Archives de décembre, 2007

Tacite feat. Persée: vidéoclip de "Seul"

Publié: 30 décembre 2007 par luttennord dans Vidéos

En attendant l’album !

Décès de Jean marc Lavigne

Publié: 30 décembre 2007 par luttennord dans Infos

Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) 42 rue Bernos- Lille- 59800- tél : 06.80.57.50.61- fax : 03.20.52.76.92. – e-mail : csp59 DrL wanadoo.fr

LES SANS PAPIERS SONT EN DEUIL : JEAN MARC LAVIGNE EST DECEDE !

La nouvelle est cruelle, notre camarade Jean Marc LAVIGNE, membre de la commission juridique ( MRAP, LDH, CSP59), qui défend en préfecture du Nord les dossiers des sans papiers, est décédé ce matin vers 10h chez lui.

Le décès de Jean Marc est une immense perte pour la lutte sociale, citoyenne, anti-raciste et antifasciste des sans papiers et soutiens de Lille.

Jean Marc a rejoint le mouvement des sans papiers en 1997. Comme il nous l’a souvent raconté, il avait vécu et travaillé plusieurs années en Afrique.

Revenant dans son pays, la France, il était particulièrement révolté par le racisme, la xénophobie et, par son engagement auprès des sans papiers, entendait contribuer à débarrasser son beau pays des lois indignes de l’état de droit, des principes et des valeurs démocratiques, républicaines.

Jean Marc vient de nous quitter prématurément. La douleur et la stupeur nous frappent.

Nous ne reverrons plus sa silhouette arpentée les trajets de nos manifestations, les locaux où se tiennent les permanences juridiques. Mais sa mémoire nous habitera toujours.

A son épouse thaïlandaise, à ses trois enfants, le mouvement des sans papiers présente ses condoléances les plus tristes.

Un hommage solennel sera rendu à notre camarade, à notre ami et frère Jean Marc LAVIGNE dès que la date des funérailles sera connue .

Fait à Lille le 29/12/07

PS : La fête multiculturelle du 31 décembre 2007 au local du CSP59 est annulée en raison du décès de notre cher Jean Marc LAVIGNE.

Communiqué Union syndicale SOLIDAIRES

Publié: 29 décembre 2007 par luttennord dans Infos

logo_accueil_solidaires.png 

  

  

  Retraite : pas de trêve des confiseurs pour les mauvais coups !

Le gouvernement vient de rendre public les projets de décret concernant les régimes spéciaux de retraites. Sans surprise, ceux-ci alignent les régimes spéciaux sur le régime de la fonction publique avec un passage à 40 annuités de cotisation. Mais le gouvernement fait encore plus fort. Il indique que la durée de cotisation va être encore augmentée pour passer à 41 annuités en application de la loi de 2003. Or la loi de 2003 ne prévoit aucune automaticité en la matière puisqu’un rendez-vous est fixé en 2008 pour en discuter, cette discussion devant théoriquement porter aussi sur les autres éléments constitutifs du système de retraite.

Le gouvernement a donc décidé d’anticiper ce rendez-vous et de vider la négociation de tout contenu en décidant le passage à 41 ans de cotisation pour les régimes spéciaux, et ce alors même que la question des retraites fait partie de « l’agenda social » du président de la République. Ce comportement, par lequel le gouvernement ne respecte même pas son propre calendrier, est la preuve du mépris profond dans lequel il tient les organisations syndicales. Profiter de la période des fêtes pour essayer de prendre en catimini ce type de décision montre l’importance que le gouvernement accorde au dialogue social.

Il démontre ainsi que derrière la remise en cause des régimes spéciaux, c’étaient les retraites de tous les salariés, du privé comme du public, qui étaient visées.

Face à ce type de comportement inadmissible, l’heure n’est plus aux actions, entreprise par entreprise ou secteur par secteur. Il faut construire les conditions d’une réaction d’ensemble des salariés et permettre la convergence des mobilisations en cours.

Pour l’Union syndicale Solidaires, il y a urgence à dépasser les divisions actuelles pour être capable de bloquer une offensive antisociale sans précédent.

Réunion collectif de soutien aux Rroms de Lille

Publié: 29 décembre 2007 par luttennord dans Rendez vous

20061212-lyo-rom.jpg 

Ce samedi 29 décembre à 18h00 a lieu une réunion du collectif de soutien aux Rroms de Lille.

Pour vous y rendre : CCL, 4 rue de colmar, Lille, Métro Porte des postes.

Pour vous inscrire à la liste de diffusion de ce collectif : http://fr.groups.yahoo.com/group/soutien_aux_rroms_lille/

Une liste LCR pour Hénin-Beaumont

Publié: 28 décembre 2007 par luttennord dans Infos

siteon0-720x177.jpg 

En vue des municipales 2008, la LCR d’Hénin-Beaumont vient d’annoncer officiellement qu’elle présenterait un candidat en la personne de Frédéric Fraccola, un Héninois de 25 ans. 

