en disant qu’ils étaient bien sur totalement contraires et totalement incompatibles, avec les idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité , de solidarités entre les peuples opprimés, mais aussi bien sur avec les principes, d’anti racisme, d’anti colonialisme, d’anti impérialisme, et d’anti fascisme de la majorité des organisateurs, groupes, personnes, associations, partis, syndicats, personnalités, qui organisaient cette quatrième manifestation en solidarité avec la Palestine et Gaza. Ces provocateurs et manipulateurs fascistes ont quand même tenté malgré tout de s’infiltrer en queue de cortége dans notre manifestation

Témoignage : il est environ 14 h on voit une première tentative d’infiltration du M.D.I (mouvement des damnés de l’impérialisme) c’est-à-dire les ex de la Tribu Ka de Kemi Seba devant la gare du RER de Denfert Rochereau, ceux-ci peu nombreux déploient une banderolle qui se veut comme étant celle de leur "point de ralliement" rapidement de nombreux camarades et des membres du S.O les entourent, quelques coups partent et on assiste a une première débandade des fascistes qui courent se réfugier derrière leurs copains les flics en "civils" et autres Crs et gardes mobiles. Visiblement pas encore découragés de ce premier avertissement les fascistes vont a nouveau tenter peu après une nouvelle infiltration dans le cortége : Il est environ 14h30 – 15 heures et de manière plus discrète (enfin si on peut appeler ça de manière discrète ???) Les fascistes tentent a nouveau de se regrouper toujours et encore la aux abords de la gare du R.e.r de Denfert Rochereau : Au départ ayant apparemment reçus de leurs chefaillons quelques consignes de "discrétion" ils semblent s’êtres mélangés a d’autres manifestants pour êtres moins "repérables", mais c’est bien connu chassez le naturel et il revient au galop , les fascistes grégaires et primaires comme toujours et comme on ne les connaît que trop bien, finissent bien sur par se regrouper , ont les voit donc peu a peu se positionner sous une banderole et des pancartes qui annoncent êtres celles d’un "Parti Anti Sioniste" (dont personne bien sur n’a jamais entendu parler chez les organisateurs et les signataires de la manifestation) relativement rassurés par leur "nombre" (une bonne cinquantaine un peu plus selon d’autres témoignages) ils sortent aussitôt leurs inévitables drapeaux tricolores ( ce qui maintenant les rend repérables a plus de cinquante mètres a la ronde question discrétion c’est raté !!!!) il y a la des membres du M.D.I de Kemi Seba, quelque boneheads néos nazis de l’ex "droite socialiste" des membres plus lookés " bon chic bon genre" des beaux quartiers du R.e.d ( ou rassemblement des étudiants de droite, un groupuscule fasciste qui s’était déjà fait remarquer lors de la lutte contre le C.P.E quand ils avaient tentés de charger une manifestation anti C.P.E prés de la Sorbonne) il y a aussi apparemment quelques membres de "Vox n.r " et bien sur toute la bande de "égalité et réconciliation" le mouvement raciste et fasciste d’Alain Soral. 15h-15h30 environ les fachos se font prestement jeter !!! La encore un bon paquet de camarades et tout le service d’ordre de la manif les ayant a nouveau repérés la réaction s’organise spontanément et tout va aller très vite malgré les"civils" et les gardes mobiles en surnombre, prés a nous bondir dessus au moindre mouvement. il y a une première charge un peu confuse, car de nombreux manifestants se demandent alors ce qui se passe, beaucoup ne comprennent pas pourquoi le S.O s’agite soudain de la sorte (en plus a ce moment la il y a beaucoup des mères de familles et beaucoup d’enfants qui apeurés par les mouvements de la foule se mettent a crier et a pleurer), quand les premiers cris fusent "c’est les fachos la !!!! Avec leurs drapeaux bleus blancs rouges la c’est les fachos !!!! " de nombreux manifestants comprennent alors très vite ce qui se passe et se regroupent furieux et se mettent alors en nombre avec le S.O pour charger les fascistes , ceux-ci se prennent une première volée sérieuse de projectiles divers, certains de ces "courageux" fascistes commencent alors a courir et a battre en retraite, ça ne va pas durer longtemps ; aussitôt accourent à leur secours, une énorme escouade et une brigade entiére de gardes mobiles et de flics en "civils" qui tentent de nous séparer des fascistes. Un de ces flics en "civil" super nerveux et surexcité braque un groupe de manifestants avec son taser, un autre sort un flash ball de sous son blouson et fait de même, finalement devant la colère de la foule on se fait copieusement gazer par les "civils" ( ça n’a du reste pas effleuré un seul instant les cerveaux ou ce qui leur tient lieu d’être des flics a l’idée qu’il y avait un grand nombres de mères de famille et leurs enfants qui se sont fait gazer avec nous). Gazage intensif a coup de bombe lacrymos des flics qui nous oblige a reculer et qui permet a ces "courageux" fascistes d’aller se réfugier en courant derrière leurs copains les gardes mobiles, finalement les responsables de la manif et des membres du S.O finirons non sans mal après beaucoup d’appels au calme dans les sonos, par calmer pas mal de jeunes et de gens complément furieux de cette provocation de l’extrême droite. Etrange collusion police fascistes une fois de plus : Les fascistes finiront donc par se faire raccompagner vers la gare du RER de Denfert Rochereau, le tout sous bonne garde et surtout avec une protection démesurée des gardes mobile, ce qui en fait ne nous étonnera guère quand on connaît l’extrême complaisance, quand ce n’est pas l’extrême complicité qui existe et ce n’est un secret pour personne, entre la police de Sarkozy et ce genre de provocateurs fascistes. Face a ce genre de provocations, de manipulations et toutes les tentatives de récupération par l’extrême droite de la juste colère contre la terrible guerre et barbarie qui touche Gaza, auquelles nous avons pu assister a paris depuis ces derniers temps dans les premières manifestations, il était largement temps de réagir et de clarifier certains points avec ces provocateurs racistes, Nous le dirons toujours NON L’extrême droite et des manipulateurs comme les Alain Soral et autres Kemi Seba n’ont pas et n’aurons jamais leur place dans les cortéges et les manifestations en solidarité avec le Peuple palestinien il n’y a qu’un coté de la barricade et ces gens la, ces canailles de l’extrême droite ne sont pas et ne seront jamais de notre coté.

SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN COMME AVEC TOUT LES PEUPLES OPPRIMES DES QUATRE CONTINENT DE LA PLANETE

Universités : vers un nouveau gros conflit ? Chiche !

Publié: 23 janvier 2009 par luttennord dans Infos

h_9_ill_975751_tolbiac

Universités : appel à la grève des cours à partir du 2 février 2009

Va t-on vers un affrontement dur entre le gouvernement et la communauté universitaire ? La question aura une réponse… le 2 février.

Ce jour-là se termine l’ultimatum lancé par la Coordination nationale des universités, réunie à la Sorbonne le 22 janvier. Formée de délégations venues de 46 universités et de représentants de syndicats, associations, elle a voté deux motions, qui prévoient le démarrage d’une grève de cours à partir du 2 février, si le ministère ne retire pas son projet de décret transformant le statut des enseignants chercheurs (Maîtres de conférence et Professeurs), en particulier sur la question des modulations de services et sur l’attribution des promotions et grades par les commissions nommées par les Présidents d’Université.

Cette décision exceptionnelle – une grève des cours reconductible – signifie qu’une partie au moins de la communauté universitaire est déterminée à engager un combat frontal, allant au delà des initiatives déjà prises comme la rétention des notes ou la grève administrative. Cette décision traduit une exaspération, un mûrissement, dont le vote par 70% des présidents et vice-présidents des sections du Comité national des universités (CNU) d’un appel au retrait de la réforme du statut des E-C indique l’ampleur. Ce sentiment se traduira t-il par l’entrée dans une action de grève ? C’est bien sûr la crainte de Nicolas Sarkozy et de Valérie Pécresse. Nul ne le sait, pour l’instant. Mais la crise dont la Conférence des présidents d’Université a pointé la possibilité dans sa lettre ouverte à Nicolas Sarkozy semble bien approcher.

En tout cas, je reçois des courriels significatifs, comme ce maître de conférence de Perpignan, qui avoueManif_orsay avoir voté Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle mais réprouve sa politique universitaire.

Ma note d’hier sur le discours du Président de la République annonçant l’accélération des réformes se retrouve sur des listes de diffusion interne aux Universités, elle a déjà reçu plus de 20 000 connexions directes, permettant au blog Science2 de passer la barre des 800 000 visites.

Voici les deux motions votées par la Coordination nationale des universités réunie le 22 janvier 2009 et comportant des délégués provenant de quarante six universités.

Motion n°1: La coordination nationale réunissant ce jeudi 22 janvier 2009 condamne la mise en place d’une politique d’affaiblissement structurel de l’enseignement et de la recherche, la précarisation des personnels de toutes catégories, notamment au travers de l’individualisation des carrières, de la mise en place du nouveau contrat doctoral et des suppression d’emplois, exige le rétablissement des postes supprimés, un plan pluriannuel de création d’emplois statutaires dans les universités et les grands organismes de recherche, et soutient les mobilisations en cours. Elle déclare que si le ministère ne retire pas, sans préalable : 1) le projet de décret sur le statut des enseignants-chercheurs 2) la réforme de la formation et des concours de recrutement des enseignants du premier et du second degré *l’université française se mettra en grève totale, reconductible et illimitée : le 2 février 2009 l’université s’arrête. Unanimité moins 3 voix contre

Motion n°2: La coordination nationale a également voté l’appel immédiat à la rétention des notes, la non transmission des maquettes de formation des enseignants du premier et du second cycle et le soutien aux mouvements de grève qui ont déjà commencé ainsi que l’appel au renforcement de la mobilisation dans tous les établissements.



sarko_grimace

sudbanner

Communiqué SUD Rail suite aux propos des présidents de la république et de la Sncf

Quand on est président de la SNCF ou président de la république, on a le droit de colporter des mensonges auprès des média ?