Dans un contexte politique difficile, où le Front National tente de faire main basse sur la ville, en profitant à la fois du bilan désastreux du maire socialiste et des divisions de la gauche à n’en plus finir, la LCR a donc décidé de rentrer dans la course des municipales.

La ville d’Hénin-Beaumont est aujourd’hui le laboratoire de la tendance « mariniste » du Front National et un réel danger existe quant à la victoire de la clique à Steeve Briois !  

La LCR aura à cœur de récupérer les déçus du PCF et de représenter une véritable alternative face à l’extrême droite !  

Financement du Csp59 : Parlons en !

Publié: 27 décembre 2007 par luttennord dans Infos

image-13.jpg
Comité des Sans Papiers 59 (CSP59), 42 rue Bernos, 59800, Lille Fives – tél :06.80.57.50.61 – fax : 03.20.74.16.68 – e-mail : csp59 u9i wanadoo.fr

Financement du CSP59 : Parlons en !

Le lundi 17 décembre 2007 restera dans les mémoires comme une étape singulière dans la guerre déclarée par le régime du président Sarkozy contre la lutte des sans papiers pour la régularisation. Elu président après avoir récupérer les millions de voix des électeurs qui avaient permis au candidat J.M. Le Pen d’arriver au second tour de la présidentielle d’avril 2002, Sarkozy, chef de l’UMP un des partis républicains, s’est cru en devoir de lancer la machine infernale de la chasse aux sans papiers jusque dans les écoles.

Le ton a été donné par l’annonce de 125.000 arrestations pour 25.000 expulsions pour l’année 2007. Hortefeux, le ministre de l’identité xénophobe, pratique la « rupture » en fixant des quotas d’expulsions de sans papiers comme moyen pour l’UMP de garder les électeurs du Front National.

Le racisme d’état est officiellement prôné sous le couvert de l’efficacité et se traduit à Lille contre l’un des CSP les plus combatifs de France par un acharnement répressif sans égal.

Les étapes de cette guerre contre le CSP59 sont : – la provocation de la grève de la faim de juin/juillet/août 2007 par la rafle du 15 juin dernier lors de l’occupation de la Chambre de Commerce Internationale (CCI) – Faire subir des traitements dégradants aux grévistes de la faim : les jetés à la rue, expulser des grévistes de la faim à plus de 60 jours, etc. – Proposer une sortie de crise par le « réexamen bienveillant » aux partenaires du CSP59, la Ldh, le Mrap et agir sans vrai réexamen avec droit à la défense argumentée des dossiers – Exercer des chantages sur les sans papiers en conditionnant la régularisation par l’abandon des manifestations et autres actions de visibilité collective organisée par le CSP59 – Refuser leurs récépissés aux sans papiers annoncés régularisés et tenter ainsi de faire passer les commissions juridiques pour des menteurs – voilà maintenant le temps des « commissions rogatoires » du parquet de Lille pour « trafic d’influence » contre les militants bénévoles du CSP59.

C’est ainsi que le coordinateur de la commission juridique a été mis en garde à vue durant 35h, interrogé pendant 30h pour être libéré sans présentation au juge. Pour semer encore plus la confusion et l’amalgame, on apprend que le juge d’instruction qui a signé « la commission rogatoire » serait celui là même qui est chargé d’élucider le scandale de « trafic de papiers » qui a éclaboussé la préfecture du nord en février 2007. Selon la presse ce présumé « trafic de papiers » en préfecture du nord a été révélé parce qu’un « sans papiers a protesté au sein même de la préfecture réclamant le récépissé autoriser à travailler pour lequel il prétend avoir payé 1500 euros à un fonctionnaire de la préfecture ».

Le camarade de la commission juridique du CSP59 a eu son compte bancaire épluché par les policiers, l’épouse et les enfants, 17 et 14 ans, plusieurs dizaines de sans papiers, d’ex-sans papiers, de responsables associatifs issus de l’immigration, de simples relations, de militants ainsi que le porte parole du CSP59 ont été convoqués et entendus par la policiers avant et après l’arrestation et la mise en garde à vue. Selon les enquêteurs la préfecture a aussi été entendue. La persécution continue sans que l’accusé ne puisse accéder au dossier, sans savoir quel est le sort réservé à la procédure. Les questions portent sur « avez vous donné de l’argent » ? « avez vous couché avec » ?

Parallèlement les « enquêteurs » s’intéressent au financement du CSP59. Il semble que le CSP59 est une « nébuleuse dans laquelle nicherait un paradis fiscal », qu’il y aurait de « l’argent à gogo ». Il est clair que les poux que l’on cherche sur la tête du CSP59 font partie de la guerre préfectorale pour le faire disparaître. C’est cela le projet machiavélique : provoquer la grève de la faim, écraser celle ci, faire disparaître le CSP59, se faire aider par des associations pour plus expulser par la mise en place de la fameuse commission départementale de réexamen des dossiers des sans papiers. L’échec de ce projet machiavélique entraîne la cabale actuelle pour salir les militants, justifier l’expulsion du CSP59 par le préfet de la commission départementale de réexamen des situations administratives installée par arrêté préfectoral et terroriser les sans papiers pour le amener à abandonner la manifestation du mercredi et les actions de visibilité collective.

Force est de constater que l’Etat – préfecture et parquet (est-il instrumentaliser sans le savoir ?! l’avenir le dira !) – ne rechigne décidément sur aucun moyen. Mais cet acharnement répressif qui prend l’allure de « jeter aux chiens », pour reprendre une expression de Mitterrand, les militants a pour aussi but :

- De tenter d’accréditer l’idée fausse que le CSP59, ce sont les militants qui ne sont pas sans papiers. Ce qui est faux. Le CSP59, c’est d’abord et avant tout les sans papiers eux mêmes qui élisent et confient des mandats, y compris à des militants. Rappelons qu’ils, qu’elles sont seuls à voter en Assemblée Générale sur le principe de la démocratie directe.

- De surfer sur le recul terrible au sein de la société de l’idée de l’engagement militant bénévole. L’engagement sincère, en dehors de tout intérêt bassement matériel, qui a été un facteur essentiel de toutes les conquêtes démocratiques et sociales, est présenté aujourd’hui comme impossible.

Ces constats apparaissent clairement dans cette tentative ignoble de « criminaliser par la judiciarisation » le militantisme de conviction. En fait dans la soi-disant « enquête » avec filature, écoute téléphonique, pression sur les sans papiers et ex-sans papiers, il y a deux « affaires » , voire trois :

- l’affaire du trafic présumé en préfecture révélé en février 2007 ;

- l’affaire du présumé « trafic d’influence pour obtenir des papiers » que l’on veut imputer au coordinateur de la commission juridique du CSP59 alors que seule la préfecture a le pouvoir de décision.

- l’affaire non avouée de la « comptabilité du CSP59 ».

Or, la question du coût réel du combat social, citoyen, démocratique, anti-raciste et antifasciste est à l’étude depuis 2006 au sein du CSP59. Ce que la préfecture sait parfaitement, ne serait ce que parce que le CSP59 est sur écoute avant même que le « projet de loi qui prévoit d’autoriser la police à placer des logiciels espions notamment contre l’aide aux sans-papiers » ne soit ficelé et soumis au parlement. Il en est de même de l’étude sociologique et scientifique sur « le devenir des sans papiers » qui, manifestement, donne aussi des « sueurs froides » à la préfecture. Ces deux études ont été décidées par l’Assemblée Générale du CSP59 et confiées au Collectif Afrique dans le cadre de l’ association Immigration et Droits des Migrants (IDM), association loi 1901 financée par les collectivités locales, créée en décembre 1999 pour mettre un local à disposition du CSP59. Association regroupant les syndicats et les associations.

Le CSP59 publie un extrait de la demande de subvention formulée par IDM qui met en lumière le constat suivant : Depuis 1996, le financement solidaire du CSP59 repose sur les efforts des sans papiers, des militants, des associations, des syndicats, des soutiens individuels et des collectivités locales pour le local et les salles.

La lutte collective des sans papiers apparaît justement comme un exemplaire antidote au fléau de l’individualisme forcené, de la « politique du ventre », du « bacshish », de l’intérêt et de l’égoïsme individuel qui minent la société écrasée par le libéralisme et le profit. C’est aussi à cet antidote salvateur que le régime Sarkozy s’attaque par son agression perfide contre le CSP59.

L’ENGAGEMENT MILITANT EST AUSSI UNE SOLIDARITE FINANCIERE

« L’organisation d’un mouvement comme le CSP59 demande une participation d’acteurs multiples intervenant selon des modes spécifiques, sans qu’il soit toujours facile de valoriser le temps qu’ils, qu’elles passent à la réalisation de l’objectif de régularisation. Pour permettre une bonne compréhension du fonctionnement à l’étape actuelle, il faut identifier les types d’acteurs impliqués dans les différentes activités du CSP59.

Sont clairement identifiés :

1. En plus des sans papiers qui luttent pour les papiers, les animateurs que certains appellent « entrepreneurs » : ce sont les responsables politiques qui ont reçu le mandat de l’assemblée générale pour animer le comité, également appelés portes paroles.

2. Les membres de la commission juridique. Il s’agit des militants qui ont une fonction technique dans l’accompagnement administratif, juridique et social des Sans-Papiers tout au long de leur trajectoire.

3. Les militants techniques sont des personnes qui apportent leur soutien technique au bon fonctionnement du mouvement. Les tâches telles que la gestion des sites internet, les relations avec les médias, les partenaires, les autres organisations, les institutions ; la gestion des moyens que se donne le comité (bus pour Paris par exemple), sont l’œuvre des sans papiers et de ces acteurs, militants du mouvement.

L’analyse des « investissements » immatériels met en relief les contributions entièrement bénévoles des membres de la commission juridique. Ces « investissements » n’auront pas toujours la lisibilité nécessaire. En effet, le comité s’est lancé en 1996 sur une décision politique des sans papiers et des militants qui n’ont jamais posé la question des moyens à mettre en place pour la gestion des activités du mouvement. Les membres de la commission juridique n’ont pas toujours conservé des notes pour les frais qu’ils ont engagés.