Les cheminots ne sont pas payés lorsqu’ils font grève. Les cheminots ont une retenue de salaire d’une heure lorsqu’ils font grève 59 minutes. Les cheminots ont une retenue de salaire d’une journée, lorsqu’ils font grève une journée. Les cheminots ont une retenue de salaire de 8 jours lorsqu’ils font grève 8 jours.

Quand on est président de la SNCF ou président de la république, on est là pour restreindre la démocratie ?

Le 2 août 2007, les parlementaires ont restreint le droit de grève dans les entreprises de transport. Ainsi le délai de préavis auparavant de 5 jours a été porté à 15 jours. Mais ça ne résout rien lorsque les patrons refusent de négocier : à Paris Saint Lazare, c’est dès novembre que SUD-Rail avait préavisé du conflit qui s’est terminé le 14 janvier ! Mais avant la grève, la direction n’a discuté de rien, et durant les 30 premiers jours de grève, elle a refusé de négocier avec les grévistes. Aujourd’hui Sarkozy et Pépy s’en prennent à ceux qui leur ont donné tort en montrant que la lutte collective permet de gagner : ils veulent restreindre encore plus le droit de grève ! Ainsi, pour une heure de grève, la journée complète serait retirée sur le salaire ! Cela s’appelle du vol.

Quand on est président de la SNCF ou président de la république, on est obligé d’être hypocrite avec les usagers ?

Qui peut croire que ceux qui organisent chaque jour la casse du service public se soucient des usagers ? Les grèves sont une gêne importante pour les usagers. C’est vrai, car nous avons un travail utile, comme des millions de salariés. Mais les usagers de la SNCF sont victimes des trains en retard, supprimés, bondés, sales, chaque jour. Améliorer le sort des usagers, ce serait donner des moyens financiers et en effectifs au service public. Pourquoi ceux qui nous dirigent et versent, le temps d’une apparition au journal télévisé, des larmes de crocodiles sur les usagers, sanctionnent-ils les cheminots lorsqu’ils pratiquent cette autre forme d’action collective qu’est la grève de gratuité ? La Fédération des Usagers des Transports et des Services Publics (FUTSP) et la fédération SUD-Rail ont plusieurs fois demandé qu’on cesse de qualifier « d’illégal » ce type de mouvements. En vain…

Quand on est président de la SNCF ou président de la république… on pratique tout simplement la lutte des classes.

Nous vivons dans un système où les intérêts du plus grand nombre, celles et ceux qui travaillent (ou le voudraient mais en sont privés par le chômage), sont opposés à ceux d’une infime minorité qui concentre entre ses mains profits financiers, pouvoirs économique et politique. Le gouvernement et ses serviteurs défendent les intérêts des plus riches. De tout temps, le patronat a cherché à limiter les droits des salariés dans l’entreprise. Pour la grève, comme pour bien des conquêtes sociales de la classe ouvrière, c’est la pratique, l’action collective qui ont imposé le droit ; le droit de grève n’est pas un cadeau des patrons et des gouvernements : c’est un acquis arraché par celles et ceux qui ont fait des grèves … lorsque ce n’était pas légal de le faire ! C’est par la grève que nos droits sociaux fondamentaux furent obtenus, et conservés malgré de multiples remises en cause : sans grève, pas de retraite, pas de réduction du temps de travail, pas de congés payés, pas de SMIC, pas de protection sociale… Il est donc logique que les patrons et leurs soutiens s’attaquent au droit de grève : plus les conditions légales pour faire grève sont compliquées, plus cela rend difficile la défense des salariés … et c’est cela qu’ils souhaitent !

Quand on est président de la SNCF ou président de la république … on trouve en face de soi des syndicalistes qui font juste … du syndicalisme !

Gouvernements et patrons ont réussi à acheter la complicité d’une partie du mouvement syndical, mais il reste de très nombreux syndicalistes qui se contentent de faire du syndicalisme, donc d’avoir recours parfois par la grève (et pas seulement à SUD-Rail et à Solidaires, bien sûr !). La haine des présidents contre ces syndicalistes est pitoyable !

SUD Rail, 15 janvier 2009