Il est néanmoins possible de quantifier les contributions volontaires de tous ces acteurs et partenaires qui ont un rôle important dans le fonctionnement du mouvement dans son ensemble et d’établir une préfiguration d’un budget prévisionnel.

Charges liées à l’activité de la commission juridique

En terme quantitatif, la commission juridique a consacré 5048 heures pour accomplir ses tâches, soit 631 heures par réfèrent en 2005. Ce calcul ne prend pas en compte le temps de socialisation ni de soutien psychologique (temps d’écoute consacré aux personnes rencontrant des difficultés personnelles). Pour donner une évaluation chiffrée des investissements immatériels nécessaires, nous nous sommes basés sur des moyennes repérées sur l’ensemble des tâches des membres de la commission juridique.

Si nous prenons comme indicateurs de fonctionnement pour construire notre budget 2005 :

Nombre de personnes suivies 1500

Nombre de référents 8

Heures consacrées 5048

Heures rémunérées 0

Nous avons 5048 heures que divisent 151,67 heures (35 heures par semaine) que divisent 12 mois soit 2,7 personnes.

L’analyse de ce « budget » met en évidence « les charges fictives » représentant deux équivalents temps plein et une personne à temps partiel, indispensables à la réalisation qualitative et quantitative des tâches essentielles de la commission juridique.

En prenant une base de 3.640 euros de salaires bruts par mois, plus 15% de ce budget en frais divers de gestion courante, nous obtenons un investissement immatériel de 70.324,80 euros, intégralement financé dans notre cas par bénévolat.

Charges à caractère variable

Fournitures administratives 750,00 euros

Déplacements 8 343,20 euros

Affranchissement 300,00 euros

Photocopies 1 612,80 euros

Téléphone, fax, internet 6 596,90 euros

Consommables divers 1 200,00 euros

Documentations juridiques 204,00 euros

Missions et réceptions 7 680,00 euros

TOTAL 26 686,90 euros

Dans cette rubrique a été pris en compte uniquement les frais des membres de la commission juridique qui sont intervenus de manière continue durant toute l’année. Ils sont au nombre de 8.

Les parcours kilométriques sont estimés à 24. 684 kms. Les dépenses effectives sont de 7. 972,9 euros

Aujourd’hui, plus 7.000 personnes régularisées depuis 96 sont passées par la commission juridique. En 2005, elle a reçu dans ses permanences près de 1500 personnes en moyenne dont 150 nouveaux dossiers ».

Conclusion

Au vu de ces données sur 2005, on ne peut qu’être encore plus écœuré par cette lamentable opération de salissure jetée par l’Etat reposant sur un gravissime arbitraire et abus de pouvoir. Grand bravo aux militants et aux soutiens qui font ces contributions physiques, matériels et financières depuis 1996.

Rappelons aussi que le CSP59 ne reçoit aucune subvention et n’en recevra jamais directement. En effet, le CSP59 ne peut devenir une association loi 1901 parce que tout simplement ce serait accepter le fait, le principe de l’existence en soi des sans papiers, et cela de surcroît dans un pays où les « animaux, les végétaux ont des papiers ». Nul humain ne doit être illégal, telle est la devise du CSP59.

Un Etat et une société qui admettent une telle possibilité ont un ventre gros de nouvelles bastilles à prendre. Avant on disait que pour mesurer l’état réel de la démocratie dans un pays, il faut regarder comment sont traitées les femmes ; aujourd’hui il faut regarder comment cet Etat traite ses étrangers.

Le CSP59 appelle tous les sans papiers, les militants et soutiens à plus que jamais poursuivre notre mobilisation pour que triomphe les revendications et idéaux par lesquels nous creusons le sillon d’une société de solidarité et de justice. Contre cela les traitements dégradants, les complots pourris, les mensonges, les diffamations, l’arbitraire et l’abus du pouvoir échoueront. Plus que jamais la lutte continue !

Fait à Lille le 25/12/07

11ème action antipub du collectif des déboulonneurs

Publié: 27 décembre 2007 par luttennord dans Infos, Rendez vous

01_antipub.jpg 

CONTRE L’INVASION PUBLICITAIRE DES VILLES ET DES CAMPAGNES FRANCAISES

11ème BARBOUILLAGE ANTIPUBLICITAIRE spécial « fêtes de fin d’année »

« Stop au gavage publicitaire ! »

LE JEUDI 27 DECEMBRE A 17H30 Rendez-vous devant le Théâtre du Nord, Grand’ Place, à Lille

RENSEIGNEMENTS : COLLECTIF DES DEBOULONNEURS DE LILLE deboulonneurs_lille EFZ no-log.org

En cette période de consommation à outrance dictée par les fêtes commerciales, le Collectif des déboulonneurs de Lille entrera une nouvelle fois en désobéissance civile pour dénoncer les ravages de la publicité.

A la consternation de nombreux riverains, les panneaux publicitaires envahissent toujours plus l’espace public, bradé par des mairies complices de l’enlaidissement des villes et des campagnes. Il est urgent d’ouvrir un débat public pour établir si oui ou non les citoyens souhaitent voir leur environnement devenir une poubelle marchande !

NON-VIOLENCE – LEGITIME REPONSE – DESOBEISSANCE CIVILE

Nous contestons vivement le système publicitaire, exigeons un débat public, et avons des propositions concrètes. Nous revendiquons une taille maximale d´affichage de 50 cm par 70 cm (comme l’affichage associatif et politique), accompagnée d´une contrainte stricte de densité et la suppression des panneaux énergétivores (lumineux, animés, etc…), ce qui permettrait de marquer un premier coup d´arrêt à l´expansion du système publicitaire. Dans ce sens, toutes les 4èmes semaines du mois, nationalement, inlassablement, jusqu´à gain de cause, nous dégraderons en public, de manière assumée et non-violente les panneaux publicitaires par barbouillage (inscriptions à la peinture).

Le Collectif des déboulonneurs lance une action d’envergure nationale contre le système publicitaire. Il s’est créé en 2005, en région parisienne.

Il invite les personnes de bonne volonté à en créer un dans leur propre ville, au plus vite, pour se lancer dans l’action non-violente qui est présentée dans cet écrit.

Ce collectif se propose de déboulonner la publicité, c’est-à-dire de la faire tomber de son piédestal, de détruire son prestige. Non pas de la supprimer, mais de la mettre à sa place, pour qu’elle soit un outil d’information au service de toutes les activités humaines.

Cette action, contre le système publicitaire et notamment l’affichage, se répétera chaque 4ème semaine du mois, et est en cours de généralisation au niveau national.

La tactique ?

La dégradation assumée et non-violente en barbouillant des panneaux publicitaires en public.

L’objectif ?

Une taille maximale d’affichage de 50 cm par 70 cm, accompagnée d’une contrainte de densité et de la suppression des panneaux lumineux et animés.

Le CSP59 écrit au président de la république

Publié: 27 décembre 2007 par luttennord dans Infos

sanspapiers.png 

Comité des Sans Papiers 59 (CSP59), 42 rue Bernos- Lille- 59800- tél : 06.80.57.50.61- fax : 03.20.52.76.92. – e-mail : csp59 SQJ wanadoo.fr

LE CSP59 ECRIT AU PRESIDENT SARKOZY

Monsieur Nicolas SARKOZY, Président de la République Française,

Le CSP59 s’adresse à vous pour vous interpeller sur les graves abus de pouvoir dont les sans papiers et militants organisés au CSP59 sont victimes. Les faits :

- Le 17 juin 2004 le Conseillé d’état M. DELARUE est missionné par le Ministère de l’Intérieur pour élaborer, avec le CSP59 et ses partenaires associatifs Ldh, Mrap, Cimade, un protocole d’accord écrit de « sortie de crise et de prévention de nouvelles grèves de la faim ». Cet accord mettait fin au spectacle incroyable d’un camp de réfugiés avec 553 sans papiers en grève la faim regroupés à la Bourse du Travail de Lille en réaction à la fermeture quasi totale de toute perspective de régularisation. Conformément à l’accord, l’Etat respecte sa parole en régularisant les sans papiers concernés.

- Durant trois ans, de 2004 à 2007, l’accord DELARUE a permis que « les associations et l’Etat (mettent) en œuvre tout ce qui est en leur pouvoir pour prévenir tout retour à un mouvement de grève de la faim ».

- Toutefois le 5 mars 2007, le CSP59 et les partenaires associatifs Ldh, Mrap et Cimade exercent en vertu des dispositions de l’accord DELARUE leur droit et devoir d’alerte. Une demande de régularisation est formulée auprès de la Préfecture du Nord d’une liste de 12% (533) qui ont « construit leur dossier » en réunissant les critères de la corbeille 2 de l’accord DELARUE.

- La préfecture répond en avri,l après un silence, qu’elle a l’obligation de réserve en période électorale et nous donne rendez vous le 18 juin 2007.

- Le 15 juin lors de l’occupation de la Chambre de Commerce Internationale (la 6éme durant les campagnes électorales présidentielle et législatives), la police procède à l’arrestation massive de 60 sans papiers. Trois des arrêtés sont même mis dans l’avion pour être expulsés en Algérie. Les Juges à Créteil et à Lille libèrent les sans papiers arrêtés. Le mercredi 20 juin 07, l’Assemblée Générale des sans papiers, qui se tient tous les mercredis depuis le 23 août 1996, est informée par les sans papiers arrêtés, puis libérés, qu’ils ont entamé une grève de la faim.

- Durant 28 jours, en vertu d’un vote des sans papiers, le CSP59 ne fait pas état de la grève de la faim espérant une solution conforme à la lettre et à l’esprit de l’accord DELARUE.

- Non seulement la préfecture s’enferme dans un mutisme comme si elle cherchait la grève de la faim, pire, elle s’abat une répression contre les sans papiers qui diffusaient des tracts appelant à la conférence du Magistrat Portelli sur son dernier livre publié aux éditions l’Harmattan. Témoins des arrestations ciblées au faciès, des élus protestent par écrit au Préfet.

- Le 25 juillet2007 les grévistes de la faim sont accueillis à la Bourse du travail de Lille. Le Préfet, par voie de conférence de presse, lance un « ultimatum » le 31 juillet 2007, puis dès le soir même enferme dans la Bourse du Travail par un « blocus » policier 179 sans papiers et 30 soutiens avant de les évacuer dès 6h du matin le 1er août 2007.

- Les grévistes de la faim sont triés puis évacués vers les hôpitaux, les commissariats et les centres de rétention de Lille, Bordeaux, Toulouse et Rennes. Les juges libèrent les sans papiers grévistes de la faim sauf certains à Toulouse et Rennes qui n’ont pas été présentés aux juges. La Bourse du travail est encerclée nuit et jour par des compagnies de policiers.

- Les grévistes amenés dans les hôpitaux sont, à l’exception notoire de l’hôpital d’Armentières, baladés des hôpitaux à la rue et aux commissariats. Nous épargnons le récit détaillé des traitements dégradants subis par les sans papiers grévistes de la faim, mauvais traitements largement couverts par la presse locale, nationale et internationale durant tout le mois d’août 2007. Des régularisations lors des rencontres mensuelles sont remises en causes, des sans papiers sont menacés de ne pas recevoir leurs récépissés « si ils, elles manifestent », ils est exigé aux régularisés vie privée et familiale un contrat de travail lors du renouvellement, etc.

- Notons surtout avec beaucoup de satisfaction et de gratitude la formidable solidarité citoyenne des habitants des quartiers populaires. Beaucoup nous ont déclarés : « j’ai voté Sarkozy, mais pas pour ça ». Plusieurs concerts ont été organisés avec l’aide et le soutien des associations de la société civile, de syndicats, de partis politiques Républicains. Des élus, y compris de votre bord politique, ont interpellé le préfet choqués par les exactions subies par des sans papiers. Le concert de solidarité du 30 septembre 2007 a réuni de 10.000 à 15.000 participants.

- Le préfet, après avoir coupé toutes relations avec le CSP59, a finalement fait une proposition de « sortie de crise » par l’intermédiaire de nos partenaires Ldh, Mrap dans laquelle il s’engage au « réexamen avec bienveillance ». Sur 59 sans papiers grévistes de la faim, 18 ont été régularisés à ce jour, 4 ont été expulsés sur les 13 en Guinée et Maroc.

- Le préfet par arrêté met en place une commission départementale de réexamen de la situation administrative des étrangers en excluant le CSP59. Les amendements de nos partenaires de la Ldh et du Mrap sont pris en compte.

- Et, voilà que ce 17 décembre 2007 à 6h du matin, des policiers arrêtent et mettent en garde à vue l’un des militants bénévoles de la commission juridique de notre mouvement d’illégaux sans papiers jamais hors la loi durant 35h pour le libérer sans le présenter devant le juge d’instruction. Ainsi la « commission rogatoire » permet sans accès au dossier des enquêtes dont l’impartialité est pour le moins douteuse. Son épouse, ses enfants dont une vient d’être admise à la nationalité française sont interrogés.

A chaque acte arbitraire, à chaque abus de pouvoir, le CSP59 a saisi l’opinion publique comme témoin de pratiques attentatoires à l’état de droit. Et vous en êtes le premier garant en tant que Président de la République du pays berceau des droits de l’homme.

C’est à ce titre, garant de la constitution, que le CSP59 s’adresse à vous pour que le respect des principes et valeurs de la République, pour que l’éthique et la morale en politique, pour que nos droits citoyen de militer soient de rigueur.

Dans l’attente d’une prise en compte, recevez, Monsieur SARKOZY, Président de la République Française, l’assurance de notre attachement indéfectible aux fondement de la REPUBLIQUE.

En cette fin d’année 2007, nous vous prions d’accepter nos vœux de bonheur à vous, à votre famille et à la République.

Fait à Lille le 25 décembre 2007


A bas l’état policier !

Publié: 26 décembre 2007 par luttennord dans Vidéos

Grêve chez transpole

Publié: 26 décembre 2007 par luttennord dans Infos

108f038_1_jpg.jpg 

Pour une fois c’est une dépèche AFP :

Le trafic de bus est fortement perturbé depuis ce matin… 24/12/07
Les agents de conduite ont décidé de se mettre en grève afin de protester contre le licenciement d’un de leurs collègues. La société de transports de la métropole lilloise a affirmé que les conducteurs tenaient également à dénoncer leurs conditions de travail. Le trafic des bus suburbains et du métro reste toutefois normalement assuré. L’un des collègues des chauffeurs de bus a été licencié pour faute grave après avoir été contrôlé avec 0, 26 grammes d’alcool par litre de sang alors que la limite est fixée à 0, 20 grammes pour les conducteurs. Ils ont donc répondu à l’appel d’une intersyndicale CGT-CFDT-FO-Sud-CFTC.

Comité de soutiens aux Rroms de Lille

Publié: 24 décembre 2007 par luttennord dans Infos

listerroms-99b2c.jpg 

Compte-rendu de la réunion du Comité de soutiens aux Rroms du 23/12/2007.

Présent-e-s : Une dizaine de soutiens.

1/Bilan sur la situation

Le bilan est très incomplet j’en ai conscience.  Jeudi 20:Le campement de la porte de Valenciennes a été évacué. Une partie des gens ont été relogés en hébergement d’urgence. D’autres sont partis trouvés des lieux de campements ailleurs.

Dimanche 23 : Un incendie s’est déclaré dans un bâtiment où était installés une partie des Rroms (76 d’après une liste collectée par P.) Une femme de 26 ans est décédée car elle n’a pu sortir à cause de son lourd handicap. 35 places d’hébergements d’urgences ont été débloquées par la préfecture pour les Rroms de l’incendie, les femmes et les enfants sont prioritaires pour la préfécture.

2/Action Directe

Une action importante est en train de se mettre en place, P. et S. s’occupent de tâter le terrain. Pour avoir les détails il faudra venir à la prochaine réunion ou appeler les gens concernés.

3/Communiqué de Presse

Nico et Agathe s’occupe de rédiger un communiqué de presse sur les événements de ces derniers jours et sur la situation des Rroms à Lille, qui pourra aussi devenir un tract ou une affiche. Romain s’occupe de trouver de quoi le tirer. Nico et Agathe se réunissent à 16h30 au Centre culturel libertaire (porte des postes) pour faire le communiqué de presse. Cette commission est évidemment ouverte à tou-te-s.

4/Commission « Pré-Juridique » ou « loi » ou …. ???

Certain-e-s veulent créer une commission juridique dans le but de faire les dossiers de régularisation des Rroms qui le souhaiteraient. Il a été décidé de faire pour l’instant un travail préparatoire en se renseignant sur les Rroms en situation « irrégulières » et en particulier ceux qui sont avec une OQTF (ordre de quitter le territoire français), en appelant trois ou quatre avocats dont Nico a ramené les numéros depuis la CIMADE pour savoir ce qu’il faut dans un dossier et avec quoi aller les voir, en demandant au CSP59 s’il s’occupe déjà de certains dossiers (des infos vont dans ce sens), en demandant au CSP59 comment fonctionne leur commission juridique et en se formant sur les procédures administratives de régularisation via peut-être le CSP59. Adrien va rentrer en contact avec Louisette de la comm juridique du CSP59 pour se renseigner sur leur comm juridique. Sarah, Cyril et Myriam font le reste.

Romain a appelé Houria : Elle va au bureau du CSP59 demain et va se renseigner sur ce que fait le CSP59.

D’après la CIMADE, il faut, avant d’aller voir les avocats, pour chaque personne avec OQTF, un bilan personnel et financier à mettre dans le dossier et également leur fournir un traducteur.

Un accord bilatéral entre la Roumanie et la France aurait été signé qui précise que si un-e Roumain-e ne peut justifier de ressources financières(hors allocations familiales) elle/il est expulsable.

Cette commission est évidemment ouverte à tou-te-s.

5/Prochaine réunion

La prochaine réunion sera Mardi à 18h00 au Centre Culturel libertaire, 4 rue de Colmar, métro Porte des postes.

Pour entrer en contact avec le Comité de soutien aux Rroms : soutien_aux_rroms_lille md8 yahoogroupes.fr

Roms à Lille : complément d’information

Publié: 23 décembre 2007 par luttennord dans Infos

Il s’agit d’une femme, daniela,  de 26 ans qui serait décédée ce matin dans le hangar du faubourg d’Arras. Le préfet délégué à la sécurité s’est rendu sur place pour proposer sur la base du volontariat un hébergement pour cette nuit à l’auberge de jeunesse de Lille ou déjà 60 autres personnes sont hébergées. Il semblerait que des réquisitions de lieu d’accueil soient étudiées par la préfecture. Malgré tout, une personne est morte ce matin et les gesticulations préfectorales et municipales ne changeront rien, tout ceci arrive bien tard….  

Roms à Lille : une victime de l’abandon…

Publié: 23 décembre 2007 par luttennord dans Infos

roms.jpg 

Article paru sur le site indymédia Lille 

En effet, il y a une personne décédée à l’intérieur du hangar. Une femme apparemment paralysée qui n’a pu s’extraire de l’incendie provoqué, d’après les dires des soutiens sur place, par une bouteille de gaz.

Il faut dénoncer dans cette affaire les agissements de la prefecture et de la mairie qui ne font que se renvoyer la balle, dans toute leur bassesse politicienne, pendant que sur le pavé, des familles entières attendent les solutions de relogement et de régularisation administrative de leur situation.

Tou-te-s n’ont qu’à la bouche le mot RESPONSABILITE dans l’incendie de cette après-midi, tandis que leurs effets d’annonces sur les possiblités d’hebergement attendent encore d’être couronnés de faits. Comble de l’ironie on a pu même entendre la conseillère municipale accuser le propriétaire du hangar (qui a généreusement laisser ses locaux et l’électricité à disposition) de l’accident, parce que le bâtiment n’était pas aux normes ! Y’en a qui manquent pas de culot !

LA PREFECTURE a toujours eu pour seul objectif de faire rentrer les roms dans ses quotas trimestriels d’expulsion. Tous les roms ont une OQTF dont ils ne comprennent pas un mot et personne pour leur expliquer les recours possibles, ce qu’ils risquent etc.

La police les balade régulièrement, comme jeudi dernier, pour finalement déplacer le problème de 15 mètres et laisser les Roms s’installer dans des nouveaux abris de fortunes qu’ils doivent reconstruire eux-même.

D’après les dires d’un bénévole, la Prefecture était au courant de l’insalubrité relative du hangar squatté par les Roms, étant donné que lui-même était aller le signaler.

Le préfet a fait une apparition éclair sur les lieux de l’incendie, avant de se retirer aussi vite qu’il est venu.

LA MAIRIE de "gôche" elle joue double jeu depuis le début.

- d’abord l’aire d’accueil pour les gens du voyage (obligation relative à la Loi BESSON de 1990) est située entre le périphérique et la voie ferrée (entre Lille Sud et Faubourg de Béthunes), sans commodités et trop petite pour accueillir toutes les familles. Sur une interpellation faite aux deux conseillers municipaux tout à l’heure la réponse fut… un haussement d’épaules et aggressivité : "L’art de la critique est aisé !".

- ensuite, elle s’est opposée "pour la forme" à la réquisition de l’auberge de jeunesse dans le cadre du plan grand froid, tout en faisant mine de faire pression sur la prefecture pour que, dixit la conseillère municipal tout à l’heure "l’Etat fasse son boulot". Peut être bien oui, mais n’y a t’il aucun bâtiment à Lille qui appartiennent à la mairie ? La communauté urbaine de Lille n’a t’elle rien de disponible sur la métropole au lieu d’envoyer les Roms sur Maubeuge ?

On a pu notamment voir cette semaine qu’à Calais pour l’hebergement des migrants et avec un minimum de bonne volonté, la mairie et les associations ont de fait occupé un bâtiment inutilisé.

- On a également vu la conseillère municipale mentir aux Roms qui, par le truchement d’une interprète, lui demandaient pourquoi, alors que les enfants sont scolarisé-e-s, la police continue de venir les harceler. Réponse : "parce que le propriétaire a demandé votre expulsion !". Les roms ont apprecié le niveau de la blague.

Mauvaise foi ou réelle méconnaissance des réalités ? En tout cas aucun des deux élus présent-e-s cette après-midi ne semblaient au courant des legislations en cours en matière de titres de séjours et, très honnêtement, je crois bien qu’ils s’en foutent. Leur priorité n’est pas là, juste à sauvegarder les apparences de la mairie socialiste.

- A la question que "faire maintenant ?" La mairie semble annoncer qu’elle prend en main un hébergement d’urgence, vraissemblablement éclaté mais un hébergement quand même. Il a quand même fallut une morte pour que les pouvoirs politiques se sentent obliger de réagir !

Sur la question des recours judiciaires aux OQTF, personne ne semble au courant de rien et quand un soutien annonce : "nous sommes un collectif de soutien informel de bénévoles, de militants et d’étudiants et nous allons tenter de prendre contact avec des avocats", le conseiller municipal répond très franchement : "C’est ce que vous avez de mieux à faire". MAIS QUI EST RESPONSABLE POLITIQUE, ICI ? Facile de se laver les mains sur les bénévoles, merci la "ville de la solidarité !".

Dernières questions :

Quand est-ce que la mairie va t’elle jouer franc jeu sur ses réelles intentions en vue des municipales de mars prochain ? Que va t’il ressortir du traitement médiatique de la presse bourgeoise, la situation des roms va t’elle continuer à être étouffée ?

Et le plus important : La personne décédée va t’elle avoir droit au deuil national avec visite du président de la République, hommage républicain et drapeaux en bernes ?

Vomissez bien votre dinde de Noel…

EDUCATION : Près de 700 postes en moins pour 2008…

Publié: 23 décembre 2007 par luttennord dans Infos

rubon11.jpg 

Une fois de plus, l’académie de Lille va payer le plus gros des réductions d’emplois à l’Education Nationale.

4000 emplois supprimés en 5 ans : est-ce ainsi que le gouvernement compte lutter contre l’échec scolaire ? C’est une catastrophe pour une région qui est parmi les dernières en terme de réussite scolaire et qui montre les plus bas taux socio-économiques…

Projet de carte scolaire pour le Nord Pas-de-Calais à la rentrée de septembre 2008 :
- aucune création d’emploi pour le premier degré,
- 777 suppressions dans le second degré (collège, lycée professionnel, technique et général),
- 35 suppressions de MI-SE,
- 3 créations d’emplois d’infirmiers,
- 13 suppressions ETP de personnels administratifs.

Pour d’autres choix budgétaires et une autre politique éducative !
Toutes et tous en grève jeudi 24 janvier 2008 !

Concert de ouf au CCL !!!

Publié: 22 décembre 2007 par luttennord dans Rendez vous

affiche-lille-all.jpg